AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christine Le Boeuf (Traducteur)
ISBN : 2742763171
Éditeur : Actes Sud (08/11/2006)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :

"La peinture est là tout d'un coup. Quand je lis un livre, quand j'écoute de la musique ou quand je vais au cinéma, c'est avec le temps que je découvre l'œuvre. Un roman, une symphonie, un film ne prennent leur sens que par la succession des mots, des notes et des images. Les heures peuvent passer, un tableau ne gagnera ni ne perdra la moindreparcelle de lui-même. Il n'a ni commencement, ni milieu, ni fin. J'aime la peinture ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
NMTB
  19 décembre 2014
Dans ces neuf essais Siri Hustvedt a pris le parti de commenter des oeuvres d'un point de vue personnel. Ce ne sont pas des études spécialisées mais des réflexions sur des peintures qu'elle aime particulièrement. Elle s'appuie sur des détails ou des aspects secondaires pour exposer son ressenti.
Elle n'hésite pas à parler de son mari, de sa fille, d'elle-même, de son regard singulier, influencé par sa myopie, ses migraines et toute son histoire sans doute. On apprend notamment qu'elle a suivi des cours d'histoire de l'art dans sa jeunesse, et, honnêtement, ça se ressent dans sa manière d'aborder les oeuvres et de les décrire. Des descriptions, parfois, un peu trop scolaires.
Difficile de se faire une idée précise de ses goûts, car les peintures qu'elle a choisies sont très différentes, on va de Vermeer à Gerhard Richter, du paysage à la peinture d'Histoire, de la renaissance à l'art contemporain en passant par l'art classique et l'expressionisme. Des essais un peu plus longs sont consacrés à l'histoire de la nature-morte (que les anglophones nomment « still life ») et deux autres à Goya.
Toutefois, elle a tendance à opposer deux grands courants dans l'histoire de l'art, ou plutôt un courant, platonicien et idéaliste à des peintres de l'immédiat et du quotidien. Elle n'en fait pas la remarque, mais deux oeuvres sont reproduites dans ce livre, peintes à deux siècles d'écart, sur des sujets complètement différents, et pourtant étonnamment ressemblantes dans leur traitement. Ce sont « Coing, chou, melon et concombre », une nature-morte de Juan Sanchez Cotán et « Marat assassiné » de David. Des peintures qui, selon la sensibilité de Siri Hustvedt, s'inscrivent dans la tradition idéaliste. Même fond noir, même esthétisation du naturel, même lumière irréelle, et presque les mêmes couleurs.
Et de l'autre côté, on aurait Chardin et Goya, adeptes d'une vision plus ancrée dans le présent, entretenant un certain « flou artistique », une vision plus personnelle, tentant d'échapper aux conventions, où les coups de pinceau s'exhibent comme pour désillusionner le spectateur ou pour l'enfoncer dans une illusion plus profonde.
Grande amatrice de peinture, elle trouve un plaisir unique dans cet art, en explique les raisons, et s'intéresse aussi au spectateur ; sur l'effet miroir, la familiarité, voire l'identification, que peut provoquer la contemplation d'un tableau. Elle insiste sur le rôle joué par la mémoire dans l'appréhension de la peinture : « Un tableau, c'est toujours deux tableaux : celui que l'on voit et celui dont on se souvient. » Plusieurs fois elle note que le souvenir qu'elle gardait d'un tableau était différent de ce qu'il est effectivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ivredelivres
  10 février 2009
Siri Hustvedt est écrivain les textes qu'elle a écrit pour ce livre sont simples, chargés d'émotion, bien documentés sans être pédants et il éclairent très intelligemment les oeuvres.
Elle ne nous fait pas un cours d'histoire de l'art mais laisse parler ses sens, ses émotions, ses propos sont matière à contestation peut être mais pourquoi pas ?
La plupart de ces tableaux décrits sont connus voire très célèbre mais son propos est de gommer cet habit de notoriété, de célébrité pour se centrer sur les émotions ressenties, l'éclairage du tableau, les détails qui apparaissent parfois après plusieurs heures de contemplation.
Lien : http://asautsetagambades.hau..
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ivredelivresivredelivres   10 février 2009
Quand je lis un livre, quand j'écoute de la musique ou quand je vais au cinéma, c'est avec le temps que je découvre l'œuvre. Un roman, une symphonie, un film ne prennent leur sens que par la succession des mots, des notes et des images. Les heures peuvent passer, un tableau ne gagnera ni ne perdra la moindre parcelle de lui-même. Il n'a ni commencement, ni milieu, ni fin. J'aime la peinture parce que dans son inaltérable immobilité elle paraît exister en dehors du temps d'une manière impossible à toute autre forme d'expression artistique.
Plus j'avance dans mon existence, plus je voudrais mettre le monde en suspens et saisir le présent avant que, dévoré par la seconde suivante, il ne devienne le passé. Un tableau crée l'illusion d'un présent éternel, d'un lieu où mes yeux peuvent se reposer comme si le tic-tac de la pendule avait cessé par magie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Siri Hustvedt (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Siri Hustvedt
Retrouvez le roman Un été sans les hommes de Siri Hustvedt sur Fnac.com : http://livre.fnac.com/a3470426/Siri-Hustvedt-Un-ete-sans-les-hommes
>La peinture et les peintures>Peinture : philosophie et théorie>éléments d'appréciation, critique (20)
autres livres classés : esthétiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le tableau mystère [1]

1. Quel écrivain et journaliste a passé une grande partie de son enfance au château du Clos Lucé à Amboise ?

François de Closets
Jules Vallès
Louis Aragon
Gonzague Saint Bris

7 questions
254 lecteurs ont répondu
Thèmes : déduction , peinture , mystèreCréer un quiz sur ce livre