AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782849532171
160 pages
Éditeur : La Boîte à Bulles (04/02/2015)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Simon Hureau aime les chemins de traverse... Lors de ses périples, le bougre reste rarement sur les itinéraires touristiques : il aime s'échapper, carnet en main, pour voir ce qui se cache derrière le décor, le mode de vie des personnes demeurant là ainsi que mille détails drôles ou sordides qui échappent généralement aux yeux de ses congénères.
Absorbé par ce qu'il observe, il ne peut éviter certaines galères, le plus souvent amusantes pour le lecteur, comme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
MarcoPolo85
  04 mars 2015
Sympathique, détendant, drôle, pas prise de tête, ce recueil voyageur de Simon Hureau. On est pourtant bourlingué d'un continent à l'autre avec ce gus, en Afrique Équatoriale, dans le Sud Est Asiatique, en France, ou en Italie...
Pour tout dire, notre auteur, avec sa tête de premier de la classe n'a pas froid aux yeux quand il s'agit de traverser un terrain militaire au Burkina Faso, de dormir dans des palaces ou des cinémas en Italie ( se faisant virer par la Carabiniers), ou de vivre parmi des insectes tueurs dans la forêt tropicale Thaïlandaise.
Attention, notre dessinateur n'est pas là pour nous en mettre plein la vue. Loin de là. Les planches qu'il nous expose sont aussi diverses et variées qu'une cueillette de champignons dans la jungle Creusoise (dans notre cher Limousin – voir p110) ;
Simon Hureau est, en fait, un contemplatif. Et s'il est entré chez les militaires Burkinabés, c'est tout simplement à cause d'une vache bien singulière qu'il avait envie de croquer (enfin plutôt de dessiner). Ses nuits à la belle étoile, partout en France, c'est juste pour humer la nature.
Bon, c'est sûr, çà peut faire un peu ramassis de croquis de voyage son livre, si on ne s'y arrête pas un peu.
Mais moi, j'ai aimé son talent ; j'ai souvent souri à ses aventures. Et, çà fait du bien en ces temps où le crachin breton est permanent (et encore, s'il n'y avait que le crachin, tout irait bien...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
alouett
  25 février 2015
« Simon Hureau aime les chemins de traverse… Lors de ses périples, le bougre reste rarement sur les itinéraires touristiques : il préfère s'échapper, carnet en main, pour découvrir et croquer l'envers du décor, le mode de vie des personnages demeurant là ainsi que mille détails drôles ou sordides qui échappent généralement aux yeux de ses congénères.
Absorbé par ce qu'il observe, il ne peut éviter parfois certaines galères, le plus souvent sans gravité – et propres à amuser ses lecteurs…
Ce premier volume de Mille parages regroupe pêle-mêle une riche moisson de récits courts, inédits pour certains, égrainés, pour les autres, depuis une douzaine d'année au fil de publications plus ou moins confidentielles.
Simon nous invite à le suivre, des bords de Loire à la jungle thaïlandaise, d'un simple trajet en RER à un chantier d'entraide dans la brousse togolaise, de Bologne à Meknès…
Les prochains volumes devraient nous emmener vers d'autres ailleurs, de Surabaya à Padang Galak, de Xi'an à Dang Jia Cun, de Novella à Belgodère… » (texte accueillant le lecteur sur le rabat de couverture de l'album).

Le lecteur tient entre les mains un recueil contenant diverses anecdotes vécues lors de différents voyages, qu'ils soient touristiques, humanitaires ou professionnels.
On découvre ainsi l'aversion de Simon Hureau à dormir dans une chambre d'hôtel et on a désormais la certitude que cet homme-là est un amoureux de la nature. Si vous ne vous en doutiez pas, je vous invite à lire Palace (carnet de voyage réalisé suite à un séjour au Cambodge) mais aussi des ouvrages comme Intrus à l'Etrange ou Hautes oeuvres où, à la moindre occasion, fourmillent des détails en tout genre sur la faune, la flore mais également toutes les vétilles qui décorent intérieurs, fleurissent dans les rues (un panneau publicitaire, un ornement architectural, le pli d'un vêtement…). Sur une ancienne fiche qui présentait l'auteur sur le site des Editions Ego comme X (chez qui il a été publié), on pouvait lire que Simon Hureau avait comme passions « l'ornithologie, les vieilles pierres, les odeurs, le monde souterrain, le jardinage, l'entomologie, la naturalisation, les cabinets de curiosités, l'Afrique, le patrimoine architectural, le cinéma, l'estampe, les arts plastiques et les livres »… ce qui promet déjà une somme de détails graphiques assez conséquente dans chacun de ses ouvrages.
Pourtant, malgré cette foisonnante récolte de babioles à regarder, on contemple avec régal les illustrations et on se délecte tout autant de la nature du propos. Graphiquement, les dessins de Simon Hureau sont d'une richesse et la lecture de ses ouvrages ne crée jamais [Ô grand jamais !] d'écoeurement. Qui plus est, l'humour emprunté ainsi qu'une bonne dose d'autodérision viennent agrémenter le propos de façon astucieuse.
