AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mi-Kyung Choi (Traducteur)Jean-Noël Juttet (Traducteur)
EAN : 9782757816844
320 pages
Éditeur : Points (14/01/2010)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 18 notes)
Résumé :

L’invité, c’est d’abord Ryo Yosop, un pasteur coréen exilé aux Etas-Unis, amené à passer quelques jours en Corée du Nord pour y retrouver des membres de sa famille. Mais l’invité, c’est aussi un fléau terrible, importé en Corée par l’Occident : aussi bien la variole… que les idéologies, porteuses de destruction et de mort.

Dans une forme littéraire audacieuse, inspirée d’un rite chaman destiné à consoler les âmes des défunts, Hwang Sok-y... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ASAI
  23 septembre 2020
J'émerge de cette lecture...C'est un roman, un peu autobiographique, une fresque historique, des compte rendus politiques, sa construction est une absence totale de construction, roman déstructuré... j'émerge, difficilement, avec une sorte de mal de tête.
Du coup par où commencer dans ce bazar déconstruit qu'est ce livre ?
L'histoire de Yosop ? pasteur qui retourne en Corée du Nord quarante ans après l'avoir quittée ? comme le racontent les résumés sur les jacquettes du bouquin ? bof.
Yosop et ses fantômes, mais alors, ce roman n'est pas réaliste.
Et ses longues pages sur l'histoire abominable des Corées divisées, accablées par les occupants japonais, américains, et autres. Et ces pages qui nous racontent ces paysans coréens pouvant récupérer de la terre, puis dénoncés comme sales capitalistes, pendus, ou flambés, comme de sales propriétaires... on ne sait pas, on ne sait plus, propagande, réalité historique, Hwang je crois ne sait pas lui-même. Il narre dans ce roman toutes les versions d'une histoire vécue, puis, réinventée.
l'invité c'est la maladie, au départ, c'était la variole. Mais, interprétation de ma part, je me suis demandée au fur et à mesure de ma lecture, si l'invité, la variole, ce n'était pas aussi le communisme, mais aussi le capitalisme libéral, puis tout simplement l'idéologie qui prend les hommes et ne les rend jamais sains ni saufs.
Je me suis dit que Hwang ne faisait pas que rappeler à notre mémoire cette histoire atroce, abominable, de son pays. Même si, c'est important pour lui. Je me dis, qu'il a une conscience au delà de sa conscience coréenne, forte. Je me dis qu'il nous lance des alertes. Que faisons-nous de notre mémoire ? Que faisons-nous de nos idéologies ? Sont-elles là pour pousser notre réflexion ou sont-elles là, comme en Corée, pour nous diviser et nous détruire ? Est-ce que les idéologies et on inclut les religions, apportent de la construction, un enrichissement, une meilleure compréhension ?
l'invité, c'est donc la maladie, la variole, à l'époque pour Hwang. l'invité qui ne l'a pas été. Celui qui s'est imposé. le relou, le parasite, le microbe.
La lecture de ce "roman" est lourde, pénible, par ses histoires et son absence de structure, elle dérange, j'aurais aimé m'attacher aux personnages, mais à part Yosop, aucun (communistes ou anti communistes, ils ont tous commis des crimes abominables. Voilà, aucun, aucun être humain ne sort de là avec une minuscule parcelle de lumière. Aucun.
Si un lecteur veut découvrir cet auteur, ne surtout pas lire ce roman-là ; allez plutôt vers le Vieux Jardin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          85
DanR
  15 juillet 2016
Récit oscillant entre onirisme et Histoire ( d'ailleurs peu connue de la guerre de Coree). Un peu complexe mais intéressant et plutôt bien écrit.
Commenter  J’apprécie          50
BenjaminDP
  14 juillet 2013
Roman sur la Corée, ou plutôt sur les deux Corées, L'invité de Sok-Yong Hwang est un appel à la réconciliation, ou du moins à un rapprochement encore plus important de ce peuple fractionné en deux territoires. L'auteur Sud-coréen qui a effectué un séjour en Corée du Nord et a de fait été emprisonné en Corée du Sud nous livre, ici, un récit qui nous fait revisiter la guerre et la partition du pays à travers les souvenirs et les fantômes des morts.
La quête du pasteur new-yorkais d'origine nord-coréenne est captivante, mais on est parfois un peu perdu entre passé et présent, entre les vivants et les morts, et entre la réalité et le mystique. On est plongé dans la culture coréenne et le récit possède clairement un intérêt historique. L'auteur montre ainsi l'influence des puissances étrangères sur ce territoire, la volonté de l'Occident de le dominer quitte à le ravager.
Lien : http://150mots.blogspot.fr/2..
Commenter  J’apprécie          30
Kimchi
  10 septembre 2017
La lecture des atrocités commises pendant la guerre de Corée est éprouvante mais on se rend compte de ce que cette guerre signifie pour les Coréens et on découvre à Corée du Nord.
Commenter  J’apprécie          00
hsutt
  06 février 2020
une découverte pour moi : une partie de l'histoire coréenne et dès plus dramatique. Remarquables synthèse et écriture
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ASAIASAI   23 septembre 2020
De votre côté, vous avez beaucoup hésité en vous demandant s'il fallait accepter l'idée d'un gouvernement sous tutelle étrangère. Nous, comme on avait suivi des cours, on savait ce qu'il fallait en penser. Etats-Unis ou Union Soviétique, tout ça, c'étaient des longs nez. Ils plaidaient pour la démilitarisation provisoire et se disaient favorables à l'indépendance du pays. Mais on savait très bien qu'ils n'avaient qu'une envie, avaler la totalité de la péninsule ; ni l'un ni l'autre ne voulait se contenter de la moitié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ASAIASAI   23 septembre 2020
Pendant notre stage à Pyongyang, on nous a parlé de l'histoire du parti bolchévique, des écrits de Lénine. Mais c'était aller un peu vite pour des gens qui savaient tout juste déchiffrer les lettres de l'alphabet. Tout ce qu'on faisait des livres, nous, c'était d'arracher des pages pour rouler une cigarette ou pour se torcher le cul. Ils nous ont expliqué comment le Japon nous a soumis et exploités, et que, c'était à cause des riches propriétaires et des collaborateurs qu'on était si misérables. Ils nous ont expliqué tout ça avec des mots faciles, comme quand on raconte des histoires aux enfants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sylvie4778sylvie4778   09 février 2018
La vie ne valait plus rien à nos yeux. Il suffisait qu'on soit un peu agacé, un peu énervé, on lançait un juron et puis on tuait.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : coréeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2106 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre