AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791091555418
Éditeur : Atelier des Cahiers (12/06/2018)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Un jour de chance, Une société qui pousse à boire, L'Incendie... À travers ces grands classiques de la nouvelle coréenne, Hyun Jin-geon dépeint d'un regard à la fois tendre et perspicace la psychologie des gens du peuple, essayant tant bien que mal de survivre dans la Corée des années 1920. Pleins de bonté et de simplicité, parfois aussi victimes de leurs faiblesses, ces personnages profondément humains - pour le meilleur et pour le pire - résistent à la misère du q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
domisylzen
  10 octobre 2018
Une bonne douzaine de nouvelles, la plupart écrite entre 1920 et 1930.
Les thèmes tournent autour de la vie quotidienne de gens simples en Corée.
Je n'ai pas trouvé de faiblesse dans ce recueil, toutes les nouvelles sont dignes d'intérêt. Deux ou trois m'ont véritablement emballé comme : "un jour de chance ou "nostalgie d'un regard furieux".
Un jour de chance.
Un tireur de pousse-pousse qui connait une certaine déveine professionnelle voit un jour sa chance tourner, les clients sont nombreux mais sa femme est gravement malade. Doit-il s'arrêter au retour d'un course ou profiter de sa bonne fortune ?
Nostalgie d'un regard furieux.
Une gisaeng, dame d'agrément genre geisha japonaise, travaille sans relâche. Un jour elle tombe sous le charme d'un beau jeune homme, qui ne rechigne pas à la dépense. Marié elle s'aperçoit que son mari vit à crédit et emprunte à tour de bras pour garder un train de vie opulent. Arrive le jour de l'échéance et cette question : si mon mari va en prison est-ce que je reprends le métier ?
Des gens simples, des mots simples mais percutants, des sujets de tous les jours mais racontés avec une force et une vigueur qui transpose tout le désarroi des différents protagonistes. Une super découverte grâce à l'opération masse critiques de Babélio.
Un immense merci aux ateliers du cahier, votre don ira fleurir les étagères de ma bibliothèque afin que d'autres en profitent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
book-en-stock
  20 octobre 2018
Autre auteur, autre parcours dans la littérature coréenne.
Je remercie les éditions Atelier des Cahiers et Babelio de m'en donner l'opportunité via la Masse Critique. S'agissant d'un recueil de nouvelles, j'ai pris le temps de les lire séparément.
Les nouvelles de ce recueil sont plutôt brèves mais très intenses en ressenti. Elles dépeignent la plupart du temps des personnages miséreux ou en prise avec un profond désarroi, dans la Corée des années 20. Les dates d'écriture s'étendent en effet de 1921 à 1929.
Le style de ces portraits est très réaliste, ancrés qu'ils sont dans la réalité de l'époque, tout en laissant une large part au développement psychologique. Les thématiques de la folie et du dédoublement ou encore du retour dans le village natal sont plusieurs fois illustrées. Souvent ces personnages subissent une situation et le lecteur va assister à leur réaction, ou découvrir pourquoi un personnage agit continuellement ainsi.
Il est difficile de parler des histoires sans trop en dévoiler… On croisera entre autre un homme qui tire des pousse-pousse, une jeune fille de 14 ans tout juste mariée, une surveillante dans un internat de jeunes filles, une couturière qui attend que son époux revienne de ses études, … le narrateur alterne entre la première et la troisième personne selon les textes.
J'ai aimé cette écriture concise qui aboutit chaque fois, en un long crescendo d'émotions, à un moment tragique voire dramatique. Cela m'a rappelé des lectures de nouvelles de Tchekhov. Des portraits marquants de gens du peuple Coréen !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
madamedekeravel
  11 octobre 2018
Hyun Jin-Geon est un écrivain majeur en Corée au début du XXe siècle. Ses nouvelles sont un moyen de pénétrer dans la vie quotidienne des Coréens dans les années 20. Mais il ne faut pas être dépressif pour affronter la dureté de la vie dépeinte : enfant qui meurt de faim, femme qui vend ses vêtements pour pouvoir manger, conducteur de pousse-pousse qui sue sang et eau, jeune femme maintenue en esclavage par sa belle-famille... Malgré tout, Hyun Jin-Geon raconte cela dans une langue vivante, malicieuse, et même parfois crue. C'est un livre intéressant pour son aspect ethnographique et exotique (dans le temps et dans l'espace).
Pour l'anecdote, les amateurs de mots-croisés et de scrabble pourront voir les mots « li » et « won » évoluer dans leur milieu naturel 
Je tenais à parler enfin de l'objet livre, très agréable, léger, imprimé sur un papier jaune à grains.
J'ai eu la chance de recevoir ce livre suite à une opération "Masse critique", merci !
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
domisylzendomisylzen   07 octobre 2018
Grâce à la pluie venue il y a trois jours et qui a fait le bonheur des paysans, tout ce qu'il y a de rizières est rempli d'eau ; dans la brume matinale on dirait du mercure, et les plants de riz repiqués sont d'un vert tendre et semblent se frotter les yeux mal réveillés.
Commenter  J’apprécie          210
madamedekeravelmadamedekeravel   11 octobre 2018
De plus en plus souvent, dans la lumière du crépuscule filtrant à travers la fenêtre, je remarquais ses yeux embués et lourds de soucis. Dans de tels moments, des sentiments indescriptibles surgissaient en moi :
« Chérie ! »
Elle détournait la tête en sursaut et essuyait ses larmes avec un pan de sa jupe.
« Oui ? »
Sa voix semblait si fragile que j’étais parcouru d’un frison, comme si l’on m’avait versé de l’eau glacée dans le dos. Étant par ailleurs enclin à m’accabler moi-même, je me disais que tout était de ma faute, que j’étais un incapable, et cela me rendait le tout encore plus insupportable. Cependant, malgré toute ma compassion, je me surprenais aussi à maugréer tout seul :
« Ces bonnes femmes sont vraiment impossibles. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Jin-geon Hyun (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jin-geon Hyun
"Un jour de chance" est un recueil de nouvelles de Hyun Jin-geon (1900-1943), maître coréen du genre. "Un jour de chance", "Une société qui pousse à boire", "L?Incendie"? À travers ces grands classiques de la nouvelle coréenne, Hyun Jin-geon dépeint d?un regard à la fois tendre et perspicace la psychologie des gens du peuple, essayant tant bien que mal de survivre dans la Corée des années 1920. Pleins de bonté et de simplicité, parfois aussi victimes de leurs faiblesses, ces personnages profondément humains ? pour le meilleur et pour le pire ? résistent à la misère du quotidien avec abnégation et générosité. Nous plongeant au c?ur de leur situation et nous faisant prendre part à leurs choix, Hyun Jin-geon livre ici, avec violence parfois, mais toujours avec l?authenticité des grands artistes, un témoignage touchant et saisissant de la société de son époque.
+ Lire la suite
autres livres classés : tragiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Jin-geon Hyun (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Homophonie et paronymie

Descendre quelqu'un de son .....

pied d'estrade
pied d'estale
pédestral
piédestal
piédestrale

8 questions
40 lecteurs ont répondu
Thèmes : langue française , mots , vocabulaireCréer un quiz sur ce livre