AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2746750902
Éditeur : Autrement (29/08/2018)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 14 notes)
Résumé :
À seize ans, Matthew n'a connu que le quartier du Queens à New York et une existence solitaire avec sa mère. À la faveur d'un héritage inattendu, une nouvelle vie s'offre à lui : Manhattan et ses avenues chics, la fascinante Veronica, ainsi qu'un voisin musicien qui l'embarque dans ses aventures, un certain Lou Reed... Matthew plonge avec eux dans un tourbillon d'amour, d'art, de liberté - au risque de se perdre.

Entre L'Attrape-coeurs de J. D. Saling... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  28 septembre 2018
Jusqu'à présent, Michaël Imperioli était surtout connu pour son rôle de Christopher Molisanti dans la fameuse série qui aura révolutionné la fiction de gangster et de mafieux, à savoir la géniale « les Soprano ».
Depuis cette rentrée 2018, les français connaissent une nouvelle corde à l'arc de cet artiste italo-américain , celui de romancier , avec cet excellent Wild Side publié aux éditions Autrement.
Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, pas d'histoires de mafia et d'ambiance italo-américaine dans ce premier roman, mais un récit d'apprentissage particulièrement touchant et doucement nostalgique où le New York des seventies est particulièrement bien rendu
Matthew 16 ans va soudainement basculer d'un quartier populaire new-yorkais au si chic et dense Manhattan, ses années 16/17 ans. Entre une mère dépressive accro aux cachets un père qui a fait la malle, et une camarade de lycée, Veronica qui va l'embarquer dans des aventures assez folles, Matt va surtout faire une rencontre totalement stupéfiante, celle d'un voisin particulièrement barré et fantaisiste qui n'est autre que Lou Reed en personne l'inventeur du fameux Walk on the Wild Side (‘ d'où le titre du roman), parano, drogué, parfois violent mais toujours imprévisible et génial, que Matt va suivre un peu comme un petit chien.
Une figure paternelle de substitution particulièrement peu recommandable, mais qui mine de rien apprendra pas mal de choses à notre anti héros, comme dans tout bon roman d'apprentissage de ce nom.
Un roman moins autobiographique qu'attendu (Imperioli a bien connu Lu Reed, mais bien plus tardivement que son personnage de fiction et il n'avait pas le même âge que Matt à la période où commence l'histoire) mais qu'on sent quand même traversé de fulgurances personnes et un style assez unique dans lequel l'ombre de Salinger est forcément prégnante.
Encore une fois, même si le ton est plutôt léger, une belle pointe de mélancolie nous étreint car cette Amérique des années 70 semble bien plus agréable, cosmopolite et enviable que les USA d'aujourd'hui et on le ressent à travers ce fort joli récit initiatique qui soigne ses détails et ses personnages évidemment très recommandable.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
BellesLecturesLesGens
  12 septembre 2018
- Un roman d'ambiance - le NY des seventies- et d'initiation que j'ai vraiment bcp aimé. Un bouquin qui sent bon le rock'n roll où l'on peut passer du sourire à la larme à l'oeil ... comme le font si bien les adolescents et les êtres trop sensibles. Une très jolie rencontre.
- J'ai refermé ce livre avec la tristesse de quitter Tim et l'envie d'en savoir plus sur la vie de Lou Reed " ... un cerveau baigné de scotch, de speed et de chagrin" La rencontre de deux âmes perdues à la recherche de qqchose, donne à cette histoire une touche de tendresse et de sensibilité qui m'a bcp touché.
- Et puis il y a Matt, Mitt ou Tim "... j'étais le sang-froid incarné, j'étais Steve McQueen" avec les certitudes de l'adolescence mais aussi les doutes, la découverte de l'amour et de la Vie avec un grand V.
- Et avouons le ... même si "la couverture ne fait pas le best-seller", celle-ci est juste magnifique et sert tellement bien le livre
- Hey babe, take a walk on the wild side ...
#servicepresse
#jediscequejepense
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Stophe86
  30 septembre 2018
Matthew a 16 ans et va débarquer à Manhattan suite à un concours de circonstances. Un peu perdu dans ce nouvel univers mais surtout dans sa vie, livré à lui-même avec une mère accro aux médicaments depuis le départ de son père, Matthew cherche des repères. Il va surtout faire des rencontres : l'intrigante Veronica et surtout Lou Reed, artiste génial mais complètement déconnecté du monde réel.
Michael Imperioli nous emmène dans l'Amérique rock des seventies où tout semble possible et où rien n'est vraiment interdit. Roman d'ambiance et d'apprentissage dans la lignée du très bon Just Kids mais sans parvenir à sa hauteur, Wild Side possède un charme indéniable.
Matthew fait un narrateur captivant et percutant, réussissant à faire passer émotion et humour. le personnage de Lou Reed est absolument magnifique et sans conteste l'âme de ce livre. Une bonne lecture fraîche et empreinte de tout ce que le rock représentait à cette époque.
Commenter  J’apprécie          30
LecturesGourmandes
  30 août 2018
Manhattan, le son du rock'n roll, l'odeur de la fumée, le goût du gin et du soda.
L'effervescence de la ville et sa vie à mille à l'heure. Les déambulations quotidiennes.
Des rencontres plus originales et uniques les unes des autres. Lou Reed. Et une jeune fille solitaire.
Changer et apprivoiser la vie. Des effluves. du sexe. de l'enivrement. de l'amour. Des rêves. Des faiblesses. Des attachements. Des désillusions.

Que dire mis à part : Lisez ce livre ! C'est un roman d'apprentissage, une très belle promesse de la rentrée littéraire à côté de laquelle il ne faut surtout pas passer !
Et oui, contre toute attente (de ma part), j'a lu ce roman d'une traite tellement il est prenant, enivrant, rythmé… tout bonnement surprenant ! Je ne m'attendais pas du tout à ça ! On se croirait le nez dans un de ces pavés américains dans lesquels il est impossible de sortir avant d'avoir dévorée la dernière page et d'en garder un goût de satisfaction sur la langue. Je me suis tout bêtement laissée prendre au jeu, celui d'une écriture franche, directe, épurée, élimée au scalpel. La plume de l'auteur emporte, séduit… et pour un premier roman, c'est une très belle première (plus que satisfaisante) !

Personnellement, je ne connaissais ni Lou Reed ni Michael Imperioli (enfin, si, de nom), alors la surprise a vraiment été amplifiée ! J'ai tout simplement était bouche bée devant ce livre… Un petit coup de coeur ?
Lien : https://lecturesgourmandeswe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Celkana
  01 septembre 2018
Livre initiatique qui nous entraine dans la fin d'adolescence de Matthew, ses années 16/17 ans. Une mère dépressive accro aux cachets, un père disparu, une somme d'argent qui le fait basculer d'un quartier populaire new-yorkais à Manhattan, un nouveau lycée avec la fascinante Véronica qui va l'embarquer dans des aventures bien particulières et enfin son voisin, Lou, qu le fascine aussi et qui, lui aussi, va lui faire vivre des trucs incroyables.
Plutôt bien écrit, sympa à la lecture, j'ai apprécié même si ce n'est pas pour moi un livre extraordinaire.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Liberation   30 août 2018
La force de ce roman à l’intrigue fort bénigne réside dans les détails apparemment inutiles et les épisodes idiots.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ulostcontrol_ulostcontrol_   04 juillet 2018
"Tu manges comme une vache."
Je n'en revenais pas d'avoir prononcé ces mots. En principe, je ne suis pas très porté sur le conflit. Normalement, je laisse glisser, mais quelque chose avait changé. La tendance à se foutre de tout était vraiment en train de prendre le dessus.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   05 septembre 2018
« On renaît en fonction du karma qu’on crée et qu’on transporte avec soi d’une vie à l’autre, mais quelle que soit la vie qu’on a eue précédemment, elle ne ressemble pas à qui l’on est aujourd’hui, car ce que nous considérons comme notre “moi”, ce “moi” auquel nous nous identifions si fortement, n’est rien de plus qu’un ensemble de modèles de comportements, d’habitudes, de pensées, d’idées, d’impressions et d’histoires qui ont été réunis tant bien que mal à partir de différentes causes et circonstances qui ont émergé à cause du karma préexistant ; le moi est une illusion, il est aussi vide qu’un arc-en-ciel. Ce qui se réincarne, en fait, n’est rien d’autre qu’un champ énergétique, impartial et impersonnel, chargé de positivité et/ou de négativité indépendamment de toute qualité identifiable du moi. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   05 septembre 2018
En musique, c’était West Side Story parce qu’on était censés lire Roméo et Juliette en cours d’anglais – sauf que notre étude de La Lettre écarlate, ayant pris plus longtemps que d’eux-mêmes, de leurs semblables et de la société dans laquelle ils vivent.
Ou quelque chose comme ça.
Leur stratégie pédagogique de pointe consistait à coordonner les notions que nous apprenions en cours et assurer une continuité de thèmes entre toutes les matières. Je trouvais que c’était du pipeau complet, et les fils conducteurs qui reliaient les cours, dont ils étaient si fiers, devaient être sacrément étirés pour donner une apparence de synchronisation et d’harmonie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   05 septembre 2018
Veronica était une autodidacte (c’était son expression, pas la mienne) qui avait appris l’allemand et l’italien toute seule en l’espace de deux étés après la sixième et la cinquième. Le tout en plus du roumain, du français et de l’anglais, qu’elle parlait couramment. Elle avait réussi le concours d’entrée à Hobart avec des 20 partout. Une première dans l’histoire du lycée.
Ses doigts étaient toujours tachés d’encre violette et elle remplissait inlassablement des pages et des pages de cahier pendant, entre et après les cours. Elle était écrivain, et elle le disait. Pas « un jour, j’espère devenir écrivain. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ulostcontrol_ulostcontrol_   04 juillet 2018
Au départ, les mots qui vont suivre étaient plus ou moins censés tenir lieu de dernières volontés et de testament, peut-être d'ailleurs que ce sera le cas un jour ou l'autre. Je n'en sais rien. Pour l'instant, je veux simplement coucher tout ce que je peux sur le papier.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : rock and rollVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2994 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre