AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 282461000X
Éditeur : City Editions (02/08/2017)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Paulette a 85 ans, un caractère bien trempé, et pas toute sa tête. Enfin, à ce qu’elle prétend. Lorsqu’elle se retrouve bien malgré elle la nouvelle pensionnaire de l’Auberge de Monsieur Yvon, elle n’a qu’une obsession : en partir ! Mais c’est sans compter sur l’étrange fascination que les autres habitants et leurs secrets vont bientôt exercer sur elle.

Que contiennent ces lettres mystérieuses trouvées dans la chambre de Monsieur Georges ? Qui est l’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Chrichrilecture
  15 octobre 2017
Rides de tristesses
Pauvre Paulette on ne peut pas dire qu'elle a rut une fin de vie heureuse, entre sa belle-fille, son fils l'auberge et sa maladie plus les problèmes de ses nouveaux amis. Ils vivent tous avec une épée de Damoclès sur la tête surtout Paulette, Nour, et monsieur Yvon
A aucun moment j'ai eu envie de rire en lisant cette histoire. Si je devais donner un titre a ce roman sa serai Une bien triste fin de vie. Après chacun est libre de voir le bonheur comme il le souhaite.
Commenter  J’apprécie          380
cathy13600
  27 juillet 2017
C'est le premier opus que je lis d'Anne-Gaëlle Huon.
Au vu des appréciations extrêmement positives lues sur un site de commerce électronique américain, cette lecture s'est imposée à moi car je cherchais quelque chose de rafraîchissant, de léger, ne nécessitant pas de réflexion.
Son adorable couverture et les posts dédiés sur le compte Instagram de l'auteure ont fini de me séduire.
Venant de tourner la dernière page, je dois dire que j'ai passé un agréable moment.
Avant de porter un regard critique sur ce sympathique écrit, il est à mon avis intéressant d'en résumer le contenu :
Dès que nous ouvrons le livre, nous nous immergeons dans la vie de Paulette, grande dame octogénaire, qui s'apprête à rejoindre, à son corps défendant, une maison où l'on prendra soin d'elle au quotidien…
A peine arrivée, elle rêve d'en partir !
Comment va-t-elle s'y prendre ? Son voeu sera-t-il exaucé ? Comment va-t-elle être accueillie et quelles seront ses relations avec les autres occupants ? Quels rôles vont-ils jouer ?
Et si sa vie allait changer du tout au tout… Allez savoir !
Je ne vous en dirai pas plus et vous laisse le loisir de découvrir la suite un jour ou l'autre…
Si dans l'ensemble je ne regrette absolument pas mon choix, je vous avoue que j'ai tout de même eu du mal à rentrer dans cette histoire et puis avec l'installation de notre chère amie dans sa nouvelle demeure j'ai ressenti un réel plaisir de lecture. Les trois premiers chapitres sont beaucoup moins intéressants à mon humble avis.
Dès que j'ai franchi le seuil de l'auberge de Monsieur Yvon en compagnie de notre héroïne, j'ai été immédiatement conquise par l'atmosphère familiale qui y régnait.
J'ai vraiment eu l'impression de partager le quotidien des pensionnaires hauts en couleur de cet établissement.
J'ai éprouvé de la peine au moment des adieux. le temps d'une intrigue, ils ont occupé une grande place dans ma vie et c'est, à mon sens, une grande force de ce roman. le processus d'identification est à son comble, si j'ose m'exprimer ainsi.
J'ai eu un faible pour notre protagoniste principale qui sous son air bougon voir bourru, conséquence d'un caractère bien trempé, est en fait une vielle dame de quatre-vingt-cinq ans pleine d'empathie et de bon sens. Elle m'a touchée et émue.
J'ai été charmée par la prévenance et les yeux doux de Monsieur Georges. Comme quoi, l'amour n'a pas d'âge !
Marceline et son côté boute-en-train n'est pas en reste tout comme ses autres amis.
Texte plaisant, émouvant où s'entremêlent des instants loufoques avec d'autres plus sérieux, voir tristes.
Je suis passée par toutes les émotions : j'ai ri, aimé, détesté, approuvé, méprisé, versé quelques larmes tout au long de l'aventure.
C'est un hymne à l'amitié, à l'importance d'être ensemble et surtout une véritable démonstration quant à la nécessité de faire attention à son prochain.
La trame de ce récit est originale et bien construite. L'auteure s'est visiblement bien documentée pour coller au mieux de la réalité dans la description, notamment, du fonctionnement d'une pension de famille.
Plume fluide, délicate. Anne-Gaëlle est indéniablement douée pour l'écriture. Je trouve qu'elle a une manière, bien à elle, de faire chanter les mots.
Vous cherchez un bouquin distrayant pour vous accompagner durant vos vacances à la mer, à la montagne ou autre ? Cet ouvrage dont l'ambiance générale est réussie est fait pour vous.
Je m'attellerai avec joie, dans un futur proche, à la lecture de « Buzz », le premier de ses livres.

Lien : https://www.instagram.com/li..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
Marie-Nel
  25 octobre 2017
e viens de finir ce roman, et je suis remplie d'émotions ! J'ai pu le découvrir grâce à la Masse Critique de Babelio que je remercie, c'est toujours un grand plaisir de lire au format papier. J'avais choisi ce roman car j'étais attirée par la couverture et son contraste avec le titre. On y voit une jeune femme de dos avec un bagage à la main, regardant vers le lointain, que peut-elle voir ? Qu'a-t-elle à nous raconter ? Où va-t-elle ? En lisant le résumé, je me suis aperçue que le personnage principal était une personne âgée de 85 ans, quel rappport avec la jeune femme de la couverture ? On le comprend au fur et à mesure de la lecture, le bonheur n'a pas de rides, il peut toucher à n'importe quel âge, et la jeune femme devenue plus âgée peut toujours regarder vers l'avenir !
J'ai donc fait la connaissance de Paulette, qui fait tout pour que son fils la mette en maison de retraite. Au début je me suis demandé pourquoi, c'est peu commun. Mais lorsqu'on se rend compte comment est sa belle-fille et que les vacances de son fils se profilent à l'horizon, on comprend mieux Paulette de préférer passer quelques temps en villégiature plutôt qu'avec ses enfants ! Elle joue au jeu de la grand-mère qui perd la tête pour persuader son fils de l'emmener dans une maison de retraite haut de gamme dans le sud de la France. Toute à sa joie de partir, qu'elle n'est pas sa surprise lorsque son fils et sa belle-fille l'emmènent à une centaine de kilomètres de Paris, dans une auberge faisant pension, bien loin du grand confort qu'elle souhaitait et en plus isolée de tout. Pour montrer son désaccord et pour essayer à tout prix de partir de là pour aller dans le sud, elle va en faire voir de toutes les couleurs aux autres pensionnaires, au patron de l'auberge, aux employés. Une véritable Tatie Danielle !! Son naturel très curieux la pousse à fouiller et à découvrir les petits secrets de chacun.
On ne peut s'empêcher de sourire aux facéties de Paulette, à ses bougonnements, au désordre qu'elle peut mettre. Elle en est même un peu insupportable, on ne peut pas dire qu'elle manque de caractère et qu'elle ne sait pas ce qu'elle veut !! En même temps, on découvre la vie à l'auberge et les autres pensionnaires qui sont eux aussi hauts en couleurs et ont leur histoire bien particulière. Il y a le patron, Monsieur Yvon, qui aime plus que tout proposer des frites au menu, mais Nour, la cuisinière, ne le voit pas sous cet angle. Marcelline persécute gentiment Monsieur Georges pour faire du sport, celui-ci est un inconditionnel des courses de chevaux et profitent de ses escapades au village voisin pour assouvir sa passion. Juliette, la jeune femme de ménage, trouve un carnet bien étrange dans une bibliothèque, sans oublier Hippolyte qui chasse les limaces du jardin de Monsieur Yvon. Tout ce petit monde vit ensemble, joue au Cluedo le soir et chacun fait de son mieux pour l'entente de tous. Mais le passé rattrape certains, d'anciennes histoires refont surface et désorganisent la vie.
Autour de Paulette et de sa propre vie, c'est l'histoire également de celle des autres personnes, ce qui fait un roman dense, car on suit plusieurs personnages à la fois. C'est la très grande force de ce roman, impossible de trouver la lecture lassante ou ennuyeuse ! L'auteure, grâce à un style fluide, partage avec le lecteur tout ce qu'il se passe au quotidien dans cette auberge. Dès le début, elle m'a ainsi emmenée dans la vie de Paulette, elle m'a fait sourire, et ensuite chez Monsieur Yvon, où j'ai fait la connaissance de tout ce petit monde, des difficultés et des petits bonheurs de chacun. Plein de moments de tendresse, d'amitié, d'amour aussi, d'entraide et de partage entre des personnes qui forment au fur et à mesure qu'ils apprennent à se connaître une véritable famille. La vie ne va pas épargner Paulette, elle va se rendre compte avec tout ce qu'il se passe autour d'elle et qui la touche parfois personnellement que la vraie richesse se trouve bien souvent dans le coeur. L'auteure a tout simplement raconté la vraie vie, bien sûr concentrée sur peu de personnages, mais on se reconnaît un peu dans chacun d'entre eux. le final m'a surprise, je pensais qu'on allait arriver vers un happy end, ce n'en est pas tout à fait un, l'émotion est en tout cas très forte !
C'est un roman que j'ai dévoré, je me suis prise au jeu et j'ai aimé suivre chacun d'entre eux, j'ai ressenti chaque émotion, chaque douleur, chaque joie. L'auteure a dépeint de nombreux tableaux de vie en l'espace d'un écrit, avec pour certains énormément de poésie dans les mots. Dans ses remerciements, on apprend que son père était aubergiste, pas étonnant que les décors, les précisions dans le jardinage ou la cuisine soient si réalistes !
C'est avec beaucoup de tristesse que je quitte Paulette, Messieurs Georges et Yvon, Juliette, Nour, Marcelline et Hippolyte, ils ont trouvé tous à la fin du roman leur recette personnelle du bonheur, je ne vais pas les oublier de sitôt tellement ils m'ont marquée.
Je ne peux que vous conseiller cette lecture, où l'on est transporté dans un monde qui ressemble au notre sur bien des points et où l'on prend conscience, si ce n'est déjà fait, de la valeur de la vie, en l'appréciant à chaque instant et prendre les petits moments de bonheur lorsqu'ils se présentent, les emmagasiner dans nos souvenirs pour les garder pour plus tard lors de moments plus difficiles.
Pour moi, ce roman est une belle leçon de vie !
Extraits :
« Tu vois, la vie c'est profiter du voyage sans se soucier de la destination. Ce n'est pas attendre que l'orage s'arrête, mais apprendre à danser sous la pluie. »
« L'amour vient sans préméditation, sans courbe mathématique, sans statistique. Il fuit les inventaires, la logique, se complaît dans l'irrationnel et se nourrit de mystère. »
Lien : http://marienel-lit.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MarquePage
  27 septembre 2017
Merci à Babelio et les éditions City pour cette découverte via Masse Critique.
La lecture est très agréable, la plume fluide, les chapitres courts avec des pages qui se tournent presque toutes seules. Un bon moment avec légèreté et de bons sentiments.
J'ai adoré le début avec Paulette qui est drôle, qui a du caractère et qui fait tourner les autres en bourrique. On la découvre peu à peu à travers les pages. Mais c'est surtout à la fin où elle se dévoile vraiment, plus en profondeur.
Elle est accompagnée et multiples personnages haut en couleur. Ils sont attachants malgré qu'ils soient un peu caricaturaux. Ils forment tout de même une belle bande de joyeux lurons avec laquelle on ne s'ennuie pas.
Si le ton est léger au début, surtout basé sur l'humour, ça bascule dans la deuxième moitié du livre dans l'émotion. Si j'aimais bien la première partie pour le côté tatie Danièle de Paulette qui n'aimait personne et n'en faisait qu'à sa tête, j'ai trouvé l'autre partie un peu trop de bons sentiments. On ne tombe jamais dans la mièvrerie et il est agréable de découvrir la vraie nature de Paulette. Cependant c'est plus attendu et classique. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, tout s'arrange dans le meilleur des mondes. Un peu fatigant.
La fin réserve quelques belles surprises. J'avais peur de certaines questions restent sans réponse. Mais non tout est résolu. Un bel happy end sans trop en faire.
Il y a juste un petit truc qui m'a choqué (et qui choquera certainement que moi) : le mot cancer n'est jamais utilisé, l'auteur préférant une métaphore avec le crabe. Et bien sur tous les détails sur les soins intensifs.
Bref une lecture sympathique, on passe un bon moment, sans que ça soit transcendant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ladoryquilit
  01 septembre 2017
Paulette, 85 ans, a un plan tout défini pour parvenir à ses fins et partir dans la maison de retraite de ses rêves dans le Sud de la France. Elle fait celle qui perd la tête, qui devient sénile pour que son fils l'y envoie, sauf que la destination n'est pas celle qu'elle attendait et elle termine dans une auberge de campagne. Bien décidée à quitter cet endroit au plus vite, rapidement, elle se fait rattraper par sa curiosité, et même son obsession pour les autres pensionnaires. Entre Monsieur Georges et ses lettres, le chantage dont semble être victime Monsieur Yvon et tous les autres. Finalement, elle y reste, et lorsque c'est à son tour d'avoir besoin d'un coup de pouce ils sont tous présents à ses côtés, tous unis par une belle amitié.
Après avoir croisé plusieurs fois le nom d'Anne-Gaëlle Huon sur les réseaux sociaux et être tombée sur une critique élogieuse du Bonheur n'a pas de rides, il n'en fallait pas plus pour que je me laisse séduire par ce roman et que je me plonge dedans avec délice à la rencontre de Paulette.
Dès les premières pages, le ton est donné avec Paulette. Cette mamie de 85 ans ne recule devant rien pour parvenir à ses fins, quitte à en faire des tonnes pour que son fils l'envoie dans sa maison de retraite de rêves. Alors quand elle échoue dans cette auberge au fond de la campagne, tous ses espoirs disparaissent. Mais alors que notre tendre mamie est décidée à mener la vie dure aux autres pensionnaires, elle ne peut finalement que porter un intérêt à chacun d'eux. Il n'y a pas d'âge pour se faire des amis, pour retrouver le bonheur et pour vivre pleinement comme on le souhaite et Paulette nous le prouve !
C'est un roman plein de bonne humeur, d'humour et de bons sentiments le bonheur n'a pas de rides. Un roman qui fait plaisir, sourire et qui fait du bien. Notre héroïne de 85 ans est une vraie boule d'énergie dont on ne se lasse pas, et derrière son côté bourru et taciturne se cache en fait une vieille dame tendre et emplie de bon sens. Inutile de vous préciser qu'elle nous touche et qu'on s'attache beaucoup à elle. Mais il y a aussi tous les autres personnages que nous croisons à son arrivée à l'auberge, le patron, la petite cuisinière, la jeune fille solitaire, le jeune homme un peu à l'ouest et j'en oublie volontairement pour que vous les rencontriez de vous-même, mais chacun a sa particularité, sa propre histoire qui font que nous nous attachons aussi à eux.
De plus, dès que la porte est franchie, nous tombons sous le charme de l'auberge de Monsieur Yvon. Tout est tellement bien décrit, l'atmosphère de ce lieu, la façon dont cette pension fonctionne, les habitudes de vie de chacun des habitués. On ferme les yeux et on y est, attablé à une table le matin dans un coin pour siroter une grenadine, entouré de tous les pensionnaires à la tombée de la nuit autour d'une partie de Cluedo. C'est un lieu chaleureux, accueillant, un dont on rêve de pousser la porte le temps des vacances par exemple...
Anne-Gaëlle Huon offre avec le bonheur n'a pas de rides un roman plaisant comme une véritable bulle de fraîcheur, mais surtout un roman qui respire la vie ! Ce sont les rencontres que nous faisons à n'importe quel âge, les surprises de la vie qui viennent la bouleverser, les amitiés qui se nouent sans qu'on s'y attende, les secrets bien gardés pour préserver ceux qu'on aime, et ce, à tout âge. L'écriture de l'auteure est fluide, juste, tantôt teintée d'émotions et tantôt d'humour. On se laisse porter par sa plume avec délice le temps d'une lecture qui a tout d'une jolie parenthèse.
Comme un hymne à la vie, à l'amitié, à son prochain, le bonheur n'a pas de rides est un roman qui m'a fait passer par bon nombre d'émotions. J'ai rit plus d'une fois, j'ai souri énormément, et j'ai été émue jusqu'aux larmes sans m'y attendre. Surtout une fois la dernière page refermée, j'ai eu un gros pincement au coeur, comme une impression de quitter des amis beaucoup trop tôt.
Paulette et les pensionnaires de l'auberge de Monsieur Yvon n'attendent plus que vous, alors installez-vous tranquillement et confortablement, ils tiennent à partager avec vous un très bon moment...
N'attendez pas ! le bonheur n'a pas de rides d'Anne-Gaëlle Huon est disponible dès à présent en ebook et sera disponible dès le 13 septembre chez City Editions.

Lien : http://ladoryquilit.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
ChrichrilectureChrichrilecture   13 septembre 2017
Léon repoussa le dos de saumon d’un coup de patte.
Assis comme à son habitude sur le bord de la fenêtre, il se dorait le museau dans un rayon de soleil. Il se lécha les pattes avec application, réservant ses papilles pour quelque mets plus à son goût.
Nour, les poings sur les hanches et le torchon sur l’épaule, soupira.
C’était ainsi à l’Auberge de Monsieur Yvon : tout plat figurant au menu était rigoureusement goûté et approuvé par Léon, le chat de la cuisinière. Et Léon était très à cheval sur les assaisonnements. Il n’y avait que pour les pommes de terre frites que Monsieur Yvon ne voulait pas entendre parler des caprices de Léon. Les frites maison c’était sacré et Monsieur Yvon connaissait son affaire mieux que quiconque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
ChrichrilectureChrichrilecture   14 octobre 2017
Furieuse, elle se redressa et poussa la porte de la laverie. La vie n’était pas un conte de fées. Les histoires d’amour et les histoires tout court finissaient toujours mal. Et mieux valait s’en accommoder au risque de vivre dans une bulle qui vous asphyxiait à petit feu.
Commenter  J’apprécie          220
MarquePageMarquePage   27 septembre 2017
Juliette perdait pied. La responsabilité qui serait la sienne d'ici quelques mois lui parut soudain insurmontable. Comment elle, à peine capable de prendre soin d'elle-même, pouvait-elle prétendre élever seule cet enfant ? Le nourrir, subvenir à ses besoins, le rendre heureux enfin ? Et puis était-ce bien raisonnable d'ajouter une âme en ce monde quand on voyait tout ce qu'il charriait déjà de violences et de menaces, d'angoisses et d'incertitudes ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ChrichrilectureChrichrilecture   04 octobre 2017
Ça faisait une sacrée somme quand même. Rien que pour le chèque d’acompte, il lui faudrait siphonner la quasi-totalité de ses économies.
En temps normal, elle les aurait appelés pour leur exprimer le fond de sa pensée. Autant d’argent, ils n’y pensaient pas ! Fallait-il que ce soit le Président de la République qui se chargeât lui-même du nettoyage de la piscine ? Ou que le gazon du golf soit entretenu avec une pince à épiler ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MarquePageMarquePage   27 septembre 2017
- Quand comprendrez-vous que l'amour ne rentre pas dans des cases, des carreaux et des carnets ! S'agaça Nour. L'amour vient sans préméditation, sans courbe mathématique, sans statistique. Il fuit les inventaires, la logique, se complait dans l'irrationnel et se nourrit de mystère.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2651 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .