AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2912667747
Éditeur : Finitude (04/03/2010)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 12 notes)
Résumé :

Lonely Betty nous plonge dans l'atmosphère d'une petite ville du Maine, la veille de Noël, la veille des 100 ans de Betty Holmes, l'ancienne institutrice. Alors que ses concitoyens s'apprêtent à fêter son anniversaire, Miss Holmes fait des révélations surprenantes sur une mystérieuse disparition vieille de soixante ans et sur un de ses anciens élèves devenu célèbre. Betty ne verra pas Noël..... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
DoVerdorie
  12 janvier 2015
Ce petit roman d'une centaine de pages (également adapté en BD : éditions Sarbacane, 2014) et qui en 2011 a reçu le Grand Prix du roman noir français du Cercle Rouge à Beaune, est une pastiche des romans noirs américains.
Cet après-midi du 24 décembre, la petite ville enneigée de Durham dans le Maine s'apprête à fêter les 100 ans de Betty Holmes, ancienne institutrice...
Ça fait 41 ans que Betty traîne dans l'hospice...
Une quarantaine d'années que Betty, qui dispose encore de "toute sa tête", tourmentée par ses souvenirs dans sa solitude... ne parle plus ! Devenue mutique depuis ce drame survenu pendant l'été 1958...
Alors à la veille de Noël, devant le gâteau aux cent bougies, Betty décide de se mettre à table (il sera plus juste de dire "d'arroser la table" ^^, scène mémorable que j'ai lu plusieurs fois !)... et de faire une confession surprenante au lieutenant de police à la retraite, John Markham...
Autour ces deux protagonistes se meuvent une multitude de personnages secondaires (sympathiques ou non) qui n'ont pas grand chose à voir avec l'histoire de l'intrigue, mais qui permettent de nous immerger dans l'atmosphère de ce village plus préoccupé par les préparatifs de Noël que par le sort d'une ancienne figure locale au seuil de la mort... Et on plonge dès lors, avec le sourire aux lèvres, dans une critique sociale agrémentée de clins d'oeil, de boutades et de quelques gauloiseries...
L'auteur (Suisse) nous amène dans cette histoire, entre émouvante et déjantée, par un intrigue délibérément mince (l'objectif n'étant pas de nous "vendre" du suspense) à un hommage ! L'estime pour un écrivain américain célèbre, connu pour ses romans et nouvelles tortueux et "diaboliques" et à cause de qui le malheur est arrivé...
Pauvre Betty...en compagnie de qui, j'ai passé un excellent dimanche après-midi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Ellane92
  12 avril 2016
Pauvre Betty, mise à l'asile puis à l'hospice depuis plus de 40 ans....
Betty va fêter ses 100 ans à Durant, dans le Maine. Voilà des décennies qu'elle n'a pas parlé, depuis la disparition de 3 frères dont elle était l'institutrice. Mais en ce jour-là, en présence des autres pensionnaires de l'hospice, de l'adjointe au maire et du personnel soignant, devant son gateau d'anniversaire et les bougies allumées, elle vomit tout ce qu'elle peut et... retrouve l'usage de la voix, pour demander à ce que l'ancien shérif, aujourd'hui à la retraite, vienne de toute urgence pour entendre sa déposition.
Lonely Betty, c'est gai, réjouissant, un petit bonheur d'humour noir qui vitriole les petites vies bien rangées des habitants d'un petit village des USA. Tout le monde y passe, le maire et sa fainéantise, l'adjointe lesbienne, les familles bien rangées dans lesquelles tout et surtout n'importe quoi se passe, le curé pédophile, etc... le tout est à mourir de rire, Incardona interpelle régulièrement le lecteur, et surtout il nous amène pile poil là où on ne s'attendait pas, pour résoudre un mystère vieux de quarante ans, et rendre un hommage truculent à un autre auteur.
Lonely Betty pastiche avec beaucoup de bonheur les romans noirs américains. Il y a beaucoup de fraicheur et de vitalité dans l'écriture, le récit est très maitrisé et se révèle plein de surprises. Un livre top, et un excellent moment de détente et d'humour (pas toujours de très bon gout, mais c'est certainement pour ça que c'est encore meilleur !) !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Lali
  18 août 2012
Je n'ai pas l'habitude de lire des romans noirs. Et je ne crois pas que je dérogerai désormais à cette habitude. Même si Lonely Betty a remporté le Grand prix du roman noir français. Et malgré le joli coup de théâtre de la fin qui se veut un clin d'oeil à Stephen King et à ses livres.
Ce n'est pas que le roman ne tienne pas la route, non. Ce n'est pas non plus que sa construction à la manière d'un puzzle ne fonctionne pas. Au contraire. Ce n'est pas que les personnages ne soient pas étoffés. Ça peut encore aller, même si on se demande si certains personnages et si certains détails sur ceux-ci sont vraiment utiles. Mais bon. On peut faire avec. Là où ça se gâche, c'est dans l'écriture elle-même. À un point tel que, ne connaissant nullement Joseph Incardona, j'ai cherché le titre original du roman, pensant qu'il avait été traduit de l'anglais dans un bien piètre français, comme nombre de romans états-uniens qui paraissent simultanément dans plusieurs langues et dont les traductions son souvent bâclées. Je pourrais dire pire que bâclées, mais je suis polie.
Donc, Lonely Betty, qui s'étale sur moins de 24 heures, débute le 24 décembre en après-midi pour se terminer le lendemain, jour de Noël, raconte l'histoire de Betty, dont la municipalité a décidé de souligner le centenaire. C'est aussi la petite histoire de tout ce petit monde impliqué de près ou de loin dans les préparatifs de cette fête. C'est aussi l'histoire d'un cahier que Betty remet à l'ancien chef de police. Et d'un chef de police qui sonne à la porte de Stephen King le 25 décembre sans lui souhaiter Joyeux Noël!
Il y a tout de même de quoi me consoler : j'ai emprunté le livre à la bibliothèque. Il ne m'a coûté qu'un peu plus d'une heure de lecture.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Luuina
  21 décembre 2016
Betty Holmes, ancienne institutrice du village va fêter ces 100 ans à la maison de retraite, la veille de Noël. Toute cette petite ville du Maine s'affaire pour préparer cette cérémonie. Une révélation va avoir lieu à l'aube de cet anniversaire et va chambouler pas mal de choses. D'autres personnages entrent en jeu et prépare cette veillée de Noël en étant plus ou moins lié à Betty Holmes.
Le roman est plutôt court, assez bien écrit, un peu d'humour et un clin d'oeil est fait à Stephen King. Lonely Betty serait aussi adapté en BD, à découvrir prochainement.
Commenter  J’apprécie          10
flolacanau
  16 octobre 2012
Le roman noir déconstruit, un habile petit roman qui ne ressemble à aucun autre. Très bel objet chez Finitude, petite maison, mais qui fait du joli boulot.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
BDGest   16 septembre 2014
Un thriller assez lent, impression renforcée par une mise en page très contemplative et un dessin qui, au rendu du mouvement, préfère l’instauration d’une ambiance générale esthétisante, comme si quelque chose couvait et menaçait de rompre l’équilibre en place. Le fin mot de l’histoire constitue ainsi un vrai sommet [...].
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
DoVerdorieDoVerdorie   11 janvier 2015
Lauren interrompit sa fellation, leva son visage vers James Sullivan :
-- Dis, mon chou, tu ne trouves pas que les chapitres de cette histoire deviennent de plus en plus courts ?
Le regard voilé par le plaisir, il soupira :
-- Je suppose que c'est une question de rythme...
-- Mais on est des personnages secondaires ? À quoi bon mentionner que je te taille une pipe ?
-- J'en sais rien, continue, poupée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
DoVerdorieDoVerdorie   11 janvier 2015
Le jour précédant son vol de retour, une Purple Heart épinglée sur la poitrine pour une blessure à la jambe récoltée lors d'un assaut mené contre un nid de mitrailleuses japonaises, Tom Collins, bourré à mort, s'allongea au milieu de la route en pleine nuit à la sortie du mess. Un tank Sherman en fit de la purée.
Commenter  J’apprécie          170
Ellane92Ellane92   12 avril 2016
Bien plus que la Justice, la Connerie avait résolu le problème de l'équité - peu importait la race, la religion ou le rang social - en se bandant les yeux, et ceci depuis belle lurette.
Commenter  J’apprécie          150
LuuinaLuuina   21 décembre 2016
- C'est à cause de la vieille Miss Holmes. Elle fête ses cent ans. Ce connard de maire est soi-disant débordé . Résultat: je dois me taper la petite cérémonie officielle de 16 heure avec plaque commémorative et tout le bazar.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Joseph Incardona (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Incardona
Le libraire Gérard Collard recevait sur la scène des déblogueurs les auteurs Grégoire Courtois, Franck Klarszyk et Joseph Incardona à l'occasion de la dixième édition du salon international du livre de poche Saint-Maur En Poche.
Retrouvez vos livres dans notre librairie en ligne ! :
Les lois du ciel de Grégoire Courtois aux éditions Folio Policier https://www.lagriffenoire.com/106848-divers-polar-les-lois-du-ciel.html
Mort point final de Frank Klarczyk aux éditions Lucien Souny https://www.lagriffenoire.com/84832-romans-mort---point-final.html
Derrière les panneaux, il y a des hommes de Joseph Incardona aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/69849-divers-polar-derriere-les-panneaux--il-y-a-des-hommes.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. Gerard collard? Jean-Edgar Casel
#soutenezpartagezcommentezlgn #librairie #livres #livre #lecture #culture #passiondulivre #lirepourleplaisir #lirerendheureux #bookstagram #livrestagram #instaculture #instalecture #instalire #romans #roman
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature suisseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15232 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre