AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782710371366
304 pages
Éditeur : La Table ronde (08/01/2015)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 108 notes)
Résumé :

Gladwyn Suter a tout pour être heureux. La plus belle épouse, le fils le plus facile, la plus jolie maison dans la plus paisible banlieue de Londres. De bons petits plats et une tête blonde à ébouriffer chaque soir en rentrant du bureau. Les douces séductions du train-train quotidien. Mais on mesure son bonheur une fois qu’on l’a perdu…

Un jour qu’il rend visite à sa mère dans la campagne sauvage des Downs, Gladwyn croise au bord de la route ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
torpedo
  28 novembre 2018
Ouvrir un livre d'Angela Huth, c'est retrouver une vieille amie. Savoir par avance que je vais passer deux bonnes soirées à l'écouter me raconter la vie de ses congénères. Des Anglais plutôt stricts, qui voient leur petite vie rangée prendre soudain un tournant inattendu. Et son dernier opus ne déroge pas à cette règle.
Le premier tiers du livre est probablement le meilleur. Avec un oeil affuté, elle met en scène les différents protagonistes. Par petites touches, Angela Huth nous décrit la routine d'un couple d'Anglais chics des banlieues pour qui tout réussit. Mais comment vivre lorsqu'on s'entête à ne pas pouvoir réaliser son rêve : vivre dans les Downs, retourner à la campagne. S'imaginer que tout serait mieux ailleurs. Cette belle harmonie de façade va se lézarder progressivement. Car de petits mensonges en mensonges plus gros, la vie de ce 'pauvre' Gladwyn va soudain se métamorphoser en un inextricable piège. L'auteur manie l'humour : la bassesse d'un homme, l'aveuglement des femmes.
La fin du livre est à peine crédible. le drame se joue, mais de façon trop artificielle - comme si l'auteur n'arrivait pas à trouver une solution pour que cette histoire, où personne ne sort indemne, en finisse enfin. Même les dialogues sonnent un peu faux.
Une nouvelle fois, je n'ai pas compris comment le titre de ce livre dans sa traduction française avait été choisi. 'Deception is So Easy' donne immédiatement le ton et résume bien le contenu de ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          514
latina
  03 janvier 2018
« Je crois en la fidélité. Je ne dis pas que c'est facile. Tous, ou presque, nous sommes tentés par un petit écart de temps en temps. Mais c'est destructeur. Les mensonges, la tromperie...ça ronge les bases mêmes du mariage ».
Rassurez-vous, loin de moi l'idée de vous faire un sermon moralisateur ! Je réserve ça à mon mari... (Non, je rigole)
Il faut dire que ce roman d'Angela Huth m'a happée sans crier gare, et j'ai passé des heures à lire, sans pouvoir me détacher une seconde des (més)aventures de Gladwyn.
C'est qu'il a fort à faire, Gladwyn, pour concilier sa vie d'homme marié avec la charmante Blythe et père d'un pré-ado, avec celle d'amant de Lara, une jeune femme blonde qu'il a trouvée par hasard sur le chemin, alors qu'elle était victime d'une entorse.
Ah là là, que voulez-vous : ce pauvre homme aime les 2 femmes, et manie avec plus ou moins de dextérité le mensonge...
Je me rends compte combien cela doit être difficile de mener ainsi une double vie ! Angela Huth, en tout cas, s'est amusée à décortiquer tous les rouages de la goujaterie déguisée en amour profond, ou plutôt en attirance sexuelle. Des invraisemblances ? Il y en a quelques-unes, que je ne détaillerai pas, et qui m'obligent à retirer une étoile à ma critique, ainsi que des éléments posés de bric et de broc.
Mais en général, j'ai trouvé cette histoire - banale, finalement – prenante.
Détrompez-vous, ce n'est pas un roman comique ! C'est plutôt affligeant, comme beaucoup de cas semblables dans la vraie vie. Et je trouve même Angela Huth beaucoup trop gentille.
Alors, si vous hésitez encore à tromper votre amoureux(se), prenez connaissance des rouages tristement machiavéliques de notre « héros », vous y verrez peut-être plus clair.
Fidèle ou infidèle ? C'est à vous, et seulement à vous, de choisir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          484
iris29
  13 avril 2020
Je suis passée complètement à côté de ce roman, et j'ai envie de dire , comme une fois sur deux avec cette auteure. ( Je n'arrive pas à retrouver la magie des Filles de Hallows Farm ). La faute au sujet sans doute, qui flirte (sur la fin ) avec le genre "roman noir", sans en avoir sa puissance, ni le côté ludique (du coupable à chercher).
Est-ce que mentir c'est trahir ?
Eh bien, j'ai envie de dire : oui ; c'est le début de l'engrenage ; et après Dieu sait comment ça finit, une chose en entraînant une autre ...
Lorsque Gladwyn , trouve sur son chemin, une jeune fille blessée , tombée de sa bicyclette, en bon gentleman anglais, il l'amène à l'hôpital . Jusqu'ici , pas d'inquiétude . Mais lorsqu'il trouve un prétexte pour passer la voir , c'est là que ça se corse, Gladwyn lui ayant affirmé sans ciller, qu'il est célibataire... Hors Gladwyn a une famille...une femme, Blithe, professeur et un fils adolescent.
Et les mensonges s'enchaînent auprès des deux femmes sans que ce mari ait l'air de se sentir coupable, juste embêté dans sa logistique.
Le titre est révélateur du contenu, Gladwyn s'en sortira mieux que bien - à ce point immoral que s'en est énervant pour toute lectrice un peu féministe !
Deux femmes intelligentes, jolies, douées dans leurs métier respectifs et un homme qui parait si palot, si inconsistant, si "chiffe molle", qu'il m'a été difficile de ressentir quoi que ce soit durant cette lecture. Cela manque de chair, de sueur , de sentiments, de passion...On assiste en tant que spectateur, aux débuts d'une liaison " interdite" et : rien !
La plume d'Angela Huth est fluide, belle , agréable, mais dépourvue d'émotion. Tous ces romans sont plus ou moins comme cela, un peu "froids" . j'aurai compris et aimé cette façon d'aborder le sujet , j'aurai adhéré à la réaction de Blythe à la fin, si ce roman n'était pas sorti en 2013. Mentir n'est pas trahir ", n' est pas moderne, il sent la naphtaline...
Vers la fin, le roman prend des allures de roman noir , sans qu'Angela Huth joue sur le registre du suspens, c'est dommage. Peut- être qu'à force de lire des romans policiers, j'ai perdu tout goût pour des fins de ce type- là, je la trouve mièvre, fade ...
Certains critiques parlent d'humour grinçant, ça ne doit pas grincer assez fort pour moi !
Un roman très bien écrit, mais pas inoubliable...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          452
LePamplemousse
  05 mai 2015
Un homme marié et heureux avec sa famille, rencontre par hasard une jeune femme et en tombe amoureux.
Bien entendu, aucune histoire d'amour ne paraît banale à ceux qui la vivent.
Angela Huth a le sens des détails, et tout dans cette histoire n'est qu'une suite de petits riens : un regard qui émeut, un geste de tendresse maladroite, des objets du quotidien qui prennent une importance considérable, une intonation de voix qui trahit, la couleur d'un gant de toilette qui crée des remous au sein d'un couple uni, des petites attentions qui deviennent agaçantes, et une certaine tension qui monte à chaque page.
Cet auteur aime décortiquer les gestes et les paroles anodins, elle leur donne un sens, elle décrit ses personnages avec minutie, douceur et compassion mais sans se voiler la face sur leurs failles, leurs défauts.
J'ai lu ce roman avec avidité car le style est de toute beauté.
J'ai toutefois déploré des similitudes dans l'histoire entre ce roman et un autre de cet auteur, et cela a légèrement gâché l'effet de surprise de la fin, fin qui d'ailleurs, est vraiment mièvre à mon goût.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4210
Bookycooky
  09 août 2015
Une banlieue plutôt chic de Londres, un couple marié depuis quinze ans,un enfant unique, lui, petit homme d'affaire, elle, enseignante, tout baigne....Mais voilà que l'homme, Gladwyn, un jour visitant sa mère à la campagne croise sur un chemin perdu, une jolie jeune femme, qui s'est foulée la cheville,en roulant à bicyclette...vous devinez la suite....La concupiscence va faire voler en éclats toutes les bonnes intentions de Gladwyn.
Peut-on aimer deux femmes à la fois?
Comment vivre une vie de mensonges et de tromperies sans perdre le respect de soi-même?
Dans l'amour ,comment savoir exactement ce qui se passe dans la tête de l'autre?......bref autant de questions banales que peut se poser une personne amoureuse et rongée par la culpabilité de l'adultère.
Grâce à la plume drôle et grinçante d'Angela Huth, Gladwyn fait pitié,on pourrait presque lui donner raison, jusqu'à ce que...Huth épargne aussi les deux personnages féminins,attractives, trop gentilles, trop indulgentes d'une confience sans borne pour cet homme égoïste et peu prudent.
La fin,à mon avis est un peu rafistolée.
J'ai moyennement aimé ce livre ,sur un sujet mille fois ressassé ,mais qui se lit facilement grâce à la prose fluide et subtile de Huth.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390


critiques presse (1)
Bibliobs   25 février 2015
Drôle, grinçant, le roman pourra d’ailleurs rendre de précieux services à tous ceux qui pratiquent l’adultère. Le coup des deux téléphones portables, par exemple: Angela Huth le déconseille absolument, car on finit toujours par se tromper de couleur.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
NathalCNathalC   10 septembre 2016
Gladwyn fit remarquer que la vitesse à laquelle étaient passées ces cinq années de vie conjugale indiquait forcément qu'ils étaient vieux.
"Enfin quoi, ce sont toujours les vieux qui radotent sur le temps qui file. Et pourtant me voilà, même pas quarante ans, et je suis d'accord avec eux.
- A mon avis, la vieillesse n'est pas seule en cause, dit Blithe. A mon avis, ça a un lien avec le bonheur. Si on a la chance de l'avoir trouvé, alors le temps file comme un éclair. On se réveille chaque matin euphorique à la perspective de la journée, et puis de la soirée ensemble, et on s'aperçoit tout à coup que le temps s'est emballé, que les mois, et même les années ont passé...".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
torpedotorpedo   28 novembre 2018
Assis dans le noir de son bureau, Gladwyn, qui avait gardé la passion des mots, se souvint du jour où il avait découvert le terme 'concupiscence' : il n'était ni insolite, ni érudit, mais sa sonorité lui plaisait. "Désir très vif des plaisirs sensuels", disait le dictionnaire. A l'époque, Gladwyn avait peu l'occasion de l'employer, mais, bizarrement, le mot lui était resté en mémoire. C'était un mot qu'il trouvait intéressant. Un jour, il apprendrait dans sa chair ce qu'il signifiait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
torpedotorpedo   28 novembre 2018
- Qu'est ce que vous...
- Chut, chut, fit-il, avant de l'embrasser.
Elle le sentit qui tirait sur sa jupe. Le satin glissa facilement sur le haut de ses cuisses.
- Mais on se connait à peine !
- On se connaitra mieux dans une minute.
Il lui renversa la tête en arrière. Elle sentait bringuebaler derrière elle les boites d'encaustique et les flacons de produits ménagers. Le bord de l'étagère lui rentrait dans la nuque. Soudain, elle le sentit qui s'enfonçait en elle : jamais on ne l'avait pilonnée aussi vigoureusement.
Ce fut vite terminé. Le pantalon fut remonté, la jupe rabattue : ils se réajustèrent dans le noir en parfaite harmonie. Puis, très délicatement, Gladwyn l'embrassa dans le cou, lui caressa les cheveux.Blithe était essoufflée.
- Je n'ai encore jamais fait ça.Je veux dire, dans un placard à balais.
- Moi non plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
domisylzendomisylzen   12 février 2016
La solitude, à laquelle elle s'était tant habitué au fil des années, s'était définitivement envolée. Les bébés ont l'art d'occuper l'espace : leurs petits cris, leurs odeurs douceâtres, leurs mains qui s'agitent, leurs cycle de sommeil capricieux. Et ils attirent les curieux. Des voisins qu'elle ne voyait jamais lui rendaient visite, apportant des fleurs, des cartes et des sourires dûment impressionnés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
latinalatina   02 janvier 2018
Enseigner était souvent frustrant, voire exaspérant. Quand tout à coup ça marchait, on se sentait gratifiée.
Commenter  J’apprécie          297

Videos de Angela Huth (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Angela Huth
Bande annonce du film Trois anglaises en campagne (1998), adaptation du roman d'Angela Huth, paru en français sous le titre Les filles de Hallows Farm.
autres livres classés : adultèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
768 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

.. ..