AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070345656
144 pages
Gallimard (10/05/2007)
3.45/5   40 notes
Résumé :
En 1870, un jeune conscrit raconte le quotidien des soldats français en guerre contre la Prusse : la douleur et les larmes, les poux, la crasse et la mort... M. Folantin, petit employé dans un ministère, mène une vie médiocre. Seule la quête d'un restaurant correct pour dîner met un peu d'espoir dans la monotonie de ses journées.
Deux univers très différents pour découvrir quelques facettes du talent naturaliste de Huysmans.
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  05 juin 2012
Eugène Lejantel, jeune Parisien, est mobilisé pour la guerre de Prusse. Peu de temps après son départ, il tombe malade et a bien des difficultés à se faire soigner. Avec son compagnon Francis, il trompe l'ennui à l'hospice et tente des sorties de polissons dès que l'occasion se présente. « Mon ami et moi étions arrivés à ce degré d'abrutissement qui vous jette sur un lit, s'essayant à tuer, dans une somnolence de bête, les longues heures des insupportables journées. » (p. 36)
De la guerre, il ne voit finalement pas grand-chose : de son grabat, il apprend la défaite de l'Empereur. Et il a à peine le temps de rentrer à Paris que la capitale est occupée par l'ennemi. Mais c'est sans importance : de retour dans son petit logis, il profite d'une intimité que l'armée n'offre pas. « Il faut avoir vécu dans la promiscuité des hospices et des camps pour apprécier la valeur d'une cuvette d'eau, pour savourer la solitude des endroits où l'on met culotte bas, à l'aise. » (p. 56)
C'est ici le Huysmans naturaliste qui écrit, bien avant sa période décadente ou mystique. Cette nouvelle propose un naturalisme guerrier, mais surtout un naturaliste médical. Ici, on parle de dysenterie et de furoncle en toute liberté. Eugène Lejantel incarne le jeune Parisien attaché à son petit confort. Huysmans évoque avec humour et ironie la joie de disposer de latrines personnelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Osmanthe
  08 avril 2015
Cela faisait fort longtemps que je me disais ce Huysmans, il faudrait essayer, il a quand même eu ses heures de gloire aux côtés des Zola, Flaubert et autre Maupassant, mais sa réputation un peu ésotérique me rebutait. Je crois que c'est Houellebecq qui m'a décidé !
Donc, essai avec ce petit ouvrage regroupant deux des textes courts les plus connus de l'auteur.
Dans "Sac au dos", Eugène et son comparse Francis sont conscrits pendant la guerre de 1870.
Tombant rapidement malades, ils vont se trimbaler d'ambulances en hôpitaux et hospices militaires. Gais lurons, ils alternent périodes d'ennui et sorties qui tournent aux frasques. Eugène aime les femmes, et va se faire un peu dorloter par Soeur Angèle qui n'est pas insensible à son charme. le rythme est enlevé, la situation des deux hommes n'est finalement pas si mauvaise, d'où une sensation d'optimisme voire d'insouciance qui se dégage parfois du récit...même si on n'oublie pas de nous signaler les estropiés, et nous rappeler l'ambiance générale, omniprésente, de faim et de crasse. Et nos héros croiseront quand même des soldats revenant du front avec leurs témoignages bouleversants. Et au final, un hommage aux femmes qui font tenir et à l'avènement de la République.
Dans "A vau l'eau", l'auteur semble nous entraîner fatalement et inexorablement vers un drame, avec l'histoire de M.Folentin, petit fonctionnaire sans grade et sans personnalité, qui laisse passer sa vie et s'ennuie dans sa solitude de vieux garçon. Sa principale recherche de plaisir est de trouver de bonnes tables pour manger...malheureusement, il n'est jamais satisfait, allant de gargouilles en bouis-bouis infâmes et malpropres, n'appréciant pas davantage les sorties et spectacles proposés par sa compagnie du moment. Passant par des phases de déprime, il a aussi des phases de lucidité philosophe où il se dit qu'il n'est pas si malheureux...et que finalement ses quelques efforts pour émerger de sa vie monotone et vide ne l'ont pas fait avancer...en concluant ainsi qu'il est préférable de se laisser porter et le temps passer sans rien infléchir, laissant ainsi sa vie partir "A vau l'eau"...
La conclusion est assez étonnante, tant on aurait dit que Folentin courait à sa perte !
Ces deux nouvelles se lisent agréablement. C'est bien écrit, il y a du rythme dans la première, et des réflexions très pertinentes à mon avis sur l'état de la société de son temps et son évolution dans la seconde...On sort à chaque fois avec une impression en demi-teinte, finalement pas si pessimiste, il y a de l'espoir ou de la philosophie, que les personnages trouvent au fond d'eux malgré un environnement assez désespérant.
Peut-être la forme courte (ce sont finalement des nouvelles) ou l'inexpérience encore de l'écrivain (ce sont parmi ses premiers textes) font qu'on ne s'étend pas sur les états d'âme de ces anti-héros.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Deleatur
  02 septembre 2018
Sac au dos:
Parue dans sa version définitive en 1880, cette longue nouvelle m'a franchement laissé sur ma faim. Son titre ainsi que la quatrième de couverture de l'édition Folio semblent en effet promettre un texte qui n'existe pas: "En 1870, un jeune conscrit raconte le quotidien des soldats français en guerre contre la Prusse: la douleur et les larmes, les poux, la crasse et la mort...". Derrière le personnage de fiction, le jeune conscrit est Huysmans lui-même, qui raconte son expérience du conflit. Mais force est de constater qu'il n'en a pas vu grand chose, sinon une succession d'hôpitaux pour soigner sa dysenterie. Pas l'ombre d'un Prussien dans le texte, et à peu près rien sur la guerre en elle-même. Les premières pages ne manquent cependant ni d'intérêt ni de talent, racontant la mobilisation et le départ pour le front, sur un ton grinçant et résolument antimilitariste. C'est à vrai dire le principal intérêt de ce texte, paru en un temps de nationalisme revanchard et à l'époque où se développent par exemple les premiers bataillons scolaires ainsi que toute la rhétorique des "provinces perdues". Passées ces quelques pages, il ne reste qu'un récit assez banal de troufions qui font le mur de l'hôpital pour aller se goberger et courir la gueuse. Pour un peu, on en viendrait presque à regretter que Huysmans n'ait pas vraiment vu cette guerre, car son regard iconoclaste aurait peut-être bien tiré un chef d'oeuvre d'un tel matériau... Bref, ce n'est certainement pas par ce texte-là que je conseillerai d'aborder l'auteur.
A Vau l'eau :
Voilà en revanche un texte autrement dérangeant. Il s'agit là encore d'une longue nouvelle, dont le sujet est cette fois le quotidien bien morne d'un employé de bureau.
M. Folantin – c'est son nom – est dévoré par l'ennui et cherche désespérément un sens à son existence. M. Folantin, hélas, ne croit en rien : ni en l'amour ni en la religion ni en aucun système politique ou philosophique d'aucune sorte. C'est un matérialiste qui voudrait trouver la clé de son salut dans la qualité de ses restaurants ou la décoration de son intérieur. Il va d'illusions en petites défaites jusqu'à la résignation finale, et comprend peut-être enfin dans la conclusion qu'il n'existe pas de sens à sa vie. « Il faut se laisser aller à vau-l'eau », se dit-il comme dans un début de sagesse... Texte sombre, souvent narquois, et qui interpelle encore le lecteur aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Marie2406
  02 avril 2022
Ce livre est constitué de deux nouvelles.
Dans la première « Sac au dos » qui donne son titre au livre, nous faisons la connaissance de Eugène et Francis tous jeunes conscrits de la guerre de 1870.
Mais de guerre, ils n'en entendront même pas le son de la canonnade, tous deux malades iront de dispensaires, en infirmeries et en hôpitaux.
Ils croiseront bien quelques soldats qui leur raconteront la guerre et les malheurs qui vont avec.
Et pour les deux jeunes gens, la défaite de Napoléon III devant les Prussiens leur amènera une vie nouvelle dans une IIIème République naissante.
Récit en grande partie autobiographique et pamphlet contre les absurdités de la guerre.
Dans la seconde nouvelle «A vau l'eau » l'auteur nous fait suivre les tourments de Folentin petit fonctionnaire ministériel, célibataire convaincu, qui déplore son existence morne due d'après lui au simple fait d'être né dans une famille désargentée.
Le seul plaisir de Folentin, le seul qu'il s'accorde, est celui de la table.
Mais voilà, rien ne trouve grâce à ses yeux, aucune cantine, aucun restaurant aucune table d'hôte, pas même les repas qui lui sont livrés à domicile.
Personnage qui sombre dans la mélancolie et qui parfois par quelques sursauts se révolte contre son existence morne, dans laquelle il retombe vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
panurge
  30 décembre 2019
MELANCOLIE, DESENCHANTEMENT, DEPERISSEMENT
Deux nouvelles de J.K. Huysmans..."Sac au dos" et "A vau l'eau" (Husmans a, entre autre, le génie du titre : "A vau-l'eau", "A rebours", "Là-bas"*).
"Sac au dos" ou le troupeau humain de soldats pris dans un mouvement sans fin de trains, de marche à pied, puis d'arrêts d'hôpital en hôpital. On est en 1870...Le second Empire s'effondre....Pour le personnage principal, la guerre reste une expérience de promiscuité type "transport de viandes vivantes". La conclusion sur ce que signifie bien être (un lit douillet et des cabinets propres) ramène l'humain au rang d'animal ne tolérant que son odeur "sui generis"("(«chacun trouve que sa propre merde sent bon» disait Erasme).
"A vau l'eau", ode élevée à la petitesse de l'employé de bureau fonctionnaire de l'administration républicaine des débuts de la IIIème, raconte les journées vides de vie, d'enthousiasme, de sens de Jean Folantin, quasi exclusivement préoccupé par son dîner du soir. Flaubert finissait par avoir de la compassion pour les "idiots" qu'il créeait ("Bouvard et Pécuchet), Maupassant adorait torturer son bourgeois de Paris...Ni cruel, ni attendri (Au fond, le grand Gustave est une bonne pomme), mais anatomiste disséquant le corps et l'âme sentant le suri...Huysmans découpe son Folantin et le regarde en tant que créature des moins appétissantes.
La grandeur de Huysmans tient en trois points : son style, direct, sonnant juste, avec des mots biens choisis ; son art de décrire l'absurde condition de la vie quotidienne faite d'ennuis, de besoins, de manque de moyens ; sa capacité à saisir le lecteur qui ne peut pas quitter le livre. Huysmans sait tenir sa lectrice ou son lecteur. En prime on trouvera dans "A vau l'eau" de très beaux moments sur l'amour des livres, seuls passages où la lumière semble vuloir s'imposer.
A lire donc !
On passe du dépérissement ("A vau l'eau") à la construction d'une forteresse esthétique "dandy" façon fin de siècle "à la Mallarmé" (A rebours) pour se jeter dans l'horreur (celle qui fascinait certainement Flaubert), les expériences mystico-sexuelles adoratrices de Satan afin de se fouetter les sangs, se bercer d'extases perverties et finir par embrasser la Foi ("Là bas"). C'est Jérôme Charvenet qui citait dans un de ses billets je crois, Barbey d'Aurevilly disant à propos de Huysmans qu'il aurait un jour à choisir entre « la bouche d'un pistolet ou les pieds de la croix"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
OsmantheOsmanthe   23 mars 2015
Extrait de "Sac au dos" :

Il était resté là, hébété, inerte, assourdi par le vacarme des obus, résolu à ne plus se défendre, à ne plus bouger ; puis il avait songé à sa femme, et pleurant, se demandant ce qu'il avait fait pour qu'on le fît ainsi souffrir, il avait ramassé, sans savoir pourquoi, une feuille d'arbre qu'il avait gardée et à laquelle il tenait, car il nous la montrait souvent, séchée et ratatinée dans le fond de ses poches.
Un officier était passé, sur ces entrefaites, le revolver au poing, l'avait traité de lâche et menacé de lui casser la tête s'il ne marchait pas. Il avait dit : "J'aime mieux ça, ah ! que ça finisse ! " Mais l'officier, au moment où il le secouait pour le remettre sur ses jambes, s'était étalé, giglant le sang par la nuque. Alors, la peur l'avait repris, il s'était enfui et avait pu rejoindre une lointaine route, inondée de fuyards, noire de troupes, sillonnée d'attelages dont les chevaux emportés crevaient et broyaient les rangs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LiliGalipetteLiliGalipette   05 juin 2012
« Il faut avoir vécu dans la promiscuité des hospices et des camps pour apprécier la valeur d’une cuvette d’eau, pour savourer la solitude des endroits où l’on met culotte bas, à l’aise. » (p. 56)
Commenter  J’apprécie          380
OsmantheOsmanthe   08 avril 2015
Extrait de "A vau l'eau" :

Non, il faut être juste : chaque état a ses inquiétudes et ses tracas; et puis, c'est une lâcheté lorsqu'on n'a pas de fortune que d'enfanter des mioches ! C'est les vouer au mépris des autres quand ils seront grands; c'est les jeter dans une dégoûtante lutte, sans défense et sans armes; c'est persécuter et châtier des innocents à qui l'on impose de recommencer la misérable vie de leur père.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
RaegharRaeghar   07 avril 2012
Il jugea que la solitude avait du bon, que ruminer ses souvenirs et se conter soi-même des balivernes était encore préférable à la compagnie des gens dont on ne partageait ni les convictions, ni les sympathies; son désir de se rapprocher, de toucher le coude d'un voisin cessa et, une fois de plus, il se répéta cette désolante vérité : que lorsque les anciens amis ont disparu, il faut se résoudre à n'en point chercher d'autres, à vivre à l'écart, s'habituer à l'isolement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
OsmantheOsmanthe   08 avril 2015
Extrait de "A vau-l'eau" :

M. Folentin descendit de chez cette fille, profondément écoeuré et, tout en s'acheminant vers son domicile, il embrassa d'un coup d'oeil l'horizon désolé de la vie; il comprit l'inutilité des changements de routes, la stérilité des élans et des efforts; il faut se laisser aller à vau-l'eau; Schopenhauer a raison, se dit-il, "la vie de l'homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Joris-Karl Huysmans (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joris-Karl Huysmans
« Joris-Karl Huysmans (1848-1907) […] nous a donné sur lui-même […] les renseignements essentiels. […] de pères en fils, dit-il, tout le monde a peint dans sa famille […]. […] Il pratiqua toujours, en matière de régime, la plus complète indifférence. Il regardait comme le meilleur gouvernement celui qui ne tracasse personne. […] il lisait beaucoup, travaillait peu et cherchait sa voie. […] […] Huysmans fut, jusqu'à l'heure de sa retraite, après trente ans de services, un fonctionnaire modèle. […] Écrivain, sa distinction répugnait au mélange et se félicitait de rester privée. […] Huysmans avait des loisirs… Il versifiait, en s'inspirant de Villon (1431-1463) et de ses mélancoliques ballades, qu'il aimait alors par dessus tout ! […] il réunit sous ce titre : le drageoir à épices, quelques petits poèmes en prose […]. La critique fit assez bon accueil au Drageoir. […] Huysmans […] conclut « à la résignation, au laisser-faire », à l'acceptation, enfin, de la vie telle quelle, c'est-à-dire irrémédiablement mauvaise. « Le mieux n'existe pas pour les gens sans le sou ; seul, le pire arrive. » Schopenhauer (1788-1860) a raison : « La vie de l'homme oscille, comme un pendule, entre la douleur et l'ennui. » Ce qu'il faut démontrer. Huysmans s'y efforce. À quoi bon réagir, chercher et fixer les conditions du bonheur ? Il n'y en a pas. Rien ne vaut la peine de regimber. Et Huysmans, cependant, ne fait que cela ! C'est un pessimiste qui se complaît, comme beaucoup de Jobs de cette espèce, sur le fumier de sa philosophie. Lui, toutefois, râcle ses ulcères avec des mots précis et précieux, les tessons chatoyants d'un vocabulaire si riche, qu'il fait oublier l'horreur des sanies ! […] […] Il avait enseigné le prix de la phrase bien écrite et du verbe générateur remarquable entre tous les mots, comme le bêlier qui dépasse de ses cornes le troupeau mouvant. Il aimait les humbles et méprisait l'argent. Il en gagnait avec ses livres et négligeait de le toucher. […] Aussi le représentait-on revêche, amer, ombrageux, distant. […] Il observait bien la surface de la nature humaine ; il ne la pénétrait pas toujours. Il avait contracté entre les murs de sa chambre, devant la glace, la myopie des grands félidés en cage. […] Quel sort, dans l'avenir, aura l'oeuvre qu'il laisse ? Il est assez difficile de le dire. Néanmoins, soit qu'on l'envisage comme un acte de foi, soit qu'on la considère comme un merveilleux travail d'orfèvrerie, il faudra bien assigner un rang supérieur, dans la littérature du XIXe siècle, à l'écrivain qui n'humilia jamais l'indépendance de l'artiste le plus raffiné, devant les devoirs du chrétien le plus scrupuleux. » (Lucien Descaves, in J. K. Huysmans, pages choisies, Editions J. M. Dent et fils, 1913)
Des croquis de concert et de bals de barrière ; La reine Marguerite, un camaïeu pourpré ; Des naïades d'égout au sourire éploré, Noyant leur long ennui dans des pintes de bière ;
Des cabarets brodés de pampres et de lierre ; Le poète Villon, dans un cachot, prostré ; Ma tant douce tourmente, un hareng mordoré, L'amour d'un paysan et d'une maraîchère :
Tels sont les principaux sujets que j'ai traités : Un choix de bric-à-brac, vieux médaillons sculptés, Émaux, pastels pâlis, eau-forte, estampe rousse, Idoles aux grands yeux, aux charmes décevants,
Paysans de Brauwer, buvant, faisant carrousse, Sont là. Les prenez-vous ? À bas prix je les vends.
(J.-K. Huysmans, Sonnet liminaire)
0:00 - Ballade en l'honneur de ma tant douce tourmente 1:58 - À maître François Villon 5:28 - Générique
Image d'illustration : https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-auteurs/joris-karl-huysmans-14-le-forcat-de-la-vie
Bande sonore originale : Dream Machine - Colors Fade Colors Fade by Dream Machine is licensed under a CC BY-NC 3.0 license.
Site : https://icons8.com/music/search/colors%20fade
#JKHuysmans #LeDrageoirAuxÉpices #PoésieFrançaise
+ Lire la suite
Notre sélection Littérature française Voir plus






Quiz Voir plus

Joris-Karl Huysmans

Quel est le véritable prénom de Joris-Karl Huysmans

François-Louis
Edmund
Charles Marie Georges
Anatole

10 questions
52 lecteurs ont répondu
Thème : Joris-Karl HuysmansCréer un quiz sur ce livre