AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221156889
306 pages
Éditeur : Robert Laffont (02/04/2015)
3.64/5   80 notes
Résumé :
Violette est de retour à Toulouse, bercail de la tribu Balaguère, avec son mari, leur petit garçon et toute leur joyeuse ménagerie. Là-bas, ils replongent dans l'univers d'enfance et d'adolescence de Violette. Un monde chamarré, chaleureux, plein de soleil, mais aussi de ces ombres silencieuses, secrets et non-dits " qui pourrissent tout " et qui l'ont fait fuir quelques années plus tôt. Elles ont un peu vieilli, mais ses tantes, ces merveilleuses mères de substitut... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 80 notes
5
6 avis
4
3 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

sylvaine
  08 octobre 2019
J'ai découvert Anne Icart avec Ce que je peux te dire d'elles, j'y ai fait la connaissance de la famille Balaguère. Une famille unie soudée, enchevêtrée , une famille de femmes, les hommes en sont absents partis ou décédés.. Une famille où chacun rit, crie, tempête et se tait...
La plus jeune de la tribu c'est Violette. Là voilà revenue sur Toulouse avec Raphael son époux, son double et Gabriel leur petit garçon. A peine posée Violette cherche à percer le secret de sa naissance. Qui est donc son père? .La vie le lui apprendra t'elle enfin? Elle veut savoir mais mesure t"elle les conséquences du tsunami qu'elle va engendrer?
Allez je ne vous en dit pas plus et vous laisse découvrir le deuxième volet de cette trilogie. Je n'espère qu'une seule chose que vous y preniez autant de plaisir que moi.
Commenter  J’apprécie          250
MaggyM
  28 mars 2021

Violette revient s'installer dans la région de Toulouse, embarquant mari, enfant, chien, chat et rat. Officiellement, c'est pour se rapprocher de sa mère et de ses tantes; officieusement, elle ne désespère pas d'enfin savoir qui est son père.
Deuxième tome d'une trilogie, dont je n'ai pas lu le premier. Ce "manque" n'a en rien gêné ma lecture même si maintenant que j'ai lu et apprécié ce roman, j'aie très très envie de lire le premier opus.
Même si je m'imagine que les personnages ont été présentés à l'envi dans le volume précédent, j'ai trouvé qu'ils (je devrais dire elles parce qu'il n'y a que des femmes dans cette famille, les hommes étant plutôt là pour la galerie); j'ai trouvé qu'ils étaient donc très bien croqués et que le lecteur parvient à se les représenter assez vite. La lecture en est rendue agréable, l'intrigue en elle-même rappelle par certains côtés la saga de la famille Harte de Barbara Taylor Bradford, en plus léger et plus optimiste.
Hâte donc de me procurer la genèse de cette histoire et la suite des aventures de ces femmes fortes et pétillantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
jfponge
  12 juillet 2016
Poursuivant la saga familiale initiée avec "Ce que je peux te dire d'elles", Anne Icart nous entraîne à la suite de Violette, de retour au bercail toulousain après sa "fuite" vers Paris : études de vétérinaire, puis exercice de son métier en compagnie de Raphaël, rencontré sur les bancs de l'école. Mais la naissance du petit Gabriel va brusquement lui donner envie de retrouver la chaleur du gynécée de la "tribu" Balaguère. Une suite de coïncidences, toutes aussi heureuses qu'improbables, vont s'enchaîner et apporter beaucoup d'animation au ce sein de ce petit monde chaleureux, dévoué à la couture (la haute), et toujours plein de non-dits. Écrit d'une façon très simple, avec des mots ordinaires pour décrire des "caractères" auxquels tout un chacun pourra s'identifier ou reconnaître des proches, "Si j'ai bonne mémoire" possède toutes les qualités d'un vrai roman populaire. Mine de trois fois rien, il aborde, et avec quelle acuité, les grands thèmes universels qui fondent la vie en société, à quelque échelle que l'on se place. Fil rouge du récit, la mémoire, et parmi tous ses avatars la perte de mémoire, celle que l'on s'efforce de masquer, d'expliquer par les mille-et-un tracas quotidiens, jusqu'au jour où l'aveu ne peut plus être différé. Mais comme tout est tellement plus facile lorsqu'on est entouré(e)…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Annabelle31
  25 avril 2015
Quelques années ont passé depuis que l'on a quitté la famille Balaguère, Violette, jeune vétérinaire, décide de quitter Paris et sa vie trépidante pour revenir s'installer à Toulouse avec son mari et son petit garçon. Bien sûr toute la famille est tout à la joie de ce retour aux sources, sans parler d'un grand jour qui se prépare, la douce Babé, malgré ses soixante dix printemps va convoler avec Georges, l'ami fidèle de la famille.
Ce que le clan Balaguère ne sait pas, c'est qu'une autre raison motive le retour de Violette : elle est bien décidé à découvrir qui est son père, et à le rencontrer. Une fois encore, le clan va se trouver confronter à une crise, d'autant plus que Blanche, figure emblématique de la maison de haute couture familiale, semble souffrir d'un mal étrange, se pourrait-il que comme sa mère jadis, elle soit atteinte de troubles psychiques ?
Ce second volet du roman "ce que je peux te dire d'elles" est très émouvant. J'ai beaucoup aimé retrouver les personnages, toujours aussi attachants ; ces femmes de caractères avec leurs qualités, leurs défauts, leurs atouts et leurs failles. J'ai beaucoup aimé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Stellah
  03 novembre 2015
J'avais adoré "Ce que je peux te dire d'elles". J'étais donc très enthousiaste à l'idée de retrouver les Balaguère. J'ai apprécié l'histoire mais ai été déçue par son manque de rythme pour amener une fin ouverte et expéditive.
Là où le premier roman nous faisait traverser plusieurs générations, ce deuxième opus d'une longueur similaire nous livre une histoire qui s'étale sur seulement quelques mois. Les passages d'introspection m'ont semblé parfois répétitifs et longuets. Néanmoins, ils permettent d'apporter des éclairages différents puisque l'on accède grâce à eux aux réflexions de chacun des personnages.
Il m'a semblé que le style d'écriture avait évolué, était plus travaillé cette fois, malgré un recours trop fréquent à mon goût à l'énumération, parfois juste de synonymes ou de paraphrases. Toutefois, cela paraît assez conforme à ce que l'auteur veut faire comprendre quant aux doutes et aspirations de ses héros.
En résumé, c'est une suite dans la lignée de "Ce que je peux te dire d'elles", en moins condensé, dans laquelle on entre plus dans le ressenti de chaque personnage. J'aurais aimé que les événements soient racontés plus vite pour en savoir plus sur la suite mais j'ai apprécié retrouver cette lignée de femmes qui m'avait tant émue la première fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Mousse174Mousse174   31 juillet 2017
Faire ce que les autres attendent que l'on fasse, en s'empêchant d'aller vers ce à quoi on aspire profondément, est-ce la vraie vie ?
Commenter  J’apprécie          20
BlogDunePassionneeBlogDunePassionnee   04 juillet 2016
Qui a dit que la nuit porte conseil ? C'est stupide. La nuit, tout s'embrouille. Les mystères s’épaississent. Les angoissent deviennent énormes. Les peurs terrifiantes. Quelquefois, quelquefois seulement, certaines solutions paraissent possible, mais au petit matin elles se sont évanouies. Laissant place au vide le plus absolu.
Commenter  J’apprécie          00
Annabelle31Annabelle31   25 avril 2015
Le père de Violette, lui, n'est pas mort. Blanche peut-elle encore interdire à sa fille de se connaître enfin vraiment ? A travers lui, pas seulement à travers elle. Ce qu'elle craint aujourd'hui, c'est qu'il ne suffira pas que Violette veuille savoir qui est son père, Il faudra qu'il le veuille aussi
Commenter  J’apprécie          00
Annabelle31Annabelle31   25 avril 2015
Dans les coulisses, Babé respire enfin. Elle a beau être habituée à ces moments, aux défilés, aux collections, à l’ambiance Balaguère, elle ressent toujours la même émotion, comme un trac dont elle ne se serait jamais défait au fil du temps. Dont elle n’a jamais voulu se défaire
Commenter  J’apprécie          00
Annabelle31Annabelle31   25 avril 2015
Violette s'approche de sa mère et lui tend les cahiers. Son expression est indéchiffrable. Celle de Blanche infiniment apaisée. Comme si sa vie dépendait de ce qu'elle tient à présent entre ses mains et qu'elle se met à serrer contre elle presque nerveusement.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Anne Icart (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Icart
Anne Icart est sur WebTvCulture, avec son roman "Lettres de Washington Square"
autres livres classés : haute coutureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1198 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..