(Lire l'article complet sur le blog :)
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
trust_me
  25 février 2015
Tout tient dans le sous titre : « Fragments bourlingatoires d'ici et d'ailleurs ». Des fragments donc, des histoires d'une à quinze pages qui relatent les pérégrinations de Simon Hureau en France et ailleurs. On le suit du Maroc à la forêt thaïlandaise, des bords de Loire à l'Italie, du Burkina Fasso à Reims. Loin des circuits touristiques, sac en bandoulière et mains dans les poches, prêt à dégainer le carnet, les pinceaux et l'encre de chine pour croquer un oiseau, une scène de rue ou un insecte.
Une compilation regroupant des récits publiés depuis une douzaine d'années dans des revues plus ou moins confidentielles et enrichie de quelques inédits. le coté fourre-tout n'est pas gênant le moins du monde, bien au contraire. On navigue avec plaisir d'un environnement à l'autre, le sourire aux lèvres en découvrant les déboires du dessinateur perdu dans la jungle d'une administration Burkinabé digne de Kafka, inquiet en le voyant errer dans les rues de Florence à la recherche d'un endroit où passer la nuit ou encore alléché par sa moisson de champignons dans la campagne creusoise.
Il se dégage de ces carnets de voyage une forme de légèreté cocasse mais surtout beaucoup d'humanité et d'humilité. Les faits sont relatés sans jugement, avec une curiosité permanente pleine de fraicheur et un respect profond des hommes et des lieux. C'est un vrai travail en immersion qui est proposé, direct et spontané, le dessin variant d'ailleurs beaucoup tout au long du recueil, avec pour point commun un noir et blanc des plus séduisant.
Un album dans lequel il fait bon se promener pour partager en toute simplicité l'expérience d'un globe-trotteur-dessinateur talentueux.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
philteys
  16 septembre 2015
L'auteur de cet ouvrage ne se départit jamais d'une forme d'insouciance contemplative. Personnage rêveur et à la fois lucide, à la manière d'un Souchon graphique,il aborde toutes les histoires de ce recueil avec une espèce de détachement qui transforme les galères vécues en aventure cocasse, voire burlesque. Ce bourlingueur vous emmène de cérémonie de mariage en épopée burkinabée, à la poursuite de son carnet de croquis. le ton et le dessin sont légers, presque modestes et pourtant, restent longtemps imprimés, là tout au fond, comme un immense bol d'air bucolique.
Commenter  J’apprécie          20
7269
  03 avril 2016
L'auteur nous présente de façon humoristique avec un dessin précis, documenté mais drôle et coloré quelques aventures rencontrées lors de ses voyages en Afrique, en Italie et en France. J'ai passé un bon moment avec cette BD sans prétention aucune qui permet de relativiser sur mes propres mésaventures en voyage...
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
ActuaBD   19 mars 2015
Simon Hureau se lance dans le recueil d’impressions de voyages, balades et autres périples professionnels. Entre découvertes et rencontres insolites, témoignages engagés et réflexions intimes, on n’a pas le temps de s’ennuyer.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   20 février 2015
Dans ces fragments d'ici et d'ailleurs, la rencontre avec Simon Hureau peut se faire. Et avec sa tendance à partager ses aventures, à être toujours entouré, on referme le recueil avec l'envie de faire partie nous aussi de son cercle d'amis et de partir voyager avec lui.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   06 janvier 2015
La plupart des histoires du recueil ont comme origine une ou plusieurs tribulations inattendues. L'engrenage de malentendus que généra un innocent portrait de vache au Burkina-Faso ou la longue nuit d'errance (répétée deux fois à une année d'intervalle !) à la recherche d'un coin pour dormir dans une Florence glaciale en sont les deux exemples les plus frappants. Au fil des mésaventures, la lecture n'en devient que plus vivante !
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
alouettalouett   25 février 2015
Pas d’avion dans le ciel, pas de ronronnement d’autoroute ou de périph’, pas de lampadaires, pas de pylônes ni de grésillement électrique, pas de mobylette qui passe ni de chien qui aboie, ni de train au loin, ni de carillon d’église, ni de soûlard vociférant… Pas de fumée d’usine, pas de pollution lumineuse ou publicitaire, aucune rumeur urbaine, aucun bruit domestique, frigo, VMC, tuyauterie… Juste les animaux de la nuit, le bruit du vent entre les planches disjointes et à l’aube, le chant des gibbons…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
alouettalouett   25 février 2015
J’erre dans cette brèche et dans les rues de Casablanca sans aucun but, jouissant du simple plaisir de voir, sentir, entendre, marcher, découvrir. Je suis tout étourdi de l’incomparable légèreté que me procure l’absence de mon gros sac… Un sentiment d’aérienne liberté. Je ne suis plus relié à rien, je ne pèse rien et mes pieds avancent tout seuls… Ivresse de l’imprévu
Commenter  J’apprécie          10
alouettalouett   25 février 2015
A quelques mètres près, du sentier aux broussailles, tu passes du paradis verdoyant à l’enfer vert
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Simon Hureau (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simon Hureau
Montez à bord du Nautilus... :) Une belle plongée à la découverte de la librairie Bédélire à Tours avec Jérémy qui présente son coup de coeur du moment pour la bande dessinée L'Oasis de Simon Hureau : https://www.dargaud.com/bd/loasis-bda5343490
autres livres classés : carnetVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
448 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre