AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782355849930
336 pages
Sonatine (01/02/2024)
3.89/5   36 notes
Résumé :
Au Texas, la frontière est un point de non-retour.

Austin, Texas. Lorsqu'on diagnostique une maladie grave à sa fille, le monde de Mario s'écroule. Il se met à négliger son travail, se fait virer sans ménagement, les factures d'hospitalisation s'accumulent et sa femme cède lentement au désespoir. Décidé à relever la tête, Mario contacte Brian, un ancien collègue devenu dealer de meth. Celui-ci lui propose un marché d'une effroyable simplicité : la vie... >Voir plus
Que lire après Le diable sur mon épauleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 36 notes
5
7 avis
4
8 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Bonjour Booksta,
Voici « Le Diable sur mon épaule » de Gabino Iglesias. Un thriller sombre et terriblement dur. Preparez-vous à rencontrer Mario, un père désespéré par la maladie de sa fille, un homme couvert de dette, un mari inquiet pour son épouse. Acculé, il va accepter de devenir tueur à gages. L'engrenage est irréversible et le conduira à travailler pour un redoutable cartel de Juarez. Voici une intrigue captivante, bouleversante au rythme endiablé, une descente aux enfers dans un univers de violence extrême mêlant meurtres, drogue, magie noire, croyance, racisme et pauvreté. le cocktail est détonnant et se compose dans une atmosphère terrifiante et anxiogène. Les protagonistes sont décrits de façon fort réaliste. La plume est brillante, percutante et terriblement visuelle. Les scènes d'action sont terrifiantes à souhait. Une très belle découverte avec cet excellent thriller d'un auteur à suivre de près !
Commenter  J’apprécie          401
Un jour, la vie de Mario bascule. Sa fille de quatre ans, Anita, a contracté une leucémie foudroyante. Et, comble de malchance, puisque sa femme et lui sont d'origine hispanique et que « même les maladies sont racistes », le taux de rémission est moins élevé que pour d'autres gamines. La fillette nécessite un traitement expérimental extrêmement coûteux, sans garantie de guérison. Mario est prêt à tout pour obtenir de l'argent. Même à tuer. C'est le début d'un engrenage fatal.

Mario a mis le doigt dans une machine dont il ne pourra se défaire. Son premier meurtre lui apporte l'argent espéré … et du plaisir. Il va donc continuer. Jusqu'à un coup. Un dernier coup. Vous savez, ce dernier coup qui permet ensuite d'arrêter, de partir, riche, et de commencer une nouvelle vie. Mais pour le réussir, il faut prendre des risques. Et se rendre sur un territoire où la violence est reine. Où, à la moindre erreur, on vous coupe un doigt, on vous ouvre le ventre, on vous arrache les intestins et on les fait manger par un crocodile. Toute l'horreur qu'on prête aux cartels mexicains et à la folie de certains de leurs dirigeants et membres. de la violence gratuite (ou non). Brutale. Écoeurante.

Même si ces scènes sont rares, elles sont éminemment puissantes et d'une force terrible. Impossible de rester de marbre devant certains passages. J'ai eu beau me dire que ce n'étaient que des mots, ceux-ci étaient suffisamment bien agencés pour que je ressente certaines sensations, que certaines images me sautent au visage. Mais je n'étais pas surpris : le barrio noir appelle ces moments d'horreur, percutants, terrifiants. Et je les ai appréciés à leur juste valeur.

Tout comme j'ai aimé la présence du diable sur l'épaule de Mario. Car ce texte baigne dans le fantastique, malgré son ancrage très fort dans le réel. On est bien dans la crasse des bas-fonds américains et mexicains. On sent la sueur des corps, l'odeur de graisse des diners. Malgré tout, peu à peu, Gabino Iglesias crée une atmosphère gothique avec l'apparition de personnages porteurs de magie noire. L'une cède contre de l'argent des reliques humaines aux pouvoirs magiques avérés.L'autre lévite et voit malgré ses yeux aveugles. Des créatures monstrueuses hantent les tunnels sombres traversant la frontière supposément inviolable de Donald Trump (dont on ne dit pas le plus grand bien dans ce roman). Là aussi, comme pour la violence, tout ne se fait pas d'un coup. C'est progressivement que l'on sent ces forces démoniaques pointer le bout de leur nez et tenter de pénétrer dans un quotidien déjà passablement détraqué. Et c'est cette montée en puissance que j'ai aimé. Voir Mario d'enfoncer dans l'horreur, renier parcelle par parcelle son humanité, dévoré qu'il est par les souvenirs d'une vie heureuse passée. Affronter le destin qu'il a fini par choisir.

Le Diable sur mon épaule est un récit noir, comme sa couverture, au rythme soutenu (à part un peu après le milieu, où j'ai ressenti une légère lassitude), à l'atmosphère irrespirable et à la pression savamment dosée. La découverte pour moi d'un auteur sur l'épaule de qui je vais, moi aussi, me pencher.
Lien : https://lenocherdeslivres.wo..
Commenter  J’apprécie          352



Quelle surprise que ce livre qui mélange Breaking bad, Tarantino, Stephen King et Romero! Entre autres excentricités!
Je viens de découvrir Gabino Iglesias qui revendique l'invention d'un nouveau genre littéraire, le barrio noir, un genre qui combine le crime avec l'horreur, sur fond de multiculturalisme hispano-américain et de questions politiques et sociologiques.
Curieusement, alors que je suis très sceptique sur l'intrusion du paranormal et plutôt méfiante envers les zombies, j'ai été embarquée dans ce mélange hallucinogène de crime et d'horreur.

Au début du roman, Mario, le narrateur, et sa femme Melisa viennent d'apprendre que leur petite fille Anita a reçu un diagnostic de leucémie. Quelques semaines plus tard, Mario est licencié de son travail à cause d'un trop grand nombre d'absences pour les rendez-vous médicaux . Les factures s'accumulent, et en désespoir de cause, Mario contacte Brian, un ancien collègue devenu dealer qui lui propose d'éliminer un pédophile en échange d'une belle somme d'argent.
" La pauvreté est un marteau qui tape sur votre détermination et votre bonheur jusqu'à les réduire en poussière."
Le système de santé américain est accusé avec véhémence non seulement parce qu'il ne permet pas de recourir à des traitements qui auraient pu sauver la vie de son enfant mais aussi parce qu'il condamne la famille à une double peine : le deuil et la pauvreté.

Mario, dont la mère consommait de la drogue, a toujours dit qu'il avait des anges qui veillaient sur lui, et il a eu des visions éveillées toute sa vie.
" Ma junkie de mère me répétait souvent que des anges volaient autour de moi. Elle était convaincue que comme j'étais né" coiffé ", c'est à dire entouré de ma poche de liquide amniotique, j'avais la capacité de voir des deux côtés du voile."
Ainsi on apprend dès le début du roman que Mario est perméable au monde surnaturel tout comme il l'est à l'univers des narco-trafficants, presque de naissance. Et il accepte plutôt aisément les avertissements de danger émises par les apparitions de quelques fantômes de son passé.

Toutefois, après la mort de sa fille et le départ de sa femme, il accepte une mission périlleuse auprès des cartels mexicains dans l'espoir de sortir sa femme de la misère.
Mario fait équipe avec son ami accro à la méthamphétamine, Brian, et un membre du cartel nommé Juanca pour aller dérober une énorme somme d'argent à des concurrents et venger la mort d'un frère.
Des scènes hyper réalistes d'une grande violence fusionnent alors avec des incursions paranormales et des diableries en tous genres.

"A la lueur des phares, deux grands yeux blancs dépourvus de pupilles apparurent, ainsi qu'une gueule hérissée de crocs jaunes scintillants. Lentement, la créature de cauchemar se hissa sur ses deux fines pattes de derrière et poussa un cri perçant."
Après avoir rencontré des créatures extra-terrestres dans les souterrains sous la frontière, le trio de tueurs va découvrir la magie noire.
Ils vont alors devoir supporter des scènes de torture insoutenables qui vont s'achever en apothéose par des crocodiles affamés et une sorcière aveugle en lévitation.

Gloria est" une sorcière. Une esclave. Au début quand Don Vazquez l'a récupérée, c'est parti en sucette. Et pas qu'un peu. Elle a tué plusieurs de ses hommes. Au final, ils ont été obligés de lui arracher les dents et de lui couper les mains pour pouvoir la contrôler. "
Depuis, la sorcière est l'associée du cartel, sa cruauté et ses pouvoirs diaboliques sont entrés en concurrence avec ceux des gangs.

Ballotté entre frayeurs réelles et frayeurs surnaturelles, le lecteur doit aussi se heurter aux ravages du racisme envers les Latinos, aux propos haineux des suprémacistes, à la précarité de nombreuses familles américaines et aux dégâts de la politique de Trump directement accusé.
Dans la lignée des grands romans noirs en forme de dénonciation, Gabino Iglesias apporte une large palette de surnaturel qui, à ma grande surprise, ne détonne pas mais apporte au contraire une touche de noirceur bien plus insondable.
Commenter  J’apprécie          210
▪️Chronique▪️


« Entre un homme désespéré et un cadavre, il n'y a parfois qu'une poignée de dollars. »

Nous ne sommes jamais prêts au malheur. Personne ne peut prévoir les coups durs de la vie, mais plus encore, nos réactions quand il s'abat sur nous. Mario est un de ceux-là. Un de ceux, qui d'un coup, se retrouve dans une situation si désespérante que l'enchaînement de ses actions, devient sa propre descente aux enfers. Bien sûr que l'origine, le contexte social et politique, l'état de faiblesse peut engendrer une suite d'événements indépendants de toute volonté. Mais quand on se voit perdre son enfant, d'une maladie rare, comment on encaisse cette douleur incommensurable? Et comment on y fait face? Ce père de famille perd tout, sous un coup du sort. Mais en grattant un peu, peut-être pas tant, par hasard…Et c'est là, que le sang vient à parler, à bouillir, à vouloir s'exprimer, à vouloir se venger. le sang appelle le sang. Et souvent le sang et l'argent aime bien à parler ensemble…L'engrenage était inévitable. Mais en même temps, qui ne tenterait pas tout, tout jusqu'au pire, pour sauver son enfant, sa famille, sa raison de vivre? Tout, même à accepter, le Diable sur l'épaule…

« Le truc, avec la pauvreté, c'est qu'elle se fiche de la géographie. »

Effectivement, je ne pense pas que ça joue des masses dans ce phénomène. Et pourtant, dans les livres de Gabino Iglesias, un certain point géographique revient encore et encore: la frontière americano-mexicaine. Chaque roman nous emmène sur ces terres empreintes d'histoires, de fantômes, de violences, de clivages, de folklores, de magies, de passages. Je suis toujours impatiente d'aller dans ses polars, parce qu'il a une plume brillante et engagée. Tout est fictif, et je sens que tout y est vrai. La cruauté humaine n'a pas de limites, et ça, je pense que l'auteur arrive à mettre cette vérité effroyable dans ces romans noirs bouleversants avec une grande lucidité, tout en y mettant, un morceau de son coeur en miettes, comme si, cette vérité le brisait de l'intérieur. Je crois, sincèrement, qu'il se soucie des pauvres gens qui errent sur ce bout de terre. Que ça le hante. Peut-être que c'est la Santa Muerte ou La Huesuda qui lui parle tout bas. Toujours est-il qu'avec Mario, il explore la trajectoire d'un homme lancé contre les mâchoires féroces des cartels de Juárez. C'est d'une violence inouïe. Mais jusqu'à la fin, nous sommes sensibles à son chagrin, à son désespoir, à ses failles…

« Quand les coïncidences commencent à s'accumuler, c'est en général qu'il ne s'agit pas de coïncidences. »

Donc, voilà. Trois romans, trois fois que j'en reviens, époustouflée. Il n'y a donc plus de coïncidences: je suis réellement convaincue que c'est un de mes auteurs favoris. Toutes ces influences d'origine syncrétique me charme comme jamais, et cette sensibilité qu'il a dans ses mots, me touche en plein coeur. Je vous invite donc à découvrir très vite le Diable sur mon épaule, non seulement parce que c'est mon coup de coeur mais parce qu'il risque de vous hanter longtemps…Et que si La Huesuda plane près de vous, alors vous saurez peut-être la valeur d'une vie…

« Je fus surpris en franchissant la porte de découvrir que le monde était encore là. »
Lien : https://fairystelphique.word..
Commenter  J’apprécie          190
Troisième roman publié en France pour Gabino Iglesias, et troisième déflagration ! L'auteur américain d'origine portoricaine s'est désormais fait une place de choix dans le paysage du roman noir US. du barrio noir pour être précise, un sous-genre qui navigue ici encore entre le fantastique et le thriller, entre les langues aussi, dans un style définitivement marqué par le multiculturalisme, à la forte charge sociale, mettant en scène une violence brutale.

Dans ce dernier roman, le protagoniste, Mario, vit à Austin avec sa femme, Mélissa et leur petite fille. du jour au lendemain, c'est une tragédie qui les frappe : on diagnostique une maladie grave à leur enfant et les frais médicaux s'accumulent rapidement. Pour la sauver, Mario a besoin d'argent et il est prêt à tout pour s'en procurer rapidement. Il n'hésite pas longtemps lorsque l'une de ses connaissances, Brian un junkie notoire, lui propose de commettre un meurtre contre de l'argent. La colère qu'il ressent y trouve d'ailleurs un parfait exutoire.

C'est le début de la fin pour Mario qui va s'enfoncer lentement mais sûrement sur la voie de la violence et du chaos alors que le malheur le terrasse. Désireux de reprendre sa vie en main, il tente un dernier gros coup, qui lui permettrait de recommencer à zéro, d'envisager un avenir, enfin. Aux côtés de Brian et d'un certain Juanca, ils acceptent une mission pour un cartel mexicain et ça va saigner !

Encore plus que dans ces précédents textes, Iglesias dénonce avec un réalisme cru les maux de l'Amérique, la pauvreté, le sectarisme, ou la politique de Trump entre autres. Mais le diable guette, et les croyances, les superstitions, les créatures maléfiques ne sont pas en reste pour faire de ce roman noir un sommet du gore et de l'horreur qu'on ne peut pas lâcher.

Si j'ai beaucoup aimé ce roman, je dois admettre que j'ai ressenti parfois un trop-plein, de créatures, de boyaux et de diableries qui, me semble-t-il, nous font parfois perdre de vue la trajectoire de Mario, un homme bon que les circonstances ont fait basculer du côté obscur, un anti-héros que j'aurais aimé aimer davantage!

Malgré tout, un roman efficace et hyper tendu à la construction implacable!
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (1)
Marianne_
18 mars 2024
Dans son roman "Le Diable sur mon épaule", Gabino Iglesias laisse traîner sa plume acérée dans les marges d'une Amérique de la frontière que Biden et Trump ne font qu'apercevoir à travers les vitres de leurs voitures blindées.
Lire la critique sur le site : Marianne_
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Quelques semaines après le début de ce cauchemar, une représentante des ressources humaines de mon boulot m'appela. Je ne l'avais jamais rencontrée. Bien qu'elle se dise désolée pour Anita et ses soucis de santé, elle m'informa que la boîte n'avait d'autre choix que de me licencier parce que j'avais épuisé mes congés maladie, mes congés payés et mes congés spéciaux, et que j'avais battu tous les records d'absentéisme. Je raccrochai. Votre fille a un cancer, mais vous n'êtes pas assez productif, alors dégagez.
Merci, le rêve américain.
Commenter  J’apprécie          50
Il y a dans ce monde des choses qui ne s’expliquent pas, déclara Don Vazquez. Lorsqu’on rencontre ces choses, on a deux options. La première, la plus commune, est de chercher à comprendre à tout prix : on se base sur son expérience, son vécu et on essaie de faire rentrer l’inexplicable dans le moule de ce qu’on sait. Non seulement ça ne fonctionne pas, mais en plus ça n’amène que de la frustration. Ça nous bloque. Reste la seconde option : admettre que certaines choses étranges se produisent et que, parfois, l’impossible est réel. Une fois que l’on a accepté, on peut passer à autre chose. C’est ce qu’ont fait nos ancêtres en inventant les dieux, et ça a très bien marché pour eux.
Commenter  J’apprécie          30
Je n'avais jamais compris comment on pouvait juger un être humain à sa couleur de peau ou à son origine. Un tel niveau de stupidité me dépassait.
Commenter  J’apprécie          153
Si les armes à feu sont un symptôme de ce qui ne va pas avec l'humanité, Internet est une fenêtre qui nous montre le pire dont elle est capable.
Commenter  J’apprécie          114
Il existe un endroit par-delà le chagrin où les sentiments sont si puissants qu'aucun mot ne peut les décrire.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Gabino Iglesias (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabino Iglesias
The Devil Takes You Home - Gabino Iglesias
autres livres classés : cartelsVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (118) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2859 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..