AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Thierry Arson (Traducteur)
ISBN : 2253113913
Éditeur : Le Livre de Poche (08/06/2005)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 20 notes)
Résumé :

Will Jennings, médecin anesthésiste, vit dans le Mississippi avec sa femme, Karen, et Abby, leur petite fille de cinq ans, qui est diabétique. Parti quelques jours pour un congrès médical, Will se trouve pris au piège d'une machination machiavélique... Aidé de sa femme Cheryl, et de son cousin Huey, un simple d'esprit, Joe Hickey, un criminel aussi intelligent que déterminé, a mis au point le " kidnapping parfait " : il profite du départ du père pour enlever... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
nameless
  05 mai 2017
Pour être honnête, je suis bien obligée, à mon corps défendant, de reconnaître que 24 heures pour mourir, pourtant écrit par l'un de mes écrivains de thrillers/romans noirs préférés, m'a laissée une impression mitigée. Je ne suis pas trop fâchée car il s'agit d'un roman de jeunesse écrit en 2000, traduit en France en 2001, et il faut être bienveillant et indulgent avec les auteurs débutants. Depuis, Greg Iles n'a cessé d'améliorer son style et la qualité de ses intrigues, jusqu'à atteindre la perfection dans La mémoire du sang.

Le titre éloquent nous indique que l'action se déroule en 24 heures. Il est question du kidnapping d'une enfant, que les malfrats croient avoir minutieusement planifié. le grain de sable, c'est la maladie dont souffre leur petite victime, qui nécessite un traitement quotidien. Un triple huis-clos a lieu en alternance, entre l'un des kidnappeurs et la maman de l'enfant au domicile de la famille, entre un complice et l'enfant kidnappée, dans son lieu de détention, entre une autre complice et le papa, éloigné du domicile pour cause de congrès médical, dans un hôtel. Ce n'est pas spolier de dire que seul un happy-end pouvait clôturer cette histoire. Aucune autre solution n'était envisageable pour ces parents prêts à tout, chacun à leur manière, pour sauver leur enfant.

Au cours de la première centaine de pages, cette histoire bien construite, au rythme nerveux, aux dialogues rapides comme dans un scénario de film d'action, m'a pourtant laissé l'impression dérangeante qu'elle aurait pu être écrite par bon nombre d'auteurs de thrillers, aux noms et intrigues interchangeables. Ce qui différencie ce roman de la production formatée de certains des confrères de Greg Iles, c'est que 24 heures pour mourir contient en germe, le talent et les thèmes de prédilection de l'auteur, l'analyse de l'âme dans toutes ses beautés ou laideurs, le poids déterminant du passé dans la vie de ses personnages. Pour cette raison, il mérite bien d'être lu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Soleney
  07 avril 2015
Un polar ! Un des rares que je lise… Et un auteur que je n'ai jamais lu et dont je n'ai même jamais entendu parler. Soyons honnête : sans le challenge ABC, jamais je n'aurais emprunté ce livre.
Alors, bonne ou mauvaise découverte ?
Bonne, assurément. le début était certes un peu longuet, mais au bout d'une cinquantaine de pages, j'étais lancée et plus rien ne m'arrêtais. Pour plusieurs raisons : parce qu'il y a du suspense, des rebondissements assez réguliers pour relancer l'intérêt quand il s'essouffle, et surtout, des personnages auxquels je me suis attachée.
Mes préférées : Karen et Cheryl. La première a son petit caractère parce qu'elle est frustrée de n'avoir pas pu faire les études qu'elle désirait (Will en fait les frais au début du livre). À raison, quelque part : elle est prise de haut par tous ces médecins qui ne la voient que comme une épouse alors qu'elle a eu un résultat nettement meilleur qu'eux à l'examen d'entrée.
Lors du kidnapping, elle a tout d'une victime (sa fille enlevée, elle est entièrement soumise aux désirs de Joe), mais elle résiste. J'avais peur qu'elle ne se laisse maltraiter sans réagir (ce qui m'aurais particulièrement agacée), mais je me suis trompée. Tant mieux parce que j'étais extrêmement empathique : j'étais littérairement avec elle quand elle se rebellait, et je bouillonnais de rage quand elle se laissait faire. Karen est un personnage qui ne tombe jamais dans le pathos ; et si elle se décourage parfois (ce qui est normal et humain dans ce genre de situation), c'est pour mieux remonter la pente.
Personnellement, je ne sais pas ce que c'est que d'être mère. Mais si c'est être capable de faire tout ce qu'elle a fait, je me demande franchement si je suis à la hauteur.
Cheryl, elle, est un personnage très nuancé. D'un côté, c'est une vraie garce (elle participe volontairement à l'enlèvement d'une enfant de cinq ans, merde !), de l'autre, je n'ai pas pu m'empêcher de la plaindre. Son histoire m'a glacé le sang, d'autant plus que, même si elle est fictive, je sais que ce sont des choses qui arrivent. À des personnes qui n'ont rien demandé et qui ont juste manqué de chance. Qui auraient pu devenir des gens bien, mais qui n'en ont pas eu l'occasion.

Il y en a un que j'ai adoré détester : Joe. Il est si viscéralement mauvais que c'est un plaisir que de voir Karen résister et le surprendre, et de voir que son plan est mis à rude épreuve par les époux Jennings. Il n'est pas foncièrement mauvais, quand on y réfléchit (il aime sa mère à la folie et il a un code d'honneur : le gosse s'en sort toujours), mais il est buté comme un âne.
En revanche, Zwick est à la limite de la caricature. L'auteur le décrit comme était l'image même de l'autosuffisance, du gars qui agit avant et réfléchit après. Quelque part, il est l'incarnation des angoisses des proches des kidnappés, qui veulent juste que l'otage s'en sorte. Lui, il veut juste capturer le terroriste, et accessoirement sauver l'otage.
Je n'ai rien à redire pour l'écriture. Comme je l'ai expliqué plus haut, Greg Iles maîtrise le suspense et les rebondissements. Il a su relancer mon intérêt quand ce dernier flanchait et je n'en demande pas plus. Je n'ai pas l'habitude de lire du polar ou du thriller, donc je ne fais pas très bien la différence entre un bon et un mauvais roman. Il y a juste un moment où j'ai décroché sans signe avant-coureur : quand il est huit heures du matin, juste avant le dénouement final. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai perdu tout intérêt pour ce livre d'un seul coup. Je voyais qu'il restait encore plus d'une centaine de pages, et je crois que je me disais que ça allait être plutôt long, comme dénouement.
Au final, non. C'était même plutôt court et franchement inattendu (voire même capilotracté, parce que je ne sais même pas si c'est humainement possible, de faire ce que Will a fait, avec son avion). C'est tellement écourté, même, qu'on ne sait pas ce que deviennent les personnages secondaires.
« de toute manière, ils se sont retrouvés, ils s'en foutent, du reste » est la conclusion de ce livre. C'est décevant…
Mais à part une fin clairement bâclée, c'est un livre que j'ai pris plaisir à lire et j'en retire un bon souvenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Derfuchs
  27 mai 2018
Iles est un peintre figuratif. Ce qui doit être bleu ou rouge l'est et pas inversement. C'est un musicien redondant et progressif, comme Ravel pour son Boléro, le même thème, répété à l'infini, lent au départ avec ajout d'instruments à chaque passage, pour finir en explosion.
Qui se ressemble, s'assemble et ses affinités avec S. King sont évidentes, sauf, qu'ici, pas de surnaturel ni de paranormal, que du réel, du bien vivant. Pas besoin de faits étranges pour faire dans l'horreur, une ordure comme Hickey suffit. Ce personnage, démoniaque, cruel, sans scrupule donne envie de vomir. Il acceptera de laisser donner son insuline à la petite car, sinon, pas de fric si elle meurt. Pas une once de commisération, un tiroir caisse à la place du coeur. Une véritable saloperie et le mot est faible.
Il y a trois pôles de déroulement de l'action : le médecin "gardé" dans sa chambre d'hôtel, ici Biloxi (Louisiane) par l'épouse, Cheryl, superbe créature, sans état d'âme, qui tente de séduire ses victimes, son passé parle pour elle. L'épouse, chez elle avec le monstre Hickey, ici Annandale (Mississippi), où elles sont violées et l'endroit où est gardé l'enfant par le simplet Huey, dans une cabane dans la forêt de Hazelhurst.
Hickey, prend contact toutes les 30 minutes avec ses deux complices, s'assurant que tout se passe comme convenu et s'il devait ne pas y avoir d'appel, la fillette serait tuée. La cabane se trouve à 45 minutes de route du domicile familial, donc non joignable pendant la période fatidique dévolue pour les appels. le piège est démoniaque, le scénario inattaquable. Cette fois-ci, ce ne sera pas aussi facile, mais Hickey a, semble-t-il, tout prévu...
Dans un style dénué de fioriture, sans complaisance, direct, Iles nous entraîne, doucement, vers l'indicible, l'innommable. Un enlèvement d'enfant (crime puni de la peine de mort dans le Mississippi) est inconcevable, inacceptable, un viol est insupportable, inadmissible, les deux, simultanément, horrifique ! Et on y vient à l'horreur, tranquillement mais sûrement, car, une mère, pour sauver son enfant, que ne ferait-elle pas ? Hickey le sait, il joue, il en profite salement, il avilit, rabaisse, spolie, détruit... Karen, la mère, propose sa vie en échange de celle de sa fille et l'autre pourriture de rétorquer : "tu n'es rien pour lui -le mari -, une étrangère, sûr qu'il t'aime, mais sa fille c'est sa chair, son sang, y a pas à hésiter ".
Cette femme, Karen, cet homme Will, se battent contre des moulins à vent et le savent. L'ennemi possède cette intelligence décalée qui se met en place, uniquement pendant les périodes de démence et/ou criminelles et il est capable de défier quiconque, étant, dans ces moments le plus malin et le plus réactif.
Personne ne peut sortir indemne de tels sévices, quel qu'en soit, justement, le dénouement.
Iles n'a pas, encore, l'écho qu'il mérite. C'est un écrivain reconnu chez lui, à juste titre car son talent est remarquable. Il donne au polar noir de nouvelles lettres de noblesse, pour les amoureux du genre, s'entend.
5/5

Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CathRineLit
  25 septembre 2016
24 heures pour mourir voila un titre annonciateur! Pas de déception de ce côté le rythme de ce roman m'a tenue en haleine du début à la fin. Pari reussi.
L'intrigue est bonne même si elle est previsible les personnages intéressants si ce n'est celui de Joe sans aucun intérêt à l'instar de son rôle.
J'ai éprouvé de la sympathie pour Will ce mari et père attachée aux siens et un réel attachement pour Karen prête à tout pour sauver sa progéniture jusqu'à l'idée même de soffrir à corps perdu.
Le personnage de Huey apporte aussi de l'intérêt à l'intrigue et sa relation avec Abby est là aussi le signe que Greg Iles a eu à coeur de donner de l'importance à chaque détail. C'est surement ce qui a contribué au maintient de rythme de l'ouvrage et a éviter la banalité d'une histoire de kidnapping dans une famille américaine tout droit sortie d'un téléfilm.
Ce fut une bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          00
Giwago
  22 avril 2008
Méfiez-vous ! Une fois ce livre ouvert on a énormément de mal à le lâcher avant de connaître le dénouement. Certes, le style n'est pas forcément des meilleurs, mais on se laisse prendre au piège de ce triple huis clos. On sent la tension monter au fil des pages, à un point tel qu'elle en devient palpable pour le lecteur. Même si le genre du huis clos ne s'y prête pas forcément l'action est au rendez-vous, les rebondissements sont nombreux et tiennent le lecteur en haleine. Les personnages sont relativement bien réussis. Je suis seulement un peu déçu par la fin, qui est un peu trop rapide à mon goût, tant je me sentais bien dans ce livre. Bref, un livre que j'ai beaucoup apprécié.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SoleneySoleney   02 avril 2015
En tant que médecin, Will avait souvent spéculé sur ce qui pouvait être considéré comme le pire des maux. Le sida ? Un cancer ? Les soldats estimaient que toutes les blessures se valaient. Recevoir des éclats d'une bombe à ricochets dans les parties ? Être défiguré à vie ? Les militaires avaient raison, en vérité il n'existait pas de blessure plus atroce que les autres, de maladie pire que les autres. La blessure la plus douloureuse était celle que vous aviez. La pire maladie, celle qui vous affectait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nina2loinnina2loin   22 juin 2017
‒ La plupart des auteurs de kidnapping n'ont rien dans la cervelle, reprit Hickey. Ils se font serrer à la minute où ils mettent la main sur la rançon. Ou juste après. Ils échafaudent tout un tas de stratagèmes foireux, mais la vérité, c'est qu'il n'y a aucune façon de récupérer la rançon sans risquer que le FBI vous tombe dessus. Pas même en transférant l'argent au Brésil. Avec toute la technologie dont ils disposent, on ne peut plus rien faire. Vous devriez voir le statistiques. Les kidnappings avec rançon réussis dans ce pays, c'est presque zéro pour cent. Et pourquoi ? À cause du moment où on récupère l'argent. Mais moi je ne vais récupérer aucune rançon. C'est votre mari qui va le faire pour moi. Vous envoyez le pognon, et lui le ramasse. Je ne suis même pas impliqué dans tout ça. Ce n'est pas beau ça ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Greg Iles (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Greg Iles
Greg Iles sings "Steamroller"
autres livres classés : enlèvementVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1386 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre