AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809702454
Éditeur : Editions Philippe Picquier (07/01/2011)

Note moyenne : 3.03/5 (sur 19 notes)
Résumé :

Un grand roman classique japonais au comique truculent, illustré en son temps par les plus grands artistes. Ce célèbre roman d aventures burlesques, voire scabreuses, écrit en forme de guide touristique et paru en 1802, relate un voyage entrepris sur la grande route du Tôkaidô de l actuelle Tôkyô jusqu à Kyôto par deux joyeux lurons, amateurs de filles, du saké, de spécialités régionale... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
totopinette
  02 septembre 2018
Voici un roman présenté comme un burlesque guide touristique du Japon d'antan … Sur le papier, tout est là pour nous plaire. Malheureusement, ça s'arrête là ! 
C'est ce que j'appelle, une fois n'est pas coutume, l'histoire de … Rien ! Parce qu'à part manger, boire et essayer de mettre des femmes dans leurs lits, il ne se passe rien. Pourtant, au départ, j'avais foi en ce roman. Surtout après avoir lu comment les deux trublions en étaient venu à prendre la route. J'avoue que de constater tant de vices m'avait bien accroché. Ce fût la première et dernière fois. 
Les personnages … Lambdas … Absolument pas attachants … On a l'impression de suivre deux idiots ... Bref !
 Pour ce qui est du « guide touristique », là encore c'est loupé. Peut-être que des descriptions si pauvres des paysages parleront à un public averti, mais moi qui ne suis jamais allé au Japon, j'avoue ne pas y être transporté. le récit n'est pas non plus aidé par le style d'écriture très lourd. Si lourd que ça donne un horrible effet de lenteur. 
Au final, j'ai fini par abandonner ma lecture. Réellement, je n'en pouvais plus. Rien n'allait ! J'ai eu une impression de brouillon. Tout était flou … C'est très désagréable ! Je ne sais même pas si je réessayerais de le lire d'ici quelques temps, tant il m'a déçu et laissé un mauvais souvenir. Vite ! Refermons le livre et passons à une autre oeuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          165
Marie987654321
  11 mars 2018
Pas de tout repos, les voyages sur le Tôkaidô au XVIIe siècle.. mais certainement haut en couleurs. Pour ceux qui ne le sauraient pas, comme moi avant de lire ce livre, le Tôkaidô était la route qui reliait Kyoto à Edo dans le Japon de l'époque moderne. le récit fort judicieusement ré-édité par les éditions Philippe Picquier a été un succès de librairie à l'époque de sa sortie au Japon en 1802 et a permis à l'auteur d'accomplir son souhait de vivre grâce à sa plume, chose fort rare en ce temps.
Nous y accompagnons Kitahachi et Yajirobei, deux hurluberlus hâbleurs et inconséquents, amateurs de femmes, de sake et de spécialités culinaires, n'hésitant pas à s'en prendre à plus faible que soi, mais tellement peu malins qu'ils se retrouvent le plus souvent les dindons de leur propre farce de mauvais goût. Comme ils sont les premiers à rire de leur propres déboires, ils ont tout de même un côté sympathique. Sur la route du Tôkaidô, défilent les Samouraïs et leur énormes suites, les bonzes et les bonzesses, les prostituées, les mendiants, les commerçants, les palanquiniers et les portefaix, s'arrêtant dans les maisons de thé ou les auberges où les servantes offrent aussi des services sexuels. Tout un petit monde truculent se rencontre, s'injurie, se bagarre, fait des affaires sous la plume de Jippensha Ikku qui ne lésine pas sur l'obscénité et la gaudriole douteuse.
Le livre est parsemé d'épigrammes que les deux protagonistes improvisent au fur et à mesure de leur tribulations, truffées de jeux de mots dont les notes de page ont du mal à traduire le comique pour le lecteur japonais. Enfin, le vocabulaire nous révèle des trésors insoupçonnés avec des mots dont je n'ai pas trouvé le sens sur Internet comme "houssepailliers", seulement retrouvé dans une citation de Rabelais, ou le délicat "bande-cul", probablement synonyme de l'élégant "passe-pet", qui désigne la pièce de tissu que les japonais portaient autour de la taille et entre les jambes ( certainement la pièce de tissu qui porte encore les sumo).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ericbo
  07 mars 2017
J'ai eu bien du mal à terminer ce gros roman. Les tribulations de ces 2 zigotos sur la grand route du Tokaido ne m'ont pas convaincu. Certes, on assiste à la vie des petites-gens qu'ils croisent sur leur chemin. il y a donc un intêret sociétal indéniable mais leurs roublardise et mesquinerie ont fini par m'agacer.
Beaucoup de rabachage et de répétitions dans leurs aventures picaresques.
Dommage, car il me semble que le sujet est peu traité.
Commenter  J’apprécie          80
Kaeru26
  29 juillet 2015
Ce petit roman picaresque et truculent nous permet de découvrir un Japon populaire, celui des "petites gens". Il est plein d'humour et se lit très facilement. A découvrir !
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
stekasteka   30 avril 2014
Tôkaidôshû hizakurige (Titre original)
Hizakurige . L'expression assimile les genoux à l'alezan pour signifier que l'on voyage à pied.
(Hiza, genoux; kuri + ge, marron, châtaigne + poil = cheval)
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : tokaidoVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
352 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre