AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Eve-Yeshe


Eve-Yeshe
  26 décembre 2014
Harriet Burden, artiste plasticienne vient de mourir. Elle a eu une carrière en dents de scie, et a toujours eu du mal à accéder à la notoriété ; après sa mort, elle fait l'objet d'une étude universitaire, qui a pour but de jeter un éclairage différent sur elle.
On assiste donc à une série de témoignages de gens qui l'ont connue, ses proches mais aussi d'autres artistes, galeristes, son psychiatre, qui alterne avec les nombreux carnets personnels de l'artiste.
Harriet que l'on a surnommée « Harry » (hum ! pas très féminin) est mal dans son corps, elle est très grande (1m 98), a une allure plutôt masculine. Elle étouffe dans la société car elle a toujours été dans l'ombre de son mari, Félix Lord, un marchand d'arts richissime de New-York qui lui a pignon sur rues, adulés par les critiques et le monde artistique de la ville. Il traîne sa femme dans des réceptions mondaines où elle s'ennuie.
La mort de son mari, va déclencher un immense et impérieux désir de sortir de l'ombre. Persuadée qu'une femme ne peut pas être reconnue autant qu'un homme quand elle est une artiste de talent, elle décide d'organiser trois expositions différentes avec ses propres oeuvres en les attribuant à trois hommes de personnalités différentes… " Je voulais voir dans quelle mesure mon art serait reçu différemment en fonction de la personnalité de chacun des masques."
Les noms qu'elle donne aux expositions sont intéressants : »Histoire de l'art occidental », « Chambres de suffocations », (ça s'impose !!!) et « Au dessous »
Mais tout ne se passera pas comme prévu, le troisième homme ne jouant pas le jeu, et essayant de s'approprier l'oeuvre…

Ce que j'en pense :

Harry est une personne fascinante, dans tous les sens du terme. Par sa silhouette d'abord, peu féminine, par son parcours, car après deux expositions, elle tombe dans l'oubli.
Tout en sachant que cette femme n'a jamais existé, qu'elle est une pure fiction de Siri Hustvedt, (je suis allée vérifier sur Internet tant le personnage semblait réel), par la puissance de sa réflexion, la description de son oeuvre, des petites maisons miniatures, qu'elle meuble et auxquelles elle fait raconter une histoire, jamais la même.
La création artistique est décrite avec minutie, instant par instant, de façon tellement forte qu'on a l'impression d'en faire partie, d'être une petite souris à côté qui voit l'oeuvre sortir du néant, s'étoffer, comme une statue de Michel-Ange, une peinture de Léonard de Vinci, dans un monde très contemporain.
C'est le premier roman de Siri Hustvedt que je lis et je suis impressionnée. J'ai eu beaucoup de mal à le lire, notamment les extraits des carnets personnels car elle observe tout chose en profondeur sur le plan psychanalytique, philosophique… donc il faut être déjà d'un certain niveau dans ces matières pour la suivre. J'ai mis du temps, mais je suis arrivée au bout et j'en suis assez fière, même si je suis certaine d'être passée à côté de certaines choses. Donc, c'est un livre que je relirai pour approfondir ce qui m'a échappé.
De la même façon, j'ai mis du temps à rédiger ma critique, car Harry me fascine et suscite de l'admiration par sa réflexion philosophico-psychanalytique, ce qui rend mon exercice assez périlleux. Un livre difficile, mais à lire, à découvrir car il faut cheminer avec l'auteure et avec l'artiste. On fait un bon voyage au pays des mots.
Allergique au vocabulaire de la psychanalyse ? Peut-être vaut-il mieux passer son chemin. de même, si le monde de l'art vous paraît étrange, élitiste, égocentrique ou surfait. Donc, un livre clivant, c'est le moins qu'on puisse dire.
Ce n'est pas un coup de coeur, mais je suis contente de l'avoir lu malgré la difficulté, et en survolant, je l'avoue, certains passages des carnets. A mon avis, elle aurait pu faire plus simple pour le confort du lecteur, mais Siri Hustvedt a mis la barre très haute car une femme doit se dépasser pour être reconnue.
Note : 7,8/10
lu dans le cadre challenge ABC
Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
Commenter  J’apprécie          410



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (36)voir plus