AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330135683
240 pages
Éditeur : Actes Sud (27/05/2020)
Résumé :
Comment et pourquoi Nancy Huston écrit-elle aujourd'hui le récit de ses années de formation en miroir de celles d'un Cambodgien de la génération de son père, venu comme elle à Paris, y étant entré en politique mais aussi en écriture avant de devenir Pol Pot, l'un des pires dictateurs du XXe siècle ?
Ce livre de lucidité et d'intuitions mêlées, qui fait suite à «Bad Girl», laisse au lecteur le troublant sentiment de se tenir au plus près du pouvoir des hasard... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
latina
  07 août 2019
Il y a deux mois, j'ai eu l'occasion exceptionnelle de rencontrer Nancy Huston à Namur.
Femme pleine d'humour, d'autodérision, profonde, elle m'a complètement séduite.
Elle était venue à Namur pour présenter son livre « Lèvres de pierre » qui raconte en parallèle l'enfance et l'adolescence du futur Pol Pot, le tyran du Cambodge, et sa propre enfance et jeunesse, d'abord à Calgary puis aux USA, en passant par Paris.
Vous allez me dire « mais qu'ont en commun ces personnages aux antipodes l'un de l'autre » ?
Les lèvres de pierre.
Le sourire du Bouddha,énigmatique et doux, Saloth Sâr, le futur Pol Pot, l'affichait sur son visage, à l'instar des Asiatiques. Ce sourire n'est qu'une façade, une façon de se protéger du monde extérieur, de le tenir à distance. Enfant doux et peu ouvert aux autres, pas du tout doué pour les études, il se faisait souvent humilier par ses camarades et par les adultes.
Nancy Huston, durant toute sa jeunesse, a dû faire face elle aussi non pas à l'humiliation, mais à l'exploitation des hommes envers elle. Jolie, elle était perpétuellement en butte aux assauts des « mâles alpha ». Anorexique, le sourire énigmatique protégeait son identité profonde.
Saloth Sâr et Nancy Huston partagent aussi la passion du communisme, qu'ils ont connu à Paris.
J'ai apprécié ce livre tout en m'en distanciant quelque peu. Je préfère nettement les romans de Nancy Huston. Je n'ai ressenti aucune empathie pour les 2 personnages (pour le futur Pol Pot, cela m'aurait vraiment ennuyée !) mais c'était très intéressant quand même de connaitre la jeunesse d‘un tyran et d'une écrivaine à succès.
Pour terminer, voici deux extraits de l'épilogue qui prêtent à réfléchir :
- « Regardez-moi, dira-t-il en souriant à un journaliste venu l'interviewer quelques mois avant sa mort. Ai-je l'air d'un homme violent ? »
- « Contre toute attente, elle finira par aimer manger et faire à manger, rire aux éclats et se détendre au cours de longues soirées amicales. Mais, année après année, elle continuera à torturer et à tuer dans ses livres…et à sourire, au-dehors, comme si de rien n'était ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          747
Annette55
  02 décembre 2018
"Lèvres de Pierre, façade lisse, "ah! Surprenante démarche de l'auteur dont j'ai lu beaucoup d'ouvrages : "Cantique des plaines" , "Lignes de failles " L'empreinte de l'ange, " Une adoration " .etc.....Curieux ouvrage !
" Ton sourire s'étire, s'étend,,et finit par devenir une deuxième peau "
" Sourire au dehors , le sourire des moines du Vat Botum Vaddei , le sourire du Bouddha " ....
Un masque qui protège comme les Bouddhas de Pierre ? Un troublant miroir tendu ? Rapporté à l'histoire violente d'un pays ? Un vertige bien commode ?
Qu' y a- t-il de commun ?
Quels sont les points de convergence entre une femme de lettres Canadienne et un certain Saloth Sār, garçon discret cambodgien grandissant à la campagne , faisant longtemps pipi au lit , moqué par ses frères, aux mues extrêmement douloureuses devenu un dictateur cambodgien connu pour avoir massacré près d'un million de ses concitoyens , le responsable du plus grand génocide du 20 ème siècle ?
Dans son livre elle s'adresse à " Cet Homme Nuit " , retrace son parcours et les étapes cicatricielles qui fabriqueront un Monstre ......

Je dois avouer que j'ai été déstabilisée , incrédule par le parallélisme entre Dorrit , double de la romanciére , son propre parcours , son vécu, un récit d'apprentissage en deux parties bien construites et la jeunesse de Saloth Sār, à la personnalité méconnue, à peine adulte qui prendra bîentôt le nom de Pol Pot .....
À partir d'une série de similitudes entre ces deux parcours l'auteur tisse des fils fantômes , brosse les portraits troublants de deux êtres aux contours fragiles " dévorés d'abord par la peur , puis par la rage ".
Sār se réfugie dans l'échec scolaire , grandit dans l'ombre de son pére , se révèle dans la discipline de la foi Bouddhiste " Dominer, contrôler et , à terme faire disparaître le soi, cette illusion. "
" Personne n'a le droit de pleurer , de parler, de rire ni de sourire , car les émotions sont illusoires au même titre que le reste ..."
Il émigre à Paris , fréquente l'intelligentsia Khmère ..
Dorrit , elle,,se réfugie dans la réussite scolaire mais l'un et l'autre se sentent seuls. Elle découvre la fureur militante et le marxisme dans les rues de la capitale au quartier latin.
Son éducation politique , son penchant pour l'extrême gauche , le contexte familial , la radicalité de ses années étudiantes sont décrites avec précision, comme chroniqueuse et auteur féministe ....
L'écriture est somptueuse , la construction brillante , où l'on croise la poésie de Paul Verlaine , André Malraux, le banquet de Platon, Molière ....
Bercés par leurs douleurs, leurs fantômes d'enfants brisés se croisent et esquissent une ultime réflexion sur les chemins de Pierre cahoteux qui ménent à l'engagement .
Du politique sanguinaire , tyrannique à la Romanciére écorchée vive , y- aurait- il un pont improbable jeté façonnant les chemins de la destruction ou de la création entre deux " "Monstres" qui sourient ?
Cet ouvrage singulier est une interrogation sur l'engagement et le pouvoir du hasard , le masque du sourire impénétrable , indélébile pour mieux cacher des secrets ....
Je dois avouer que l'écriture sublime m'a permise de réfléchir lucidement à ces échos et ces sillages .
Je reste perplexe à propos de ces correspondances entre les parcours de ces deux êtres que , à priori tout oppose ....
Un ouvrage riche , surprenant .....
Il fallait oser !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          598
tynn
  07 septembre 2018
Lèvres de pierre, sourire masquant les émotions, façade lisse pour taire la fragilité et la violence des blessures.
Pol Pot* affichait ce masque impénétrable de protection. Apparemment Nancy Huston aussi, puisque qu'elle a eu cette fulgurance de personnalité commune, au point de produire ce livre qui débute par un chapitre explicatif sur cette surprenante démarche.
J'ai d'abord clos cette lecture avec un agacement certain, trouvant presque indécent de voir un auteur établir un parallèle entre sa propre biographie et celle d'un responsable d'un des plus grands génocides du 20e siècle.
Je pense avoir été très déstabilisée par la structure du livre et frustrée de l'abandon narratif de la période des Khmers rouges. Après avoir largement présenté le développement de la personnalité de Pol Pot depuis son plus jeune âge jusqu'à son engagement de guérilla, l'auteur tire un trait sur le sujet ou presque pour ne plus s'intéresser qu'à elle-même, son contexte familial, son éducation intellectuelle et politique, la radicalité intransigeante de ses années étudiantes.
À y réfléchir, si le sujet est improbable, il demande à laisser de côté le contexte géopolitique et à s'approprier les personnalités de deux enfants construits sur le manque de confiance et les traumatismes. Nancy Huston se partage alors entre documentation historique et psychologie, faisant apparaître une jeune femme au parcours insolite entre les États Unis des années hippies et de la guerre du Vietnam et ses années européennes d'engagement féministe.
Je reste peu convaincue par la démarche narrative, et la lecture n'en a été sauvée que par la qualité de plume de l'auteur.
*homme d'Etat cambodgien, chef des Khmers rouges et responsable du génocide des années 70.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
fbalestas
  25 novembre 2018
Quoi de plus opposé, a priori, que ces deux personnages ?
A ma gauche : une jeune canadienne qui découvre l'amour vache dans les années 60, qui suit des études universitaires qu'elle poursuit à Paris dans les années 70, qui y reste, qui devient une Intellectuelle notoire, féministe convaincue et auteure désormais renommée.
A ma droite : un jeune cambodgien, privé de famille à l'âge de 8 ans, jeune moine bouddhiste heureux de l'être, retiré ensuite du Monastère à l'âge de 12 ans, côtoyant princes et princesses, puis partant à étudier à Paris dans les années 70, rentrant dans son pays, s'engageant pour la lutte armée, avant de devenir – mais le récit de « Lèvres de pierre » s'arrêtera là – l'un des pires tyrans que le Cambodge ait connu à la tête des Khmers rouges.
Quel lien entre ces deux personnages ? Rien, en fait, ou si peu.
Mais c'est ce si peu que Nancy Huston va explorer, tissant une des toiles les plus improbables qui soient et qui, bizarrement, fonctionne.
La convention qu'elle utilise est la suivante : pour le futur Pol Pot, prénommé pour le moment Salot Sâr, ce sera un « Tu ». Pour la jeune Nancy Huston, ici prénommée « Dorrit », ce sera « elle ».
Entre les deux, c'est à nous, lecteurs, qu'il revient relier les fils.
Les circonstances de l'avènement au pouvoir de Pol Pot – 1 Million 700 000 personnes mortes pour le génocide des Khmers rouges – n'excusent rien, elles l'expliquent seulement.
La misandrie, le rejet des hommes en général pour la jeune Dorrit s'explique aussi compte tenu de la violence qu'elle a subie.
Et tous les deux, face à l'adversité, scellent leurs lèvres d'un silence que rien ne pourra briser.

Que dire alors de ce lien infime qu'on peut déceler entre eux ? Et ce sourire commun, un masque de protection ?
Faut-il parler de cet effacement de leur personnalité devant le désir des autres, de ce masque de pierre que l'un comme l'autre ont adopté, de cette résistance à la douleur qui les unit, de l'engagement politique, pour l'un comme pour l'autre, pour comprendre et agir dans ce monde qui les a d'abord exclus, ou bien de cette commune vie parisienne, dans un espace-temps qui aurait pu les mettre en présence l'un de l'autre, parenthèse enchantée avant de poursuivre leurs destins radicalement opposés.
Nancy Huston s'en explique au début, elle qui écrit avoir tourné autour du sujet du Cambodge sans savoir vraiment pourquoi, et qui a fini par trouver un fil ténu qu'elle va dévider dans son récit.
« Soudain, j'ai frémi. Je venais de tomber sur le seul Cambodgien en qui j'arriverais peut-être à me projeter : Pol Pot. Idée folle et pourtant la seule possible. Non pas le Pol Pot chef d'état, mais l'enfant, l'adolescent et le jeune homme, qui s'appelait encore Saloth Sâr. Il n'était pas impossible que, malgré leurs dissemblances flagrantes, nos trajectoires s'éclairent l'une l'autre. »
Si l'écriture, sensible, est bien celle à laquelle Nancy Huston nous a habitués dans ses nombreux romans, le lien entre les deux personnages paraît si ténu qu'on ne sait si on doit s'émerveiller de la prouesse de funambule de l'auteure, ou si on doit se résoudre à ne pas comprendre ce qui l'a motivée profondément à établir ce parallèle.
Pour ma part, c'est le sentiment de perplexité qui domine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          105
jg69
  23 août 2018
Nancy Huston explore ici les similitudes qui lient son parcours à celui d'un jeune homme cambodgien dénommé Saloth Sâr avant qu'il ne devienne Pol Pot, le monstre responsable du génocide cambodgien. Un homme aux lèvres de pierre, à l'éternel sourire de Bouddha. Elle-même a longtemps eu ce sourire énigmatique sur les lèvres. "Soudain j'ai frémi. Je venais de tomber sur le seul Cambodgien en qui j'arriverais peut-être à me projeter : Pol Pot. Idée folle et pourtant la seule possible. Non pas Pol Pot chef d'État, mais l'enfant, l'adolescent et le jeune homme, qui s'appelait encore Saloth Sâr. Il n'était pas impossible que, malgré leurs dissemblances flagrantes, nos trajectoires s'éclairent l'une l'autre. »
Dans une première partie Nancy Huston s'adresse à Sâr qu'elle dénomme l'Homme nuit, elle se met dans sa peau pour retracer son parcours, son enfance paysanne, son année dans un monastère à l'âge de neuf ans où il apprend le détachement et la maîtrise totale de ses émotions, puis ses huit années dans une école militaire française jusqu'à son arrivée à Paris à l'âge adulte où il épouse le communisme. Un être rêveur marqué par son arrachement au monastère bouddhiste.
Dans une deuxième partie, elle parle d'elle à la troisième personne, se donne le pseudonyme de Dorrit qu'elle utilise dans ses textes autobiographiques et se dénomme Mad Girl, jeune canadienne qui a longtemps eu aussi des lèvres de pierre pour masquer sa douleur dans un sourire. Elle raconte sa soumission aux hommes, le contrôle de ses émotions et de son corps au travers de l'anorexie avant qu'elle ne parvienne à se révéler elle aussi à Paris par la découverte du marxisme et par l'éveil de sa conscience féministe militante.
Étrangement de multiples liens apparaissent entre l'Homme nuit et Mad girl, le même effacement de soi, la même maitrise de leur corps et de leurs émotions, la même dureté et le même enfermement sur soi, des chocs à l'origine de prises de conscience pour l'un comme pour l'autre (la découverte du temple d'Anghor et de la grandeur passée de son pays pour lui, l'engagement des US dans la guerre du Vietnam pour elle), des lectures fondatrices à Paris pour l'un comme pour l'autre (sur la révolution française pour lui, sur la révolution russe pour elle), le même passage par l'écriture, le même engagement en politique. Deux jeunesses en parallèle, deux destins en miroir l'un aboutissant au chemin de la création, l'autre sur une absolue monstruosité qui a engendré le massacre, au nom de la vérité marxiste, de 20% de la population de son pays.
Rentrée doucement dans ce texte sans comprendre où Nancy Huston voulait en venir, même si elle décrit sa démarche au début du récit, mon intérêt est allé crescendo au gré d'une montée en puissance vraiment extraordinaire. Nancy Huston réussit à décrypter le jeune homme Sâr en se mettant dans sa peau, le récit de sa vie est documenté, instructif et vivant, son endoctrinement, la montée de son fanatisme sont parfaitement décrits. le récit de la jeunesse de l'auteure est très émouvant et les liens qui apparaissent peu à peu subtilement entre l'Homme nuit et Mad girl éclairent le récit petit à petit.
L'écriture est somptueuse et la construction époustouflante. C'est profond, extrêmement brillant et très convaincant, une fois la dernière page tournée j'ai eu envie de relire la première partie sur Sâr. Un texte autobiographique d'une grande lucidité, traité d'une façon très très originale. Un titre magnifique, judicieusement trouvé "lèvres de pierre, sourire radieux mais absent, bienveillant mais vide". Vertigineux et passionnant !
Lien : http://leslivresdejoelle.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124

critiques presse (1)
LaCroix   24 août 2018
Retraçant l’histoire méconnue d’un enfant cambodgien, Nancy Huston répond en mettant en parallèle sa propre trajectoire avec celle du génocideur cambodgien, Pol Pot.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
HolonHolon   08 septembre 2018



Jour après jour, mon mari s’étonnait : “Comment un peuple aussi calme et souriant a-t-il pu perpétrer le pire auto génocide de l’histoire humaine ?” Moi aussi j’étais déroutée par la courtoisie et la douceur extrêmes des Khmers. Je ne savais pas encore que mines doucereuses et génocide pouvaient traduire un même détachement, que le légendaire sourire des Khmers (tout comme le mien) était souvent un masque, servant non à projeter mais à protéger l’intimité de qui le porte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Annette55Annette55   01 décembre 2018
" Notre pensée était préoccupée par la faim .
Mes côtes saillaient et se frottaient contre ma chemise .
Je suis si légère et pourtant je me sens si lourde, comme écrasée par le poids de la haine et de la colére de ces quatre dernières années. " ]...
"Les enfants mourant de faim sont de petites statues calmes et silencieuses au regard fixe. "
Commenter  J’apprécie          160
NievaNieva   23 octobre 2018
Tes langues à toi, le khmer et le pali, sont sans ponctuation et sans majuscules. Les phrases n'ont pas besoin d'articulation car, tout comme les humains et les autres créatures, elles naissent et meurent, renaissent et meurent encore jusqu'à l'ultime sortie du temps. Elles viennent de l'air, pétrissent doucement l'air et retournent se marier avec le néant. En français, au contraire, tout est tranchant et tranché. Autant dans les bouches que sur les pages, les mots commencent et s'arrêtent de manière imprévisible, déstabilisante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
vbarentinvbarentin   02 janvier 2019
"Comment un peuple aussi calme et souriant a-t-il pu perpétrer le pire auto génocide de l'histoire humaine?" Moi aussi j'étais déroutée par la curiosité et la douceur extrême des Khmers. Je ne savais pas encore que mines dangereuses et génocide pouvaient traduire un même détachement, que le légendaire sourire des Khmers (tout comme le mien) était souvent un masque, servant non à projeter mais à protéger l'intimité de qui le porte.
(p.14)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
vbarentinvbarentin   05 janvier 2019
Oui à tout ce qui ramènera le Cambodge à la terre, à la paysannerie, aux gestes basiques qui entretiennent la vie, non à tout ce qui voudrait le ramener à la ville. Oui à la culture au sens agricole du terme, non à la culture au sens mondain, artistique, intellectuel, où tu n'as jamais essuyé que des échecs. À bas les villes! Paris, Phnom Penh, même combat! Il n'y a que le maquis qui vaille.
(p.110)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Nancy Huston (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nancy Huston
En 2018, Cécile Ladjali recevait Nancy Huston dans le cadre des rencontres "En chair en textes", pour parler de son roman "Lèvres de pierre". ---------- https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/levres-de-pierre
autres livres classés : pol potVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Colonel Chabert

Quelle est la femme du colonel Chabert ?

Madame d'Espard
Madame de Bargeton
La comtesse Ferraud
Marie de Verneuil

10 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Le Colonel Chabert de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre