AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213662428
Éditeur : Fayard (30/03/2011)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :

« Il y a quelques mois, un événement tragique a complètement transformé l’idée que je me faisais de mon passé. Depuis, je sais que la seule chose digne d’intérêt qui me soit arrivée, c’est le fait d’avoir mangé de la viande. »Marcela Iacub est directrice de recherches au CNRS, juriste et écrivain.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Ogusta
  05 octobre 2015
Emprunt médiathèque. Octobre 2015. Je dois ce livre à babelio et plus précisément à Sauveterre, auteur de la liste : Quels droits pour les animaux ? Je remercie donc le réseau pour cette lecture au combien éclairante et "obsédante".
Chercheuse au CNRS et juriste, Marcella Iacub a donc mangé de la viande durant des années (on ignore combien exactement), de l'Argentine à la France et sous toutes ses formes (terrines, barbecue, rôtis, jambons...). Pour faire face au dilemme que cette nourriture provoquait en elle, elle a employé, ainsi que nous sommes nombreux à le faire, une multitude de stratagèmes de justification allant de l’occultation de la mise à mort des animaux à l'acceptation pure et simple de notre rôle humain de "prédateurs". Un jour, parce-qu-elle lit le texte de Plutarque, Manger de la chair, elle ne pourra plus manger un être auquel on aura ôté la vie pour satisfaire sa gourmandise.
Cet essai m'a vraiment plu. La vache ! C'est le mot. Comment porter les dents sur une brochette et la trouver bonne sans penser à l'agneau qui bêle ou au cochon qui crie. Édifiant ! Au cours de ce petit texte, Marcella Iacub fait plus que révéler ce qui l'a poussée au végétarisme, elle explique surtout comment et pourquoi elle a pu manger de la viande pendant des années. Oui il s'agit d'une véritable confession. Le seul défaut de ce texte à mes yeux réside dans la justification de l'alimentation carnée, je l'ai trouvée tirée par les cheveux. Intellectuelle ou tout bonnement simpliste, on n'y croit pas. Après tout, on sent juste que l'auteur n'y croit pas non plus. Elle voudrait avoir osé dire "Non !" dès le début, avoir lu Plutarque plus tôt et changé avant.
Et oui, nous savons parfois en ouvrant certains livres qu'après les avoir lus plus rien ne sera comme avant, alors nous ne les ouvrons pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
jarkus
  13 novembre 2013
Il est bien difficile de faire une critique de cet ouvrage de Marcela Iacub. Davantage habitué à lire ses ouvrages sur le féminisme et la sexualité, cette excursion vers le végétarisme est surprenante.
Elle nous raconte le chemin qu'elle a emprunté pour abandonner la consomnation de viande. Marcela Iacub a beaucoup aimé la viande et ca se sent, mais elle a connu plusieurs tournants dans sa vie qui l'ont fait changer, sans perdre son amour de la viance, pour une alimentation qui n'a pas pour conséquence l'élevage et la mort des animaux.
Elle nous livre un processus et met des mots sur ce que nous avons pu ressentir sur cette question de l'alimentation carnée, sans jamais avoir le courage verbaliser et de se regarder en face.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
OgustaOgusta   05 octobre 2015
Lorsque nous voyons la viande dans notre assiette, nous ne voyons pas la séquence des images qui la rendit possible. Nous ne voyons pas la bête vivante, nous ne voyons pas le couteau qui la tue, nous ne l'entendons pas supplier pour sa vie, nous ne voyons pas son sang jaillir, nous ne voyons pas la main qui la dépèce. (p. 134)
Commenter  J’apprécie          70
OgustaOgusta   05 octobre 2015
Quand je suis venue vivre en France, j'ai perdu la viande argentine, mais j'ai gagné en diversité d'animaux à dévorer. Et pas seulement en diversité. J'ai été émerveillée par la manière de les préparer. (...) Cela ne signifie pas que j'ai accepté l'ensemble des nouveaux animaux que cette cuisine me proposait. Certains me faisaient hésiter, comme le lapin, mais jamais lorsqu'il m'était présenté sous la forme d'une terrine. (p. 19)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
OgustaOgusta   05 octobre 2015
ceux qui ont l'occasion de voir un animal vivre dans de bonnes conditions peuvent se représenter immédiatement le bonheur à son état le plus pur. Ils jouissent du seul fait d'être au soleil, de courir, d'avoir des amis, de manger, de se réveiller. (p. 115)
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Marcela Iacub (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcela Iacub
Conférence N°3
autres livres classés : défense des animauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
295 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre