AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782742763153
382 pages
Éditeur : Actes Sud (10/10/2006)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
A douze ans, John Egan est déjà presque aussi grand que son père et sa voix a commencé à muer. Mais le plus exceptionnel, selon lui, est le don qu'il possède de reconnaître à coup sûr un mensonge, talent dont il est convaincu qu'il lui vaudra un jour de figurer dans le Guinness Book des Records, son livre de chevet et son seul compagnon dans un monde illisible. Car à Gorey, petite bourgade rurale du Sud de l'Irlande, où il vit avec ses parents et sa grand-mère, John... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Ziliz
  24 juin 2012
John vit avec papa-maman-mémé, dans la maison de cette dernière, parce que papa n'est pas très motivé pour travailler. John a presque douze ans, et son corps est étonnamment mûr pour cet âge (taille, mue vocale), ce qui inquiète ses parents, mais lui, aucunement. Ses marottes : le livre des records et les mensonges - en particulier ceux des adultes, qu'il est convaincu de pouvoir détecter...

J'avais beaucoup aimé 'Le voyage de Lou' de cette auteur. Les points communs sont nombreux entre ces deux romans : solitude et intelligence d'un jeune mal compris, sensation d'étouffement dans une famille qui fonctionne en cercle très fermé, mésentente conjugale... Hélas, c'est un sentiment de malaise qui a prévalu lors de cette lecture : les bizarreries de John (qui est aussi le narrateur, ce qui accroît la proximité du lecteur), la relation fusionnelle et trop "physique" de ce pré-ado avec sa mère, le personnage énigmatique du père, ce qui se passe réellement dans cette famille, et la crainte que tout cela tourne mal. J'ai souvent pensé à 'Une enfance australienne', de Sonya Hartnett, ouvrage qui avait suscité cette même gêne, un goût amer comparable.

Livre étrange et flippant, décevant après 'Le voyage de Lou'.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Lalivrophile
  02 novembre 2011
Voilà un livre assez déroutant. J'ai retrouvé la même difficulté à communiquer que dans «Le voyage de Lou». L'auteur ne fait pas cela de manière grossière. En apparence, les parents de John agissent pour son bien. Ils en sont persuadés, et on pourrait presque s'en convaincre. Seulement, de menus détails montrent qu'ils passent à côté de leur fils. D'abord, sa mère, à l'instar de certains idiots, se préoccupe de sa «croissance accélérée». Elle veut l'emmener voir un médecin, etc. Au lieu de tenter de le complexer, elle aurait sûrement dû lui dire de laisser les moqueurs, d'être lui-même, d'être fier de ce qu'il est. Son inquiétude montre qu'elle aime maladroitement son fils.
Les parents de John cachent beaucoup de choses en riant, en jouant, ou en expliquant qu'ils ne diront rien, alors qu'il dédramatiseraient certaines situations en mettant tout à plat. Ils ne connaissent pas vraiment leur fils qui est, en fait, un garçon hypersensible. Il détecte certains mensonges parce qu'il perçoit qu'on le trahit, et il ne le supporte pas. Il en fait un avantage, et essaie même de se convaincre que la conséquence de cette détection (ses vomissements), est «mécanique», alors qu'elle est due à l'écoeurement d'être floué, tenu à l'écart, abusé. Tout comme il ne semble pas à l'aise dans son corps (merci maman qui le complexe), il n'est pas à l'aise dans ce monde de faux-semblants. Il est trop entier.
[...]
Lire la suite sur:
Lien : http://www.lalivrophile.net/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
VivianeB
  03 mars 2013
Un très bon livre sur la difficulté d'être soi-même quand on a un corps qui grandit trop vite, qu'on est un gamin solitaire. Une bonne découverte de cet auteur et qui me donne envie de découvrir ses autres livres.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ZilizZiliz   21 juin 2012
"Plaisir à entendre". Cela revient au même que de dire que vous savez que quelqu'un vous ment mais que ça ne vous fait rien parce que le mensonge est plus agréable à entendre que la vérité. (p.55)
Commenter  J’apprécie          50
ZilizZiliz   21 juin 2012
Après (...) je m'étais dit que j'aurais mieux fait de ne pas lui parler du tout. Parler à quelqu'un qui est soûl, c'est comme parler à un animal. (p. 29)
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : pré-adolescentsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arthur Rimbaud, le voleur de feu

Comment est Mme Rimbaud, la mère d'Arthur ?

Bavarde et insouciante
Attentionnée et généreuse
Autoritaire et pieuse
Délicate et discrète

9 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Arthur Rimbaud : Le voleur de feu de Sarah Cohen-ScaliCréer un quiz sur ce livre