AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782505000389
180 pages
Éditeur : [Paris] (19/01/2007)
3.23/5   26 notes
Résumé :
Le Japon est un pays riche en contradictions. Jusqu'à aujourd'hui, il fallait, pour le connaître, en passer par les récits de voyages d'Occidentaux perplexes, ou par les traductions d'anciens et grandiloquents ouvrages nippons. Cela dit, ces deux accès à la culture coïncident tellement peu qu'on en vient à imaginer l'existence de deux pays totalement différents. Keiko Ichiguchi nous raconte ici les traditions japonaises les plus bizarres. Installée depuis une dizain... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Sphilaptere
  10 septembre 2018
Pour déflouter les poils dans les films de c***l .
C'est elle qui le dit. Il y a peut-être de l'humour. Pour savoir comment ça marche il faudra lire le livre. Cinq autres choses que vous pourriez apprendre aussi dans ce livre :
1 – Qui est Tsutomu Miyazaki, pourquoi les otakus garçons puent, et pourquoi les otakus filles s'offrent des fleurs dans les foires de dôjinshi, parce qu'elle est passée par là.
2 –Editeurs de mangas, ton univers impitoyaaaable, parce qu'elle est passée par là aussi.
3 – Que les bolognaises ont deux grosses orechiettes, parce qu'elle y vit. Entre autres différences culturelles, et quiproquos. Et aussi les impressions culinaires dessinées d'un voyage au beurre en Belgique.
4 – Qu'au Japon la saint-Valentin c'est la fête du chocolat (mais seules les femmes en offrent), mais que la fête des amoureux c'est Noël. Toutes les fêtes japonaises, mois par mois, le hanami, et les divinités porte-bonheurs, etc. Parce qu'elle en a l'air assez nostalgique.
5 – Comment le chat est devenu bus, comment le village d'Ashitaka rejoint l'histoire et l'archéologie, et qui sont les hôtes des bains de Chihiro. Si elle y est passée, elle ne le dit pas…
(Et le dôjinshi c'est la production amateur de mangas, un secteur parallèle énorme dominé par les détournements érotiques, autant chez les femmes que les hommes.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
LesCahiersdeCorinne
  14 février 2014
Choisi par ma soeur dans ma PAL sur Babelio pour me faire un cadeau de Noël, je ressors de cette lecture avec un sentiment assez mitigé…
Pourquoi les japonais ont les yeux bridés est à mon sens un livre au titre amusant et qui retient l'attention, donne le ton d'une lecture légère et instructive en même temps. Mais une fois le livre refermé, c'est un titre que je trouve assez marketing et un petit peu trompeur…
Je m'explique : certes, l'auteure, installée depuis plus de dix ans en Italie, nous fait part d'anecdotes sur sa vie au Japon, sa famille, nous parle de certaines fêtes, des différences culturelles qu'elle perçoit, sa manière de les vivre et de les appréhender. J'ai découvert pas mal de choses relatives à la pop culture, au monde du spectacle, à la télévision japonaise, certaines fêtes que je ne connaissais pas du tout par exemple. Bon point pour la gaga du Japon que je suis.
Par contre, toute une partie de l'ouvrage est en réalité consacrée à la description de l'univers du manga et à la vie des mangaka. Keiko Ichiguchi en est une en effet ! Et elle nous parle de son parcours, de ses débuts, de la difficulté de ce métier, du rapport aux maisons d'édition, aux agents, aux fans. C'est intéressant à petites doses mais cet aspect du livre occupe une place trop importante à mon goût par rapport à la promesse qu'il nous offre en titre. Mauvais point.
Egalement, la mise en page aurait gagné à être plus esthétique, elle pêche par moments, est irrégulière. Et rien que dans le titre, "Japonais" avec une majuscule, svp. Ca me chiffonne, sorry to be picky. Mauvais point.
Au final, c'est un récit autobiographique drôle, original dans l'approche, avec quelques dessins qui viennent accompagner la lecture, une structure en chapitres courts et indépendants les uns des autres, qu'on peut l'aborder comme on le souhaite. le style est plutôt agréable, l'auteure est franche, même si on a parfois l'impression qu'elle règle ses comptes avec son ancienne maison d'édition.
Mais il est vraiment dommage de ne pas avoir davantage valorisé cette spécificité qui lui ouvrirait, à mon avis, un public complémentaire, notamment les lecteurs de manga. En effet, pas évident à deviner au premier coup d'oeil. Et comme les lectures marchent aussi au coup de coeur, on ne mène pas forcément l'enquête sur toutes avant de se décider à acheter/emprunter et lire un bouquin…
Allez, ça reste un bon ouvrage pour découvrir le Japon avec un regard très personnel.
Lien : http://labiblidemomiji.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Mamechiku
  06 décembre 2015
Pour ma part, j'ai été plutôt déçu par ce livre. En lisant le titre, on s'attend à découvrir plein de petites anecdotes drôles, originales et sans langue de bois sur le Japon. Or, cet ouvrage retrace le parcours de son auteur, certes c'est intéressant, mais cela ne correspond pas du tout à la promesse de la quatrième de couverture. Il s'agit plus d'une autobiographie d'une japonaise vivant en Italie qu'un ouvrage d'anecdotes sur le Japon. Divertissant sans plus.
Commenter  J’apprécie          00
Seijoliver
  12 février 2019
C'est vrai que le titre est un peu trompeur car il est beaucoup question de manga et du monde de l'édition dans les premiers chapitres. Puis Keiko Ichiguchi nous entraîne vers les fêtes et les coutumes populaires japonaises, au gré des saisons et des divinités. C'est sans prétention mais on y apprend plein de choses.
Commenter  J’apprécie          10
Yzabel
  20 décembre 2013
(Lu en 2008.)
Trop court, j'en aurais voulu plus! J'ai beaucoup souri en lisant c e livre; en même temps, il m'a aussi donné l'occasion de réfléchir à bien des idées reçues qu'ont les Occidentaux sur le Japon.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Lecturejeune   01 juin 2007
Lecture jeune, n°122 - L’auteur, une mangaka japonaise qui réside en Italie, nous dévoile sa vision du Japon, des coutumes japonaises et surtout de l’univers du manga. Sous une forme plutôt ludique, parsemée çà et là de dessins comiques, Keiko Ichiguchi séduit par un sujet dans l’air du temps. L’ouvrage se décline en plusieurs chapitres clairement identifiables permettant une lecture « zapping ». Le lecteur glane les informations au gré des chapitres, se divertit avec des anecdotes, et se construit sa propre idée du Japon, du manga, des otaku, etc. Keiko reste franche sur le métier de mangaka, même s’il semble qu’elle règle parfois des comptes avec son ancien éditeur japonais. Ce livre propose, avec une approche ludique, un début de réflexion critique à des lecteurs fans de mangas ou tout simplement curieux de comprendre ce phénomène qui dure. Petit bémol : l’éditeur a souhaité – à tort, me semble-t-il – conserver l’aspect « jetable » du manga en imprimant cet essai sur le même papier, au détriment d’une mise en page esthétique et moins austère. Sonia Seddiki
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
SphilaptereSphilaptere   09 septembre 2018
Quand je participais aux foires de fanzines (doujinshi), j’étais toujours placée dans la zone réservée aux jeunes filles, du point de vue des auteurs comme du public. Les deux sexes ne se mélangeaient pas, surtout à cause du fait que les filles ne voulaient pas fréquenter les stands où les garçons s’amusaient avec des jeux et des B.D. érotiques, car on disait qu’ils puaient.
Commenter  J’apprécie          130
SeijoliverSeijoliver   12 février 2019
Il y a quelques temps, lors d'un de mes voyages au Japon, je suis allée voir au cinéma Le voyage de Chihiro, superbe film de Hayao Miyazaki qui a reçu un Ours d'Or à Berlin. Ce film d'animation montre des nombreuses divinités japonaises, même s'il ne s'agit pas de "divinités" au sens où on l'entend en Occident. Nous les appelons kamis. Ce terme signifie "quelque chose de supérieur aux êtres humains", qui donc, par extension, peut être considéré comme un "dieu".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MamechikuMamechiku   06 décembre 2015
J'espère sincèrement que mes histoires ne vous ont pas trop démoralisés. D'un autre côté, si on veut devenir auteur de B.D (surtout au Japon), il faut s'attendre au pire. Si vous pensez toujours que vivre des mangas, c'est la "planque", c'est que vous n'avez toujours pas compris grand-chose à tout ça. Il vaut mieux changer tout de suite votre fusil d'épaule, au lieu de gaspiller inutilement votre temps et votre santé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MamechikuMamechiku   06 décembre 2015
Il existe malheureusement beaucoup de cas similaires et vous trouverez même, dans les librairies japonaises, un livre intitulé Mangakas disparus, qui regroupe des histoires semblables sur le triste (et parfois mystérieux) sort des auteurs qui n'ont pas réussi à suivre le rythme du manga japonais.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Keiko Ichiguchi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Keiko Ichiguchi
Retrouvez le bilan de mon échec monumental pour le challenge French-read-a-thon! Plus de vidéos ici : http://goo.gl/HVLQ2O ?Tu veux des infos? Click sur "Plus"?
Livres Cités: -Les cerisiers fleurissent malgré tout de Keiko Ichiguchi -Le livre de Perle de Timothée de Fombelle ___
Vidéos Citées: -Pal du #FRRAT: https://www.youtube.com/watch?v=kjuZj2s1Trg ___
Musiques présentes dans la vidéo: -You Make Me Happy - Jérôme Faby ___
Me retrouver:
-Mon blog: http://bibliothequemisterkev.blogspot.fr/
-Twitter: @BMisterkev https://twitter.com/BMisterkev
-Instagram: @bmisterkev http://instagram.com/bmisterkev/
-Facebook: https://www.facebook.com/bibliothequemisterkev
-Livraddict: http://www.livraddict.com/profil/misterkev/ ___
Ma Wish-List Amazon: http://www.amazon.fr/registry/wishlist/2MY5MCW7X9OWF ___
Mes partenariats:
-My Little Dreams: # Blog: http://mylittledreams.eklablog.com/ # Chaine: https://www.youtube.com/channel/UC3zaNj1mUmwfNtskpFZUo3w
-Read Us: # Blog: http://readusblog.canalblog.com # Chaine: https://www.youtube.com/channel/UC-cjXoSPjbe-bEKOySGTQvA __
-Appareil de Tournage: Nikon Coolpix S4150
-Logiciel de Montage: CiberLink PowerDirector V.8
+ Lire la suite
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1136 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre