AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226625751X
Éditeur : Pocket (05/02/2015)

Note moyenne : 3.06/5 (sur 271 notes)
Résumé :
Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie et le Râteau ont 80 ans et dépérissent dans une maison de retraite de Stockholm. Pour tromper l'ennui, ils décident de préparer le casse du siècle.


Traduit du suédois par Hélène Hervieu

Elles sont trois femmes et deux hommes : Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie, et le Râteau, chacun 80 ans au compteur. Ils chantent dans la même chorale et dépérissent dans la même maison de retraite à Stockhol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (93) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  20 janvier 2016
Vive les seniors, le troisième voire le quatrième âge, la silver génération, les papys et les mamys, les vétérans, les cartes vermeils, les aïeuls, les ancêtres, les doyens! Les six exemplaires de cette génération dont Catharina Ingelman-Sundberg nous conte l'histoire sont réjouissants. Certes quelques maux entravent leur mobilité mais pas leur humour et en philosophes, ils exploitent ces faiblesses pour servir leur projet.
Et il n'est pas banal ce projet. Marre des restrictions de liberté et de la malbouffe à la maison de retraite : il leur faut commettre un forfait. Pas pour récupérer des sous (des couronnes : on est en Suède), mais pour aller en prison. ils l'ont bien vu dans des reportages : on y est mieux traité que dans leur résidence, on a accès à la salle de gym, les repas sont plus appétissants…
Ils élaborent donc, avec minutie un plan d'action pour dérober des tableaux de maitres au musée de Stockholm. Et pour cela s'installent au Grand Hôtel tout proche.
La vieillesse a peu d'avantages, mais c'est un passeport pour l'indulgence. L'opération se déroule parfaitement, sauf que le délit est si bien réalisé que le but ultime, la prison, tarde à être atteint. D'autant qu'une série d ‘événements indésirables modifie la donne.
Lorsqu'enfin ils arrivent en prison, c'est la désillusion : eh oui, finalement la maison de retraite, ce n'était pas si mal. Sauf qu'on le sait, la prison n'est pas un remède à la délinquance, et peut au contraire créer des vocations. D'autres projets se dessinent.
Beaucoup d'humour donc dans ce récit cocasse, où les déambulateurs se transforment en matériel utilitaire pour planquer les larcins. La plus jeune des voleuses a 77 ans mais ils sont tous animés d'une énergie étonnante, surtout après qu'ils décident de ne plus prendre les petits cachets qu'on leur distribue généreusement (c'est une des seules largesses des administrateurs de la résidence) le soir pour qu'ils soient tranquilles.
L'histoire est émaillée de rebondissements, qui par leur nombre deviennent un plus pour l'intrigue et contribuent au comique de l'affaire.
Le policier en charge de l'enquête n'a rien à voir avec ceux mis en scène dans les polars nordiques : encore qu'il soit probable qu'à l'issue de cette affaire, il devienne lui aussi alcoolique et dépressif…
C'est sans langue de bois que l'auteur pointe les dysfonctionnements de ces structures qui se transforment en ghettos, pour peu que le but ultime soit d'entrer profit, en France la loi 2002-2 a été votée pour éviter la maltraitance institutionnelle envers les personnes âgées, et par extension à toutes les institutions accueillant un public vulnérable..
Il y a quelque chose de Paasilinna, et de la douce Empoisonneuse dans ce roman-là. La naïveté, feinte ou non des personnages fait pencher la balance en faveur de cette bande de brigands vénérables : on n'a qu'une seule envie, c'est qu'ils réussissent à berner tous le monde et à profiter de leur butin! La restriction du nombre de brioches au goûter constitue indubitablement une circonstance atténuante.
Très agréable lecture, légère et sans prétention.


Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          491
emi13
  18 mai 2017
Des petits vieux âgés de 75 à 80 ans aux caractères bien trempés ne se laissent pas faire à la maison de retraite. le directeur pour faire des économie a décidé que le café et les biscuits de l'après-midi seraient réduits ainsi que l'utilisation de leur salle de sport. Pour eux la joie de vivre n'est plus au rendez-vous. Martha a une idée celle de faire un braquage de banque pour pouvoir vivre comme ils l'entendent. Nos cinq amis pensionnaires sont sous les ordre de Martha. Avant le braquage, ils décident de visiter la cuisine du home et de se faire un bon souper accompagné de bon vin. Après s'être rassasié ils décident de tout remette en ordre pour que personne ne voie qu'ils ont occupé la cuisine. Ayant trop bu ils s'endorment sur place. le lendemain matin c'est le directeur qui les retrouvent , bien sûr maintenant ça sera des somnifères tous les jours au soir. Martha ne se laisse pas démonter, il faut faire le hold-up le plus vite possible. Mais rien ne se passe comme ils veulent mais…….Ne vous fiez pas à des personnes âgées elles ne renoncent jamais. Une lecture pour le moins divertissante, je n'ai pas été déçue.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Bislys
  28 avril 2016
Lassés de leur vie morne et terne, cinq pensionnaires d'une maison de retraite suédoise décident d'aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs, à savoir en prison. Mais pour aller en prison, il faut avoir commis un crime. Nos cinq retraités vont donc imaginer le casse du siècle pour pouvoir mener une fin de vie bien confortable en prison.
Enfin, j'en ai terminé avec ce roman! Loin d'être la lecture entrainante et drôle à laquelle je m'attendais, ce livre s'est révélé être aussi ennuyeux que la vie des cinq retraités. Les aventures et les péripéties s'enchainent, toutes aussi rocambolesques les unes que les autres, mais finalement sans grand intérêt. Dommage parce que l'idée de départ était plutôt originale. Malheureusement, l'auteur n'a pas su rendre le récit intéressant.
Commenter  J’apprécie          261
mesrives
  09 février 2016
Je n'ai pas du tout apprécié ce roman que javais choisi car j'avais trouvé son titre accrocheur et prometteur: Comment braquer une banque sans perdre son dentier.
Et bien non, malgré ce programme évocateur, j'ai failli changé de châine...
Ce livre de Catharina Ingelman-Sundberg a provoqué chez moi à peu près les mêmes réactions que celui de Jonas Jonasson, le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, des réactions presque épidermiques et négatives, hélas.
Alors, je n'incrimine pas le sujet, ni les protagonistes, ni l'intrigue.
Je crois que c'est le style de l'auteur, je n'y suis pas sensible. Son humour n'a pas été non plus suffisant pour m'entrâiner dans une lecture agréable ou divertissante.
Une lecture fastidieuse car le projet de Martha et de ses compagnons de route m'a barbé...
"Comment oubler un livre sans perdre ses lunettes"
Oui, je me suis ennuyée à sa lecture!

Commenter  J’apprécie          251
Herve-Lionel
  10 mai 2016
La Feuille Volante n°1041– Mai 2016
Comment braquer une banque sans perdre son dentier - Catharina Ingelman-Sundberg. - Fleuve Éditions
Traduit du suédois par Hélène Hervieu.
Rien que de lire le titre et la 4° de couverture, c'est déjà tout un programme. Il allait être question de pacemakers, de listes de médicaments, de déambulateurs, de rhumatismes, de fractures du col du fémur… Pour une fois qu'on met les vieux en scène autrement qu'avec le scrabble, les verres de vin rouge, le tricot ou la belote ! Ils sont donc donc cinq, pensionnaires de la même maison de retraite suédoise et chantant dans la même chorale, qui soudain prennent conscience que les prisonniers incarcérés ont une meilleure vie qu'eux. La solution s'impose donc d'elle-même, ils vont devenir délinquants et après pas mal de réflexions et d'hésitations, le braquage d'une banque s'impose, même si cela ne se fait plus depuis longtemps ; une attaque de transports de fonds suffira donc. Mais, c'est pour la bonne cause : ils prendront aux riches pour donner aux pauvres, pour améliorer le sort des pensionnaires des maisons de retraite et, bien entendu, iront en prison, leur véritable objectif, drôle d'idée quand même ! C'est vrai que personne ne pourrait soupçonner une bande de vieillards séniles avec leurs déambulateurs. C'est vrai aussi que, dans ce genre d'exercice, ils sont plutôt novices, des coups d'essais s'imposent donc, entre jouer les rats d'hôtel et les dévaliseurs du musée de Stockholm, et pas du tout par amour de l'impressionnisme français ! Ils sont aidés involontairement en cela par le directeur de leur maison de retraite qui file la parfait amour avec l'infirmière chargée des soins, ainsi la surveillance est quelque peu relâchée et leur départ passe inaperçu. Dans leurs entreprises, ils font pourtant ce qu'ils peuvent, pensent au plus petits détails, s'inspirent des romans policiers anglais, font preuve de beaucoup d'imagination. Ils vont même jusqu'à s'accuser du vol des tableaux, à donner des renseignements précis, mais on les prend pour des affabulateurs. Malheureusement, il y a toujours un grain de sable qui se loge dans l'engrenage et qui fait tout foirer. C'est le début d'un polar hilarant aux multiples rebondissements dans lequel la police ne prend pas vraiment au sérieux la disparition de ces cinq vieillards de leur établissement. Quant à leurs idées reçues sur la prison et sur l'argent qu'ils voulaient partager, ils vont un peu évoluer. Et leurs manigances bancaires n'attirent pas que l'attention de la police !
C'est un livre léger (malgré ses plus de 400 pages) et agréable à lire malgré les invraisemblances qu'on lui pardonne aisément. Cependant, en le lisant, j'ai eu plusieurs impressions. D'abord la morale est sauve, mais attendais-je vraiment autre chose de cette aimable plaisanterie ? En outre, j'ai eu un sentiment étrange et peut-être bien éloigné de la farce qui veut nous être offerte. Quand on a mené une vie rangée, encombrée de difficultés, d'interdits et de tabous, quand vient la vieillesse, et avec elle une certaine mais ultime liberté, c'est aussi la dernière occasion de faire ce qu'on n'a pas pu réaliser avant, alors on se lâche et c'est sans doute ce que font ces cinq compères. Ils ont peut-être envie d'autre chose que d'attendre la mort, une dernière fois envie d'exister, de faire quelque chose, d'avoir leur quart d'heure de gloire surtout dans une société qui ne veut plus d'eux. Ils ont peut-être l'excuse d'avoir été abandonnés dans ce mouroir par leurs enfants qui attendent impatiemment l'héritage. Allez savoir ? Moi j'y ai vu cet aspect des choses, au-delà de l'humour réel que le titre laissait prévoir, mais peut-être n'ai-je rien compris ?
© Hervé GAUTIER – Mai 2016. [http://hervegautier.e-monsite.com ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
GudulleGudulle   03 août 2015
Quand les trois policiers se retrouvèrent au bureau pour faire le point, tous étaient épuisés et passablement découragés. Le commissaire Petterson croisa les mains sur la table.
- Comme vous le savez, les tableaux et l'argent ont disparu, et cinq personnes ont reconnu le crime. Même si nous n'avons rien trouvé qui puisse accréditer les affirmations de ces vieux, le procureur va faire une demande d'incarcération. Il s'agit malgré tout de tableaux d'une valeur de trente-deux millions et nous n'avons pas d'autres pistes.
Strömbeck posa les pieds sur la table et regarda droit devant lui.
- Vous imaginez les titres des journaux: La police met cinq vieillards sous les verrous. Ils n'ont pas d'autres pistes.
Tout le monde soupira et conclut qu'il valait mieux rentrer chez soi. Non seulement ils se coltinaient un casse compliqué, mais en plus ils avaient cinq vieillards sur les bras.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
blandine5674blandine5674   04 juin 2014
- Ici, ils vous licencient à 50 ans, enchérit Anna-Greta. Nous ne valons plus rien. Aux informations hier soir, des retraités se plaignent de ne pas avoir le temps de traverser aux passages cloutés avant que le feu ne passe au vert pour les voitures. Alors le fonctionnaire responsable a déclaré qu'il ne comprenait pas ces critiques parce que le bureau avait calculé le temps nécessaire.
Commenter  J’apprécie          70
GudulleGudulle   04 août 2015
- Ça fait des jours que nous sommes planqués devant cette maudite maison de retraite sans que rien ne se passe.
- Oh que si ! Ils se sont procuré un chat, dit Strömbeck en se glissant une chique de tabac sous la lèvre. Et si je ne me trompe, c'est toi qui as voulu les surveiller. Des vieillards dans un hospice...
Commenter  J’apprécie          80
marmotte-gmarmotte-g   06 mai 2014
Je veux mourir jeune d'esprit et aussi tard que possible mais je veux vivre avec bruit et fureur le plus longtemps possible.
Commenter  J’apprécie          190
ADAMSYADAMSY   30 août 2015
Un groupe de retraités se dirigeait vers elles.
- Ils vont certainement au Musée national.
- Comment tu le sais ?
- Quand il y a un ou deux hommes pour une foule de vieilles femmes, tu peux être sûre qu'il s'agit d'une sortie culturelle.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Catharina Ingelman-Sundberg (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catharina Ingelman-Sundberg
Le Gang des dentiers part en croisière? et pose ses valises en France !
L'interview de CATHARINA INGELMAN-SUNDBERG par LINE RENAUD
C?est la panique chez le Gang des dentiers : les caisses sont vides ! Victimes de leurs largesses et de leur aversion pour les bilans comptables, Martha et ses amis se retrouvent sans le sou et obligés de sortir une fois de plus de la légalité pour se renflouer. Après un petit braquage « de routine » dans un village voisin, ils déménagent à Djursholm, banlieue huppée de Stockholm. Ce nouvel environnement donne un tour inattendu à leurs aventures : Martha y découvre l?existence des paradis fiscaux. Les réserves des banques font pâle figure à côté des sommes que le Gang pourrait rafler dans ces eldorados pour milliardaires.
+ Lire la suite
autres livres classés : maison de retraiteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14467 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..