AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Baptiste Grasset (Traducteur)Alvaro Mutis (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070733279
240 pages
Éditeur : Gallimard (16/11/1993)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Qu'y a-t-il de plus dangereux que la police politique pour un jeune gauchiste soupçonné d'avoir mis le feu à un grand magasin de Mexico City ? Les femmes.
Surtout quand elles sont trois, irrésistibles, et qu'elles l'entraînent dans une spirale de passion et de cupidité, de bluff et de contre-bluff oú rien n'est ce qu'il paraît. Sauf le meurtre.
Au travers d'une intrigue extraordinairement subtile servie par un style à l'humour nonchalant, Ibargüengoit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
habere
  03 décembre 2016
un climat de violence retenue doublé de sexe et de rapacité = une caricature de rapports sociaux au Mexique. Mais le livre vaut plus que cela, on y découvre comment être promoteur minier avec toutes les explications à l'appui dans une intrigue où, effectivement, 2 crimes sont commis
Commenter  J’apprécie          00
Pantasiya
  03 juillet 2017
Ce roman policier traduit de l'espagnol (Mexique) a su capter mon intérêt de la première à la dernière page et la conclusion réussit à surprendre.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
PantasiyaPantasiya   03 juillet 2017
En aucun moment il me vint à l'idée, pas plus d'ailleurs qu'à La Chamuca, qu'une personne innocente n'a rien à craindre. Nous nous considérions comme innocents, mais La Chamuca est fichée pour avoir participé à des manifs, et moi je suis insoumis, je ne me suis jamais présenté au service militaire. Nous avons aussi tous les deux été en contact avec des groupes socialistes importants. De plus, nous étions convaincus que la police est capable d'accuser, quand ça l'arrange, n'importe qui de n'importe quoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Jorge Ibargüengoitia (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jorge Ibargüengoitia
Le Tyran meurt au quatrième coup, roman de Jorge Ibargüengoitia traduit par François Minaudier, illustrations : Samuel Pouvereau.
http://www.le-tripode.net/livre/jorge-ibarguengoitia/le-tyran-meurt-au-quatrieme-coup
1926, Arepa, une île imaginaire des Caraïbes. le président de la République, le maréchal Belaunzarán, arrive au terme de son quatrième mandat, maximum permis par la Constitution. Après avoir fait assassiner le candidat de l?opposition, il fait modifier le régime électoral et mobilise ses partisans du parti progressiste en vue de sa réélection. Les bourgeois du parti modéré croient se sauver en rappelant au pays Pepe Cussirat, un richissime jeune premier. Celui-ci tente infructueusement, et par trois fois, d?assassiner le dictateur, causant à chaque fois des désastres autour de lui. Qui parviendra à « tuer le lion » ?
Avec sa trame satirique et rocambolesque, ses scènes épiques décrites comme des plans séquences dignes d?un «Django unchained» (Tarantino), «Le Tyran meurt au quatrième coup» fait rire du pire, et démontre que si celui qui ne tente rien n?a effectivement rien, le ridicule peut tuer. L?Auteur
Jorge Ibargüengoitia (Guanajuato, Mexique, 1928 - Madrid, 1983) est un écrivain mexicain, dramaturge, essayiste, nouvelliste et romancier. Il a d?abord écrit des pièces de théâtre, dont la plus célèbre, « L?Attentat », fut interdite pendant 13 ans. Pendant presque 20 ans, il a tenu une chronique hebdomadaire dans le quotidien « Excelsior », jusqu?à sa fermeture par le pouvoir en place. Il a passé une bonne partie de sa vie à l?étranger, notamment à New York où il a bénéficié d?une bourse de la fondation Rockefeller et à Londres et Paris, où il vivait au moment de sa mort tragique, dans un accident d?avion.
L?Indépendance et la Révolution mexicaine, toujours traitées sur le mode de la farce sont ses thèmes de prédilection. L?humour et l?ironie, y compris grinçante, irriguent le reste de ses romans, qui se passent tous au Mexique, à l?exception notable de « Maten al león » -« le Tyran, meurt au quatrième coup », situé dans une île imaginaire des Caraïbes.
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1900 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre