AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1022607758
Éditeur : Métailié (03/05/2018)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 121 notes)
Résumé :
Un vieil homme solitaire est retrouvé mort dans son lit. Il semble avoir été étouffé sous son oreiller. Dans ses tiroirs, des coupures de presse sur la découverte du corps d'une jeune couturière dans le passage des Ombres en 1944, pendant l'occupation américaine.

Pourquoi cet ancien crime refait-il surface après tout ce temps ? La police a-t-elle arrêté un innocent ?

Soixante ans plus tard, l'ex-inspecteur Konrad décide de mener une dou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
mesrives
  11 mars 2019
Le temps de la situation connu par l'Islande durant la Seconde Guerre mondiale est déjà bien loin, et en effet les tensions provoquées par l'Occupation anglaise puis américaine semblent être oubliées aujourd'hui et, font partie à présent de l'histoire ancienne.
Pourtant, la découverte du corps d'un vieil homme gisant sur son lit,en apparence décédé dans son sommeil, va réactiver la mémoire d'une des personnes chargée de l'enquête et faire ressurgir des secrets oubliés, enterrés et transposer à nouveau le lecteur auprès du binôme islando-canadien, formé par Flovent de la Brigade criminelle de Reykjavik et de Thoran de la police miltaire, rencontré dans les volets précédents de la Trilogie des Ombres.
L'occasion de vérifier que « le passé finit toujours par rattraper le présent ».
C'est avec plaisir que j'ai retrouvé l'adresse, la sensibilité, le tact si caractéristiques de la plume d'Indridason, véritable orfèvre pour évoquer le passage du temps.
Dès la lecture des premières pages je suis partie de nouveau en voyage pour devenir le témoin privilégié d'une histoire, celle très émouvante d'un des protagonistes qui attend que l'on prenne le temps d'autopsier son cadavre… histoire personnelle qui se fait évidemment le réceptacle et le révélateur d'autres histoires, celles de jeunes filles disparues à l'époque des rendez vous clandestins et des amours défendus.
Alors oui il me semble, car on est jamais certain, que le vrai héros de cette trilogie c'est le temps marqué par le recours à la mémoire collective des islandais pour aboutir à la résolution de l'enquête.
Le Passage des ombres clos magnifiquement cette trilogie.
Indridason témoigne de cette époque charnière en en révélant tous les bouleversements :
« Notre société paysanne pauvre brusquement arrachée à ses racines et projetée dans le tourbillon des événements mondiaux » serait définitivement autre….
Révolu le temps d'une Islande agricole et patriarcale isolée du monde ;
révolu aussi le temps des fléaux, des grandes épidémies (allusion à la plus contemporaine et très meurtrière grippe espagnole de 1918) …
Temps historique, temps personnel et temps réel s 'épousent donc dans ce troisième volet où s'entrelacent passé et présent pour mieux témoigner de leurs passages dans la mémoire des hommes : mémoire vacillante, mémoire vive ou mémoire qui part en miettes…
Des histoires, celles du peuple islandais pour ne pas oublier la grande celle avec un grand H et faire un clin d'oeil au petit peuple de l'ombre…
Merci Arnaldur Indridason
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          986
Sylviegeo
  04 septembre 2018
C'est avec un brin de nostalgie que je dis au-revoir à Flovent et Thorson. Je m'étais attachée à ces deux jeunes enquêteurs sympathiques . Mais en même temps, je crois que nous avons , dans ce genre, fait le tour du jardin et c'est heureux qu'un auteur ne cherche pas à trop diluer la sauce. On a survolé l'occupation de l'Islande par les différentes armées, on a décrié " la situation" et cette difficile co-habitation des populations locales avec les soldats et on comprend amplement que l'Islande sera à jamais différente après la guerre.
Dans Passage des ombres, nous avons depuis longtemps quitté Flovent et Thorson puisque l'enquête est contemporaine. Un policier à la retraite, Konrad, donnera un coup de main à sa copine de la criminelle afin d'élucider la mort suspecte d'un vieil homme. Cette enquête nous ramènera en 1944 alors que Flovent et Thorson enquêtaient sur l'assassinat d'une jeune couturière dont le corps est retrouvé dans le Passage des Ombres. Cette vieille affaire aura des incidences jusque de nos jours finalement.
On nous promène donc entre deux époques, ce qui nous permet de connaitre le sort réservé à Flovent et Thorson et ce récit conclut de belle façon cette trilogie, la Trilogie des Ombres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Stelphique
  09 mai 2018
Ce que j'ai ressenti:…Le souffle des elfes…

Et dans la bise glaciale, un elfe m'a soufflé
Les secrets de l'Islande, et ses contes populaires…
Il m'a raconté ses jeunes filles téméraires
Qui se mettent dans la situation, et après,
Divaguent, se laissent bercer de légendes insulaires
En perdant d'elles-même, au détour d'une aire…
Et dans le froid hivernal, un elfe m'a soufflé
L'horreur des passages hantés par des drames violents
Les tables et les vautours qui tournent inlassablement
Autour de la peine et des disparitions éhontées…
Il m'a parlé de destins brisés, il a plus de 65 ans,
Et de la culpabilité qui s'enracine dans le temps…
Et dans cette nature hostile, un elfe m'a soufflé
La puissance des liens du sang, l'odeur ferreuse
Qui suinte de ses histoires de Guerre désastreuses…
Il m'a conté dans les coulisses d'un Théâtre abandonné
Que les musiques des orgues basaltiques, fiévreuses,
Résonnaient de concert, avec les plaintes des malheureuses…
Tu diras que c'était les elfes qui t'ont soufflé
De te précipiter sur ce polar islandais…
Le Passage des Ombres s'ouvre sur deux enquêtes noires
Mais où, la féerie s'immisce et laisse croire
Que les phénomènes surnaturels sont de la partie…
Tu diras que c'était les elfes qui t'ont soufflé
Qu'il y a eu un coup de coeur chez la fée!

Ma note Plaisir de Lecture 10/10
(PS: passez aussi sur le blog pour plus d'effets visuels...)
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          425
sabine59
  07 mai 2018
Dernier tome d'une trilogie bien attractive. Et qui se termine en beauté!
Deux enquêtes à deux époques différentes. Mais bien sûr liées entre elles par des personnages...
On retrouve le contexte guerrier de 1944, où les troupes américaines sont installées en Islande.Nos deux enquêteurs, que l'on commence à connaitre maintenant, Flovent et Thorson, ont bien des difficultés à trouver un coupable pour le meurtre d'une jeune fille, Rosamunda, trouvée derrière le Théâtre National à Reykjavik...
Et à notre époque, la mort suspecte par étouffement sous un oreiller d'un vieil homme va faire ressurgir douloureusement le passé... Viols, croyances populaires , notamment en ces elfes malfaisants, secrets familiaux intenables, culpabilité, le roman se révèle riche en thématiques . Je n'en dirai pas plus.
Découvrez cette trilogie intéressante à plus d'un titre. Outre le fait qu'elle traite d'un aspect historique méconnu, celui de la présence des troupes anglaises puis américaines en Islande durant la seconde guerre mondiale et la coexistence délicate avec les habitants, elle est psychologiquement subtile, et nous offre des personnages attachants et complexes. Une réussite, je trouve!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
umezzu
  16 août 2018
Ce roman est le troisième tome, dans l'ordre historique, de la trilogie des Ombres, série consacré par Arnaldur Indridason à l'évolution d'un quartier de Reykjavík durant la seconde guerre mondiale.
Konrad, un retraité de la police, mène de nos jours une enquête parallèle sur la mort suspecte d'un très vieil homme, qui semblait focalisé sur deux meurtres de jeunes filles commis il y a des décennies, alors que les troupes américaines occupaient l'Islande.
Les Américains, venant après les britanniques, se servaient de l'île comme lieu de cantonnement des troupes destinées au débarquement de Normandie. Le nonagénaire, qui s'appelait à l'époque Thorson, était alors un jeune officier canadien d'origine islandaise, mis à disposition de la police militaire américaine pour faciliter les relations avec les autorités locales. Thorson travaillait alors en binôme avec Flovent, un policier islandais de son âge.
Du va et vient entre l'enquête contemporaine de Konrad, qui revit certains épisodes peu glorieux de son enfance, et les investigations du duo Thorson – Flovent, le lecteur comprend peu à peu pourquoi Thorson, devenu un vieil homme calme et sans histoires, a pu continuer si longtemps après les faits à se sentir concerné par les événements qui se sont enchaînés.
L'intrigue policière avance doucement. Elle est clairement secondaire par rapport au contexte de la fin de la seconde guerre mondiale. L'Islande, qui vivait assez fermée sur elle-même, surtout dans les campagnes, voit arriver de jeunes GI, et avec eux une tout autre culture. Des relations, pas toujours très franches, se nouent entre de jeunes filles et ces soldats. Les hiérarchies sociales islandaises sont remises en cause. Indridason y ajoute un volet important sur le spiritisme, alors assez à la mode, y compris dans la bourgeoisie, et les légendes populaires islandaises.
Les trois romans des Ombres se ressemblent dans leur approche, dans leur rythme et dans leurs conclusions sur le basculement d'une société qui avait peu évolué durant des siècles et qui se retrouve projetée d'un coup dans la mondialisation. Tous les trois sont finement élaborés, mais ils finissent par trop se ressembler. Passage des Ombres souffre de venir en troisième, dans un contexte en partie connu, avec en plus des personnages qui étaient déjà présents précédemment. Il en découle un petit air de « déjà lu ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250

critiques presse (3)
Chatelaine   06 août 2018
On aime. L’intrigue policière tissée minutieusement et avec brio, sur fond de société en pleine transformation. L’audace de l’auteur. Le recours à la poésie et à la littérature populaire islandaises, aux fantômes, elfes et autres divinités.
Lire la critique sur le site : Chatelaine
LeDevoir   06 août 2018
Encore une fois, c’est le rythme inimitable de l’écriture d’Arnaldur Indridason — toujours aussi pleinement rendue par Éric Boury — qui fait le charme de ce récit aux odeurs surannées.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Lexpress   23 juillet 2018
Indridason charbonne une intrigue prenante, touchée de croyances populaires, qui mène le lecteur par le bout du nez. Mais échoue à retrouver les inflexions mélancoliques d'Erlandur, héros inoubliable de ses meilleurs polars.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
umezzuumezzu   17 août 2018
Tout cela venait se mêler aux histoires d'ogresses et de géants transformés en pierre, surpris par le lever du soleil, aux nykrar, ces esprits aquatiques malfaisants qui plongeaient dans les lacs et ressemblaient à des chevaux aux sabots à l'envers, et aux tilberi, ces créatures informes qui suçaient le sang des femmes, accrochés à leurs cuisses. Ces étranges récits étaient nés de la confrontation de l'homme à une nature hostile, de la difficulté à survivre dans ce pays désolé et des peurs qu'engendrait la longue nuit hivernale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
BazartBazart   10 mai 2018
Ces histoires décrivent souvent des difficultés liées à la condition féminine. Par exemple, lorsque les femmes ont un enfant hors mariage et qu’elles sont contraintes de s’en débarrasser. Autrefois, abandonner un nourrisson en pleine nature faisait office d’avortement. C’était évidemment une expérience traumatisante que les histoires d’elfes permettaient d’embellir tout en atténuant la souffrance. Dans ces contes, des femmes humaines ont des enfants avec des elfes d’une grande douceur et d’une grande beauté, l’exact opposé des rustauds qu’elles connaissent, et c’est aux elfes que ces femmes abandonnent leurs enfants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
StelphiqueStelphique   02 mai 2018
Ces gens ne demandaient qu'à être bernés et, plus ils payaient cher, plus ils étaient disposés à avaler n'importe quelles sornettes. Par le diable, je n'arrive pas à croire à quel point c'était facile de les tromper!
Commenter  J’apprécie          240
Mary63Mary63   25 août 2018
Konrad descendit de voiture et s'approcha du théâtre. Il leva les yeux sur les murs anthracite, observa les orgues de basalte qui les décoraient et rappelaient les vieilles croyances populaires. Derrière ces épais murs noirs, on mettait en scène l'existence humaine, où tragédie et comédie alternaient come dans la vie elle-même. A une différence près : quand le rideau tombait, le spectacle tombait, le spectacle était terminé, dans la vraie vie, ce n'était jamais fini.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
morinmorin   21 août 2018
Flovent avait essayé de ne pas trop penser à ce qui était arrivé à Jonatan sans vraiment y parvenir, cette histoire le perturbait beaucoup. Il frappa ses pieds sur le sol et tourna la tête vers le lointain et l'autre côté du lac. L'image des deux jeunes filles revint l'envahir, la première dans ce recoin derrière le Théâtre, la seconde près des rochers de la chute de Dettifoss. On eût dit qu'elles le suppliaient de ne pas les oublier, de veiller sur elles et de les protéger comme si elles étaient les uniques joyaux de la nation qui retrouvait maintenant sa liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Arnaldur Indriðason (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arnaldur Indriðason
Extrait de "Les Fils de la poussière - Les Enquêtes d'Erlendur Sveinsson 1" d'Arnaldur Indridason lu par Jean-Marc Delhausse | Livre audio. Editions Audiolib. Parution le 17 avril 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/les-fils-de-la-poussiere-les-enquetes-derlendur-sveinsson-1-9782367628639
autres livres classés : islandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Arnaldur Indridason

Un soir glacial de janvier, un petit garçon asiatique de 12 ans qui rentrait de son école est assassiné au pied d’un immeuble de la banlieue de Reykjavik.

La Cité des jarres (2005)
La Femme en vert (2006)
La Voix (2007)
L'Homme du Lac (2008)
Hiver arctique (2009)
Hypothermie (2010)
La Rivière Noire (2011)
Betty (2011)
La Muraille de lave (2012)
Etrange Rivage (2013)

10 questions
221 lecteurs ont répondu
Thème : Arnaldur IndriðasonCréer un quiz sur ce livre
.. ..