AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809427852
Éditeur : Panini France (13/02/2013)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 56 notes)
Résumé :
L’année dernière, Jane a frôlé la mort en anéantissant une famille de vampires sanguinaires qui semaient la terreur parmi la population. Après des mois de convalescence, la voilà de retour, prête à se battre à nouveau. Sauf que cette fois, elle a été engagée par ceux qu’elle a l’habitude de tuer : des vampires.
Jane Yellowrock est la dernière de son espèce : une porteuse de peau de descendance cherokee capable de prendre l’apparence de n’importe quel animal e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Mariloup
  26 mai 2014
Nouveau livre de bit-lit, de pure bit-lit comme j'aime à l'appeler. Un peu comme Anita Blake, on a une tueuse professionnelle de vampires super stylée qui en jette, qui a un penchant pour les armes à feu, et qui cache au fond d'elle quelque chose de magique, une créature fantastique. J'ai plongé direct dans l'histoire, tête la première (j'ai même eu l'impression d'arriver en plein milieu de l'histoire!) et je n'ai pas été déçue. Une très bonne découverte, une lecture passionnante et fascinante.
La plume de l'auteur est très spéciale: on a des phrases longues et beaucoup d'autres courtes "un mot point un autre mot point phrase". Je trouve que cela a plus d'impact. Son écriture si particulière me plaît beaucoup, l'auteur est aussi avare de descriptions et cette fois-ci, les descriptions en grand nombre ne m'ont pas ennuyé du tout. Au contraire, cela donne un réalisme inouï, j'avais l'impression de me représenter les lieux, les personnages, l'histoire en elle-même dans les moindres détails. Elle se déroulait sous mes yeux comme un film et c'est ce que j'apprécie lorsque je lis un livre.
Jane Yellowrock est d'origine Cherokee (j'adore tout ce qui touche aux Amérindiens au passage) et n'est pas humaine. D'ailleurs, énormément de personnages lui posent sans arrêt la même question: "qu'êtes-vous?". C'est une change-peau ou métamorphe si vous préférez. La dernière de son espèce d'après elle. Elle peut se changer en n'importe quel animal, bien que ce soit compliqué (même s'il y a des variantes à considérer: l'adaptation à une situation donnée, la taille, le poids, nourrir l'animal, le petit rituel d'avant la transformation etc...) mais elle préfère les gros spécimens, d'à peu près son acabit, sa principale forme (la forme primaire de la Bête) est celle d'un cougar femelle. Une bête vit en elle. LA Bête. Une entité bien distincte, intelligente et redoutable. Elles cohabitent l'une avec l'autre (pas le choix), communiquent entre elles, un partenariat qui n'est pas toujours très facile car il y a du ressentiment, une part de haine que la Bête éprouve pour Jane, l'accusant de l'avoir fait prisonnière, de l'avoir arrachée à sa vie d'animal sauvage. Chacune a sa propre conscience, ses propres désirs. On a alors une alternance de point du vue entre Jane et la Bête: le jour est réservé à Jane et la Bête prend le dessus la nuit, c'est alors plus vivant: on voit à travers ses yeux, on se mouve comme elle, on sent et on interprète toute une panoplie de fragrances différentes.
Cette fois-ci, Jane va bosser pour les vampires et partir sur les traces d'un vampire paria qui ne laisse que des cadavres derrière lui, rencontrant au passage des personnages qui auront de l'importance au fil de l'histoire et sûrement dans les prochains tomes (j'aime bien lorsqu'elle leur donne des petits surnoms, si bien qu'on en oublie leur véritable nom: Gros Bras, Rick Lafleur...) le lieu: la Nouvelle-Orléans! J'ai été un peu déçue de ne pas avoir retrouvé l'ambiance et le charme de cette ville de rêve, c'est le petit bémol. Ah non! J'ai également remarqué pas mal d'incohérences: l'héroïne planque des tas d'objets (armes comme des crucifix...), donc de taille respectable dans des endroits... comment dire?... inattendus (sous la lanière qui retient ses cheveux tressés, dans sa culotte!...) c'est très bizarre, enfin bref. J'oubliais... pas de sexe pour l'héroïne dans ce premier tome, j'en suis soulagée, surtout que pour l'instant, ça n'apporterait rien à l'histoire (Anita Blake, par exemple, n'est passée à l'acte qu'à partir du tome 6, c'est dire!)
Jane a un passé troublant et des bribes de souvenirs qui ne font surface que par petites vagues. Justement, j'aimerais en savoir un peu plus sur elle, sur ce qui l'a motivé à chasser et tuer les vampires; en apprendre plus sur Molly, sa meilleure amie sorcière mais je crois que ça ne saurait tarder si j'en juge par la toute fin du livre. La fin, justement, est surprenante, superbement faite et la nouvelle mission de Jane, toujours à la Nouvelle-Orléans risque d'être encore une fois excellente. Nouveaux contact, nouveaux alliés, nouveaux amis et... nouveaux ennemis dont il aurait mieux fallu ne pas se mettre à dos... Décidément, la vie de Jane ne sera jamais de tout repos!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Amaranth
  21 août 2015
Ce roman est bourré de qualités, mais la fin un peu rapide m'a laissée sur une impression plus mitigée qu'au court de ma lecture.
Tout d'abord, l'univers m'a rappelé celui de Mercy Thompson, et l'héroïne est un mixte entre la Mercy susnommée et Kate Daniels : un cocktail plutôt explosif, qui envoie du pâté ! J'ai particulièrement aimé sa "relation" avec Bête, ambigüe, qui alterne entre cohabitation, collaboration et bataille rangée. Cette scission de deux êtres partageant le même corps est déroutant mais très intéressant. La découverte progressive de la nature et de l'histoire de Jane est aussi particulièrement captivante. Ces références aux mythes indiens, aux Cherokees m'ont ravie.
Les personnages secondaires m'ont toutefois laissée un peu froide, ils ne prennent pas une place très importante. Peut-être sont-ils un peu nombreux, et l'action étant très concentrée, n'y avait-il pas la place dans ce tome pour les développer. Léo, La Flic, Molly sont prometteurs. Gros Bras éventuellement aussi, même s'il n'a pas brillé par une personnalité très définie jusque là. Rick a par contre tendance à m'exaspérer, mais il ne risque pas de disparaître du paysage pour le moment.
Les chapitres du point de vue de Bête sont intéressants, mais répétitifs dans leur déroulement (manger, vouloir vaquer à ses occupations, être rappelée à l'ordre, chasser). J'ai survolé quelques passages.
L'intrigue se tient mais la résolution est trop rapide et manque de panache, comparativement au reste de l'histoire. J'en suis ressortie légèrement frustrée, presque vide, avec l'étrange impression de n'avoir rien lu. J'ai dévoré ce livre comme une friandise dont le goût se serait dissipé sitôt avalée, et qui n'aurait pas comblé ma faim.
Alors peut-être que je fatigue de ce type de lecture tout simplement. Ca manque de consistance. C'est très agréable, très sympa, avec tout ce que j'aime, et pourtant ça ne me suffit pas. Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé, ce serait faux : c'est amusant, dynamique, dans un univers qui me convient et correspond. C'est vraiment un bon livre du genre. Mais ça ne me comble plus.
Je ne manquerai pas de lire la suite, lorsqu'une envie de sucré me poussera à engloutir des friandises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Seska
  09 juin 2015
Un roman que j'ai beaucoup aimé, et qui m'a fait un peu penser à l'héroïne Kate Daniels d'Ilona Andrews.
Dans le monde de Jane les vampires ont fait leur « coming out ». Leur statut de citoyen est encore à finaliser, mais ils ont déjà une amorce d'existence légale, et de bons appuis politiques (et nous savons à quel point cela peut être important pour les êtres surnaturels !). A la Nouvelle Orléans quelques temps après le passage de Katrina, un vampire paria terrorise la population (et tout le monde sait que c'est mauvais pour le tourisme...). le conseil des vampire local engage Jane, indienne cherokee, afin de le traquer et de l'éliminer.
Il n'y a pas que les vampires qui sont connus sur la place publique, il y a aussi les sorcières et sorciers qui sont mieux acceptés que les vampires, même si très surveillés par le gouvernement...
Jane est une porteuse de peau, elle peut se transformer en n'importe quel animal, sachant que cette transformation peut être dangereuse si elle choisit un animal plus petit qu'elle (souris) ou bien plus gros (éléphant), pour les détails techniques de la transformation je vous laisse le soin de lire le livre.:o
Au début du roman, Jane, ne sais que peu de choses de son passé, elle a été retrouvée enfant errant seule dans les collines. Or ce premier tome va permettre de découvrir un peu plus sur son passé.
Jane a également une petite, "particularité", elle est une porteuse de peau. Elle peut certes se transformer en n'importe quel animal, mais elle a, en elle, une "bête », un gros félin femelle qui a sa personnalité propre et lui « parle ». Lorsqu'elle se transforme c'est "Bête" qui prend le dessus, et qui devient comme elle le dit elle-même "Alpha". C'est intéressant car nous avons alors les ressenties et impressions de ce deuxième personnage, car le livre est écrit à la première personne, ce qui nous permet d'avoir les points de vue de Jane ou de sa « bête »
L'héroïne a 10 jours pour résoudre son enquête afin d'obtenir un bonus supplémentaire. Elle est visiblement très amie avec une sorcière et joue un rôle de marraine très maternelle avec les enfants de celle-ci.

Jane est une jeune femme courageuse, sportive avec une excellente connaissance des armes diverses et variées, ainsi que du combat rapproché. Elle est une motarde fan de Harleys, et a également un sens de l'humour qui frise le suicide (les vampires ont très peu de sens de l'humour...). Elle a très peu d'ami(e)s et a eu beaucoup de mal à s'adapter et intégrer au monde "humain", non seulement de par son amnésie, mais également à cause du secret concernant « Bête ».
Très peu de temps morts dans cette histoire, notre héroïne bouge beaucoup et cherche assidument le paria. Elle est souvent blessée, parfois gravement, mais en général une "bonne transformation" avec de bons gros steaks saignants et elle arrive à s'en remettre.
Une histoire intéressante avec une enquête policière et de beaux combats, un style d'écriture plaisant, sans trop de gros mots qui en ce moment apparaissent un peu trop à mon gout dans beaucoup de romans (je m'interroge d'ailleurs, y aurait-il un concours ?), pour les adeptes de la romance, il n'y a pas grand-chose ici à se mettre sous la dent. En tout cas pour l'instant, peut-être y aura-t-il une évolution dans les autres tomes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mutinelle
  12 avril 2011
Ce qui m'a plu en premier dans ce livre, c'est la couverture. Ça faisait longtemps que je n'en avais pas vu une aussi belle. Peut-être l'effet « photo » ? En tout cas j'ai adoré et j'ai trouvé que la demoiselle sur la couverture concordait très bien pour le personnage de Jane (parce que ce n'est pas toujours le cas) même si ce n'est pas le cas de la moto.
Ensuite j'ai attaqué la lecture et dès les premières pages j'ai aimé le style de Jane. Sa façon de sourire en coin en retenant sa réplique mordante. Elle est posée même si elle ne se laisse pas faire pour autant. Jane a ses idées, son caractères, ses défauts et assume très bien le tout. Enfin, plus ou moins bien. Disons qu'elle sait qu'elle ne peut pas changer ce qu'elle est et qu'elle fait au mieux pour s'en accommoder.
Jane est un être particulier. Appelée « Porteuse de peau » elle peut se transformer en n'importe quel animal dont elle arrive à récupérer un « bout » : une dent, un os… Et elle a son animal de prédilection, un puma, dont l'esprit cohabite avec le sien et appelé Bête. le livre étant écrit à la première personne, nous faisons connaissance simultanément avec Jane et Bête. J'ai beaucoup aimé l'alternance entre les deux « personnage », l'opposition de pensée entre l'homme et l'animal qui au fil du temps sont devenus complémentaire.
L'intrigue est aussi très bien menée. Engagée par un vampire pour en tuer un autre, même s'il est pariât, Jane plonge dans leur monde, elle qui d'ordinaire les tue. Elle apprend leur mode de fonctionnement et leur politique complexe et s'adapte. Contrairement à ce qu'elle aurait elle-même cru. Elle mène l'enquête et nous mène par le bout du nez, jusqu'à la découverte du « coupable » que je n'attendais vraiment pas.
De plus, j'ai beaucoup aimé l'ambiance de la ville retranscrite par l'auteure. J'ai découvert un peu de la Nouvelle-Orléans.
J'ai beaucoup aimé ce livre, qui m'a fait renouer avec les Anita Blake du début. J'aime beaucoup Jane et je pense que je vais faire un petit bout de route avec elle…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
WCassiopee
  22 mars 2014
Ce fut une très belle surprise en ce qui concerne cette saga.
On a l'impression d'arriver en plein milieu de la série, Jane sort tout juste de convalescence après avoir détruit un nid de vampires parias et est en route pour passer un entretien à la Nouvelle-Orléans afin d'avoir un nouveau contrat. Un vampire fou est en train de s'en prendre à ses congénères et aux habitants de la ville.
On pourrait s'inquiéter de tomber sur une n-ième saga d'urban fantasy avec encore une tueuse de vampires, qui plus est à la Nouvelle-Orléans (décidément, cette ville est particulièrement appréciée), mais l'auteur a su se démarquer avec le personnage de Jane qui a des talents bien particuliers.
Jane est d'origine Cherokee et elle est une porteuse de peau, ce qui signifie qu'elle peut, sous certaines conditions, se transformer en animal. Attention, ce n'est pas aussi simple que pour les métamorphes que l'on croise dans bien des sagas. Ici, cela nécessite des règles et engendre des risques. Tout cela est extrêmement bien expliqué dans le livre et le travail réalisé par l'auteur est très bon.
Mais Jane a une autre particularité, elle possède un second esprit en elle : la Bête. Lorsqu'elle se transforme en animal, c'est cette dernière qui prend les commandes, elle devient l'alpha et Jane la bêta. Ainsi, la narration se modifie, ces changements de point de vue sont vraiment très intéressants et surprenants au début. Autant notre héroïne pense comme une humaine, autant la Bête comme un animal, avec son instinct, ses envies, ses besoins. Leur cohabitation, forcée, les oblige à faire bon ménage, mais ce n'est pas toujours facile.
Tout au long du livre, l'auteur nous livrera des informations sur Jane, sur ce qu'il s'est passé avant que l'on prenne l'histoire en cours de route, mais aussi des réponses sur son passé qu'elle-même ignorait. Celui-ci est un grand point d'interrogation pour elle comme pour nous, mais cet opus répondra à de nombreuses questions grâce à ses rencontres et aux événements qui vont se produire.
Bien que les porteurs de peau ne soient pas connus du grand public, les vampires et les sorcières le sont. On va découvrir, trop peu à mon goût, ces dernières via la relation de Jane avec sa meilleure amie Molly. Les sorcières obéissent à des règles et des codes, on devine qu'elles peuvent faire beaucoup de choses et qu'elles possèdent un grand pouvoir, toutefois le sujet reste survolé dans ce tome. J'espère que l'auteur donnera plus d'informations par la suite.
On découvre aussi avec l'héroïne le monde des vampires dit "sains". Jusqu'ici, elle n'a rencontré que ceux qui étaient devenus dangereux et pour lesquels il était nécessaire d'agir, ou plutôt qu'il était temps d'éliminer. On va apprendre comment fonctionne leur monde, leur hiérarchie, leur environnement, les humains qu'ils côtoient etc. Cette société est complexe, il y a de nombreux enjeux politiques et Jane va se retrouver au milieu de tout cela. Elle va tout faire pour se tenir hors des intrigues, mais cela ne sera pas facile car le paria est un vampire, il lui est donc nécessaire de s'intéresser de près à leurs activités.
Les personnages sont très nombreux et aux caractères assez différents. Katie et Léo, les deux vampires qu'elle va le plus rencontrer, les gardes du corps des vampires : Troll, Gros-Bras, les jumeaux, mais aussi Rick Lafleur (sérieusement ? Il n'y a pas plus cliché comme nom...), petit truand qui connaît bien la ville, sans parler de Jodi, la flic et contact des vamp's dans la police. Il y a encore bien d'autres personnages, ce qui donne de la richesse à l'oeuvre. On s'y retrouve facilement et ce, principalement, grâce aux petits surnoms que la tueuse va donner aux personnes qu'elle va rencontrer. C'est intéressant de découvrir tous les protagonistes, de voir et comprendre leur rôle dans l'histoire et quels sont leurs objectifs.
L'écriture est agréable, les chapitres sont courts et le livre se lit tout seul. Les changements de narrateurs entre Jane et la Bête donnent du rythme au récit. L'action est au rendez-vous et on peut dire que l'héroïne connaît son boulot. Elle est efficace, et des plus compétentes. On ne passe pas par la phase, j'apprends, je découvre, on est directement en contact avec une professionnelle qui sait ce qu'elle fait.
En conclusion, c'est une saga prometteuse, très intéressante et riche de par son univers, ses codes et ses règles. L'auteur a fait un très bon boulot et présage d'excellentes choses pour la suite !
Lien : http://wlatetedanslesetoiles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
MariloupMariloup   20 avril 2014
_ Jane? balbutia-t-il.
Mon regard croisa le sien.
_ Ouais. Est-ce que tu as appelé une ambulance?
_ Des renforts. J'ai appelé... (Il marqua une pause pour respirer.) ... des renforts. (Je réfléchis un instant. Du vocabulaire de flic. Sans lui en demander la permission, je fouillai ses poches.) C'est pas le moment, bébé. Je ne suis pas vraiment en état pour... une partie de jambes en l'air.
ça me fit rire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MariloupMariloup   20 avril 2014
_ Je suis venu voir si tu voulais monter.
_ Quoi?
Des images de félins en plein accouplement, de grognements et de morsures se bousculèrent dans mon esprit. Son sourire s'élargit encore plus, il était plein de sous-entendus. C'était une chose à laquelle j'avais du mal à résister.
_ A cheval, précisa-t-il comme à une demeurée et sur un ton qui laissait à supposer qu'il voyait défiler les images dans ma tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MariloupMariloup   03 avril 2014
La Bête ne fait, d'une certaine façon, pas partie de ma nature de porteuse de peau. C'est une entité à part entière: elle partage mon corps et parfois même mon esprit. Si j'essaye de la retenir quand elle veut sortir, elle force et se fraye un chemin quoi qu'il arrive. Je n'ai pas un contrôle total sur elle. Je suis intimement persuadée que si d'autres porteurs de peau existent, ils n'ont pas d'entité qui cohabite dans leur âme. Je ne sais pas comment nous nous sommes retrouvées ensemble. Y penser me laisse toujours un goût amer que je ne parviens pas à expliquer. J'ai l'impression que la Bête le sait mais qu'elle me le cache.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MariloupMariloup   02 avril 2014
Je braquai le guidon de ma moto, tournai sur Decatur Street puis baissai les gaz en m'aventurant plus profondément dans le Quartier Français, accompagnée du ronronnement du moteur. Mon fusil, un Benelli M4 Super 90 placé en bandoulière sur mon dos, était chargé de munitions pour vampires, des cartouches remplies de fléchettes en argent, faites main. A la ceinture, je portais une sélection de crucifix également en argent cachés sous ma veste en cuir, ainsi que des pieux attachés aux passants qui ornaient les jambes de mon jean. Les sacoches de ma bécane contenaient le peu d'effets personnels emportés pour ce voyage: des vêtements d'un côté, les outils nécessaires à cette affaire de l'autre. En tant que tueuse à gages de vampires, je voyage léger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MariloupMariloup   15 avril 2014
Une fois à l'intérieur, je détachai la bandoulière de mon Benelli et le posai sur la table de la cuisine avec mon casque. Puis j'enlevai mes gants, mon collier en cotte de mailles et plusieurs crucifix. En retirant les pieux et autres lames que je portais, de la boue séchée s'effrita et s'éparpilla à terre avec de petits bruits étouffés. Je sentais la sueur. Gros Bras appuya une de ses hanches contre le plateau de la table et m'observa me défaire de tout ça. Son regard était froid, mais il avait toujours cette amorce de sourire au coin des lèvres.
_ Est-ce que je suis censé fourrer un billet dans ta jarretière à la fin du spectacle?
Incapable de m'en empêcher, j'éclatai de rire. Il sourit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1719 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre