AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782302041080
192 pages
Éditeur : Soleil (22/10/2014)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Terumi Minamoto, 18 ans, se voit contraint d'aller habiter chez sa tante, Kaoruko Fujiwara, 29 ans, enseignante spécialiste de littérature japonaise classique et du Dit du Genji. Mais suite à des brimades que lui ont fait subir les filles dans son enfance, Terumi a peur des femmes. Intéressée, sa tante lui demande de devenir son sujet d'étude pour le transformer, à l'instar du héros de son roman préféré, en véritable séducteur !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bouvy
  07 février 2018
Terumi Minamoto est un jeune homme de 18 ans qui est très androgyne. A tel point qu'en première année de collège, le garçon de l'école qui plaisait le plus aux filles avait dit : « La plus mignonne de toutes, c'est Minamoto ! ». Cette déclaration avait valu de la part des filles des brimades à notre héros. Il était devenu le souffre douleur de ses camarades féminines de l'époque. Il en résulte que Temuri est gynéphobe (la gynéphobie est la peur des femmes) mais à dix-huit ans, il ambitionne de perdre sa virginité. Il est orphelin de mère. Son père rentre chez eux avec une jeune femme, enceinte, le ventre déjà bien arrondi. Il demande à son fils de vivre ailleurs et le confie à sa soeur, la tante de Terumi, qui est une jeune femme à la beauté époustouflante et qui est aussi maître de conférence à l'université dans laquelle va entrer Terumi. La spécialité de sa tante est la littérature classique japonaise mais surtout le livre qui date du onzième siecle, « le Dit du Genji ». (Je reviendrai plus tard sur ce livre, qui est réputé pour être le premier roman psychologique du monde). le meilleur ami de Terumi est également inscrit dans la même université car il rêve d'y rencontrer la professeure Kaoroku Fujiwara et espère qu'il se fera dépuceler par cette femme qui n'est autre que la tante de notre héros. Cette dernière voit en son neveu un garçon sensible, qui a peur des femmes mais qui malgré tout est attiré par elles. Elle décide de l'utiliser pour en faire son sujet d'étude et tenter de lui faire vivre ce que le Genji aurait vécu dans le roman, à savoir, séduire et conquérir le coeur et le corps de quatorze femmes, soit, comme le dit sa tante, quatorze paires de cuisses. La première cible que lui fixe sa tante est Asahi Momozono, vingt-et-un ans, cousine de Terumi. Elle est désignée pour être le personnage suivant : Belle du Matin. Belle du Matin, dans le livre, est aussi la cousine du Genji et celui-ci fera tout pour la séduire mais elle résistera à son charme. Terumi est inexpérimenté avec les femmes, gauche maladroit et en plus, il en a peur. Sa jolie tante n'hésite pas à donner de sa personne en lui offrant son premier baiser. Terumi en est à la fois choqué et profondément troublé. Mais, avec sa cousine, il tente une séduction qui s'avère trop brutale pour une jeune femme et Terumi risque de faillir à sa première mission : séduire Belle du Matin…
Le « Dit du Genji » est considéré comme étant le premier roman fleuve et psychologique du monde. Il date du début du onzième siècle. Il compte au moins deux mille pages et cinquante-quatre chapitres. Il parcourt trois générations. le Genji, nom donné à un fils de l'empereur dont la mère est issue de condition plus modèste et qui, de part sa position de naissance ne peut prétendre au trône. On le surnomme le radieux. Sa mère, de plus basse extraction que les autres concubines de l'empereur a été le souffre-douleur des autres épouses et en serait morte quand le Genji avait trois ans. Celui-ci, dès la naissance, est réputé pour sa grande beauté et son charme. Il est séducteur. Il séduit même la plus jeune concubine de son père d'où naîtra de cette relation sulfureuse un fils qui deviendra plus tard empereur. C'est ce fils là qui continue l'histoire du roman, le Genji serait décédé à cinquante-quatre ans. Ensuite, le livre se prolonge avec le petit fils du Genji. L'auteur est une femme. Elle n'est connue que par son surnom : Murasaki Shikibu qui était dame d'honneur à la cours impériale. Cet écrit poétique est considéré comme l'oeuvre fondatrice de la littérature japonaise et a inspiré de nombreux auteurs nippons. Comme il est la base solide de ce manga.
Que dire de ce premier contact avec ce premier tome. Je suis sous le charme. Les dessins sont magnifiques. Les personnages féminins sont d'une grande beauté. La tante de Terumi est une femme au visage charmant, au corps admirablement proportionné. Les autres femmes de ce premier livre ne sont pas en reste. On peut peut-être reprocher le côté épuré des paysages, le mangaka privilégie les personnages en épurant sans doute le décor. Les personnages sont très expressifs et leurs sentiments sont bien rendus par leurs mimiques et leurs attitudes corporelles. L'érotisme est très suggestif, distingué. Il transpire des dialogues mais aussi des dessins. Il se limite à une gestuelle si ce n'est de temps à autre la vue d'une poitrine féminine, souvent généreuse (enfin, celle de Kaoruko, jusqu'à présent). le scénario tient la route et est assez solide. L'érotisme des dialogues est suave, savoureux, jamais vulgaire. Si le manga est apparement classé plus de dix-huit ans, je pense qu'on peut aisément l'autorisé aux plus de seize ans. Tout le scénario repose sur le livre « le Dit du Genji », livre que je découvre au fur et à mesure des pages de ce manga. Ça faisait longtemps que je n'avais plus rencontré une histoire érotique aussi charmante que celle-là. C'est vraiment une réussite et je suis sous le charme de l'histoire et des dessins. Une chance, les cinq premiers tomes ont été publiés en même temps et c'est avec gourmandise que je vais me jeter dessus. de plus, les quatre suivant sont déjà annoncés et aussi le tome numéro dix. Je me dis que si le héros doit séduire quatorze paires de cuisse, l'histoire fera au minimum quatorze tomes. Je pense qu'il faudra en compter plus car la première cible choisie par la tante, un tantinet perverse et coquine, de Terumi, n'est pas encore conquise et fera sans doute l'objet principal du prochain épisode. Les textes et les dialogues sont également teintés d'humour, ce qui ne gâche rien. Je compléterai la liste des personnages ci-dessous rencontrés au fil des pages au fur et à mesure des tomes et de leur apparition. Vraiment, ce manga me séduit, bel équilibre entre culture, érotisme et humour. Espérons que le soufflé ne retombe pas pour les prochains chapitres. Lu en numérique en format KINDLE avec une excellent numérisation. Surtout que parfois il y a des dialogues écrits si petits qu'en format papier, surtout habituel des mangas, ils seraient difficiles à lire.
Personnages :
Terumi Minamoto :
18 ans. Personnage principal du manga. Terumi souffre de gynéphobie après avoir été victime d'intimidation par les filles de son collège. Cela l'amène à craindre les femmes. Il vit avec sa tante Kaoruko Fujiwara après que son père lui demande de quitter leur maison lorsqu'il se remarie. Il se retrouve malgré lui comme sujet d'étude sur la recherche du Dit du Genji par sa tante Kaoruko et il doit donc avoir des relations sexuelles avec 14 femmes afin de guérir sa gynéphobie.
Kaoroku Fujiwara :
Il s'agit de la tante de Terumi, la soeur de son père. Cette dernière utilise son neveu pour ses recherches sur le Dit du Genji en ne reculant devant rien pour son expérience. Elle est également professeur et maître de conférence dans l'université où étudie Terumi. Sa spécialité est la littérature japonaise, classique, surtout un des livres fondateurs de la littérature et de la poésie nippone : « le Dit du Genji ».
Murakami : meilleur ami de Minamoto. Il est fasciné par la beauté, le charisme, le charme et le magnétisme de la tante de Terumi et a choisi cette université juste pour assister au cours de la très belle professeure car il rêve d'être dépucelé par elle. Quand il apprend que la jeune femme est la tante de son meilleur ami, il commence à espérer l'approcher intimement.
Asahi Momozono :
21 ans. Elle est la cousine de Terumi. Kaoroku la désigne en tant que première des 14 filles que Terumi doit séduire. Elle est comparée à Belle du Matin.
Tsukiko : amie de Chisato, la cousine de Terumi. Elle ne semble pas aimer les hommes et est passionnée par les mangas et la littérature érotique. Elle rêve d'écrire un roman érotique en s'inspirant du « le Dit du Genji » et de ce qu'elle suppose de la relation sulfureuse que Terumi pourrait entretenir avec sa tante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mimouski
  19 mars 2020
En travaillant un peu sur le nettoyage du site, je suis tombée sur ce manga et intriguée, je me suis laissée tenter par sa lecture. Un manga sexy et non vulgaire d'un jeune étudiant voulant dépasser sa peur des femmes. Love Instruction est l'instruction de sa tante pour qu'il devienne un séducteur de première et que toutes les filles tombent à ses pieds. C'est érotique et sensuel. Les dessins sont beaux et le scénario, assez classique avec ce harem de jolies filles. Je me demande bien où veut donc nous mener la mangaka alors je vais poursuivre pour comprendre pourquoi cette tante va aussi loin pour aider son neveu adoré.
Commenter  J’apprécie          40
rynas
  17 octobre 2018
Un manga qui au résumé me semblait intéressant, mais au final on a faire à une histoire totalement tiré par les cheveux, loufoque et bien sur avec le typique harem. Toutefois, je suis tentée de lire la suite pour voir où part le mangaka.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
ActuaBD   04 novembre 2014
Love Instruction se présente donc comme un récit d’initiation sentimentale et sexuelle, déployant un érotisme soft notamment à travers la relation ambiguë entre le héros et sa tante. Le récit reste néanmoins bon enfant et s’inscrit dans la tendance forte du moment de titres érotiques des éditeurs manga français.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
BouvyBouvy   07 février 2018
Les fondements de ce qui fait un séducteur n’ont pas changé entre hier et aujourd’hui. Un homme à l’aise avec le corps des femmes sera toujours plus attirant à leurs yeux.
Commenter  J’apprécie          40
BouvyBouvy   07 février 2018
Entrer à l’université et n’avoir jamais embrassé… tu as de graves lacunes dans ton éducation.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
autres livres classés : érotismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4020 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre