AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070458134
496 pages
Éditeur : Gallimard (27/05/2014)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 156 notes)
Résumé :
Myrtle est aussi réservée, sage et modeste qu'Annie est pétulante, séductrice et vaniteuse. Élevées dans un petit port perdu au fin fond de l'Écosse, elles ont appris ensemble à devenir des femmes. Des femmes de marins pêcheurs, dont le lot quotidien est lié à chaque caprice de l'océan, au retour de leur homme, aux rumeurs qui enflamment tout le village dès qu'un étranger en frôle le pavé... Patiemment, Myrtle s'emploie à calmer les toccades passagères de son amie e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  01 octobre 2016
"Bon sang! Quelle idée de se marier à un pêcheur"
Myrtle la sage et Annie la volage sont amies depuis l'école.
Une amitié solide et fraternelle en dépit de leurs caractères si différents. Annie est jolie comme une coeur, jalouse, égocentrique, charmeuse, et collectionne les aventures amoureuses. Myrtle est le vilain petit canard, effacée et flegmatique, toujours dans l'ombre de sa copine, solide et loyale et pardonnant tout à son insupportable amie.
Angela Huth dresse deux magnifiques portraits de femmes dans le quotidien de leurs vies d'enfance et d'adulte, épouses de marins-pêcheurs, confrontées aux difficultés économiques du métier et à ses dangers.
C'est une relation fraternelle subtilement décortiquée, faite de jugements et de conflits, de drames et de soutien, si bien retranscrite que l'on s'identifie aisément aux deux personnages, dans l'inquiétude et la solitude des épouses attendant les retours des bateaux et dans la joie simple des périodes à terre.
Une très belle narration, intemporelle, (des anachronismes brouillent les pistes de la datation), une réflexion sur l'amitié dans tous ses états, un décor écossais nuageux et venteux, métaphore de la dualité des deux amies, une atmosphère douce-amère qui m'a beaucoup plue, freinant ma lecture pour y rester plus longtemps...
Un petit bijou de sensibilité à lire sous un plaid avec scones et tasse de thé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          365
isanne
  31 août 2020
Myrtle et Annie sont amies depuis qu'elles sont enfants. D'ailleurs, dans ce roman, beaucoup de protagonistes font partie de l'univers scolaire des fillettes.
Elles sont très différentes, dans leurs choix de vie, leurs aspirations, leur conduite, l'attitude qu'elles opposent aux aléas de la vie. Myrtle ne se dépare jamais de son calme, là où Annie devient vite virulente et blessante. Myrtle est une femme de loyauté, là où Annie ne vit que dans le regard des autres - et particulièrement, celui des hommes, l'une toute en fidélité, l'autre toute à son pouvoir de séduction, l'une qui vit dans la tranquillité et l'autre avide de ce qu'elle voudrait posséder... On pourrait continuer à les opposer et les rapprocher tout autant sur bien des sujets mais je veux vous laisser découvrir un des aspects du récit, tout en introspection et pas le moins intéressant, en plus !

Les deux femmes ont épousé un marin : la vie est rythmée par les absences, la peur de ce qui pourrait se produire en mer. Toujours regardant le ciel et la météo, elles attendent le retour de leur compagnon. Les disputes sont fréquentes entre les deux amies, les réconciliations toutes aussi rapides mais on ne peut s'empêcher de penser à mesure que la lecture avance qu'elles sont vraiment trop différentes pour rester sincères toujours, l'une envers l'autre : jalousie, envie sont deux défauts trop ancrés chez Annie pour que Myrtle puisse toujours ramener le calme dans leur relation. Et Myrtle fait toujours preuve de tant d'abnégation qu'elle laisse penser, que sa révolte soudaine pourrait, un jour, tout détruire.

Et puis, un jour, un accident...
Et là, je vous laisse découvrir ce que sera désormais la vie de ces deux femmes.


Les amitiés de jeunesse résistent-elles aux années qui passent ? La loyauté protège-t-elle de tous les chagrins ? La beauté est-elle affaire de visage ou de coeur ? Jusqu'où peut-on accepter les paroles de condamnation de celui qui vous fait face ?

Un livre qui se lit d'une traite pour la rencontre de deux forts caractères de femmes qui ont choisi d'envisager la vie de manière si différente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
latina
  12 juillet 2014
L'Ecosse. Un rivage sous un ciel d'orage. Deux femmes, une amitié inégale. Des hommes, marins, maris, amis, ennemis. Un huis-clos où fermentent les passions, où le passé se mêle au présent et à l'avenir.
Dans une narration sans chapitres, nous suivons la vie simple de Myrtle, une femme réservée et honnête, partagée entre son mari Archie, un marin encore plus réservé qu'elle et son amie Annie, la pétillante, la folichonne, l'égocentrique.
Sans transition, nous nous rendons dans le passé, où nous suivons la jeunesse de ces personnages, et déjà nous nous rendons compte que les caractères se dessinent nettement. Annie et la valse des garçons est-elle plus heureuse que Myrtle et la sagesse apaisante ?
Et puis nous revenons au présent, où un drame se trame, où le drame a lieu. le bonheur de Myrtle va-t-il voler en éclats ?
Angela Huth excelle dans l'analyse psychologique de l'âme féminine et dans l'observation masculine. Son écriture simple en apparence mêle rêves et vie quotidienne, sentiments et présence de la nature - la mer, le ciel et la terre sont indispensables aux personnages comme à l'atmosphère - . Elle met les coeurs à nu tout en continuant à décrire les gestes habituels et banals. Une partie de cartes à la table de la cuisine, un ami apportant du poisson dans un morceau de journal, une visite au cimetière dévoilent plus qu'un passage chez le psychiatre.
Quand rentrent les marins ou quand ils sont en mer, la vie continue ou dérape, les coeurs s'en mêlent ou s'emmêlent, la douceur domine ou la fougue explose.
« Quant rentrent les marins » : intime et intense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Levant
  15 novembre 2015
Moi qui suis un homme, non pas au sens où Kipling le prêchait à son fils dans son fameux poème, mais plus modestement et bien involontairement de naissance, j'ai eu bien peur, en m'engageant dans ce roman, de me laisser embarquer dans des histoires de filles.
Quand les préjugés sexistes collent à la peau.
Il faut dire que cet ouvrage commence sans véritable accroche. Nous entrons de plain-pied dans la vie quotidienne de Myrtle et Annie, deux femmes de pêcheurs, quelque part dans un port de la côte écossaise. Gestes simples animés de conversations tout aussi banales, rien de bien excitant pour susciter l'intérêt.
Et pourtant, je ne perds pas pied, je m'accroche. Etonnant !
Au gré des alternances d'époque, on voit la personnalité de ces femmes se construire, depuis leur tendre enfance jusqu'au moment où se confirment les craintes que leur statut de femme de marin peut faire naître et entretenir légitimement. On verra surtout se construire une solide histoire d'amitié qui forme l'ossature de cet ouvrage, contre vents et marées, sans allusion au contexte de l'ouvrage.
Ma première crainte s'efface. Je me laisse séduire par ces histoires de filles. Elles deviennent femmes, sous mes yeux, au gré des pages. Elles sont bien entendu souvent peuplées d'histoires de garçons, et disons-le honnêtement, celles-ci ne sont pas mieux, mais pas pires non plus que celles-là. C'est la vie des hommes et des femmes tout simplement, esprits et cœurs empêtrés dans les contingences d'une vie qui a perdu pied avec le spirituel pour verser dans le virtuel.
C'est à n'en pas douter la très belle écriture d'Angela Huth qui pondère cet ouvrage et lui donne une âme. Elle sait donner de la profondeur à ses personnages. Elle sait les rendre attachants, tout empêtrés qu'ils sont dans la lutte contre leurs pulsions. Comme mentionné en quatrième de couverture, (édition Folio) c'est vrai qu'elle raconte bien les femmes, en particulier. Peut-être quand même un peu au détriment des hommes qui ne trouvent alors de véritable rôle que comme … allez, j'ose le dire, comme l'exhausteur de goût d'un plat raffiné. Aïe !
Tout oppose Myrtle la vertueuse, sans doute parce que mal servie par un physique trop banal, et Annie l'aguicheuse, certainement parce que trop soucieuse d'ajuster ses rêves à la hauteur de ses charmes. Et pourtant ces contraires trouvent leur complémentarité de laquelle s'épanouit un être raisonné fait d'elles deux. C'est un roman qui met l'amitié à l'épreuve des vicissitudes de la vie en vase clos, de la vie de femmes de marins avec son lot de solitude et d'anxiété. L'attente obsédante du retour au port. C'est un roman actuel qui sonne vrai.
Une histoire de filles que j'ai appréciée au final, et même bien avant. Je vais avouer quand même que je l'avais acheté sur la recommandation d'une libraire. Affaire de séduction ? Appelons cela comme on veut, mais elle était convaincue de la qualité de cet ouvrage et elle a su me la communiquer.
Sans regret pour moi. Un bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
Bene31
  19 juillet 2013
Dans son roman « Quand rentrent les marins », nous nous retrouvons dans un petit village dont la vie est rythmée par les allers-retours des pêcheurs.
Myrtle et Annie sont amies depuis l'enfance alors que tout les oppose. Annie est la plus jolie, vive, séductrice, mais aussi prétentieuse et coléreuse tandis que Myrtle est réservée, douce et avisée. Que partagent-elles alors ? Comment leur amitié peut-elle durer ? Elles ne se sont jamais quittées et ont toujours tout partagé ; du moins, c'est ce qu'elles croient. Devenues épouses de pêcheurs nous les retrouvons souvent dans la cuisine de Myrtle, théâtre de leurs parties de cartes, où autour d'un bon thé, il fait bon se confier. Peu à peu le vernis de cette vie simple, rude, sans distraction faite d'attente et d'inquiétude, va s'effriter. Les rancoeurs, les reproches se font sentir et se heurtent à leurs différentes visions de la vie, de la famille et de l'amitié. Lorsqu'à la fin de la première partie la vie de Myrtle bascule, le refuge qu'elle trouvait dans leur amitié n'est plus possible, elle acceptera beaucoup moins les tocades et impétuosités d'Annie.
Comme les marins vont et viennent, les souvenirs aussi. Angela Huth nous plonge avec habileté dans le passé des protagonistes pour mieux faire ressurgir les tensions. Les liens se dénouent, d'autres se forment, je me demandais comment tout cela allait bien pouvoir finir et heureusement je ne fus pas déçue !
J'ai dévoré ce roman dont j'ai admiré la qualité de l'écriture, le soin apporté à la construction de la narration. Les sentiments complexes des personnages sont dépeints avec une rare finesse.
J'ai découvert Angela Huth avec ce roman, j'espère apprécier les autres autant que celui-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200


critiques presse (1)
Actualitte   25 avril 2014
Dans ces paysages trop souvent battus par les éléments, c'est à un apaisement que nous convie Angela HUTH. Et c'est reposant !
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
isanneisanne   27 août 2020
Elle se souvient de l'excitation qui régnait quand la machine à glace avait été installée. Presque tout le village était venu la voir fonctionner, s'émerveillant de la vitesse à laquelle le torrent de glace dégringolait dans la cale du premier bateau dans la file d'attente. Aujourd'hui, bien sûr, cet engin moderne n'épate plus personne. Même les vieillards qui transportaient jadis les énormes sacs des camionnettes jusqu'aux bateaux ne sont plus impressionnés. La magie du progrès est un miracle éphémère, songe Myrtle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
isanneisanne   24 août 2020
Une fois tous les enfants partis, Myrtle s'était rassise sur son siège. Elle avait levé la tête vers les poutres du plafond voûté, empyrée où elle allait souvent chercher des idées. les toiles d'araignée qui ternissaient la lucarne semblaient s'être épaissies depuis l'année d'avant. Mais, comme plaisantait souvent Mrs Williams, quand ses yeux désertaient le tableau pour regarder en l'air, combien un balai mesure-t-il ? Aucun manche n'était assez long pour atteindre la lucarne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Clem15eClem15e   21 décembre 2018
« Deux amies prodigieuses « 
Le décor, l’Ecosse profonde. Un petit port de pêche
qui vit au rythme des marées.
Nous faisons la connaissance d’Annie, jolie, frivole,
colérique, aguicheuse tandis que Myrtle est terne,
posée,attentive. Tout les opposent, pourtant leur amitié est indéfectible.
Elles sont comme beaucoup d’autres du village, femmes de pêcheurs. .
Le livre se promène entre le passé et le passé,
cela permet de résoudre des secrets bien enfouis.
Après avoir lu plusieurs livres d’Angela Huth,
j’admIre ses portraits de femmes. Elle explore la nature humaine avec une certaine précision.
Elle excelle dans la description des petits gestes de la vie quotidienne : une simple partie de cartes peut revêtir un caractère particulier, le thé, l’athmosphere de la cuisine donne envie de nous y
fondre. La description du ciel et des étoiles de même.
Une fois de plus je n’ ai pas été déçu par cet lecture qui en fin de compte m’a enrichie..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LevantLevant   08 novembre 2015
Le bateau avait beau avoir réchappé à mille tempêtes au fil des années, ils ne départirent jamais de leur méfiance. Durant l'intégralité de leur vie conjugale, Myrtle et Archie demeurèrent sans cesse conscients de ce danger mortel, qui confère à tout amour et à tout plaisir une acuité unique.
Commenter  J’apprécie          100
GODINHOGODINHO   27 mars 2014
S’il y avait une ombre, en tout cas, qui ne pouvait jamais être effacée, c’était l’angoisse. Héritée de génération en génération, l’angoisse, pour les femmes dont les hommes gagnaient leur vie en mer, était comme un papillon prisonnier de leurs entrailles : battant des ailes, se cognant, il n’arrivait jamais à s’évader et restait rarement tranquille. Quand, après une période en mer, le pêcheur rentrait chez lui quelques jours, ces ailes terrorisées s’apaisaient si brièvement que les zones lésées n’avaient aucune chance de guérir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Angela Huth (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Angela Huth
Bande annonce du film Trois anglaises en campagne (1998), adaptation du roman d'Angela Huth, paru en français sous le titre Les filles de Hallows Farm.
autres livres classés : ecosseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Lecteurs (290) Voir plus




Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
287 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre

.. ..