AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de evasions-world


evasions-world
  26 juin 2013
Grâce à Babelio et à son opération masse critique et à Michel Lafont, j'ai pu découvrir un livre que je n'aurais certainement jamais acheté et pu lire en tan normal. Déjà à cause de son prix : 20€50, ce qui est tout de même un prix malgré le fait qu'il fasse ses 420 pages. Mais aussi parce que c'est un Thriller et qu'en règle général je n'en lis que très peu mais là, la couverture et le résumé mon vite attiré et c'est pourquoi j'ai demander ce livre durant la masse critique. Au final, je suis très heureuse d'avoir choisis ce livre. Il me donne vraiment très envie de lire à nouveau des livres du genre ou des livres de cet auteur.

Dans ce livre, le début nous embarque directement. Nous découvrons Nate, un homme dans la trentaine qui à décidé de sauter d'une banque. Etant atteint d'une maladie incurable, il veux à tout prix choisir quand et où il va mourir, il ne supporterait pas de mourir à cause de la maladie de Charcot. C'est pourquoi il veux sauter mais, des braqueurs vont venir empêcher son suicide. En effet, Nate à mal choisis son jour parce que la banque où il se trouve se fait braqué. N'ayant plus rien à perdre, il décide d'aller contre les braqueurs et finalement les tu tous sauf un. Ce "un" va lui laisser comme message qu'il a mit en colère un homme puissant et qu'il le lui fera vraiment regretter. C'est ainsi que nous retrouvons Nate dans le tout premier chapitre.

Nous découvrons un peu ensuite ce qui s'est passé avant. On découvre en quelques chapitres version accéléré comment est-ce qu'il a rencontrer sa femme, comment il est partie à la guerre en Irak, comment il en est revenue et surtout, comment sa vie à été littéralement foutu en l'air. Je ne sais pas si c'est parce que je suis particulièrement sensible en ce moment ou non mais ce livre m'a extrêmement bouleversée au début. Sur les 100 premières pages il est facile de dire que j'ai pleurer non stop durant 50 pages. J'ai trouver vraiment dur ce qui se passe pour Nate. Dès le début je me suis accroché à ce personnage et ce qu'il a vécu m'a d'autant plus touché. J'ai vraiment été triste pour lui et on prend assez vite conscience des enjeux de la guerre pour ces soldats et j'ai trouver ça horrible. La guerre lui à vraiment tout fais perdre est c'est assez dur à vivre pour lui. Si on ajouter par dessus tout ça la maladie de Charcot et son travail (personnellement jamais je ne pourrais faire un travail pareil !), on peut dire que Nate à vraiment une vie compliqué et assez malheureuse.

Tout à basculer à cause de cette guerre et tout ne va cesser d'empirer. Comme dit plus haut, je me suis très vite accroché aux personnages. Bien entendu Nate et celui auquel je me suis le plus accroché. A cause de cet histoire de braquage il va être obligé de faire beaucoup de choses pour pouvoir sauver sa famille, sa femme Janie et surtout sa fille Cielle. J'ai trouver ça très touchant tout ce qu'un père est capable de faire pour sa fille et pour le reste de sa famille. Au début, Cielle à faillit m'énerver parce qu'elle ne voyait pas tout ce que son père faisait pour elle, d'accord il a commis des erreurs mais je pense qu'il s'est à 100% racheter.

Gregg Hurwitz à un certain talent pour ses personnages parce que même si mon préféré est Nate, les autres m'ont aussi beaucoup plus. Parfois j'ai réussit à sourire pour des choses vraiment futile mais ça fais toujours du bien dans un livre qui à plutôt tendance à nous faire pleurer. Je pense surtout à Jason pour ça, ce garçon m'a vraiment fait très rire et je l'ai adorer. Au début on peut pas trop le supporter mais c'est comme Cielle, au final on l'apprécie beaucoup. Il en va de même pour Janie. Elle aime énormément Nate et pareil pour Nate qui aime énormément sa femme et je les ai trouvé très mignon tout les deux, pas le parfait couple mais tout de même un beau couple.

L'auteur à une très jolie écriture. Un style bien à lui qui m'a paru un peu étrange au début mais je m'y suis vite fait et au final j'ai très apprécié son écriture. Je l'ai trouvé très fluide, sans chichi. Qui sait comment apporter une émotion quand il le faut. Qui sait comment manié son sujet. Quand on lit ce livre on peu voir les recherches qu'à du mener l'auteur. Il y en a certes pas non plus des tonnes et des tonnes mais, ce qu'il y est donne une grande impression de réalisme à cette histoire. Parfois nous avions des scènes un peu "dégueulasses" je dirai mais heureusement elles n'étaient pas suffisamment décrite pour nous dégoutter.

Parfois nous suivions un peu le point de vue à la troisième personne du grand méchant de l'histoire. J'ai bien apprécier ces moments. Dans un sens je comprends assez ses motivations (même si, soyons clair, pour moi, rien ne justifie ce qu'il a fait) et j'ai finis par avoir de la peine pour lui. C'est le grand méchant et je l'ai beaucoup apprécié. Il y a juste ses sbires que je n'ai pas réussit à aimer mais je pense que c'est normal.

Pour conclure, c'est un Thriller que je pourrai conseiller. Je l'ai trouver bourré d'action. L'auteur à réussit à faire des pauses quand il le fallait. Il a réussit à ramener l'action quand il en manquait. Au final on avait très souvent envie de tourné la page. Néanmoins je ne sais pas ce que vaux mon avis. Je ne suis pas vraiment une addict du genre donc je n'ai pas beaucoup de points de comparaisons mais pour une "novice" du genre, le livre à été vraiment très bien à lire. Peut-être que les fans du genre auront plus de choses à en redire. Mon seul regret est de ne pas avoir pu accroché tout de suite. C'est vrai que le début nous entraîne directement mais je n'ai réussit à être pleinement accroché qu'au bout d'un certain nombre de page. Heureusement ce n'était pas vraiment super long à venir. Je pense que c'est surtout venu du fait que j'étais obligé de mettre en pause ma lecture au début parce que je pleurais trop.
Lien : http://evasions-world.skyroc..
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura