AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782742735358
173 pages
Éditeur : Actes Sud (10/01/2002)
3.77/5   184 notes
Résumé :
Regardez-la maintenant ma belle épouse, jeune femme d'ordinaire civilisée, habillée, coiffée, chaussée, protégée par une culture, une éducation, une histoire, l'Europe, l'Occident, ainsi de suite, le piano... la voilà nue et horizontale sous une blouse blanche flottante, et ce qui se passe à l'intérieur de son corps est projeté sur des écrans en dessins erratiques et en images clignotantes ; tous ses rythmes les plus intimes, sang, coeur, entrailles, se muent en sig... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 184 notes
5
9 avis
4
10 avis
3
3 avis
2
4 avis
1
0 avis

rabanne
  04 mars 2020
C'est mon tout premier contact avec l'auteure (cette publication date de 1999, et j'ai toujours "Lignes de faille" qui attend dans ma bibliothèque).
Un roman choral poétique et émouvant, dans lequel plusieurs voix s'entremêlent, s'entrechoquent : une alternance effrénée de "je", qui raconte l'amour maternel, l'amour fusionnel, l'instinct de survie, le traumatisme, la séparation, l'exigence, la quête d'identité, la douleur intérieure, l'héritage inconscient...
172 pages assez rapides à lire, où l'on plonge dans l'histoire d'un couple, d'une famille, de femmes, dans une relation de voisinage et d'amitié... Où l'on oscille entre l'ordinaire et l'extraordinaire, l'imaginaire et la réalité, l'intime et l'universel.
Une plume à la fois lumineuse et percutante, qui vibre au son des notes du piano et des sentiments mutilples des protagonistes. Mais une écriture parfois déroutante par son urgence et sa fulgurance, qui m'a laissée un peu démunie et sur ma faim.
Un livre qui mérite certainement une relecture, à tête reposée, car il possède des passages d'une grande beauté et véracité...
-----------------------------------------
NB : un touchant cadeau d'anniversaire, bien ciblé par rapport à mon amour de la musique classique et de Bach, en particulier. (Merci encore infiniment !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4423
KarmaBoomerang
  19 mai 2011
Livre fini il y a tout juste quelques jours, j'en profite donc pour faire ma critique tant que c'est encore frais!

Mon avis :
Nancy Huston m'avait déjà surprise avec le premier livre que j'avais lu d'elle, Instruments des Ténèbres. L'aspect glauque, obscure, presque sale, m'avait saisie et emportée. Ce qu'elle racontait était souvent dérangeant, mais profondément humain.
Si on retrouve toujours dans Prodige cette exploration du sentiment humain, la surprise n'est plus dans l'abjecte et le tabou, elle est ailleurs, dans le sublime, l'abandon, le sacrifice.

Ici, les femmes sont toujours au coeur de l'oeuvre.
Lara, la femme entre deux âges, pianiste passionnée mais sans doute pas assez habitée par la musique pour devenir une virtuose et ainsi réaliser le rêve de sa mère, Sofia, elle-même ancienne pianiste russe.
Ce duo se voit complété par l'arrivée de Maya, tour à tour luciole, libellule ou papillon. C'est l'enfant de Lara, une prématurée tellement fragile que sa survie reste incertaine. Dès lors, la maman va rester jour et nuit à l'hopital, pendant des mois, à côté de la couveuse, à parler à sa petite, à son trésor, à lui raconter la vie qu'elle aura, son talent, leur amour.
Il y a également des hommes, mais toujours à demi, comme éblouis par les femmes. Robert, le père, qui partira malgré son amour pour sa femme et sa fille, car au fond, il sait qu'il n'a pas sa place entre elles deux. Lucien, le nouveau voisin, et son neveu, Benjamin. Ils sont dans l'histoire et en dehors, comme si ce qui se jouait là leur était inaccessible.
Le sous-titre du roman, c'est "Polyphonie", et ce n'est pas un hasard.
Polyphonie des voix, car l'histoire nous est racontée par tous les personnages à la fois, les importants et les moins importants. On alterne les narrateurs dans de courts chapitres/paragraphes, chacun avec sa vision du monde, de la vie, et de ce qui se déroule, chacun sa manière de dire les choses et de les ressentir. On aborde ainsi dans des modes très différents les thèmes de la virtuosité, de la musique, du deuil, de l'amour, de la famille...
Polyphonie des voix, mais polyphonie des temps également. Car on a l'impression d'assister à deux présents simultanés. le présent blanc et aseptisé de la clinique, où une mère s'abandonne à une seule idée: être la raison de vivre de ces 720 grammes d'être humain. Et le présent de l'histoire qu'elle lui raconte, ou qui se déroule véritablement, on ne sait plus trop, ce présent où Maya n'est plus un prématuré mais une gamine d'une dizaine d'années, déjà si talentueuse et tellement à part, ailleurs, dans un monde où tout est musique...
Je pense que je n'ai pas réellement besoin de préciser mon point de vue, la manière dont je décris ce livre parle pour moi. J'ai aimé, c'est d'une beauté très juste, jamais clichée, jamais surexploitée. le style aux premières personnes est maîtrisé, changeant, léger. On s'attache à ces personnages si simples et si réels.
J'aurais aimé que la fin s'étale sur plus de pages, s'installe plus lentement. Elle vient d'un coup, sans que l'on ne parvienne trop à savoir ce que l'on en tire. Pourtant, il n'y a rien d'autre à ajouter, la boucle est bouclée. Mais je serais bien partie pour un autre tour...

Je le conseillerais à... : des gens qui aiment les narrations simples mais pas linéaires, la narration à la première personne, l'exploration des sentiments humains et de ses contradictions...
Je le déconseillerais à... : des gens qui cherchent de l'action, des rebondissements, c'est une histoire très banale finalement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
le_Bison
  01 mars 2012
Maya, petite fille née beaucoup trop tôt (5 mois et demi, 720 grammes), commence sa vie enfermée dans une couveuse. Elle ne devra sa survie qu'à des tubes en plastique mais surtout grâce à l'amour insufflé par sa mère Lara.
Présentation de l'univers familiale, essentiellement féminin : Sofia, la grand-mère russe, traditionnelle et pianiste. Lara, la mère, pianiste également au conservatoire, donnant des cours particuliers. Maya, nouveau-née et peut-être future pianiste.
Pendant plusieurs mois, Lara passera ses jours et nuits, aux côtés de sa fille, sans pouvoir la toucher, la prendre dans ses bras, l'embrasser. Lorsque votre bébé se trouve séparé de tous liens avec vous dès sa naissance, lorsqu'une paroi vitrée le sépare de votre amour et de vos caresses, que faire ? Simplement attendre et espérer...Attendre et lui parler... Attendre et l'aimer encore plus fort... S'attacher à cet amour incertain, un amour sans nom ou presque... Avoir la patience de l'attendre... Je t'attends mon bébé, et je t'aime... Tu ne me vois sûrement pas mais je sais que tu m'entends et je te demande de te battre avec moi...Je ne peux pas encore te prendre dans les bras, te serrer bien fort, mais j'attendrai le temps qu'il faudra pour pouvoir le faire et prouver mon amour pour toi. Je suis là, à tes cotés, et je ne peux que te parler...
Et pendant ces longues journées d'attente, Lara ne va cesser de lui parler de sa passion, la musique classique, de lui raconter Bach, allant jusqu'à lui lire les partitions du compositeur. Touche noire, Touche blanche, Touche noire.
Prodige est un roman sur la maternité, la vie et la mort et l'Amour. le miracle de la vie et de la médecine actuelle, les tubes en plastiques et autres sondes aidant, l'amour peut grandir jusqu'à produire une enfant prodige, curieuse et passionnée par la musique classique, par le piano et par la vie tout simplement.
Prodige est aussi un roman sur la musique classique. La passion de cette musique est omniprésente tout au long de la vie des trois femmes de ce livre. En lisant ces quelques lignes sur la musique de Bach, je sentais l'émotion de ce compositeur, le jeu transmis par Maya, enfant virtuose. J'ignore tout de cette musique, tout du compositeur, mais par les mots et la perception de Nancy Huston, j'ai été touché et j'ai envie de découvrir cette fantaisie chromatique de Johann Sebastian Bach. Si cette musique bouleverse tant Nancy Huston et cette famille de virtuose, pourquoi ne serai-je pas sensible aussi à son charme. Je ne demande pas mieux de découvrir...
Lien : http://leranchsansnom.free.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Mijouet
  14 septembre 2014
Une écriture surprenante, remplie de paroles pensées, avec une fraîcheur délicieuse, parfois naïve, une vraie"polyphonie" comme annoncée en sous-titre.
L'histoire: Celle d'une famille de femmes pianistes russes, et d'un mari, Robert, un scientifique, français dans l'âme, un peu largué et planté là au milieu de ses artistes: la grand-mère, ex pianiste, qui aura le chic de mourir en écoutant sa petite fille jouer, la mère, après deux fausses couches, secouée par une naissance prématurée d'une fille qui survit, et qui se révèlera enfant prodige du piano. Robert fuira finalement ce gynécée slave où tout tourne autour de la musique, du piano, excepté une parenthèse avec un garçon qui fera découvrir à Maya la fille prodige ses vers à soie et leurs paradoxes. La fin est très symbolique: Maya agira comme sa mère l'a fait pour elle à sa naissance.
Commenter  J’apprécie          130
Zabouille
  12 janvier 2017
"Prodige" de Nancy Huston :
Un Prodige. Une enfant Prodige, née prématurée, Maya (puis Moulipa), s'est accrochée à sa survie, grâce à sa mère Lara.
Chaque jour, Lara accompagnait sa fille dans son voyage en "couveuse", elle lui parlait, ô oui, elle lui parlait beaucoup... et l'initiait déjà à sa passion pour la musique et le piano.
Le lecteur déambule de personnage en personnage : de la mère Lara à sa fille Maya, du père Robert, effacé puis disparu de leur vie, à la grand-mère Sofia, aussi amoureuse des notes mélodieuses. Et puis, arrivent de nouveaux voisins, Benjamin et Lucien, qui vont se rapprocher d'elles : Lara se verra surprise et submergée par ses sentiments pour Lucien, "j'ai envie de vous embrasser" lui dira-t-elle spontanément. Quant à Maya, elle sera en admiration totale pour Benjamin et ses vers à soie.
Maya s'adonnera au piano avec une ferveur et un talent remarquables, corps et âme, à en faire pâlir mère et grand-mère. Et petit à petit, refera surface L'Echo des moments passés et paroles échangées à l'hôpital, par Lara à sa fille, au temps de la "couveuse".
Puis un beau jour, Lara quitte la maison pour acheter du pain, elle ne reviendra pas. Laissant sa fille seule livrée à elle-même. Jusqu'au jour où un appel téléphonique fait basculer l'histoire. Lara est alors retrouvée, anéantie, épuisée, déconnectée de la réalité. Elle est internée et Maya, à son tour, accompagne sa mère dans son voyage en chambre blanche, jusqu'à son réveil... Tout comme sa mère l'a fait, elle lui parle, la questionne.... jusqu'à la fin troublante qui surprend et fait perdre pied au lecteur.
Cette première lecture de Nancy Huston fait découvrir une bien "jolie" écriture, qui coule comme de source, et nous dessine comme au fusain, une histoire et des personnages poignants, attendrissants et prodigieux.
"Tu te mettras sous le piano, ce sera ta petite maison tout en bois, et tout autour de toi ça résonnera quand je joue.... un déluge, un ouragan de musique..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   01 mars 2012
Vis, ma petite ! Sois forte, vis !
Tu es presque invisible dans ta bulle de verre. Petite fée prise dans une énorme goutte de pluie. Je me penche sur toit, très près, pour te scruter...
Tu as la bouche entrouverte sur une sonde. Je n’ai pas encore le droit de te nourrir - mais je te nourrirai, tu verras, je te gaverai de nourritures, terrestres et célestes ! Pour l’instant tu es nourrie par un cathéter passé dans ton ombilic. Scotchées à ta poitrine, de froides électrodes en forme d’araignées suivent attentivement les battements de ton cœur. Quand les infirmières approchent de la couveuse, c’est pour te faire des piqûres au talon ou pour chercher sur ton cuir chevelu une veine où accrocher une perfusion. Le monde n’arrête pas de t’agresser. Seringues, tubes, aiguilles te pénètrent, traversent ta peau, sondent tes orifices - et tu pleures, tu pleures silencieusement, ton visage se plisse et se contorsionne dans la mimique des larmes mais on n’entend rien, car la sonde d’intubation passe entre tes cordes vocales et empêche le son de sortir...
Accrochée à la vie par un fil incroyablement ténu, tu flottes dans les limbes entre ce monde-ci et l’autre - et je t’aime, ma grande prématurée ! Je t’aime et je te sauverai ! Tu verras. Je t’ai donné la vie, je ne permettrai pas qu’on te la reprenne.
Vis ! Toi qui n’as pas de nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
MijouetMijouet   01 septembre 2014
Ce qui est parfois terrible dans la lecture d'un roman, c'est de s'y reconnaître soudain au coin d'une phrase comme si l'on se croisait dans un miroir...

"Lara lui parlait sans discontinuer maintenant, du matin au soir…et je sentais qu'elle commençait à se perdre dans cette parole, ce flot de mots qui coulait d'elle sans cesse. C'est devenu comme un délire. A l'hôpital elle faisait elle-même la toilette du bébé, c'est tout juste si elle acceptait de céder sa place aux infirmières pour les soins. A la maison elle dormait à peine et, quand elle dormait, on aurait dit qu'elle parlait encore à Maya dans son sommeil.
Ça me glaçait. Je suis un scientifique. J'ai besoin de repères. C'est comme ça. Ce qui se vivait là était en contradiction avec tout ce que j'étais, le caractère que je m'étais forgé. Mes choix, mes options, ma façon de voir le monde. Je l'avoue."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
rabannerabanne   01 mars 2020
Je voudrais qu'ils soient une famille nombreuse, une tribu, que le quartier s'ameute pour venir l'entendre ! Comme autrefois à Moscou quand il y avait un vrai concert, un vrai génie - Glenn Gould par exemple : il a joué la première partie de son concert devant cinquante personnes, on l'a prié de prolonger l'entracte d'une demi-heure et quand il est revenu sur scène pour la deuxième partie, il y avait deux mille personnes dans la salle ! Le bouche à oreille avait fonctionné. À l'époque on savait qu'un grand pianiste qui joue, c'est une urgence.
Aujourd'hui avec leur musique en boîte, les gens ne savent plus ce genre de choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          205
le_Bisonle_Bison   02 mars 2012
Ce sera une « Fantaisie » de Bach mais ce sera comme si tu l’avais composée toi-même, comme si tu étais un oiseau et que cette « Fantaisie » était ton chant. A t’écouter, Dianescu et moi, on s’élève peu à peu vers une sorte de sérénité parce qu’il n’est même plus question de notes, de fautes, de doigtés, de technique : tes mains courent sur le piano comme tes pieds courraient sur une plage, parce que tu veux, parce que tu peux courir, tes petites mains frappent et caressent les touches blanches et noires et on est immergés tous deux dans un bain de félicité. Mon ange, tu domines - regarde, tu conquiers cet instrument qui m’a toujours dominée, c’est ton instrument, il se met à ton service. Oui ce monstre noir qui pèse une tonne se cabre et se laisse flatter par toi comme un chat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
rabannerabanne   03 mars 2020
En tous cas dans Bach, pour moi, c'est toujours l'été, j'ai jamais compris pourquoi les gens disent que c'est froid, une fugue de Bach c'est la chaleur même (...). C'est comme quand je viens sur le canapé où maman est en train de lire et que je me pelotonne contre elle...
Commenter  J’apprécie          183

Videos de Nancy Huston (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nancy Huston
À l'occasion de la parution de la collection "Je chemine avec... " (Seuil), Nancy Huston et Agnès B. sont les invités du Salon Fnac Livres pour un entretien à retrouver sur LaClaqueFnac.com. Les deux artistes reviennent sur leurs oeuvres et leur écriture. Elles échangent aussi sur leur rapport à la littérature et évoquent leurs inspirations au quotidien.
Toute la programmation et les infos pratiques du Salon Fnac Livres sur La Claque Fnac : https://www.laclaquefnac.com#bl=YTFnac
Retrouvez-nous sur Facebook @Fnac : https://facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
#SalonFnacLivres #NancyHuston #AgnesB #JeChemineAvec #RDVFnac
+ Lire la suite
autres livres classés : pianoVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
828 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre

.. ..