AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Éric Boury (Traducteur)
EAN : 9782757800232
336 pages
Éditeur : Points (08/06/2006)
  Existe en édition audio
3.81/5   2140 notes
Résumé :
Pourquoi l'inspecteur Erlendur use-t-il sa mauvaise humeur à rechercher l'assassin d'un vieil homme dans l'ordinateur duquel on découvre des photos pornographiques immondes et, coincées sous un tiroir, la photo de la tombe d'une enfant de quatre ans ?
Pourquoi mettre toute son énergie à trouver qui a tué celui qui s'avère être un violeur ?
Pourquoi faire exhumer avec quarante ans de retard le cadavre de cette enfant? A quoi sert cette collection de boc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (215) Voir plus Ajouter une critique
3,81

sur 2140 notes
5
59 avis
4
92 avis
3
46 avis
2
7 avis
1
0 avis

florencem
  12 juin 2018
Envie de lire un polar, d'autant plus que j'avais dans mon challenge 2018 une lecture de ce genre à découvrir, j'en ai profité pour sauter sur l'occasion et me pencher un peu plus sur Arnaldur Indriðason. Ce n'est pas mon premier polar islandais et j'avoue que j'aime beaucoup ceux que j'ai pu lire jusqu'à présent. Je ne connaissais pas Indriðason malgré son succès et c'est une amie qui me l'a conseillé. Un très bon conseil car La cité des jarres a été une très bonne lecture.
Erlendur, notre personnage principal, m'a tout de suite fait penser à ces nombreux héros de roman policier : taciturne, un vieux de la vieille qui n'en fait qu'à sa tête, très doué dans son travail mais ayant une vie de famille chaotique. Ce petit cliché m'a un peu fait tiquer mais on finit par s'attacher à l'inspecteur ce qui masque progressivement ce côté non original. Ses deux jeunes acolytes sont pas contre moins sympathiques. On les voit peu au final, c'est vrai, mais ils ont un côté de faire valoir, d'une jeunesse (parfois insolente) qui au final n'a pas vraiment d'initiative et exécute seulement les ordres. Dommage...
C'est après le meurtre d'un septuagénaire pourtant à la base "bête et méchant", un simple cambriolage qui aurait mal tourné, qu'Erlendur se retrouve face à des énigmes de plus en plus troublantes. Et si, cet homme, plutôt discret, était en fait bien plus que cela ? A partir d'un simple élément, l'inspecteur commence à creuser et découvre avec horreur une histoire sordide qui n'est que le sommet de l'iceberg.
En nous plongeant dans une Islande froide et pluvieuse, l'auteur nous entraîne petit à petit dans les méandres de cette enquête, et cela avec brio. le décor et l'ambiance sont très vite posés, il n'y a pas réellement de temps morts, le rythme est bien soutenu et même si certaines questions n'obtiennent pas de réponses, le raisonnement et l'intrigue sont poussées, crédibles et prenantes.
La famille est au centre du roman et cela au niveau des différentes trames. Que ce soit l'enquête, la vie d'Erlendur, ou bien cette petite investigation sur laquelle le héros travaille en parallèle, la famille est la clé de tout. La génétique a d'ailleurs sa place aussi ce que j'ai particulièrement aimé, ayant étudié ce domaine durant quelques années. Sommes-nous le reflet de nos parents ? Les liens familiaux peuvent-ils tout surmonter ? Naissons-nous mauvais si l'un de nos parents l'était ?... Combien les non-dits et les secrets peuvent tout détruire... C'est la relation entre Erlendur et sa fille Eva qui a été la plus plaisante à suivre pour moi. C'est d'ailleurs en grande partie grâce à elle que l'inspecteur est parvenu à me toucher. Il prend une dimension plus humaine et moins austère au fur et à mesure.
La condition de la femme et surtout ce tabou énorme sur les agressions sexuelles prennent aussi une grande place dans le roman. Pas de pathos pour autant même si on a le loisir de voir que les mentalités ont évolué au sein de la police, mais que malheureusement, la parole de l'homme fait souvent office de vérité absolue. le traitement de ce sujet est sobre, sans édulcoré les faits.
Un "premier" tome très réussi pour moi et c'est avec plaisir que je lirai d'autres romans de l'auteur. Les islandais sont décidément de très bons créateurs de polars.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
celine85
  19 août 2021
Je crois qu'il n'est pas nécessaire de présenter l'auteur ni son style. Ils se passent toujours pleins d'affaires dans ses romans, Erlendur et Sigurdur Oli ne vont pas s'ennuyer encore une fois. Là on a principalement Holgerg un homme d'environ soixante dix ans qui a été retrouvé mort à son domicile par son voisin. Un coup violent à la tête avec un cendrier. L'agresseur a écrit un message. Trois mots auxquels Erlendur ne comprend rien. Les premiers en minuscules et le dernier en majuscules. Tout laisse penser que l'explication se trouve dans son passé…. A coté de ça il y a une mariée qui se volatilise pendant son mariage, elle est partie avec la voiture du mariage, ne répond à personne et reste introuvable. En plus Erlendur doit gérer dans sa vie privée une relation compliquée avec sa fille. Et le coté glauque un peu de cette cité des jarres, pas certaine que j'aimerais visiter un tel lieu même si je suis certaine que ma curiosité me piquerai surement. de quoi faire des cauchemars ensuite. Un roman qui vous fait passer comme d'habitude un bon moment, où on n'a pas l'occasion de voir le temps passer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          530
fabien2830
  18 novembre 2021
Neurofibromatose, un policier laxiste, un violeur jamais condamné par manque de preuves, une salle « la Cité des Jarres » …un rythme soutenu.
Un coup violent porté à la tête avec un cendrier, Holgerg un septuagénaire, est retrouvé mort à son domicile. Sur une feuille lignée de format A4, un message : Je suis LUI est noté en capitales d'imprimerie. Persévérant, Erlendur progresse et découvre des ramifications inaccoutumées.
À la demande de sa fille Eva Lind, Erlendur se rend à Gardabaer. Une mariée a purement et simplement disparu du mariage. Aucune nouvelle d'elle depuis trois jours. Rien depuis le mariage.
J'aime Erlendur, ce tenace quinquagénaire et père de deux enfants, Sigurdur Oli et sa coéquipière Elinborg, des caractères différents et complémentaires.
Commenter  J’apprécie          480
Eve-Yeshe
  20 août 2015
115 critiques donc je vais essayer de ne pas trop m'étaler, juste livrer quelques réflexions. (cf; mon blog pour en avoir plus)
C’est avec plaisir que je me suis plongée dans la lecture de ce roman. J’ai été conquise par la plume d’Arnaldur Indridason en lisant « Le femme en vert » que j’ai beaucoup aimé, et après avoir lu, un livre plus récent de l’auteur, j’ai décidé de lire tous les romans dans l’ordre pour mieux apprécier l’évolution de l’inspecteur Erlendur dont la personnalité est très particulière.
Dans ce roman, l’enquête démarre lentement, dans cette atmosphère étrange qu’est l’Islande, avec ses noms aux consonances particulières, surprenantes pour mon oreille et c’est ce qui en fait le charme, Sigurdur, Kolbrun, Andur pour ne citer qu’eux. On découvre cette île, peu peuplée, où les noms de famille n’existent pratiquement pas, les gens ont un prénom suivi du prénom du père auquel on accole -son pour fils de ou -döttir pour fille de. Ceci ne simplifie pas les recherches dans le domaine de l’état civil.
L’enquête est bien menée, quoiqu’un peu lente et l’auteur nous entraîne sur les pas d’un violeur , qui n’a jamais été condamné car à l’époque il était difficile et courageux, voire téméraire de porter plainte. on voit émerger son côté sombre, comme si on enlevait des couches successives, grâce à l’entêtement d’Erlendur qui progresse à petits pas dans son enquête. Parfois, il me faisait penser à l’inspecteur Colombo et ses petits détails, d’autres fois à l’inspecteur Derrick par sa lenteur…

Cette intrigue m’a plu également car on suit la trace d’une maladie génétique, la neurofibromatose, qui ne touche que les filles qui meurent très jeunes et qui fait partie intégrante de l’histoire, elle en est le héros au même titre que les être humains. J’avoue que la médecine ou du moins certains médecins en Islande me laisse perplexe, prenant ses aises avec l’éthique, (cf. l’utilisation des banques de données génétiques, et même les recherches sur les maladies génétiques qui font certes avancer la science mais tout peut-être utilisé de façon dévoyée, la façon dont sont utilisés les cadavres, les diagnostics plus que limites comme le médecin de la petite Andur etc. etc.
L’inspecteur est attachant par ses faiblesses, un divorce, une femme qui le déteste encore vingt ans après, ses enfants toxicomanes, avec lesquels il a peu de relations, (il suit leurs cures de désintoxications). Dans son apprentissage tardif de la paternité avec son ado, rebelle, dont les neurones sont malmenés par la drogue,… Bref, son Eva Lind à qui j’aurais bien donné quelques paires de claques au passage, tant elle est immature.
Note : 7,2/10

Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          465
Marple
  15 juillet 2012
Pas moins de 48 critiques déjà publiées sur cet excellent (mais ultra-glauque) polar islandais ! Dans ces cas-là, je me demande toujours s'il est bien utile d'ajouter la mienne... et je finis invariablement par publier un avis, ne serait-ce que pour le plaisir d'ajouter mon grain de sel.
Ce roman d'Arnaldur Indridason m'a séduite et profondément touchée. Il est très sombre, voire quasi-sordide, à la fois dans les thèmes abordés (viols impunis, décès d'enfants, drogue, brutes et truands), dans l'ambiance (c'est simple : il pleut tout le temps et Erlendur se dispute ou se bat avec tout le monde) et dans les personnages (qui ne respirent pas la joie de vivre... en plus les méchants semblent vivre mieux et plus longtemps que les gentils !)
Pourtant il s'en dégage une grande humanité et une certaine douceur (en tout cas, c'est ce que j'ai ressenti). Erlendur connaît et comprend les souffrances humaines, il sait à quel point vivre peut être difficile et il essaie, à sa façon bourrue et frontale, de rendre le monde un peu meilleur. Il mène son enquête avec intuition et sensibilité (même si, à certains moments, on peut avoir l'impression avec Sigurdur Oli et Elinborg qu'il procède en dépit du bon sens). Il essaie d'aider sa fille Eva Lind (celle-là, elle m'énerve un peu, elle est presque trop paumée et trop changeante pour être vraie). Sous ses airs d'inspecteur professionnel et un peu dur, on sent une vraie compassion pour les malheurs de Kolbrun, Audur ou Katrin. Bref, un personnage fondamentalement attachant que j'aurai plaisir à retrouver tout au long de la série.
Petit plus : ce roman nous enseigne pas mal de choses sur la société islandaise, par ex les études menées sur le génome humaine et les maladies génétiques (c'est logique, puisqu'il s'agit d'une petite population insulaire facile à suivre... intéressant, non?) ou le système des prénoms (noms de familles quasi-inexistants en Islande, on dit apparemment 'Prénom fils/fille de Prénom du père'). Et évidemment une petite touche d'exotisme avec les noms à coucher dehors et quelques descriptions de paysages ou de villes typiques (mais toujours sous la pluie, on est bien loin du guide touristique, des fjords et de Reykjavik la festive).
Mon avis en un mot : à découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420


critiques presse (2)
Actualitte   03 décembre 2019
Erlendur va vous emmener au bout de cette enquête passionnante, historique, sociale, un brin philosophique et, de fait, très actuelle et très engagée dans la dénonciation des violences faites aux femmes. Inconditionnels ou pas, si vous n'avez pas encore lu ce livre, n'hésitez pas à vous lancer à votre tour.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Telerama   11 juillet 2019
La Cité des jarres, fiction trouble, tourmentée et anxiogène, avec pour toile de fond la capitale Reykjavík, grise et humide, débarrassée de tout pittoresque.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (100) Voir plus Ajouter une citation
pilepile   27 août 2011
On s’imagine que ça n’attaque pas le moral. On se croit assez fort pour supporter de telles choses. On pense qu’avec les années, on se forge une carapace, qu’on peut regarder tout ce bourbier à bonne distance comme s’il ne nous concernait en rien et qu’on peut ainsi parvenir à se protéger. Mais il n’y a pas plus de distance que de carapace. Personne n’est suffisamment fort. L’horreur prend possession de ton être comme le ferait un esprit malin qui s’installe dans ta pensée et te laisse en paix seulement lorsque tu as l’impression que ce bourbier est la vie réelle car tu as oublié comment vivent les gens normaux. Voilà le genre d’enquête que c’est. Elle est semblable à un esprit malfaisant qui aurait été libéré et s’installerait dans ta tête jusqu’à te réduire en l’état de pauvre type.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
DIEGODIEGO   03 mars 2012
Erlendur s'approcha de lui, mais on aurait dit qu'il s'en fichait.
- Les enfants sont des philosophes, dit-il. Ma fille m'a demandé un jour à l'hôpital : à quoi nous servent les yeux ? Je lui ai répondu qu'ils nous servent à voir.
Einar fit une pause.
- Elle m'a corrigé, dit-il, comme s'il s'adressait à lui-même.
Il regarda Erlendur.
- Elle m'a dit qu'ils étaient là pour que nous puissions pleurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
BMRBMR   06 septembre 2008
[...] - Au cours des années 70, l'année de la disparition de Grétar, treize personnes ont disparu, précisa Elinborg. Douze dans les années 80, sans compter les hommes morts en mer.
- Treize disparitions, demanda Sigurdur Oli, est-ce que ça ne fait pas un peu beaucoup ? Aucune n'a été élucidée ?
- Elles ne cachent pas obligatoirement un crime, commenta Elinborg. Les gens disparaissent, s'arrangent pour disparaître, souhaitent disparaître, disparaissent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
CorinneCoCorinneCo   16 mars 2014
N'avons-nous pas affaire à un meurtre typiquement islandais ? demanda Sigurdur Oli, entré sans qu'Erlendur le remarque, debout à côté du cadavre.
hein , répondit Erlendur, absorbé dans ses pensées.
Un truc dégoutant, gratuit et commis sans même essayer de le maquiller, de brouiller les pistes ou de dissimuler le preuves.
Oui, oui, répondit Erlendur. Un meurtre islandais, bête et méchant.
Commenter  J’apprécie          100
BMRBMR   06 septembre 2008
[...] La pluie cinglait la voiture et Erlendur, qui ne suivait pas le bulletin météo, se demanda si elle allait s'arrêter un jour. Peut-être s'agissait-il d'une version abrégée du Déluge, pensa-t-il en lui-même en regardant à travers la fumée bleutée de la cigarette. Il n'était peut-être pas inutile de laver les péchés du genre humain de temps à autre.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Arnaldur Indriðason (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arnaldur Indriðason
Extrait du livre audio "La Pierre du remords" d'Arnaldur Indridason lu par Martin Spinhayer. Parution CD et numérique le 11 août 2021.
https://www.audiolib.fr/livre/la-pierre-du-remords-9791035406851/
Dans la catégorie : IslandaiseVoir plus
>Autres littératures germaniques>Littérature islandaise>Islandaise (16)
autres livres classés : islandeVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Arnaldur Indridason

Un soir glacial de janvier, un petit garçon asiatique de 12 ans qui rentrait de son école est assassiné au pied d’un immeuble de la banlieue de Reykjavik.

La Cité des jarres (2005)
La Femme en vert (2006)
La Voix (2007)
L'Homme du Lac (2008)
Hiver arctique (2009)
Hypothermie (2010)
La Rivière Noire (2011)
Betty (2011)
La Muraille de lave (2012)
Etrange Rivage (2013)

10 questions
243 lecteurs ont répondu
Thème : Arnaldur IndriðasonCréer un quiz sur ce livre

.. ..