AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jules Castier (Autre)
EAN : 9782020046558
384 pages
Éditeur : Seuil (01/06/1977)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 26 notes)
Résumé :
La Philosophie éternelle date de 1945, treize ans après le Meilleur des Mondes. Au désespoir, Huxley n'oppose pas seulement l'érudition et l'humour ; ce grand voyageur, qui fit le tour du monde en sceptique et expérimenta les drogues en documentaliste, s'est défendu du pessimisme par ces deux formes de l'intelligence à l'affût d'elle-même que sont l'ironie et le savoir.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
colimasson
  20 février 2014
On trouverait aisément des preuves marquant le clivage existant entre les grandes religions du monde ; trouver leur dénominateur commun est moins aisé. Les textes et leurs interprétations prolifèrent et créent un parasitage intense. Celui qui les découvre et cherche à les comprendre doit se placer dans une disposition d'esprit telle que l'apparition des similarités devra être son premier objectif. Qui cherche trouve ? Oui, mais cela ne réduit en rien la portée de cette Philosophie éternelle qui, au même titre que les théories schismatiques, se veut avant tout disposition d'esprit de l'observateur.

Aldous Huxley, que l'on connaît surtout pour son Meilleur des mondes, se fait l'auteur d'une anthologie regroupant près de150 auteurs dont les pensées convergent vers la Philosophie éternelle. Au-delà de la pensée théorique, cette philosophie est une expérience de l'unité et de l'indifférence cosmique à l'égard de l'individu, ceci afin d'exacerber le rôle significatif d'un ensemble participant à une même nature. Quel que soit le nom que l'on donne à cette nature qui nous échappe parce qu'elle dépasse le dicible (« Ce dont on ne peut parler, il faut le taire » écrivait aussi Wittgenstein pour décrire le mystique), les auteurs que l'on rencontre dans cet ouvrage, éclairés par les commentaires d'Aldous Huxley, s'accordent malgré les différences de concepts.

Inutile d'en écrire davantage sur ce livre. Sans vouloir faire preuve d'hermétisme, son propos ne s'adressera qu'à une catégorie de personnes dont les expériences de vie personnelles auront déjà su rendre aptes à la perception de cette dimension d'éternité. Aldous Huxley écrit simplement :

« le progrès spirituel s'effectue par la connaissance croissante du moi, en tant que rien, et de la Divinité en tant que Réalité embrassant toutes choses. (Une telle connaissance, bien entendu, est sans valeur si elle est simplement théorique ; pour être efficace, il faut qu'on en ait conscience à titre d'expérience immédiate, intuitive, et qu'on agisse d'une façon appropriée) »

Rien de religieux derrière tout cela –à moins que l'on qualifie de « religieux » tout ce qui ne relève pas des mécanismes de pensée routiniers et dans ce cas, les sciences ou la philosophie sont aussi religieuses que la pensée d'un Lao Tseu ou d'un Maître Eckhart, pour n'en citer que deux. On retrouve aussi les idées de L'éthique de Spinoza dans cette philosophie éternelle qui cherche à abolir l'immédiateté des passions de l'individu ; on y trouve des concepts propres à la physique quantique, ainsi Eckhart écrivant que « Dieu devient et dé-devient » ; ou encore une architecture fractale de l'univers, Yung-chia Ta-Shih écrivant « Une seule Réalité comprenant toutes choses, renferme en elle-même toutes les réalités ». L'univers devient ainsi vaste réseau d'échanges informationnels, le tout interrogeant ses parties, les parties influençant le tout, le tout déterminant à nouveau les parties ( «Parce que nous sommes libres, il nous est possible de répondre bien ou mal aux interrogations de la vie »).

Il ne sera pas question d'actualité politique ni de rumeurs historiques, pour le plus grand soulagement du lecteur qui perçoit le parasitage existant entre son expérience quotidienne et ses intuitions plus profondes. Si Aldous Huxley n'invente rien de particulier dans cette Philosophie éternelle, il faut toutefois saluer un travail honorable qui passe par les étapes d'un éclectisme culturel le faisant cheminer de Maître Eckhart à Chiang Chih-chi, de Fénelon à Huang Po, de William Law à Abou Sa'id, sans que ni les divergences chronologiques, ni l'éloignement géographique, n'inscrivent ces pensées dans des étaux culturels distincts ; par un ordonnancement structuré et progressif de ces textes permettant de mettre en valeur leur dénominateur commun, par-delà les luttes d'instantanés et d'égocentrismes. Aldous Huxley se fait maître passeur des idées de la philosophie éternelle sans jamais se montrer plus fier et vindicatif que ne le permet la nature même de cette pensée.
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
stcyr04
  19 avril 2016
La philosophia perennis (ou philosophie éternelle) est la métaphysique qui reconnait une réalité divine substantielle au monde des choses, des vies et des esprits. A travers de nombreuses citations de textes et de mystiques bouddhistes, taoïstes, hindouistes, chrétiens, soufis et profanes, l'auteur nous livre un texte incitant à vivre "ici et maintenant". Un oeuvre éclairée contre toutes les formes d'intégrisme et d'intolérance.
Commenter  J’apprécie          40
Duluoz
  26 février 2018
Avant que de pousser les portes de la perceptions, il fallut pour A. Huxley user de toute sa sapience pour secouer de leurs gonds les pesantes et rigides "portes du Temple".
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   20 juillet 2014
Chez certaines personnes, les symptômes de la dyspepsie font leur apparition quand l’esprit conscient est troublé par les émotions négatives telles que la peur, l’envie, la colère ou la haine. Ces émotions sont dirigées vers des évènements ou des personnes du milieu extérieur ; mais, d’une façon ou d’une autre, elles affectent défavorablement l’intelligence physiologique, et ce dérangement a pour résultat, entre autres choses, l’ « indigestion nerveuse ». Depuis la tuberculose et l’ulcère gastrique jusqu’aux maladies du cœur et même à la carie dentaire, on a constaté que de nombreux troubles physiques sont en corrélation étroite avec certains états indésirables de l’esprit conscient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
colimassoncolimasson   16 novembre 2014
Il semble que, dans le test d’intelligence cosmique, toute la matière vivante, hormis l’humaine, ait succombé à un moment ou un autre au cours de sa carrière biologique, à la tentation d’assumer, non pas la forme finalement la meilleure, mais la plus immédiatement profitable. Par un acte de quelque chose d’analogue au libre arbitre, toutes les espèces sauf l’humaine, ont choisi les profits rapides de la spécialisation, les délices présentes d’être parfaites, mais parfaites à un niveau d’être inférieur. Le résultat, c’est qu’elles sont toutes à l’extrémité d’une impasse évolutionnelle. […] En tant qu’espèces, elles ont choisi la satisfaction immédiate du moi, plutôt que l’aptitude à la réunion avec le Fondement divin. Pour ce mauvais choix, les formes de vie non humaines sont punies négativement, en étant empêchées de réaliser le bien suprême, dont est susceptible seulement la forme humaine, non spécialisée, et, partant, plus libre, plus hautement consciente. Mais il faut se rappeler, bien entendu, que l’aptitude au bien suprême n’est acquise qu’au prix de devenir également capable du mal extrême.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
colimassoncolimasson   04 octobre 2014
La bave de l’amour personnel et émotif ressemble de loin à l’eau de l’être spirituel de la Divinité, mais elle est de qualité inférieure et (précisément parce que cet amour est émotif et, partant, personnel) en quantité insuffisante. Ayant, par leur ignorance volontaire, fait taire les sources divines, les êtres humains peuvent faire quelque chose pour adoucir les horreurs de la situation, en « se maintenant les uns les autres mouillés avec leur bave ». Mais il ne peut y avoir de bonheur ni de sécurité dans le temps, ni de délivrance donnant accès à l’éternité, tant qu’ils n’ont pas renoncé à croire que la bave suffit, et en s’abandonnant à ce qui est, en fait, leur élément, n’ont pas rappelé les eaux éternelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
colimassoncolimasson   10 octobre 2014
« Il m’a injurié, il m’a battu, il m’a vaincu, il m’a volé » -chez ceux qui entretiennent des pensées semblables, la haine ne cessera jamais.
« Il m’a injurié, il m‘a battu, il m’a vaincu, il m’a volé » -chez ceux qui n’entretiennent pas des pensées semblables, la haine cessera.

-Dhammapada-
Commenter  J’apprécie          232
colimassoncolimasson   22 janvier 2015
Quand on se lève, qu’on se tient debout, qu’on marche, qu’on fait quelque chose, qu’on s’arrête, on doit constamment concentrer son esprit sur l’acte et sur son exécution, et non sur ses propres rapports avec l’acte, ou son caractère ou sa valeur. Il faut se dire : il y a l’acte de marcher, de s’arrêter, de prendre conscience ; et non : je marche, je fais ceci, c’est une bonne chose, c’est désagréable, j’acquiers du mérite, c’est moi qui me rends compte à quel point c’est merveilleux. C’est de là que viennent les pensées errantes, les sentiments de joie d’échec ou de malheur.

Ashvaghosha
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Aldous Huxley (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aldous Huxley
Présentation du livre Anthologie des dystopies. Les mondes indésirables de la littérature et du cinéma de Jean-Pierre Andrevon
Dictatures totalitaires, règne des écrans, apocalypses nucléaires, rébellion des machines, catastrophes climatiques, famines poussant à l'anthropophagie, abrutissement des masses par le consumérisme ou par le jeu, eugénisme, clonage… Depuis plus de cent ans, la dystopie s'est montrée d'une inventivité fascinante dans l'imagination de futurs malheureux. Grimaçante antinomie de l'utopie, le genre a obtenu ses lettres de noblesse avec des classiques reconnus comme le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley ou Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, avant de conquérir l'espace littéraire, cinématographique et télévisuel. Car nul mieux que lui n'a su dévoiler et exacerber les angoisses de notre présent face aux bouleversements de la modernité. Tous les dilemmes que pose l'intelligence artificielle n'ont-ils pas déjà été anticipés par Philip K. Dick et Blade Runner (Ridley Scott) ? Ceux soulevés par la vidéosurveillance et le fichage des citoyens par 1984 de George Orwell et Black Mirror ? Quant à la série des Mad Max de George Miller, n'annonce-t-elle pas les risques que fait courir à notre société une pénurie des énergies fossiles ? Cette anthologie sans équivalent s'attache à couvrir toutes les facettes de ce genre protéiforme et omniprésent. Sous la plume alerte de l'écrivain de science-fiction qu'est Jean-Pierre Andrevon, ce sont des centaines de futurs potentiels qui se révèlent, au travers d'oeuvres incontournables ou méconnues. Autant de récits qui interrogent les frontières morales et politiques de l'humanité et son rapport aux limites environnementales de notre planète.
https://www.editions-vendemiaire.com/catalogue/a-paraitre/anthologie-des-dystopies-jean-pierre-andrevon/?preview=true&preview_id=3468&preview_nonce=a626edbd73
26 €, 348 pages
En librairie le 20 février
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Philosophie et théorieVoir plus
>Religions : généralités>RELIGION>Philosophie et théorie (10)
autres livres classés : spiritualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1282 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre