AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791038800687
189 pages
Ex Aequo (21/01/2021)
4.71/5   59 notes
Résumé :
Devant le regard innocent et amoureux de son fils, Rose plonge petit à petit dans la folie qui la dévore. Atteinte de bipolarité sévère, elle change peu à peu de réalité, arrange la sienne, fantasque et excentrique.

Pour supporter la maladie de sa mère, Théo, dix ans, se protège en composant avec les maux de Rose. Il va alors l’accompagner dans ses phases de démence, embrasser son extravagance et suivre chacune de ses danses. Il dép... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
4,71

sur 59 notes
5
39 avis
4
2 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Kittiwake
  07 avril 2021
Théo a dix ans. Et il nous raconte, avec ses yeux d'enfant, son quotidien auprès de sa maman. Très jeune et déjà veuve, elle sombre peu à peu dans la folie. Et pour l'enfant, les jours qui se succèdent s'ajustent aux humeurs diverses de cette maman extraordinaire, capable aussi bien de faire de la vie une fête que de se noyer dans une solitude alcoolisée.
Les mots de Théo sont ceux d'un enfant encore naïf, dont les yeux brillent d'un amour inconditionnel pour cette femme qui est la seule bouée de sauvetage dans un univers dont il ne maîtrise pas les règles.
Marcus est le père de substitution, une île pour recueillir les naufragés, qui tente en vain de protéger ce couple uni pour le meilleur et le pire. Et quand le pire advient, quand le point de non-retour est franchi, la bulle de poésie et de merveilleux où s'était réfugié Théo éclate, pour lui ouvrir la porte d'un environnement plus sécurisant mais tellement plus triste.
La parole donnée à l'enfant est imprégnée de poésie, il joue avec les mots et les maux, ce qui donne beaucoup de légèreté au récit pourtant dramatique. C'est émouvant et agréablement construit, même si l'artifice de faire de l'enfant le narrateur n'est pas nouveau, et que parfois, la syntaxe et le lexique laissent à penser qu'un adulte se cache derrière la narration !
Très agréable premier roman.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          530
dannso
  14 mars 2021
Rose (Flamant) est bipolaire : Ses crises de folie se rapprochent et deviennent de plus en plus fortes. Théo, son petit garçon, a dix ans. Un chiffre rond qu'il affectionne. Il va essayer de protéger sa mère, de la suivre dans ses délires et de lui permettre de ne pas être séparée de son fils. Mais la réalité les rattrape. Comme le dit Rose dans un moment de lucidité : « La folie, ça ne se soigne pas avec l'amour »
Sur un thème difficile et que d'ordinaire j'évite dans mes lectures : la folie, l'auteur nous livre par les mots d'un enfant, un roman paradoxalement empreint de poésie et de légèreté. C'est Théo qui raconte. Théo ne comprend pas tout ce qui se passe, il aime sa mère plus que tout. Il a peu connu son père, soldat d'abord souvent parti en mission et puis parti pour de bon. Alors, il essaye de soutenir sa mère, de l'accompagner, mais il pleure parfois la nuit. Et moi aussi, j'ai pleuré parfois en lisant ces lignes. C'est touchant, sensible, mais jamais larmoyant.
A conseiller à tous les amoureux des mots et de la langue française : l'auteur joue avec les mots et les expressions, que Théo interprète à sa manière, et cela permet quelques sourires au milieu de l'émotion : de là, la poésie et la légèreté dont je parlais plus tôt. Moi qui ne note presque jamais de citations, j'en aurais choisi presque à chaque page.
Je vous recommande cette lecture, qui ne ressemble à aucune autre. Merci infiniment aux éditions Ex aequo pour ce partage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
bornetevelyne
  06 février 2021
Chers lecteurs,
Aujourd'hui soyons fous!
Allons jusqu'au bout!
Prenons notre pouls!
Serez vous, au rendez vous?
Moi ,je me dévoue!

Glissons sur cette vague d'expressions , aux beaux mots placebos , travestis en dialecte exquis...
Glissons sur la vague impression d'un monde en inversion , où les perceptions et la raison vivent en rémission , en douces oscillations.
Un monde où les émotions seraient des extrêmes onctions , des pulsions en huis clos dans le mélo d'un jargon béni et choisi.
Submergée d' ambiguités , enrubannée et escortée par ses propres mystères , elle s'envole dans sa puissante fragilité.
Dans la pluralité de ses subconscients , elle est là, solidement amarrée aux geôles de certains esprits flottants.
Trempée d'échos , elle file comme un bateau ivre à la dérive , dans l'alchimie de ses apnées.
Elle...c'est la folie , une folie décorée , une folie vérité, une folie lucidité...
Il paraît qu'elle s'appelle la bipolarité...

Un thème bien d'actualité , un mal sous diagnostiqué  mais en constante progression.
Entre ceux qui en ont pleine conscience et tous les autres qui s'ignorent encore ..

La biolarité, quel est ce mal étrange?
Les troubles bipolaires sont des troubles dits de l'humeur.
Ils contiennent souvent deux phases, maniaque et dépressive.
Entre les deux la personne atteinte retrouve un état "normal" appelé "euthymie"

L'Envol du Flamant Rose est le premier roman de Jérôme Idelon , voyageur compulsif , qui confiné comme nous tous a laissé alors son imagination prendre les voiles..
La bipolarité , il l'a poétisé , il l'a encensé , il l'a calé dans une atmosphère de puérilité sans jamais la dénigrer.
Une tactique fantastique..
Dans l'extase de ses phrases, j'ai chaviré , chahutée par toutes ces phases d'émotionnelles intensité.
Tantôt malmenée, tantôt ravigotée et émerveillée..
Je me suis incarnée en elle, j'en ai saisi toutes ses manifestations..
J'en ai pressenti toutes les éclosions..

L'HISTOIRE

Théo a dix ans , ses yeux ont la richesse et la lumière de la pureté, de la naiveté.
Devant sa petite vie déjà brisée où plus rien n'est un jeu d'enfant , il a appris à observer, à pleurer en silence , à oublier son insouciance.
Privé de père, il vit avec Rose , sa maman , son tout, son seul univers..
Univers où l'imaginaire a coulé toute réalité..
Des repères?
Sans père?
Comment faire?
Maman est une énigme lumineuse, elle est un peu folle, il le sait mais il en rigole!
Ses journées sont noyées dans les larmes qui succèdent aux rires, dans les joyeuse ivresses qui se terminent en gorgées dégrisantes de l'alcool profond de maman..
Avec l'alcool tout n'est pas si rose...
Mais avec maman tout est grand, tout est fête , tout se dance!
Des choucroutes aux fruits de mer, aux tartes aux chocolats par dizaine en passant par sa délicieuse crème anglaise on patauge dans la gourmandise quand ce n'est pas dans les pleurs..
Théo est un buvard et s'imprègne de ce qui altère , de ce qui désaltère sa maman..
Puisqu'elle est bipolaire!
Heureusement , il y a Marcus , avec lui il comprend que la mer ...n'est pas toujours agitée ou déchaînée elle a aussi la paisibilité de ses lents ressacs..
Et puis un jour sa petite vie bascule, maman est allée trop loin...

La plume de l'auteur s'est emparée de toutes les fissures de l'âme avec des jeux de mots..
C'est tellement beau!
On affronte , on joue à être naif , on banni ces vieux mots souillés qui ne soulignent plus rien , 
On fait semblant de rien..
Rire de la situation ou la déplorer?
Moi , j'ai plutôt ri et j'ai surtout compris que la folie pouvait agir là où l'humain est offensé..
J'ai aimé ces états survoltés où tout est audace et possibilités.
Un folie poétisée , un vertige insensé devant l'inertie de nos vies.
Si la vie n'était qu'un jeu de mots...
"Une distraction momentanée du langage " comme dirait Henri Bergson
La clarté d'un jeu de mots éclatant une pensée...
La folie comme porte de sortie..
La plume de Jérôme Idelon m'a séduite par son raffinement et ses tonalités poétiques.
Il a parfaitement su décrire l'état d'enfance face aux complexités du monde des adultes.
Une ironie tendre et douce se dégage de ce roman adorable!
Un roman hors temps..où l'on compose avec l'imagination débordante et surréaliste de l'auteur et la vérité d'une maladie bien réelle.
J'adore les vérités décalées et poétisées!
C'est un grand , grand coup de coeur ce roman!

PASSAGES
"Oui, parce que maman , elle s'est mise à pleurer presque tout le temps.
Il n'y a rien de plus douloureux , mais aussi beau que des larmes d'amour.
C'était tellement émouvant que je n'osais jamais l'interrompre."

"Le plus dangereux , c'est quand maman passait trop de temps dans la même pièce .
Ses mouchoirs s'amoncelaient pour former de véritables pyramides .
Leurs sommets touchaient souvent le plafond.
Il fallait alors faire attention aux éboulements quand on passait à côté .
Le risque d'avalanche était très fort.
Je n'avais pas envie d'être enseveli à mon tour sous une montagne de chagrin"


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SophieWag
  17 mars 2021
Une mère aussi solaire que bipolaire racontée par son petit garçon de 10 ans qui prend les expressions et les citations au pied de la lettre. Un livre poétique et émouvant qui m'a beaucoup fait penser à En attendant Bojangles d'Olivier Bourdeaut. Premier roman de Jérôme Idelon. Un très bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          180
catmo0105
  14 février 2021
Hier soir, j'ai refermé un livre bouleversant ! Il s'agit de 𝑳'𝒆𝒏𝒗𝒐𝒍 𝒅𝒖 𝒇𝒍𝒂𝒎𝒂𝒏𝒕 𝒓𝒐𝒔𝒆 de Jerome Idelon paru il y a peu dans la belle Collection Alcôve - Collection Accroch'Coeur - Éditions ExÆquo de Jeanne Malysa chez Éditions Ex Æquo
C'est un petit bijou de tendresse et de sensibilité emballé dans du papier bulles ! Il faut bien ça pour protéger les personnages à l'intérieur : le petit Théo, 10 ans, qui prend soin de sa Maman, Rose, sans cesse au bord du gouffre (elle souffre de bipolarité) et Marcus, leur ami plumassier. J'ai beaucoup aimé le regard que l'auteur porte sur la "folie" de Rose à travers les yeux de son fils...à la fois décalé et lucide ! le sujet était difficile mais Jérôme en fait un roman touchant sans jamais être larmoyant.
Je vous conseille donc de découvrir ce premier roman qui devrait faire parler de lui et de son auteur.
Extrait : "Ce qui m'énerve avec la vie, c'est qu'il n'y a pas de pause,
d'accélération ou de retour en arrière. Mais en même temps,
quand on aime un passage, cela nous force à le savourer. Non ?
La vie, c'est comme un film bloqué sur « Play » où les acteurs
qui y meurent ne jouent plus jamais. le cinéma devrait peut-être s'inspirer de la vraie vie sur ce point. C'est toujours
étonnant de retrouver un acteur qui a été pendu ou écrasé, en
tête d'affiche une semaine après sa mort dans un film. Ils pourraient au moins lui laisser une période de rétablissement.
Le laisser faire semblant de se remettre de ses blessures,
d'enlever la marque de la corde autour de son cou, de soigner
sa jambe cassée.
C'est un médecin qui m'a conseillé d'écrire mon histoire.
Il m'a dit d'écrire comme ça venait. D'employer mes mots à
moi. Mais moi, de toute façon, je ne connais pas ceux des
autres. Il m'a dit que cela pourrait m'aider de mettre mes mots
par écrit. Ou était-ce mes maux ? Il aurait dû me l'écrire. Je
n'aurais de toute façon pas pu le savoir. Personne ne peut lire
les écritures des médecins. Sauf les pharmaciens. Des fois, je
me dis qu'ils écrivent mal pour que personne ne puisse les
comprendre. Voilà comment le monde fonctionne. On fait
confiance aux gens que l'on ne comprend pas. Et c'est ainsi que
certaines personnes finissent par dire « c'est comme ça »."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
leslivresmapassionleslivresmapassion   27 août 2022
Avant que je m'endorme, maman venait souvent dans ma chambre me souhaiter bonne nuit. Elle puisait dans ce qu'elle avait vu dans la journée, pour me le raconter. Ce soir-là, maman m'a décrit les techniques de séduction des oiseaux de paradis.
- Il prépare tout d'abord le terrain en enlevant chaque feuille morte. Puis il se place au centre, gonfle ses ailes et entame seul une danse de jazz totalement déjantée. Il tourne la tête en avant, en arrière, fais trois pas à gauche, trois à droite.
Tellement prise par sa propre histoire, maman s'est levée et a imité la chorégraphie de l'oiseau paradis. Elle levait les bras, tournait sur elle-même à m'en donner le tournis ! Quand elle s'est rassise au bord de mon lit, je lui ai demandé quel était son animal préféré. Elle a gonflé sa joue droite puis sa gauche, a regardé le plafond avant de me répondre :
- les baleines
- les baleines ! mais pourquoi maman ?
- j'aime juste voir ces titans des mers s'envoler lourdement dans l'infini des abysses. Mais ce que je préfère par-dessus tout, ce sont leurs chants. Tu as déjà entendu leurs chants ?
- Non maman, jamais.
- Ce sont les plus beaux qui résonnent dans ce monde. Ils font vibrer les océans, remontent à la surface des mers comme autant de caresses.
Maman a approché ses lèvres contre mon oreille. Elle a pris une grande respiration et a entamé leurs chants. Ce soir-là, c'est dans cet océan de douceur, que je me suis endormi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dannsodannso   11 mars 2021
Il m'a dit d'écrire comme ça venait. D'employer mes mots à moi. Mais moi, de toute façon, je ne connais pas ceux des autres.
Commenter  J’apprécie          141
sam14sam14   01 février 2021
Les jours passaient et se ressemblaient tellement que je ne savais plus si on était hier ou demain. Maman s’est mise à tellement dormir que parfois, elle passait de l’un à l’autre sans même passer par aujourd’hui. 
Commenter  J’apprécie          50
LodaLoda   21 janvier 2021
Je m’appelle Théo. Je n’ai que dix ans. J’aime bien mon âge. Il est rond. Il est facile à calculer. Mais maman m’a dit de ne pas m’y attacher. Car il change tout le temps.
Commenter  J’apprécie          30
AlisouuuAlisouuu   29 janvier 2021
Je lui ai demandé à quelle adresse je pouvais lui écrire. Elle m’a répondu que l’amour n’a pas d’adresse, à part celle du cœur.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : sensibilitéVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

J'm'suis banané en beauté !

Je trainais à la foire du trône avec mon pôte Lucien, vous savez, le rocker à la banane-gomina, on matait les filles du côté des autos-tampons, pas d'bol, on est tombé sur Suzie, la meuf à Lulu. La banane avait un drôle de goût, elle était ...?...

Mécanique
Métallique

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre