AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Morgan Navarro (Autre) LARA (Autre)
EAN : 9791037505781
108 pages
Les Arènes (10/03/2022)
3.79/5   57 notes
Résumé :
Rose est journaliste à Actuelle, un hebdomadaire féminin.
Un jour, son frère Adrien disparaît. La jeune femme se rend compte qu'il a basculé dans le complotisme. En découvrant cet univers, elle est sidérée. Elle réalise alors le danger de cette propagande. Pour partir à la recherche d'Adrien, Rose contacte un spécialiste de l'extrême droite, ancien grand reporter. Avec lui, elle entreprend un inquiétant voyage en terres conspirationnistes.
Racisme, a... >Voir plus
Que lire après Ils sont partoutVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 57 notes
5
3 avis
4
16 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Jusqu'à la lecture d'Ils sont partout, les thèses complotistes, telles que le Grand Remplacement, le négationnisme, le Nouvel Ordre mondial, le platisme (ou théorie de la terre plate), le mouvement QAnon ou encore le survivalisme, m'étaient quelque peu étrangères et me semblaient ne concerner qu'un petit nombre de gens plutôt situés à l'extrême-droite. Or Valérie Igounet et Jacky Schwartzmann, les auteurs de cet album, esquissant les grandes lignes de ces thèses, montrent à quel point Internet et les réseaux sociaux contribuent à leur large diffusion (en 2019, une enquête indiquait que près d'un Français sur deux croyait à une collusion entre l'état et l'industrie pharmaceutique pour cacher la nocivité des vaccins). Aussi fausses que nauséabondes, des idéologies pour la plupart dangereuses, car porteuses de haine, qui en remettant à l'ordre du jour les formes les plus primaires de racisme — contre les juifs, les musulmans, les francs-maçons, les immigrés, les politiques, les journalistes etc. — poussent les esprits les plus faibles à des actes barbares qu'on croyait naïvement appartenir au passé.
Un voyage en terres conspirationnistes assez effrayant dans cet album à distribuer largement, documenté et didactique (à la fin les auteurs ont joint une notice biographique des principaux acteurs de la complosphère, ainsi qu'un récapitulatif des différentes thèses complotistes).
Commenter  J’apprécie          674
« Ils sont partout ». La formule, profondément antisémite, relève de l'euphémisme : le mot « juifs » n'étant pas prononcé, par connivence ou, désormais, pour ne pas tomber sous le coup de la loi. Et les complotistes les plus connus continuent de regretter le bon vieux temps des chambres à gaz. C'est ce ce que nous rappelle cette BD très documentée, notamment scénarisée par une universitaire : quand on se met à croire que le jus de carottes soigne les cancers en phase terminale, on est en bonne voie pour s'inquiéter d'un ordre mondial dominé par les Illuminati, les Francs-maçons, la finance internationale, bref les Juifs.
Je déteste la façon dont le pronom « ils » est de plus en plus utilisé. « Ils ont décidé que… »: c'est souvent le gouvernement qui est désigné ainsi, mais, au-delà de la paresse intellectuelle (qui peut bien se targuer de connaître les ministres de Macron I?), c'est bien sûr cette façon de créer un cercle magique autour de soi qui est détestable, d'opposer un nous aux autres indéterminés et interchangeables, forcément cyniques et n'ayant d'autre passe-temps que de m'emmerder, moi et mes copains. Or, qui d'autre que le Juif pour donner corps à cet autre radical et vicieux? Il est vrai que l'Arabe copulateur déterminé à nous remplacer n'est pas forcément en odeur de sainteté, mais enfin, l'Arabe est visible et il est compliqué de croire que tous les puissants de ce monde lui ressemblent. Alors que nous avons suffisamment évolué (si si) pour savoir que le Juif n'a pas forcément un grand nez, ce qui permet de le voir partout. Et si ce n'est lui, c'est sa femme ou son employeur. Ou son frère. Une vieille blague raconte que si un pays totalitaire décidait de déporter tous ses Juifs et tous ses coiffeurs, tout le monde se demanderait « Pourquoi les coiffeurs ? », actant que s'attaquer aux Juifs est une évidence.
L'ouvrage qui nous occupe imagine donc comment un groupe de rigolos peut être endoctriné pour commettre des attentats antisémites : si vous croyez que la Terre est plate, vous pensez évidemment qu'un complot immonde veut vous détourner de la vérité. Par conséquent, il y a forcément des coupables qui s'en mettent plein les poches quelque part (je suis d'ailleurs preneuse de toute explication sur les motivations des zaffreux méchants qui veulent me faire croire que la Terre est ronde: le lobby des certifiés de géographie qui entassent dans leurs lessiveuses les millions naïvement offerts par l'Education nationale, peut-être ?)
Le message de cette BD est donc clair: ne nous marrons pas. D'autres les tireront du feu pour nous. Non, les platistes, les thuriféraires de l'urine ou les adorateurs du nombre 11 ne sont pas de doux dingues dont il faudrait seulement rire.
Première explication: les complotistes stars ne sont rien d'autres que des hommes d'affaires que leurs excès bien rodés ont rendus riches (parce qu'ils vendent bien et cher des livres, des spectacles ou des extracteurs de jus de carottes). La deuxième : ils drainent des adeptes suffisamment sincères pour devenir de vrais méchants.
Seule solution pour les contrer: l'éducation. Quelqu'un qui sait pourquoi le drapeau américain semble flotter sur la lune sera toujours mieux armé pour rester (ou redevenir) lucide.
La BD est bien faite et intéressante, aucun doute (si j'ose dire) là-dessus.
Mais ce n'est qu'une BD d'à peine plus de 100 pages. Elle m'a pas mal laissée sur ma faim: d'abord parce qu'elle n'aborde pas le problème essentiel du point de départ: à quel moment va-t-on se mettre à croire que la Terre est plate? Ensuite parce qu'elle balaie toute nuance entre l'inculture scientifique et l'opinion critique: on peut se poser des questions sur la déontologie des grands groupes pharmaceutiques sans mettre en doute la nécessité des vaccins. John le Carré a écrit « La constance du jardinier » et ça ne fait pas de lui un illuminé du bulbe. Enfin, l'héroïne garante de la rationalité éclairée est une journaliste de la presse féminine dont la futilité m'inquiète à peine moins que les théories fumeuses des urinothérapeutes: boire sa pisse ou changer de ceinture parce que l'ancienne est sooo 2021, personnellement, j'ai du mal à voir une différence concernant la sous-utilisation de ce qui est censé se situer entre les deux oreilles.
J'ai aussi des réserves sur le dessin dont le trait semble davantage correspondre à une image unique qu'à une succession de cases sans dynamisme particulier.
Après, hein, qui suis-je pour critiquer un livre sur le complotisme et les fake news alors que je suis toujours aussi fermement convaincue, malgré les preuves les plus indubitables, d'être capable de ressortir d'une librairie les mains vides?
Commenter  J’apprécie          491
Tu dois lutter tous les jours contre Twitter en gros, c'est ça ?
-
Il s'agit d'un récit complet, indépendant de tout autre, dont la première édition date de 2022. Il a été écrit par Valérie Igounet & Jacky Schwartzmann, dessiné par Lara & Morgan Navarro, avec une mise en couleur réalisée par Christian Lerolle. Il s'agit d'une bande dessinée en couleurs qui compte quatre-vingt-seize planches. Il commence par une définition du mot Complotisme, suivi par un avant-propos rédigé par les auteurs sur des statistiques relatives à l'acceptation de certaines théories du complot par la population française, par exemple sur la collusion entre le gouvernement et l'industrie pharmaceutique pour cacher la nocivité des vaccins, et concluant que le complotisme tue vraiment. Il se termine avec un glossaire comprenant la notice biographique de treize principaux acteurs de la complosphère, et l'énoncé de neuf principales thèses complotistes.

Dans une grande forêt en montagne du Jura, un groupe d'une demi-douzaine d'individus en tenue paramilitaire aves des arbalètes progresse dans la neige. le meneur fait signe de s'arrêter au groupe. Ils se couchent à plat ventre dans la neige et s'exercent au tir sur un épouvantail affublé d'une chemise rayé, avec une étoile jaune au niveau du coeur. Dans la salle de rédaction du magazine Actuelle à Paris, le rédacteur-en-chef demande à ses journalistes ce qu'ils ont pensé du défilé Saint Laurent. Ce n'est pas l'enthousiasme. Rose finit par exprimer son jugement : franchement, c'était sooo 2016. Tout le monde rigole au bon mot. Rose sort du boulot, prend le métro, rentre chez elle, finit sa valise et se rend à la gare Montparnasse. Elle descend à la gare de Rennes où son frère Adrien l'attend. Elle le charrie sur sa tenue vestimentaire, un peu trop druide à son goût.

Le repas se déroule en famille dans le pavillon des parents de Rose et Adrien. Elle lui fait remarquer qu'il n'a pas l'air bien. Sa mère répond à la place de son frère : Adrien passe ses journées dans sa chambre, sur internet, il a arrêté la fac. Il soupire et explique qu'il est un réveillé, un lucide, et que ce n'est pas en filière sciences et techniques des activités physiques et sportives qu'il a appris ça. Sa mère estime que c'est du complotisme, ce à quoi il répond qu'il y a des groupes d'intérêts à l'oeuvre et qu'il les débusque. Après le repas la mère et ses enfants regardent des vidéos sur YouTube. Dans la première, Thierry Saint Gall énonce des méthodes pour se protéger et survivre au coronavirus : le jeûne, les bains froids et le jus de carotte. Rose ironise en demandant s'il a déjà entendu parler des vaccins. Puis il regarde une autre vidéo où le docteur Tal Caliente affirme que l'urine est le premier médicament sur Terre pour soigner les êtres humains. C'est de l'énergie vivante, c'est du sang filtré et le sang vibre sur une longueur d'onde très énergétique. Il préconise de boire de l'urine ou d'en mettre sur sa peau, et il affirme avoir déjà vu des malades du sida, grabataires qui, après avoir bu leur urine pendant quelques jours, faisaient de la course à pied.

Écrire un ouvrage sur le complotisme se heurte à une difficulté intrinsèque assez redoutable : il ne faut pas donner l'impression que le discours devient lui-même un pamphlet contre une forme de complot, contre des gens qui seraient partout et nulle part à la fois à propager des idées délirantes remettant en cause l'ordre mondial, ritournelle s'apparentant elle-même à une théorie du complot. Les auteurs ont choisi la fiction, vécue à hauteur d'individu, avec un dessin semi-réaliste, tout public. L'histoire est très simple : une jeune femme bien installée dans la vie, travaillant comme éditrice ou journaliste dans un magazine féminin, doit retrouver son frère qui a décidé de s'engager dans une groupe survivaliste, préparant un coup d'éclat. Elle bénéficie de l'aide de Michel, maquettiste d'une cinquantaine d'années, ancien grand reporter spécialisé dans l'extrême droite, sans femme ni enfant, ayant dû lever le pied à la suite d'un AVC. L'artiste recourt souvent aux plan taille et aux gros plans pour les discussions et les interviews. le coloriste reste dans un registre naturaliste. La tonalité de l'intrigue ne s'inscrit pas dans le drame intimiste, ou le mélodrame : le lecteur reste à une certaine distance des personnages. Pas de développement psychologique pénétrant sur le basculement d'Adrien, sur les angoisses de ses parents, ou sur les indignations de sa soeur.

Dans le même temps, sous des dehors simples, la narration visuelle comprend de nombreux éléments d'information de nature diverse. En reparcourant les pages, le lecteur prend conscience qu'il a pas mal voyagé : les montagnes enneigées du Jura, les bureaux parisiens du magazine Actuelle, le pavillon des parents de Rose et d'Adrien, plusieurs déplacements en train, un voyage en car, la grande fête en plein air de l'Insigne Doré avec tous ses stands et son podium, un café bien parisien, le pavillon de Robert Faurisson (1929-2018), les forêts sans neige du Jura, la cage d'escalier de l'immeuble de Rose, etc. À chaque fois, le dessinateur réalise des dessins très faciles à lire, contenant pour autant une bonne densité d'informations visuelles. Les personnages disposent tous d'un physique et d'un visage différents, les rendant immédiatement identifiables. Les accessoires sont rendus avec une approche globale, plutôt que dans le menu détail, ce qui n'empêche pas de reconnaître une arbalète au premier coup d'oeil. La mise en couleurs semble évidente, tout en faisant parfaitement son travail : ambiance lumineuse, augmentation de lisibilité et de la différenciation entre les différents éléments détourés de chaque case. Finalement, l'artiste sait également reproduire l'impression globale d'un individu connu même si son nom a été changé pour couper court à toute tentative de procès.

Ainsi en page 78, le lecteur reconnaît tout de suite le modèle de monsieur Brieuc, même si son prénom n'est donné qu'une fois l'entretien terminé, puis celui de sa fille : Jean-Marie et Marine. S'il l'ignore, le lecteur découvre dans la biographie très succincte que l'autrice est historienne de formation, spécialiste de l'extrême droite et du négationnisme. S'il a été sensible à ces sujets dans l'actualité, il identifie sans peine une partie des personnages : Jean-Marie le Pen, Dieudonné M'Bala M'Bala, Alain Soral. Les références à Thierry Casasnovas, Thierry Meyssan, Pierro San Giorgio et Christian Schaller sont plus pointues, mais elles sont transparentes, et le lecteur les identifie aisément lorsqu'il parcourt les notices biographiques des principaux acteurs de la complosphère en fin d'ouvrage. En outre, Robert Faurisson est nommé explicitement quand Michel relate l'interview qu'il a mené avec lui, à laquelle sont consacrées trois pages. le lecteur ne doute pas un seul instant de l'exactitude des propos rapporté. Il en va de même lors de l'entretien accordé par Jean-Marie Brieuc / le Pen.

Bien sûr, le lecteur sourit en écoutant les élucubrations d'un des exposants à la grande fête de l'Insigne Doré : un platiste. Il explique que c'est simple comme bonjour, que la Terre est un disque et qu'autour de ce disque il y a un immense mur de glace. La preuve : l'horizon est plat et tout droit. À un monsieur qui lui fait remarquer que dans ce cas-là, s'il marche toujours droit, il va se taper le nez contre le mur de glace, il répond qu'on n'est pas dans le Truman Show, et que la réponse est simple : c'est l'effet Pac-Man. Comme dans le jeu, quand on arrive au bord de l'écran, on réapparaît de l'autre côté. À lire, cela ressemble à un délire d'enfant, sauf qu'il existe des platistes dans le vrai monde. En fin d'ouvrage, les auteurs citent plusieurs théories du complot : les traînées de condensation des avions (chemtrails), le grand remplacement, le négationnisme, le Nouvel Ordre mondial, le Pizzagate, le platisme, le mouvement QAnon, le survivalisme, la théorie complotiste du 11 septembre. Certaines sont plus délirantes que d'autres : Hilary Clinton impliquée dans un réseau pédocriminel dont la plaque tournante serait une pizzeria de Washington, une élite mondiale pédo-sataniste conspirerait contre le peuple selon le mouvement QAnon. Mais en court de récit, Michel évoque plusieurs cas où la propagation et la diffusion de ces théories ont poussé des individus à passer à l'acte, à tuer des personnes qu'ils tenaient pour responsable.

Si la théorie de la Terre plate a du mal à passer, il est moins facile de rejeter la posture d'Adrien qui dit vouloir débusquer des groupes d'intérêt à l'oeuvre, car le lobbying n'est pas une idée fumeuse. Certes le vaccin contre le COVID ne sert vraisemblablement pas à injecter des nanoparticules contrôlées à distance par la 5G, mais les grands groupes pharmaceutiques ont profité financièrement de la création et de la vente de vaccins. Parmi les théories du complot évoquées, il est possible que l'une d'elles retienne l'attention du lecteur, comme moins idiote, comme digne d'intérêt, au moins de se poser la question. Il peut être tenté de se lancer dans un questionnement, peut-être jusqu'à une méthode hyper critique, sans pour autant aller jusqu'à la méthode Ajax (du nom du produit ménager) prônée par Faurisson. Il peut s'interroger sur la frontière entre démarche scientifique, et démarche pseudo scientifique, démystification et mystification. Ce doute peut l'amener à s'interroger également sur la nature de la connaissance, sur les théories de la connaissance. D'un côté, les théories du complot peuvent être vues comme un fait de société et de culture, et analysées avec ce point de vue. de l'autre côté, la manipulation de l'information est une réalité et il est sain de remettre en cause les faits assénés, les conclusions trop belles pour être vraies. S'ils ne présentent pas ces questionnements de manière explicites, les auteurs évoquent la recherche de sens, la pulsion humaine d'identifier des schémas, l'appétit pour les révélations et le sensationnel, mais aussi l'illusion de solutions simples à des problématiques complexes, le fantasme de la solution magique.

Les auteurs ont réalisé une fiction facile d'accès et facile à suivre sur une jeune femme découvrant le monde du complotisme, et des individus qui en font le commerce. le lecteur avance rapidement dans l'ouvrage, souriant aux théories fumeuses, satisfait de sa perspicacité quand il identifie une personnalité connue. En cours de route, il se dit que les auteurs auraient pu se montrer plus ambitieux sur les mécanismes psychologiques et sociaux favorisant ses théories et leur accueil favorable par une partie non négligeable de la population. Puis il se met à douter lui-même, pas forcément pour adhérer au Grand Remplacement, mais sur les mécanismes d'apprentissage de la connaissance, sur la façon dont lui-même tient certaines choses pour évidentes et ne pouvant pas être remises en question. Il ne développe pas sa propre théorie du complot, mais se met à réfléchir sur l'assimilation de la connaissance humaine, et sa liberté de douter.
Commenter  J’apprécie          300
Rose, une jeune journaliste d'un magazine féminin, a un frère, Adrien, qui se fait embrigader par des groupuscules complotistes proches de l'extrême-droite. Elle va tout faire pour le retrouver et l'empêcher de commettre d'éventuels actes criminels. ● Cette BD scénarisée par une universitaire est pétrie de bonnes intentions et on ne peut que souhaiter qu'elle soit lue et comprise par les jeunes lecteurs. ● Cependant, elle présente quelques défauts : un dessin assez déplaisant, peu dynamique, aux traits grossiers, dénués de finesse. ● le personnage de Rose est une midinette bobo qui s'offusque parce qu'une collection de vêtements de 2022 fait « soooo 2016 » ; était-ce utile ? Veut-on montrer par-là que sa stupidité ne l'empêche pas, contrairement à son frère, d'être politiquement consciente ? Ce serait plutôt maladroit. ● Et peut-être le pire défaut : lutter contre le complotisme ne sous-entend nullement la suppression de tout esprit critique envers les idées « mainstream » ; le raisonnement de l'album m'a semblé quelque peu caricatural, mais, encore une fois, peut-être est-ce ce qu'il faut pour que les jeunes générations prennent conscience des inepties qui se diffusent via les réseaux sociaux et sur le net en général.
Commenter  J’apprécie          490
« Ils sont sont là, dans les campagnes, les villes, sur les réseaux sociaux, les envahisseurs ». Bref, ils sont partout. Ces mots là d'une candidate à l'élection présidentielle raisonnent encore.

Les auteurs visent délibérément ce qu'ils appellent la facho-sphère qui se nourrir d'antisémitisme mais également de négationniste. Il y a ceux qui croient que la terre est plate, que les américains ne sont pas allés sur la Lune et que les attentats du 11 septembre 2001 ont été provoqué par les services secrets pour lancer la guerre contre l'Irak et l'Afghanistan.

On va suivre une jeune journaliste (que la complosphère surnomme journalope) dont le frère semble être attiré part ces thèses extrêmes. Elle va alors se faire aider par un spécialiste de l'extrême droite et qui était un ancien grand reporter pour le retrouver avant qu'il ne commette des attentats irréparables.

On va croiser des figures réelles dont les noms ont été modifié afin d'éviter des procès en diffamation (je pense à Jean-Marie le Pen ou encore l'humoriste Dieudonné). Tout sonne assez juste et c'est ce qui est sans doute le plus effrayant.

Evidemment, ce genre de BD qui dénonce un phénomène très actuel est utile et nécessaire. On se dit qu'on ne croira jamais à de telles sornettes quand on est intelligent. J'avoue qu'une collègue m'a fait voir une vidéo qui dénonçait violemment les vaccins ainsi que l'industrie pharmaceutique piloté par Bill Gates durant la crise sanitaire et cela paraissait tellement crédible. Bref, n'importe qui pourrait y succomber si on n'y prend pas garde.

De telles bêtises peuvent même fausser le résultat d'une élection présidentielle. La pauvre Hillary Clinton en sait quelquechose. On remarquera que c'est toujours les mêmes qui utilisent ces moyens pour tout d'abord se présenter en pauvres victimes du système qui les rejettent avec l'aide des médias pour ensuite acquérir le pouvoir et mener une politique conduisant à la haine de l'étranger.

Cette BD démonte les mécanismes en nous les expliquant de manière assez ludique. A noter qu'il ne s'agit pas d'une BD documentaire mais d'une vraie intrigue ce qui renforce encore plus l'aspect pédagogique en nous montrant du concret.

Certes, cette plongée dans les milieux complotistes et d'extrême droite est glaçante. C'est cependant nécessaire pour bien comprendre les enjeux et déjouer les pièges car c'est notre démocratie qui est sans doute en jeu sur le long terme.
Commenter  J’apprécie          422


critiques presse (3)
BDGest
18 avril 2022
Ils sont partout est avant tout un reportage journalistique accablant à peine maquillé pour assurer ses arrières. Le problème, au-delà de la pertinence et de l’urgence des faits soulevés est qu'il s’agit surtout d’un album de bande dessinée plat, sans grande inventivité ou réelle force d’évocation.
Lire la critique sur le site : BDGest
LaLibreBelgique
18 avril 2022
Une œuvre de fiction - pas si fictionnelle que ça - dans cette France qui passe aux urnes [...].
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
ActuaBD
21 mars 2022
Comment des entrepreneurs de haine réussissent à endoctriner des jeunes un peu perdus en leur dévoilant des "vérités cachées" ? Les Arènes proposent une efficace BD documentaire, aux accents de thriller, pour décortiquer la mécanique du complotisme dans les milieux d'extrême-droite en France. Un exposé clair et implacable, excellent outil pédagogique, mais qui peine à expliquer les racines profondes de ce nouvel engouement pour les thèses conspirationnistes.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
En 2019, une enquête indiquait que près d’un français sur deux considérait que : le ministère de la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins. Que 27% des personnes interrogées adhéraient à l’affirmation suivante : les Illuminati sont une organisation secrète qui cherche à manipuler la population. Qu’une personne sur quatre s’était déclarée d’accord (un électeur sur deux de Marine Le Pen en 2017) avec l’énoncé selon lequel : l’immigration est organisée délibérément par nos élites politiques, intellectuelles et médiatiques pour aboutir à terme au remplacement de la population européenne par une population immigrée, autrement dit approuvait la théorie xénophobe di grand remplacement. Que 22% estimaient qu’il existe un complot sioniste mondial.
Commenter  J’apprécie          50
Ce qu’il faut retenir de mecs comme Saint-Gall ou Caliente, c’est pas le délire freaks. C’est pour attirer l’attention. Ce qui compte, c’est le discours. Les labos pharmaceutiques ont intérêt à ce que la population mondiale soit malade, et se soigne chimiquement avec leurs produits. Les vaccins, c’est bidon, pour le fric. La médecine chinoise est basée sur le préventif, pas le curatif. C’est la même chose. Alors OK, certains trucs comme l’urine, c’est n’importe quoi. Mais il faut faire le tri.
Commenter  J’apprécie          52
Le mouvement QAnon s’est construit autour d’une série de messages d’un certain Q (un mystérieux haut fonctionnaire américain) publiés sur internet à partir de fin 2017 et censés démontrer qu’une élite mondiale pédo-sataniste conspirerait contre le peuple et contre Donald Trump qui, lui, tenterait de démanteler les réseaux de trafic d’enfants.
Commenter  J’apprécie          64
Ceux qui peuvent vous faire croire en des absurdités pourront vous faire commettre des atrocités. – Voltaire
Commenter  J’apprécie          172
ls ont haineux parce que leur ego dépasse largement leur intelligence. Ils sont jaloux, arrogants. Ce sont des cuistres. 
Commenter  J’apprécie          120

Lire un extrait
Videos de Valérie Igounet (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valérie Igounet
"Il est des livres qui s'imposent. Crayon noir pourrait appartenir à ceux-là. (...) Écrire sur Samuel Paty a été une urgence doublée d'une évidence."
Ces quelques mots de Valérie Igounet, historienne, journaliste et directrice adjointe de l'observatoire du conspirationnisme, se trouvent en préface de Crayon noir, un roman graphique nécessaire publié en octobre 2023, 3 ans après l'assassinat de Samuel Paty. Il s'agit d'une enquête dessinée qui retrace l'engrenage qui a mené à ce drame, la façon dont cet événement nous a bouleversés et transformés, à un niveau individuel et collectif, mais c'est aussi un récit plein de vie qui nous fait entrer dans l'univers de Samuel Paty, son quotidien de professeur, la passion qui l'animait.
Une bande dessinée qui s'adresse à un large public, qui met des mots sur ce drame et permet de ne pas oublier, et que nous explorons dans cet épisode en compagnie de ses auteurs, Valérie Igounet et Guy le Besnerais.
Voici la liste des ouvrages évoqués dans cet épisode :
Crayon noir, de Valérie Igounet, Guy le Besnerais et Mathilda (éd. Studiofact) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/22774624-crayon-noir-samuel-paty-histoire-d-un-prof-valerie-igounet-studiofact ;
Le Chevalier de la charrette, de Chrétien de Troyes (éd. Classiques Garnier) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/17994823-le-chevalier-de-la-charrette-lancelot-chretien-de-troyes-classiques-garnier ;
La Chute, d'Albert Camus (éd. Folio) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/887645-la-chute-albert-camus-folio ;
Noces, suivi de L'Été, d'Albert Camus (éd. Folio) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/91666-noces-suivi-de-l-ete-albert-camus-folio ;
Nadja, d'André Breton (éd. Folio) : https://www.librairiedialogues.fr/livre/394481-nadja-andre-breton-folio.
Invités : Valérie Igounet et Guy le Besnerais
Conseils de lectures de : Julien Laparade, libraire à la librairie Dialogues, à Brest
Enregistrement, interview et montage : Laurence Bellon
+ Lire la suite
autres livres classés : théorie du complotVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (133) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5211 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..