AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756036943
Éditeur : Delcourt (09/01/2013)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Kentarô est un étudiant désabusé, peu motivé par les études ou la vie. À la demande de sa sœur Keiko, journaliste et jeune écrivain, il va se plonger dans son passé familial... mais aussi dans celui de son pays !
En effet, Kyûzô Miyabe, son grand-père, était aviateur au sein de l'armée japonaise. Ce dernier mourut en tant que kamikaze quelques jours avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais était-il un héros ou un lâche ?
À travers des témoigna... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
trust_me
  05 août 2013
Kentarô est un NEET, un célibataire sans emploi ayant arrêté ses études. Un jeune qui passe son temps à ne rien faire et a du mal à se voir un avenir. Quand sa soeur lui propose de faire des recherches sur leur grand-père mort au cours de la seconde guerre mondiale, Kentarô accepte du bout des lèvres. Dès le début de son enquête il découvre que ce grand-père a perdu la vie au cours d'une mission suicide. En rencontrant un des derniers pilotes encore vivant ayant connu son aïeul, il comprend que ce dernier était tout sauf un héros.
J'avoue que j'y suis allé à reculons. Un manga sur les kamikazes japonais, pas vraiment mon truc. La surprise fut d'autant plus belle. Adaptée d'un roman, cette histoire met en lumière la difficulté pour la jeunesse nippone actuelle d'accepter le passé guerrier de l'archipel. Elle montre aussi à quel point la société a toujours du mal à se considérer à la fois comme victime de la bombe et complice de la folie du Reich. Et puis l'on découvre que nombre de Kamikazes n'étaient pas habités par une quelconque fierté et que leur sacrifice, loin de relever du courage, était souvent dicté par un ordre de la hiérarchie auquel il était impossible de ne pas se plier. Des hommes comme les autres et non des ultranationalistes prêt à tout pour la prospérité éternelle de leur pays (le fameux cri « banzaï » signifie « prospérité éternelle »). Autre thème abordé par ce manga, l'attentat du 11 septembre au cours duquel les djiadistes d'Al-Qaida furent qualifiés par les médias de kamikazes. Une appellation inadmissible pour les japonais tant l'attitude des kamikazes de la seconde guerre mondiale n'avait pour eux strictement rien à voir avec celle des terroristes.
Une lecture passionnante qui insiste sur la difficulté pour le Japon d'aujourd'hui de faire sereinement son devoir de mémoire. Trois autres tomes sont parus (la série en comptera 5 en tout) et je vais me faire un plaisir de tous les découvrir.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
chocobogirl
  23 janvier 2013
Après plusieurs échecs à son concours de la magistrature, Kentaro s'est peu à peu démotivé à avoir une vie active. Alors qu'il passe ses journées à traîner chez lui, sa soeur Keiko, auteur freelance, le contacte pour lui proposer un petit travail de recherche. Appâté par la rémunération proposée plus que par le sujet, le jeune homme va devoir entreprendre des recherches sur son grand-père qu'il n'a pas connu, Kyuzo Miyabe. Cet homme dont ils ont appris l'existence sur un tard était en fait un pilote de l'armée japonaise qui est mort à 26 ans dans un vol kamikaze. Un de ces fameux héros de la patrie dont les japonais sont si fiers.
Cette nouvelle série qui comptera 5 tomes nous propose un sujet particulièrement intéressant. Nous avons tous entendu parlé de ces pilotes qui ont sacrifiés leurs vies en lançant leurs avions sur l'ennemi pendant la seconde guerre mondiale mais que savons-nous réellement de leur histoire ? A travers l'enquête de Kentaro et de Keiko, nous allons découvrir le parcours de l'un d'eux. La première étape de leurs recherches les conduit auprès d'un ancien camarade du grand-père, toujours vivant mais au bras amputé. Loin de faire l'apologie de ce dernier, il dénonce au contraire sa pleutrerie et laisse couler son amertume. Évoquant son propre passé, on découvre un homme malmené par la vie qui, ne croyant plus en sa propre valeur, avait décidé de s'engager dans l'armée pour que sa mort est au moins du sens. En face, alors que Keiko est attentive et s'interroge sur la différence entre kamikaze et terroriste, Kentaro s'impatiente avant de se pencher sur les choix de vie de son grand-père qui le renvoie à sa propre existence.
Loin d'être une oeuvre patriotique et nationaliste, Zéro pour l'éternité offre une vision extrêmement réaliste sur les pilotes kamikazes et sur leur époque. Alors qu'on s'attend à voir des hommes exaltés pour leur pays, le grand-père et son camarade présente au contraire un aspect plus complexe de cet engagement suicidaire. Les deux hommes, très différents, semblent avoir des visions très opposées dans leur engagement. L'un cherche à rester en vie à tout prix et meurt à 26 ans, tandis que l'autre prêt à se sacrifier se voit avec honte vieux et handicapé. Lequel est un héros ? le souhait de certains de revenir en vie fait-il d'eux des lâches ? Peut-on les comparer à ces kamikazes terroristes qui se sont abattus sur le World trade center ? Les parents de ces derniers dont on loue l'abnégation peuvent-ils éprouver de la peine sans culpabilité ? Faisant fi des idées reçues, les auteurs s'attachent au contraire à expliquer et à poser les bonnes questions. Malgré les apparences, on comprend que le sujet reste quelque peu tabou et qu'il est difficile pour les rescapés d'en parler, leur "survie" étant vu comme un déshonneur. On sent qu'un vrai travail de mémoire est encore à effectuer. L'attitude ennuyée de Kentaro est d'ailleurs notable et reflète certainement celle des japonais de son âge totalement ignorants et en décalage avec leur histoire nationale.
La mise en images de cette histoire n'est pas sans défauts. L'intrigue est un peu longue à démarrer, la narration en flash-back n'est pas toujours bien rythmé, la personnalité des petits-enfants n'est pas franchement développé et le dessin plutôt rond des personnages manque un peu de caractère. Pour autant, je ne peux que vous conseiller cette série. le sujet et la vision originale sur les pilotes kamikazes, loin des cadres officiels japonais, valent à eux seuls le détour. D'un autre côté, les scènes d'aviation sont particulièrement bien rendues et plairont aux fans du genre. Quelques pages explicatives à la fin du livre complètent le récit par des informations historiques non négligeables.
Inspiré d'un roman de Naoki Kyakuta, Zéro pour l'éternité s'avère une découverte plus qu'intéressante qui apporte un autre regard sur les pilotes japonais et sur le patriotisme exacerbé de l'époque.
On se doute que cette enquête familiale servira de déclencheur dans la vie de Kentaro, aussi, j'espère que la suite donnera plus d'ampleur et de consistance aux personnages et permettra à ce titre de devenir une référence importante sur le sujet. Un titre à suivre donc !
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
IreneAdler
  04 août 2017
Kentaro, jeune homme de 26 ayant plus ou moins abandonné ses aspirations, et Keiko, sa soeur journaliste, se découvrent un grand-père meurt dans une "mission spéciale" en 1945. Ce qui signifie qu'il a jeté son avion, un zero, sur un porte-avion américain. Pour en savoir plus sur lui, ils vont essayer de retrouver des anciens combattants qui pourraient les aider.
Ce manga en 5 tomes aborde une question qui reste sans doute encore assez taboue dans la société japonaise : la guerre et surtout le sacrifice, plus ou moins volontaire, de jeunes pilotes de l'armée japonaise. L'histoire offre une vision très large du grand-père des protagonistes, qui ne faisait pas l'unanimité et de la guerre : sa volonté, son envie, c'était de survivre pour retrouver sa femme et sa fille. Cette volonté, il l'a transmis à tous les hommes qui se sont retrouvés à son contact ; et c'était très très mal vu par l'administration de la guerre.
L'auteur ose une critique très acerbe du rôle des journaux avant la guerre (depuis le début du 20è siècle jusqu'en 1945) et une vision très intéressante des kamikazes, par l'un des anciens combattants. Les terroristes aujourd'hui sont souvent comparés aux kamikazes de la Seconde guerre mondiale : sacrifice, exaltation de la patrie. Or pour lui, les "aspirants" kamikazes étaient obligés de présenter les choses comme cela : courrier et journaux intimes surveillés par la censure, volonté de rassurer les proches en offrant une image sereine au moment de la mort... Et surtout, c'était des soldats contre des soldats et non pas contre des civils innocents. C'est une analyse que l'on set pas obligé de partager mais qui à le mérite de présenter le problème sous un jour nouveau, peu connu en Occident (rappelez vous, le Japon était allié à l'Allemagne nazie).
C'est aussi une histoire de courage, de bravoure, de fraternité et d'amour. de courage de bravoure et de fraternité parce que tout cela se déroule pendant la guerre, entre des hommes que tout sépare. D'amour, parce qu'il veut revenir pour sa famille. Et c'est aussi une histoire pour tous les amateurs d'avions : les scènes dans le ciel sont bluffantes.
Et en prime, un petit twist à la fin !
Vraiment, un manga d'une très très bonne qualité, tant dans les dessins que dans l'histoire, en traitant un sujet difficile de manière courageuse et non manichéenne. Je crois qu'il peut faire avancer la compréhension des actes de ses hommes, prêts au sacrifice ultime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Walktapus
  17 juillet 2014
Les kamikazes du point de vue japonais, c'est intéressant, surtout quand on a grandi avec Robert Conrad en Pappy Boyington à la télé. Cette série en cinq tomes est basée sur un best seller, également adapté en un film qui semble avoir connu un grand succès et suscité de grandes controverses.
C'est le point de vue humain qui est privilégié ici. Deux jeunes adultes contemporains découvrent que leur grand père était pilote pendant la guerre et est mort dans une mission suicide. C'est le point de départ d'une enquête qui les fait rencontrer des vétérans. le portrait du grand-père se dessine indirectement et par touches progressives, tandis que les petits enfants découvrent une autre vie et d'autres temps, et cela a un effet positif sur le garçon.
Du moins c'est ce que je suppose car je n'ai lu que le premier tome, qui démarre un peu lentement. le dessin alterne scènes du présent et du passé (sur fond noir). le dessin hyper réaliste et précis des avions contraste avec des personnages en ligne claire où l'expressivité est privilégiée.
Bon je vais essayer de me procurer le film.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          104
Mladoria
  28 août 2015
Agréablement suprise par ce début de série.
Kentarô et Keiko se lancent dans des recherches sur leur grand-père maternel, disparu durant la Seconde Guerre mondiale, kamikaze aviateur. En rencontrant une ancienne connaissance de cet aïeul inconnu, ils découvrent une facette bien sombre et mystérieuse de Kyûzô Miyabe.
Fort, profond, émouvant, ce premier tome donne vraiment envie de se plonger dans cette histoire de famille et d'en savoir plus sur les fameux kamikazes. On retrouve niveau narration un univers proche des 3 Adolf de TEZUKA même si le dessin est beaucoup plus actuel à l'image de ce que peut faire TANIGUCHI. Une petite série dont je vais chercher les tomes suivants et par laquelle je vais me laisser porter.
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (4)
Sceneario   13 février 2013
Zéro pour l’éternité est une des belles surprises de ce début d’année dans le monde du manga et même dans celui de la bande dessinée en général. Cette série [...] aborde, en effet, le conflit entre Japonais et Américains sous un jour nouveau. Loin des clichés ou des discours au patriotisme exacerbé.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Telerama   06 février 2013
Bien que le trait de Souchi Sumoto ne brille pas par son originalité, les scènes de combats aériens où s'illustrent les chasseurs japonais, les mythiques Zeros, devraient réjouir tous les nostalgiques de Buck Danny.
Lire la critique sur le site : Telerama
BDGest   04 février 2013
Un récit intime et touchant qui devrait plaire aux amateurs d’histoire, une plongée dans un passé douloureux.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   25 janvier 2013
Le trait de Souchi Sumoto, un peu fade pour la partie consacrée au présent, prend une réelle épaisseur lors de la représentation des événements passés. Surtout, mise en scène et mise en images des vols et des avions constituent indéniablement le point fort de Zero pour l’éternité.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
lauwielauwie   20 janvier 2013
"J'ai fait partie des ces militaires promus à la fin de la guerre... en tant que lieutenant le genre de type qui ne sert à rien.
Moi qui ai voué ma vie à la nation et qui ai perdu un bras... la société a été cruelle à mon égard".
Commenter  J’apprécie          50
SanchanSanchan   29 mars 2013
Umeo: "Vous êtes formidable! Combien d'avions avez-vous affrontés aujourd'hui? Si vous avez des techniques pour le combat aérien, pouvez-vous mes les apprendre?"
Kyûzô: "Monsieur Ishioka... Il n'y a ni technique ni astuce. Il n'y a qu'une chose... toute simple... Revenir vivant... Concentrez-vous là-dessus!"
Commenter  J’apprécie          10
popsybullepopsybulle   24 février 2017
-Aujourd'hui, le mot "kamikaze sert à désigner des terroristes...
-Ah bon? Il y a quand même une différence entre kamikaze et terroriste!
Commenter  J’apprécie          30
popsybullepopsybulle   24 février 2017
Patriotes et fanatiques... Martyrs...
On peut trouver pas mal de points communs entre eux. Les kamikazes sont maintenant de plus en plus considérés comme des terroristes.
Commenter  J’apprécie          20
popsybullepopsybulle   24 février 2017
En devenant pilote d'avion de chasse, ma vie ne m'appartenait plus...
J'avais perdu espoir de pouvoir mourir sur un tatamis d'une chambre.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : kamikazesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
680 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre
. .