AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : (01/01/1887)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Incipit :

"Dans la salle à manger meublée d'un poêle en faïence, des chaises cannées à pieds tors, d'un buffet en vieux chêne, fabriqué à Paris, rue du Faubourg Saint-Antoine, et contenant, derrière les vitres de ses panneaux, des récahuds en ruolz, des flûtes à champagne, tout un service de porcelaine blanche, liseré d'or, dont on ne se servait du reste jamais; sous une photographie de Monsieur Thiers, mal éclairée par une suspension qui rabattait la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
PiertyM
  30 janvier 2017
Une nouvelle bien triste que ce dilemme qui jusqu'à la fin devient affreusement une monstruosité. Et on arrive à penser que les lois éloignent parfois l'homme de son humanisme, certaines rigueurs qui en ressortent, au lieu de redresser l'homme à tout les niveaux, ne deviennent qu'une machination féroce qui permet à l'homme fort de marcher sur le faible, et beaucoup plus les hommes d'anéantir les femmes à l'époque, comme le dit un des personnage féminin, Mme champagne les lois ne sont faites que pour les hommes et non pour nous (les femmes)... Quel calvaire que va vivre Sophie à la mort de son compagnon Jules. Les biens de celui-ci reviennent à ses parents les plus proches, son père et son grand-père qui est notaire en même temps. Les deux hommes, en découvrant l'existence de Sophie, lui propose un contrat: qu'elle se fasse passer pour une simple bonne de Jules et on lui octroie une petite somme de reconnaissance par contre si elle persiste à se faire passer pour une maitresse de Jules, elle ne recevra rien car la loi ne prévoit rien pour des maitresses. Sophie se retrouve face à un grand dilemme malgré ses supplication tout en évoquant sa grossesse, cet enfant à naître qui sera aussi leur petit-fils...les deux vieillards bourgeois ont des oreilles colmatées comme d'ailleurs la plupart des bourgeois tous les bourgeois!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
LiliGalipette
  05 juin 2011
Jules, fils de M. Lamblois, décède après une pénible maladie. Ni marié, ni père, ses biens reviennent à ses plus proches parents. Mais voilà que M. Lamblois et Maître le Ponsart, notaire et grand-père du jeune homme, reçoivent une lettre d'une femme qui dit être enceinte de Jules. La jeune Sophie Mouveau n'était pas la bonne du garçon, mais sa compagne. Cela est intolérable pour le père et le grand-père, bien décidés à ne pas perdre un centime des 100 000 francs que possédait Jules. Maître le Ponsart se rend auprès de Sophie et lui fait une cruelle proposition : « Ou vous êtes la bonne de Jules, auquel cas vous avez droit à une somme de trente-trois francs soixante-quinze centimes ; ou vous être sa maîtresse, auquel cas, vous n'avez droit à rien du tout ; choisissez entre ces deux situations celle qui vous semblera la plus avantageuse. Et ça s'appelle un dilemme ou je ne m'y connais pas. » Que peut une pauvre fille devant l'avarice et la mauvaise foi de deux bourgeois sans vergogne ?
C'est un féroce tableau de la bourgeoisie provinciale que Huysmans dresse ici. La commisération et la charité ne sont pas de mise dans les affaires de gros sous. Une fille-mère dérange toujours et n'a pas sa place dans les familles bien-pensantes. La pingrerie maladive du notaire explose dans ce dilemme qui place une femme devant les deux seules positions que lui offre son célibat : le rôle de la maîtresse ou celui de la servante. Pas d'amour, pas de sentiment, rien d'humain, une simple équation. Sophie est une femme que l'on congédie – pire ! – que l'on méprise avant de l'oublier, tout en se frottant le ventre devant une si bonne affaire.
Cinglante et grinçante, cette nouvelle n'est tendre ni avec les hommes ni avec les femmes. Les premiers sont des loups vulgaires, les secondes sont des idiotes sans force. La comédie humaine selon Huysmans est délicatement immonde : elle exhale un parfum putride et désabusé.

Lien : http://www.desgalipettesentr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   05 juin 2011
« Ou vous êtes la bonne de Jules, auquel cas vous avez droit à une somme de trente-trois francs soixante-quinze centimes ; ou vous être sa maîtresse, auquel cas, vous n’avez droit à rien du tout ; choisissez entre ces deux situations celle qui vous semblera la plus avantageuse. Et ça s’appelle un dilemme ou je ne m’y connais pas. »
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   05 juin 2011
Incipit :

"Dans la salle à manger meublée d'un poêle en faïence, des chaises cannées à pieds tors, d'un buffet en vieux chêne, fabriqué à Paris, rue du Faubourg Saint-Antoine, eet contenant, derrière les vitres de ses panneaux, des récahuds en ruolz, des flûtes à champagne, tout un service de porcelaine blanche, liseré d'or, dont on ne se servait du reste jamais; sous une photographie de Monsieur Thiers, mal éclairée par une suspension qui rabattait la clarté sur la nappe, Me Le Ponsart et M. Lambois plièrent leur serviette, se désignèrent d'un coup d'oeil la bonne qui apportait le café et se turent."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Joris-Karl Huysmans (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joris-Karl Huysmans
Joris Karl HUYSMANS – En Rade
autres livres classés : avariceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Joris-Karl Huysmans

Quel est le véritable prénom de Joris-Karl Huysmans

François-Louis
Edmund
Charles Marie Georges
Anatole

10 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : Joris-Karl HuysmansCréer un quiz sur ce livre