AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2271070414
Éditeur : Centre national de la recherche scientifique (16/02/2012)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Et si notre univers n'était qu'un parmi d'autres ? Et si chaque homme possédait une infinité de doubles ? Idée folle ? Pas si sûr...
Multivers, mégavers, plurivers... Cette éidée n'est pas neuve. Dès l'antiquité, des philosophes, comme Démocrite ou Lucrèce en ont évoqué la possibilité. Au XXe siècle, elle revient en force sur le devant de la scène. Pour les théoriciens du Big Bang comme pour ceux de la mécanique quantique, elle est une hypothèse qui permet de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Aela
  12 août 2015
L'idée des mondes multiples n'est pas nouvelle; elle est profondément ancrée dans notre pensée. Déjà Lucrèce, Newton, et Giordano Bruno évoquaient ces mondes multiples.
Le discours sur les autres mondes peut gêner certains: à première vue mais à première vue uniquement, il semble remettre en cause la toute puissance divine. Frappé de suspicion, ce discours est pourtant devenu un discours à la mode ces dernières années.
Pourquoi? Parce qu'il arrive à répondre à la question ou du moins il donne des éléments de réponse sur le fait que notre Univers permet la vie grâce à des paramètres ajustés avec une précision extrême.
Il rejoint les découvertes en matière de physique quantique; "tout ce qui est possible existe vraiment", comme le disait Spinoza.
Le multivers apparaît aussi dans la littérature contemporaine (Borges, Larry Niven,
Le livre pose ici les bases de ces théories et les problèmes éthiques et philosophiques qu'elles entraînent.
S'il y avait une infinité d'univers qui naîtraient et mourraient avec des lois physiques différentes, seul un petit nombre d'entre eux seraient à même d'accueillir la vie. Quel sera notre place d'humains si nous sommes censés avoir des doubles dans des univers indépendants et sur lesquels a priori nous n'avons pas prise?
Les questions soulevées ici sont passionnantes.
Un livre qui ne laisse pas différent et à lire et à relire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
Jipi
  17 janvier 2019
Le réalisateur du film Cours Lola cours n'a bien sur pas pensé à la cosmologie en écrivant son scénario. Mais en fait, il a tourné un film sur un multivers. il raconte trois destins possibles d'une jeune femme: trois fois les mêmes vingt minutes de sa vie, qui, à cause d'une brève bousculade dans un escalier, prennent chacune un cours complètement différent.
Le film raconte les histoires les unes après les autres. Dans la première variante, Lola se fait abattre à la fin, dans la suivante elle est écrasée par une ambulance et la troisième finit bien.
Dans le multivers, toutes ces histoires sont aussi réelles les unes que les autres, mais à chacune est réservé son propre monde.
Tobias Hürter et Max Rauner.

Que ce soit le vagabond généreux des lumières de la ville, l'ouvrier lunaire des temps modernes, le dictateur Hynkel, le clown triste Calvero de Limelight ou l'assassin Verdoux, ces cinq personnages ne sont qu'une seule chose, des artefacts, contrefaçons de l'aspect originel de l'homme façonné et exécuté par lui-même.
L'assemblage d'un mobilier éclectique expulsant dans l'espace et le temps les différentes reproductions virtuelles de l'acteur qui les interprètent.
Si nous pouvions propulser en simultané ces cinq rôles dans cinq espaces temps différents nous obtiendrions cinq univers dans l'impossibilité de communiquer ensemble.
Ils ne seraient que les possibilités créatrices d'un comédien évoluant séparément par ses rôles dans ses différents devenirs ceci dans d'autres mondes.
Le septième art est un multivers terrestre, chaque comédien par l'entremise de ses rôles devient du moins pour le plus prolifique l'abondance virtuelle de sa propre personnalité.
L'être en faces dans toutes ses dimensions phénoménologiques.
Tu as beau avoir cent visages, tu n'auras toujours qu'une seule tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BiblioMariclo
  16 juin 2018
Excellent essai d'astrophysique et physique quantique. Dans cet ouvrage accessible à tous, il est question des théories qui pourraient expliquer la complexité de notre univers. On y aborde nos connaissances actuelles mais également tous les sujets d'étude de nos astrophysiciens actuels.
On découvre ce que les théoriciens nomment 'les univers parallèles' (il y aurait eu plusieurs -BigBang- créant chacun des univers comme le notre, une sorte de mousse de matière et anti-matière aux nombreuses bulles dont chaque bulle serait un univers) ; 'les multivers' ; 'la théorie des cordes' ; etc.
Des théories plus passionnantes les unes que les autres...
(parution en 2009 et traduction en 2012 pour CNRS éditions)
Commenter  J’apprécie          30
Alya-Dyn
  15 juin 2013
Ce qui, au siècle dernier, relevait de la science-fiction est aujourd'hui le terrain de jeux de chercheurs on ne peut plus respectables qui traquent l'essence de notre monde dans des spéculations mathématiques qui échappent au commun des mortels. Pourtant dans l'excellent ouvrage de Tobias Hürter et Max Rauner, on peut sans peine se plonger dans les réflexions les plus étonnantes de la science actuelle. Point n'est besoin de connaître en détail les formules d'Einstein, la théorie des cordes de Léonard Susskind ou l'histoire complète de la physique quantique. Il suffit de se laisser emporter par le texte clair de ces deux journalistes pour découvrir les étonnantes possibilités offertes par ces nouvelles approches. Ce qui est abordé ici a de quoi frapper les esprits et éveiller des doutes sur les théories avancées. Que le professeur de physique Alexandre Vilenkin de l'Université Tufts près de Boston, dans le Massachussets et son collègue russe Andreï Linde puissent évoquer la formation de nouveaux univers en prenant l'image des bulles d'un bain moussant a de quoi susciter des interrogations sur le sérieux de ces théories ! Et pourtant, l'histoire des sciences est parsemée d'idées novatrices incroyables qui eurent du mal à s'imposer.
Lien : http://www.bibnblog.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
Anis0206
  03 octobre 2016
la théorie du multivers tient en haleine beaucoup de physiciens entre défenseurs et détracteurs, on avoue qu'on est un peu perdu dans ce combat scientifique et philosophique
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
BiblioMaricloBiblioMariclo   11 juin 2018
Bostrom pense qu'il est probable que nous vivons tous dans une immense simulation informatique. Si c'est vrai, alors tout ce qui nous entoure serait constitué de bits et d'octets. Ce livre. Le Soleil, la Lune et les étoiles. Les êtres que nous aimons et nous-mêmes. Comment pourrions-nous le remarquer ? Distinguerions-nous en y regardant de plus près une danse de zéros et de uns ? Sûrement pas, car nous ne voyons pas les logiciels, mais ce qu'ils simulent. Le film hollywoodien -Matrix- montrait en 1999 comment un programme informatique pouvait nous donner l'illusion d'une fausse réalité. Il a esquissé le scénario catastrophe d'une humanité retenue prisonnière par ses propres créatures-machines dans un monde réel. Si la simulation est bien programmée, il n'y a aucune échappatoire.
Mais peut-être existe-t-il d'autres façons de découvrir si nous sommes des personnages de jeu dans un programme informatique. Même les meilleurs développeurs de logiciels font des erreurs, même la puissance de calcul des ordinateurs les plus performants a ses limites. Si les programmes relativement modestes de Microsoft et consorts buggent parfois, on peut s'attendre à ce que cela arrive aussi dans la simulation d'un monde aussi compliqué que le nôtre, avec chaque scintillement de soleil sur les mers de milliards de planètes. Peut-être que le cours du monde avance par à-coups d'avant en arrière lorsque le processeur est débordé. Peut-être que les lois de la nature changent lorsque les superprogrammeurs installent une mise à jour du logiciel.
Il existe des indices qui montrent que les lois de la nature sont vraiment variables : la constante de structure fine, une constante de la nature déterminante pour la stabilité des atomes pourrait avoir fluctué de quelques millionièmes depuis le Big Bang. Les astrophysiciens lisent cela dans la lumière primitive des corps célestes très éloignés. Les superprogrammeurs devraient-ils corriger là une faute de frappe ?
Pour une civilisation très avancée, il serait en tout cas facile de programmer une telle simulation, pense Bostrom. Parce qu'il est sûr que l'humanité elle-même en arrivera là un jour, il pense également qu'il existe plus de simulations comme celles-ci que de civilisations réelles. Beaucoup plus. Avec une probabilité de près de 100 %, nous nous trouvons dans une simulation et non une civilisation originale. Il est fort possible que notre Univers décore le salon d'une famille extraterrestre superintelligente tel un aquarium. De toute façon, ça ne change rien pour nous, explique Bostrom. Mais cela explique pourquoi le monde nous semble tellement mathématique.
(pages 182 et 183)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AelaAela   11 août 2015
Il en résulte que dans le plus simple de tous les multivers vivent également des doubles. Le cosmologiste John Barrow résume cette réflexion en une sorte de profession de foi: "Nous croyons que la probabilité que la vie se développe est supérieure à zéro parce qu'elle s'est finalement formée sur Terre de manière tout à fait naturelle. Il devrait donc exister dans un Univers infini une infinité de civilisations. Dans celles-ci doivent également se trouver des copies de nous tous à tous les âges.
Lorsque quelqu'un meurt, il existe également quelque part dans le vaste Univers de nombreuses copies de lui, qui apportent du passé la même mémoire, les mêmes souvenirs et les mêmes expériences, mais continuent à vivre. Cela continue pour toujours et de ce point de vue, chacun de nous "vit" éternellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
BiblioMaricloBiblioMariclo   10 juin 2018
Lorsque vous indiquez de nuit une constellation dans le ciel, le prolongement imaginaire de votre doigt mène hors de l'atmosphère terrestre à travers le Système solaire, puis à travers notre galaxie, de là à travers l'espace vide vers d'autres galaxies, des millions et des milliards d'entre elles. Et il fait un retour dans le temps. Car plus un corps céleste est éloigné, plus sa lumière met de temps à nous parvenir. Pour que nous puissions voir un corps céleste, la lumière doit parvenir jusqu'à nous et cela prend du temps : huit minutes pour les 150 millions de kilomètres du Soleil à la Terre, 2.5 millions d'années de notre proche voisine, la galaxie d'Andromède. Là où le ciel est sombre, des étoiles sont peut-être également nées entre-temps, mais leur lumière est encore en chemin pour venir jusqu'à nous à une vitesse de près de 300 000 kilomètres par seconde, la vitesse limite de la nature. Et là où nous apercevons la lumière d'une étoile, elle est peut-être déjà éteinte depuis longtemps. Un regard dans la profondeur de l'Univers est donc toujours un regard dans la profondeur de l'Univers est donc toujours un regard dans le passé, et ce passé est fini : l'Univers est âgé de 13.7 milliards d'années. Nous ne pouvons voir que des objets dont la lumière met moins de 13.7 milliards d'années à nous atteindre.
Il semblerait donc qu'on peut en déduire que l'Univers observable comprend tout dans un rayon de 13.7 milliards d'années-lumières. Mais en réalité, il comprend bien plus. Entre nous et les objets les plus éloignés, il y a environ 45 milliards d'années-lumière. Ce n'est pas une contradiction puisque l'Univers se dilate. Alors que la lumière de ces corps éloignés était en chemin vers nous, ils se sont encore éloignés. Nous avons une image d'eux qui date de milliards d'années. Leur apparence actuelle ne sera visible sur Terre que dans 45 milliard d'années, si la Terre existe encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BiblioMaricloBiblioMariclo   11 juin 2018
La mousse d'Univers d'Alexander Vilenkin et d'Andreï Linde est constitué d'une infinité de bulles, chaque bulle étant un Univers né de son propre Big Bang. Les bulles ne se ressemblent beaucoup qu'au début : dans le Big Bang de chaque bulle, toutes les forces de la nature (dont la gravitation et la force électromagnétique) sont unies dans une force primitive unique. Mais ensuite, le hasard règne pendant un instant. Au cours de cette première microseconde se décide quelles lois et constantes de la nature vont avoir cours dans l'Univers en question. C'est comme si chaque Univers bulle recevait juste après sa naissance son équipement génétique, mais avec un ADN constitué de gènes ordonnés aléatoirement. Nous habitons l'une de ces bulles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BiblioMaricloBiblioMariclo   11 juin 2018
Les mathématiques constituent un cadre digne pour une vision du monde Universelle. Leurs vérités sont éternelles. Et elles sont valables de manière certaine jusque dans les coins les plus reculés du multivers. Si nous prenons un jour contact avec des formes de vie extraterrestres, il nous faudra compter sur toutes les difficultés de communication possibles : les autres pourraient être beaucoup plus intelligents que nous, ou beaucoup plus bêtes, avoir des manières tout à fait différentes des nôtres et personne ne peut prévoir s'ils étudient la nature comme nous. Mais nous aurons un sujet de discussion : 'Notre point commun culturel le plus sûr serait les mathématiques' affirme l'astronome sir Martin Rees.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Tobias Hürter (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tobias Hürter
Vidéo de Tobias Hürter
autres livres classés : cosmologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
298 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre