AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marily Le Nir (Traducteur)
ISBN : 2845451520
Éditeur : Editions des Syrtes (14/01/2010)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Succès critique mais aussi succès de librairie, La Croisade des enfants est une fresque de la Roumanie contemporaine qui a comme point de départ le voyage en train d’un groupe d’enfants vers une colonie de vacances, au bord de la mer Noire. Le train est détourné par les écoliers issus de milieux très différents, enfants gâtés, orphelins, tsiganes et n’arrivera nulle part. Stoppés en pleine campagne, les enfants vont organiser leur résistance devant les troupes spéci... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Bunee
  27 mars 2010
Prolégomènes
La croisade des enfants, apprend-on sur le wiki, est, je cite, une expédition menée par des gens du peuple voulant partir en Terre sainte pour délivrer Jérusalem, à l'image des croisades de chevaliers. Elle se situe en 1212 entre la Quatrième et la cinquième croisade et se compose de deux cortèges qui partent simultanément d'Allemagne et de France. Elle prend son nom du latin « pueri », qui peut aussi signifier « les enfants de Dieu » ou « des hommes se trouvant en état de pauvreté"
Ces croisades d'"amateurs" on connu des fins terribles, les cortèges se dissipant au fur et à mesure, puis la faim, le froid, la maladie et la misère voire l'esclavage emportant de nombreuses victimes. Cela éclaire d'un jour nouveau le récit et le choix du titre, d'ailleurs.
Fin des prolégomènes.
Quart de couverture:
L'histoire commence un matin, sur le quai d'une gare, quand un groupe d'enfants part vers la mer Noire, en colonie de vacances.
Stoppé en pleine campagne par les écoliers, leur train ne parviendra pas à destination. Aidés par Calman, « Tsigane blond à peau blanche », les enfants vont y organiser leur propre vie devant des troupes spéciales déconcertées et des médias avides de nouvelles sensationnelles. Ce qui n'était au départ qu'un jeu pour les enfants, prêts à en découdre avec le monde réel ou virtuel des adultes, devient une véritable affaire d'État.
On évoque la présence d'un groupe de terroristes voulant déstabiliser le gouvernement ; on pense par la suite à des malfrats, des trafiquants en tout genre – hypothèse encouragée par l'arrivée massive d'enfants des rues sur les lieux, qui demandent la liquidation des orphelinats et des foyers d'accueil.
Les médias, la police, l'armée, les professeurs ou les parents, la société entière, semblent incapables, pour un temps, de mettre fin à la « croisade des enfants », qui exigent le respect de leurs droits et de leurs libertés. L'issue sera précipitée dans une confusion générale et nul ne sortira indemne de cette aventure où le burlesque le dispute au tragique.
Donc. Des enfants guidés par une petite tête rousse, leur institutrice, partent en goguette, et, curieusement, finissent par détourner le train sous l'impulsion d'une petite tête blonde. Enfin, détourner est un bien grand mot puisqu'un train, est difficilement détournable puisque condamné à suivre des rails. Mais Bref. Les professseurs sont enfermés, le train bloqué sur la voie, et la machine (médiatique / politique / mafieuse / militaire / sociale) s'emballe. Les revendications naissent. On suit avec énormément d'intérêt les (nombreux) personnages dont les destinées se retrouvent figées ici, sur la voie ferrée.
Cette histoire est tout simplement géniale, et le récit goupillé de façon franchement intéressante. La Narration se fait d'un personnage à l'autre, la ponctuation est complètement explosée, des récurrences forment comme une litanie, des échos qui s'essoufflent et , à peine mort, sont remplacés par d'autres.
Mais ce style d'écriture, assez particulier, doté de quelques longueurs, a perturbé au début la petite lectrice que je suis, en frôlant parfois l'indigeste. J'ai eu énormément de mal à rentrer dans l'histoire, en dépit d'une scène de départ très vivante et colorée. A un tel point que (toujours au début) je me suis demandée si je n'allais pas l'abandonner.
Mais l'entêtement s'avère payant, et on découvre des trésors de second degré, d'ironie, et de messages sur les dérives de la société roumaine. le récit, truculent et truffé de situations ubuesques, se dote vite d'une double lecture, on sourit très souvent devant l'ironie de l'auteur.
Je n'irai certainement pas, comme l'éditeur, jusqu'à parler de "grâce littéraire" mais il est vrai que Florina ILIS a ici beaucoup de charme. J'ai bien aimé, mais je ne recommanderai cet ouvrage qu'à des lecteurs dits "persévérants"
Lien : http://lelabo.blogspot.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Tandarica
  19 avril 2015
En matière de traduction du roumain, c'est ici la position dite de la torture en danse classique pour la traductrice, qui me semble être une des rares à signaler, dans le domaine roumain les intertextualités, comme dans la citation que j'ai choisie. Pour le point de vue du lecteur, je dirais qu'il faut plusieurs réunions ou colloques-séminaires pour venir à bout des presque 500 p. de cet imposant opus et je suggère d'ailleurs (discrétion oblige : même si c'est écrit tout petit, la hiérarchie peut voir que c'est traduit du roumain et non de l'américain) d'utiliser la version électronique (comme la cigarette correspondante, cela fait moins de fumée à la consommation, je présume). Oups, j'ai oublié qu'il n'y en avait pas encore ! Tant pis, faites comme moi alors : photocopiez la couverture du dernier Thomas Piketty et recouvrez la croisade des diablotins -rejetons marxistes pour les trajets en métro ou RER-TER.
Commenter  J’apprécie          120
jfponge
  16 août 2015
Une plongée dans la Roumanie de l'après Ceausescu, ses nouveaux riches, ses nouveaux pauvres, sa pègre, ses enfants des rues en attente d'exil. Un pays en perdition, comme il en existe tant d'autres aujourd'hui. Florina Illis nous entraîne dans une épopée tragi-comique, à la suite d'une troupe de collégiens en partance vers une classe de mer, quelque part au bord de la Mer Noire. le train spécial qui les emmène avec leurs professeurs va être pris d'assaut par les enfants eux-mêmes, habilement conseillés par Calman, un enfant des rues qui a réussi à se joindre au convoi. La promenade tourne à la farce, puis à la tragédie lorsque surviennent des morts pas toujours accidentelles. le désarroi est tel dans l'administration ferroviaire et supra-ferroviaire que tout le trafic vers Bucarest est stoppé, puis de proche en proche le fonctionnement du pays tout entier dès lors que la panique s'empare des rouages de l'état à la faveur des allégations mensongères des médias sur une prétendue "croisade des enfants". de nombreux personnages s'agitent autour du "train des enfants", vont les rejoindre, s'en échapper, s'en emparer au fil de ces 500 pages d'une écriture dense et raffinée. le parti pris de l'auteure, réincarnation tardive du "Nouveau Roman", de passer d'une phrase à l'autre sans ponctuation, d'enchaîner chaque paragraphe sur le dernier mot du précédent, peut sembler totalement artificiel. Il a cependant le mérite de plonger le lecteur dans un monde étrangement décalé, et de toujours porter l'attention vers ce qui va se passer: à chaque paragraphe achevé, à chaque page tournée, on se demande comment tout cela va finir. Polar ? Essai socio-politique ? Poème lyrique à la Cervantès ? Un peu tout cela mais à coup sûr... un chef-d'oeuvre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Patsales
  09 juillet 2014
C'est du lourd: un pavé de 500 pages sans chapitre et à la ponctuation minimale, des dizaines de personnages dont les vies s'entrecroisent... le roman est dense, peu aimable et l'humour s'y tarit peu à peu. Roman-monde, qui veut brasser tous les thèmes et qui laisse le lecteur partagé entre l'admiration et l'exaspération : est-ce qu'il n'était pas possible de sabrer quelques intrigues secondaires? de renoncer à l'exhaustivité littéraire (roman+ utopie + Sa Majesté des mouches + Swift + Kafka  + et Dieu dans tout ça?)? L'admirable en tout cas est d'avoir su éliminer le point de vue: il est impossible de juger si les enfants sont des anges, de sales morveux ou des monstres en devenir.
Commenter  J’apprécie          70
uncoindeblog
  05 avril 2010
OUF ! Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre aussi dense ! A peine deux chapitres, quasi pas de renvoi à la ligne ou de paragraphes....
Un roman intéressant et prenant par sa thématique, mais difficile à lire par les choix de ponctuation (absence de points, seules les virgules et points d'exclamation sont présents) qui sont totalement en dehors des habitudes usuelles de lecture. Je comprends que l'auteur ait fait ce choix dans une volonté de donner un élan particulier à son texte mais pauvre lectrice que je suis, cela m'a donnée du fil à tordre pour ma lecture. Plus particulièrement dans la première partie où Florina Ilis pose son histoire et ses personnages : plus de 25 si je ne me trompe pas que nous découvrons un à un. Déjà il est difficile de passer d'un informaticien, à une tzigane, un politicien, un train et ses différents intervenants mais quand, en plus, le tout est présenté enchaîné, sans point ou retour à la ligne, vous relisez une deuxième fois afin de vérifier de quel personnage il s'agit et le temps de vous imprégner de tous. Arff. Epuisant pour le lecteur, je dois l'avouer.
Mais, le sujet est là, dense, saisissant, tel que je me suis accrochée afin de connaître comment elle allait pouvoir mener tout son petit monde, les liens pas forcément évidents qui allaient découler des uns et des autres. Progressivement , dans la seconde partie de l'ouvrage, les événements s'enchaînent, les personnages sont réunis est cela fut plus aisé, en dépit d'un texte très dense et quelques échappatoires de la part de l'auteur, des instants parfois de poésie ou que certains verront comme de la disgression, mais qui permet avant tout de s'éloigner de situations parfois chargées en émotion.
L'auteur nous plonge au coeur de la société roumaine et plus particulièrement la vie des enfants des rues. Tout est y décrit avec conviction : la place des politiciens, les contradictions d'un pays dont l'histoire fut source de mutiples rebondissements, dont la chute de Ceaucescu et des généraux est encore dans toutes les mémoires. La place de la religion, des superstitions, la place des tziganes.... Et, la montée en puissance des nouvelles technologies : comment Internet a pris une place prépondérante dans la vie courante, la place des médias et la manipulation des faits. Un flot de contradiction, à l'image de ces vies qui se trouvent bouleversé le temps que des enfants aspirent à la liberté que tous les peuples réclament et, qui comme toute rebellion se trouve confronté à des luttes pour le pouvoir entre anciens et nouveaux belligérants.
C'est réellement un très beau roman à qui il faut donner beaucoup de temps - et prendre son temps pour le lire.
Lien : http://uncoindeblog.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
TandaricaTandarica   19 avril 2015
Une fois le calme rétabli, dans le silence bourdonnant de l'été, le train arrêté au milieu d'une nature vaguement idyllique qu'il aurait dû normalement traverser à toute allure, en dehors de quelques moutons du troupeau paissant non loin de la voie ferrée, qui, perturbés dans la béatitude leur déjeuner végétal, avaient tourné la tête, étonnés, rien dans le calme impondérable de la nature ne trahissait le pressentiment de la tempête qui allait s'abattre sur le monde entier, mais, heureusement, les moutons n'avaient le don de la parole que dans les ballades17, le mutisme indifférent avec lequel ils étaient retournés à leur pâture était la meilleure preuve de cette remarque frappée au coin du bon sens !
[Note 17. Allusion à Mioriţa, poème populaire fondateur de la spiritualité roumaine. Une agnelle révèle à son maître sa fin prochaine, due au complot ourdi par deux bergers. Il accepte son destin avec fatalisme, mais pour ne pas chagriner sa mère, il demande qu'on lui fasse un récit, non de sa mort mais de ses noces mystiques avec la nature dans un cadre féerique.]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
michelekastnermichelekastner   28 mai 2013
Il était parti alors, pour ne jamais revenir sur les lieux de son enfance et de son adolescence, en refermant la porte, Pavel avait éprouvé le sentiment qu'un pan de sa vie, qu'il avait assumée jusque-là en paix avec lui-même croyant qu'elle lui appartenait, s'était effondré, il s'en était séparé avec douleur, comprenant, à mesure qu'il s'éloignait de la colonie lentement, comme un navire s'éloigne du quai d'un port, que ce qu'on appelle une famille, au cours d'une vie humaine, n'est qu'une construction sanguine fragile, due au hasard, et que, sans les manifestations infatigables et inconditionnelles de l'amour, le frisson biologique du sang ne ferait pas le poids face aux mésententes dues aux contacts et à l'impact de vies qui ne sont pas faites pour être vécues ensemble, Pavel ne pouvait oublier l'expression d'hostilité figée sur le visage de son père au moment de la séparation, et la haine soudaine qui avait germé dans son coeur l'avait aidé à se secouer de la léthargie minérale dans laquelle il était demeuré jusqu'alors, les hostilités verbales déclenchées entre père et fils semblaient avoir déchiré dans sa tête le voile enchanté qui avait dissimulé la ,nature précaire et accidentelle de leurs relations,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
michelekastnermichelekastner   28 mai 2013
la croisade de Pavel était toutefois une croisade personnelle contre celui qui incarnait la matière concrète et indestructible de ces mentalités, son propre père, qu'il ne pouvait plus évoquer sous un aspect humain, bien qu'il lui ait donné la vie et ne soit plus qu'un vieillard bavard et inoffensif, aussi souvent qu'il pensait à lui, il le voyait comme la métaphore d'un passé dont l'unique souci avait été d'humaniser l'inhumain, d'inventer l'homme nouveau, un produit idéologique à visage humain ! Voilà ce qu'était son père, un produit idéologique à visage humain ! Mais comment se défendre quand l'inhumain tourne vers vous son visage humain ? C'était peut-être la raison pour laquelle Pavel s'intéressait autant aux enfants des rues, abandonnés à leur sort, il ne cherchait peut-être qu'à surprendre dans leur existence marginale la nature réelle des rapports entre parents et enfants et à savoir si ces liens fragiles ne se consolidaient que par la voie soyeuse du sang, ou si, au contraire, il y avait aussi, invisible, un ressort mystérieux, incendiaire, qui, une fois mis en mouvement, pourrait recouvrir et faire disparaître la tendre voix des gènes,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Video de Florina Ilis (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florina Ilis
Payot - Marque Page - Florina Ilis - La croisade des enfants
autres livres classés : roumanieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1635 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre