AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782381220796
416 pages
Hauteville (10/03/2021)
4.09/5   45 notes
Résumé :
Et si quelqu'un vous en voulait à mort ?

Tout le monde n'a pas le cœur à réveillonner pendant les fêtes de fin d'année. À Oxford, un incendie a réduit en cendres la maison de la famille Esmond. Parmi les décombres, les corps de deux enfants. Le plus jeune est mort, le pronostic vital de l'aîné est réservé. Que faisaient-ils seuls dans la maison ? Où est passée leur mère ? Pourquoi leur père est-il injoignable ?
Cette affaire met à rude épreuve ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 45 notes
5
4 avis
4
10 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis

iris29
  23 juin 2021
Troisième tome des enquêtes du flic Adam Fawley, qui peut se lire indépendamment ,mais il y a deux ou trois choses à savoir sur lui auparavant.
Il traverse une très mauvaise "passe", son fils s'est suicidé (quelques mois avant le premier tome), sa femme depuis, ne cesse de lui parler d'adoption, mais il ne veut rien entendre, du coup elle l'a quitté , elle a besoin de temps pour réfléchir...
Je crois que le fait que son fils se soit suicidé , est la seule chose que je n'aime pas dans cette série, c'était un enfant, et ça me dérange... J'imagine que l'autrice s'est renseignée avant sur le suicide des enfants, que ça existe, mais ça me dérange...J'imagine qu'on aura peut-être une explication dans un prochain tome ... Cara Hunter est une écrivaine qui ne pratique pas l'angélisme au sujet des enfants, la fin de " Sous nos yeux " était dérangeante aussi . Alors pourquoi je continue cette série , me direz-vous ?
Eh bien , l'autrice réussit à retranscrire parfaitement le vrai boulot d'une enquête, l'ambiance d'un commissariat, les avancées , les reculs, le découragement, les petites victoires, les rivalités pour des postes, les collègues suffisants, ceux qui sont sympas, les rapprochements, les réseaux sociaux qui blablatent au sujet d'un crime sans savoir de quoi ils parlent, et le mal qu'ils peuvent faire. Vraiment ultra réaliste , cette série ! D'ailleurs, elle sera l'objet d'une adaptation télévisée, très bientôt.
Dans ce tome, le lecteur n'y verra que du feu, Cara Hunter va vous empapaouter la tête , jusqu'à la solution finale...Qu'est-il arrivé à la famille Esmond en ces fêtes de fin d'année à Oxford ? Leur maison a pris feu, et l'on y retrouve le corps des deux enfants, le plus jeune est mort et le deuxième dans un sale état. Les parents ont-ils fiché le camp ? Sont-ils responsables, lui le professeur d'université et elle, femme au foyer ? Accident ? Meurtre ?
Nos enquêteurs ont fort à faire, le coeur au bord des lèvres, les morts d'enfants, forcément , les flics n'aiment pas, ils n'arrivent pas à avoir le recul nécessaire, recul exigé pour travailler sérieusement. Et Fawley plus que les autres...
Captivant, sérieux, efficace, ultra réaliste.
L'auteure réussit à revisiter les codes du roman policier à l'ancienne mais en y rajoutant un petite touche de modernisme, en y incluant par exemple, des extraits d'échanges sur les réseaux sociaux, un procédé que j'avais beaucoup apprécié dans son premier tome "Sous nos yeux". Rien à dire, du bon boulot
Vivement la série télévisée..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          478
Analire
  03 mai 2021
Durant les fêtes de fin d'année, la maison de la famille Esmond prend feu. À l'intérieur, les pompiers découvrent plusieurs cadavres : le petit Zachary, 4 ans, sa mère, Samantha et le frère aînée, inconscient mais vivant. Aucune trace du père de famille. L'inspecteur Fawley met toute son équipe sur le coup, d'abord pour retrouver monsieur Esmond, porté disparu, puis pour comprendre les circonstances qui ont causé l'incendie de cette maison familiale.
J'ai d'abord été étonnée de la structure du récit, qui n'est pas séquencé en chapitres distinctes. Ainsi, les scènes s'enchaînent les unes à la suite des autres, parfois sans marqueur précis, excepté un saut de ligne presque imperceptible. C'est une subtilité qui donne son originalité à l'histoire et qui la rend d'autant plus oppressante qu'il paraît n'y avoir aucun temps mort. Il faut donc être suffisamment concentré pour suivre l'avancée de l'enquête, mais aussi pour s'y retrouver parmi la myriade de personnages qui peuplent le récit. Les inspecteurs sont nombreux (trop même), il est parfois compliqué de s'y retrouver parmi leurs différentes fonctions et de comprendre précisément quel est leur lien hiérarchique. Il faut dire que Que du feu est le troisième épisode des enquêtes de l'inspecteur Fawley. Je pense donc que les personnages principaux récurrents ont dû être développés précédemment, d'où le peu d'informations que l'on peut percevoir sur eux et les quelques anecdotes qui font référence aux tomes précédents, dont je n'ai pas saisi la subtilités. Mais cela n'empêche en rien la lecture de ce récit.
Le suspense est maintenu jusqu'au dénouement. Cara Hunter essaie de nous induire en erreur durant l'ensemble du récit, de façon à ce qu'on se mette à soupçonner l'ensemble des protagonistes impliqués dans l'incendie. Samantha, la jeune mère, souffrait d'une dépression postpartum lié à sa dernière grossesse ; elle prenait des antidépresseurs en quantité, avait des visions parfois paranormales et n'étouffait pas ses enfants d'amour comme il est courant de le voir chez les parents ordinaires. le frère aîné des Esmond, quant à lui, semblait ressentir de la jalousie à l'encontre de son jeune frère ; moins d'attention de la part de ses parents et des adultes en général, plus de souplesse pour son jeune frère, à qui l'on passe plus de choses qu'à lui. Enfin, la mystérieuse disparition du père n'arrange pas son cas : pourquoi se cache-t-il ? A-t-il quelque chose à se reprocher ? Si oui, pour quelle raison a-t-il commis cet acte ignoble ? Autant de questions qui turlupinent notre esprit durant l'ensemble de notre lecture – pour notre plus grande joie !
Un thriller à suspense, fluide et bien enchâssé, qui nous tient en haleine jusqu'au dénouement. Attention toutefois, pour une meilleure compréhension, il serait judicieux de lire les deux enquêtes précédentes de l'inspecteur Fawley, à savoir Sous nos yeux et Dans les ténèbres.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Killing79
  22 avril 2021
Je ne vais pas vous mentir. Je n'avais jamais entendu parler de Cara Hunter avant de commencer ce livre. C'est donc en toute prudence que j'ai abordé la troisième enquête d'Adam Fawley.
Suite à un incendie criminel impliquant une famille, son équipe policière s'intéresse aux membres de celle-ci. Lors des investigations, elle va s'attarder sur les personnalités des différents protagonistes. A travers les portraits que l'on découvre, apparaissent plusieurs thèmes comme la dépression post natale, la rivalité fraternelle ou la succession familiale. Ainsi à chaque nouvel indice, une nouvelle piste se dessine. Les mobiles du crime varient et le suspect hypothétique change au fur et à mesure, à tel point que toutes les spéculations s'avèrent fausses.
Contrairement aux autres romans de ce genre, « Que du feu » n'est pas construit avec des courts chapitres, censés donner du rythme. Il n'y a d'ailleurs pas de chapitre du tout. le récit est d'un seul bloc même s'il est parfois entrecoupé d'articles de journaux, de réactions de réseaux sociaux ou de rapports d'autopsie. Malgré cette construction originale, je n'ai pas ressenti de manque de souffle. L'écriture de l'autrice est agréable et la dramaturgie maîtrisée. Je suis resté absorbé par cette histoire aux multiples tiroirs, jusqu'au final déroutant où les retournements de situations s'enchainent.
En débutant par le troisième épisode, je suis bien sûr passé à côté de certains clins d'oeil mais ma lecture n'en a pas été dérangée. Une chose est sûre, je vais m'intéresser aux enquêtes précédentes, afin de rattraper mon retard. Je suis ravi d'avoir croisé le chemin de l'anglaise Cara Hunter. Son style est parfaitement en adéquation avec mes préférences en termes de polar. Si, comme moi, vous n'aviez jamais entendu ce nom, je vous propose d'y remédier parce que pour moi, ce fut une belle découverte ! A suivre…
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
NatachaMNEA
  10 décembre 2021
En cette periode de festivité, de fin d'année un terrible incendie ravage une maison d'Oxford.
Une maison ou vive quatre personnes, deux adultes avec leur deux enfants âgés de dix et trois ans.
Malheureusement le plus jeune est retrouvé décédé dans les décombres et le plus âgé est vraiment mal en point.
Mais alors... ou sont les parents ? Pourquoi avoir laissé seul leur deux jeunes garcons ?
Cet incendie est il domestique ? Ou pire... Criminelle ?
Troisième enquête d'Adam Fawley et toujours autant de plaisir !
L'écriture est très agréable. L'ambiance est glauque. Ce livre m'a serré le coeur à plusieurs reprise.
Cara Hunter à vraiment le don de capter son public en créant un univers rempli de tristesse, une équipe qui ne lâche rien malgré ses propres problèmes ! Une équipe très attachante.
Cette auteure est vraiment à suivre, chacun de ses livres est passionnant !
Commenter  J’apprécie          140
maryne_lectrice
  31 mars 2021
Bonjour. 😊 Comment ça va ?
🍃
Aujourd'hui parlons de Que du feu de Cara Hunter.
🍃
J'ai passer une très bonne lecture. Entre secret de famille, drame, enquête, retournement de situation en ne s'ennuie pas !! 😄
🍃
A Oxford, un incendie à réduit en cendres la maison de la famille Esmond. Parmi les décombres, les corps de deux enfants. le plus jeune est mort.
Que faisaient-ils seuls dans la maison ? Ou est passé leur mère ? Pourquoi leur père est injoignable?
🍃
J'ai adoré découvrir cette histoire. Qui fait froid dans le dos. Un roman suspense très bien construit mais sans chapitre. Malgré ce manque le roman est très bien construit, parfois nous somme plonger au coeur de la vie de la famille avant l'incendie. Parfois plonger dans les tourment de l'enquêteur. Parfois ramener dans des mensonge sans fin...
Bref ! Une histoire très complète, une fin malgré tout un peu trop prévisible à mon goût, les secrets qui entoure ce drame sont très prenant.
J'ai pa pu lâcher ce livre qui vous aggripe entre les pages.
La plume est vraiment agréable, fluide, parfois drôle et l'auteure manie avec brio le temps suspendu.
Je me suis prit d'affection pour les personnes qui enquête sur ce tragique feu. Ça apporte un petit plus à l'histoire et ça apporte un moment de "relachement" qui permet de réfléchir aux pourquoi du comment de ce drame.
C'est un livre que j'ai vraiment apprécié découvrir. Cette collection de chez @editionshauteville me plaît à chaque fois. Ils publient de très bon livre !!😉
Franchement j'ai tout apprécier j'ai juste noter à un moment une transition mauvaise d'un nouveau indice dans l'histoire mais bon en sois c'est pas très grave et peut être que vous ça ne vous dérangera pas.
J'ai tout apprécier que se soir la couverture, cette famille qui subit le drame, la construction du livre. Parfois nous avons des conversations téléphoniques, ça apporte un vrai rythme.
Bref une très bonne lecture ! Que je vous conseille avec plaisir. 😁
🍃
Ça vous tente ? Vous l'avais lu ?
🍃
Bonne journée et bonne lecture ❤️
🍃
#bookstagram #bookstagramfrance #servicepresse #lecture #lectrice #livre #balancetachronique #instalivre #livrestagram #roman #suspense #chat
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   28 avril 2019
I bloody hate Christmas. I suppose I must have liked it once, when I was a kid, but I don’t remember. As soon as I was old enough I’d walk – anything to get out of the house. I never had anywhere to go, but even walking the streets in circles was better than sitting around the living room staring at each other, or the exquisite torture of yet another Only Fools and Horses Christmas Special. And the older I’ve got the more I loathe this time of year. Cheery festive tat from the end of October to long after New Year. You’ll change your mind, people said, when you have kids; you’ll see – Christmas with a child of your own is a magical time. And it was. When we had Jake, it was. I remember him making the most amazing paper decorations, all on his own – reindeer and snowmen and polar bears in cut-outs and careful, intricate silhouettes. And we had holly, and oranges in the toes of knitted stockings, and little white lights strung across the garden. I remember it actually snowed one year, and he sat there, at his bedroom window, completely entranced as huge flakes swirled softly down, barely heavy enough to fall. So yes, it was magical. But what happens when you’ve lost the child who made it so – what then? People never talk to you about that. They don’t tell you how to cope with the Christmas that come After. Or the next, or the one after that.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
iris29iris29   23 juin 2021
Comment un universitaire peut se payer une baraque de ce genre dans le quartier. A votre avis, ça vaut combien, ça... Cinq millions ?
Plus, si vous voulez mon avis. Par ici les maisons sont divisées en grandes, petites, grandes-petites et petites-grandes. On peut affirmer que celle-ci est grande. Et même grande-grande.
Commenter  J’apprécie          140
AnalireAnalire   30 avril 2021
Aussi différentes que puissent être nos vies, la façon dont nous les quittons ne varie guère. Pas de nos jours. Les crématoriums sont comme des McDonald's. Identiques dans chaque ville. Même disposition, mêmes chaises, mêmes rideaux d'apparence acrylique. Et, dans la majorité des cas, cette même impression gênante d'un groupe d'endeuillés qui sortent en paquets par l'arrière juste au moment où le prochain convoi arrive à la porte de devant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
iris29iris29   24 juin 2021
Parfois, partager une préoccupation rend juste les choses deux fois pires - en particulier si les gens vivent loin et ne peuvent rien faire de concret pour aider.
Commenter  J’apprécie          150
iris29iris29   23 juin 2021
L'acte de familicide en lui-même, poursuit Gow, est couramment précédé d'un changement de comportement notable les mois antérieurs; l'homme en question devient impulsif, imprévisible, agressif, volage, exactement comme ton homme..
Commenter  J’apprécie          80

autres livres classés : enquêtesVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2414 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre