AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234079101
Éditeur : Stock (03/10/2016)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :

Collection :
Essais - Documents
Parution :
28/09/2016
162 pages
Format :
135 x 215 mm
EAN :
9782234079106
Prix:
17.00 €
Acheter le livre
Acheter l'ebook
La fin du couple
Marcela Iacub
Le couple est-il en train de disparaître ? Le nombre de divorces, la baisse de la conjugalité, les plaintes pour violences conjugales sont les indicateurs de la fin d’un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
pilyen
  28 septembre 2016

Ce que j'ai aimé dans ce nouvel essai de Marcela Iacub, c'est son côté rentre-dedans, mélange d'analyse sociologique et historique qui débouche sur une idée de virage révolutionnaire et utopique. J'ai retrouvé soudain cet esprit du début des années 70, époque de tous les possibles. Si comme elle l'annonce, le couple touche à sa fin, réinventer autre chose se révèle être un défi sacrément stimulant, surtout avec les idées qu'elle préconise en fin d'ouvrage.
Avant de plonger dans un demain sans couple au sens où nous l'entendons en ce moment, l'auteur nous dresse un état des lieux. Nous sommes de plus en plus seuls, beaucoup sont isolés, divorcés, ne voyant plus leur famille, n'ayant pas d'amis. Les chiffres de cette solitude ne cessent d'augmenter depuis quelques décennies. La faute à qui ? Sans doute à une société qui n'arrive plus à créer du lien mais surtout, nous dit l'essayiste, à cause de l'Etat qui s'immisce dans la vie du couple en légiférant à tour de bras.
Le code civil de Napoléon organisait les relations entre époux en introduisant un code de bonne sexualité ( celle pratiquée dans le mariage) et de mauvaise sexualité ( celle que l'on pratique hors mariage). La première conséquence de ces textes est un homme tout puissant et d'une femme donnant des enfants pour continuer la lignée ( voire pour devenir de la chair à canon). Toutefois, la femme peut en quelque sorte se venger car un enfant qu'elle aurait conçu hors mariage sera obligatoirement reconnu par le mari. Au fil du temps, l'arrivée de la contraception et de la libération des moeurs va amener le code civil à changer son regard. Dans les années 70, on s'attachera moins au sexe dans ou hors mariage pour retenir plutôt les sentiments entre époux et les maternels.
Le législateur, au fur et à mesure des avancées sociales, légiférera pas mal et finira par donner une relative puissance à la femme en lui octroyant le droit de porter plainte contre son mari pour viol conjugal, harcèlement ou autres violences, tout en la maintenant dans un rôle obligatoirement maternel. J'avoue que sur cette partie là, j'ai eu un peu de mal à suivre la démonstration de Marcela Iacub, jouant avec les éléments qui l'arrangent et prenant des détours parfois un peu abrupts. le résultat, pour elle, est que le trop de lois fragilise le couple, obligeant la femme à un rôle maternel pas du tout inné ( " Il est fort possible que ce qui épuise tant les femmes soient moins de s'occuper de leurs enfants que de mesurer la distance qui sépare les sentiments réels de l'idéal de l'amour maternel qu'elles ont intégré et à l'aune duquel elles développent un terrible sentiment de culpabilité." ) et rendant l'homme méfiant vis à vis d'une compagne prompte à l'accusation devant un tribunal. Il n'en faut pas plus pour prédire la fin du couple traditionnel, lieu de dangers et de rancoeurs.
Et que propose Marcela pour la suite ? Elle se tourne hardiment vers deux philosophes utopistes : Wilhem Reich et Charles Fourier, cherchant dans leurs idées, un possible modèle pour demain.
La suite sur le blog
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
magenest
  24 février 2017
Intéressant de lire l'histoire du couple dans le temps, du point de vu social et légal. Cela aide en mettre en perspective notre vision actuelle de la vie à deux. L'auteur démontre que les lois et consensus sociaux de jadis avantageaient d'abord l'homme en accordant peut de pouvoir à la femme pour ensuite aller complètement à l'opposé en démontrant que les lois plus récentes avantages d'abord la femme en laissant peu de place à l'homme. le futur nous amènera t'il vers un meilleur équilibre? C'est à souhaiter, mais comment s'y prendre? C'est le sujet du dernier chapitre où on parle carrément de la mort du concept de couple. On fait alors référence aux idées du philosophe Charles Fourier. Des idées utopiques, mais qui font tout de même réfléchir. Une belle occasion de « penser en dehors de la boîte » comme on dit!
Si les lois et conventions du couple d'il y a 100 – 200 ans font sourire aujourd'hui, peut-être en sera-t-il de même des règles actuelles dans 100 ans!
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
magenestmagenest   20 février 2017
Le fait d'entretenir des rapports sexuels pour assouvir les désirs d'autrui, même quand ce serait un don que l'on fait à la collectivité, est perçu comme une forme d'esclavage, d'aliénation sans nom. Alors que si l'on fait don de son argent, de son sang et même de l'un de ses organes, ce qui entraîne des pertes plus concrètes, on admire la générosité ou le courage des donateurs.
Commenter  J’apprécie          10
magenestmagenest   20 février 2017
En bref, le sexe dans le couple ne sert qu'à unir ceux qu'il va finir par séparer quelques années plus tard (...)
Quand le sexe les unit, il le fait en excluant tout le reste du monde. Quand il inclut un tiers il le fait généralement sous la forme du sexe sans sentiments, tel un acte de consommation. Et si jamais il inclut ce tiers dans un lien avec attaches ou avec des sentiments, c'est la fin du couple conjugal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
magenestmagenest   20 février 2017
Dans les couches aisées de la population, les femmes étaient soutenues par leurs maris comme si le rôle d'épouse était une profession. C'est pourquoi on avait pu affirmer que "si la femme se distingue de la courtisane ordinaire c'est seulement parce qu'elle ne loue pas son corps à la pièce, comme une salariée, mais le vend une fois pour toutes, comme une esclave".
Commenter  J’apprécie          00
magenestmagenest   20 février 2017
En bref, la passion amoureuse qui semble si puissante et absolue -- et comme séparée de toutes les circonstances extérieures -- n'est qu'illusoire quand elle ne peut s'appuyer que sur elle-même. Au lieu du bonheur il y a la satiété, l'ennui, la routine, la solitude. Et cette désillusion provoque la méfiance, la haine, les reproches et les remords.
Commenter  J’apprécie          00
magenestmagenest   20 février 2017
On prétend que seuls les enfants auraient besoin d'avoir des rapports fors -- notamment avec leur mère -- pour survivre et se développer. Alors que les adultes, eux, pourraient le faire grâce au souvenir de leurs attachements passées. La personne dite immature est celle qui n'y réussit pas.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Marcela Iacub (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcela Iacub
Conférence N°3
autres livres classés : violences conjugalesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3494 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre