AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782377316465
Sarbacane (05/05/2021)
3.76/5   62 notes
Résumé :
Le 1er mai 1891, malgré les interdictions patronales, les ouvriers grévistes ont décidé de défiler dans la cité textile de Fourmies (Nord), pour réclamer la journée de huit heures. La veille, affolés, les industriels des filatures ont sommé le maire de la ville, Auguste Bernier – lui-même directeur d'une usine – d'exiger du préfet l'envoi de la troupe. Deux régiments d'infanterie de ligne, les 84e et 145e, cantonnés tout près à Avesnes-sur-Helpe et à Maubeuge, se me... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,76

sur 62 notes
5
4 avis
4
8 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

diablotin0
  24 octobre 2021
Le thème de ce roman graphique est intéressant et nous rapporte avec brio les tensions entre ouvriers et patrons de l'industrie textile en 1891.
En ce 1er mai 1891 une manifestation a lieu ,une manifestation qui se terminera en sang.
Le scénario est bien mené et en quelques pages on est imprégné par cette soif de justice. Si les revendications commencent par réclamer des journées de 8h très vite elles se transforment par : "c'est nos frères qu'il nous faut" !!!... les arrestations brutales ne se font pas attendre !
L'ambiance violente, répressive, est très bien rendue, toutefois je n'ai pas su apprécier le graphisme qui illustre pourtant comme je viens de le dire tout à fait bien l'atmosphère violente.
Le choix des couleurs, les traits hachurés sont, sans aucun doute, réfléchis, travaillés avec soin mais ce n'est pas ce que j'apprécie.
Commenter  J’apprécie          340
visages
  18 juillet 2022
Cet album relate un drame politique survenu le 1 er Mai 1891 dans une petite ville du Nord dans laquelle l'auteur a grandi.
Lorsque des ouvriers décident de manifester pour réclamer la journée de 8 heures de travail,tout commence dans la bonne humeur et l'espoir grâce à la force de la solidarité. Les soldats de la République arrivent en nombre mais, étonnamment,les ouvriers les accueillent sans haine et même avec sympathie dans l'idée de les rallier à leur cause. Il n'en sera évidemment rien, et ces " chiens de garde" du patronat n'hésitent pas à tirer lorsque la foule clame en priorité la Libération de leurs frères emprisonnés. Neufs ouvriers sont tués, rappelant la violence du 1 er Mai 1886 à Chicago où trois manifestants sont tués parce qu'ils réclament la journée de 8 heures. Ces fameuses 8 heures qui ne seront octroyées en France qu'en 1919, puis Pétain déclarera férié le 1 er Mai afin de rallier les français au régime de Vichy ! Que de violence et de tristesse!
Le rouge et noir comme unique couleur de l'album illustre avec intelligence la passion,la révolution, mais aussi la mort et la violence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
Sylvere
  23 juin 2021
Un très beau roman graphique.
On comprends dès le début où va nous mener cette journée, vers un drame et tout le talent est de maintenir la tension et l'attention du lecteur, ce que fait magistralement Alex W. Inker.
Il nous plonge dans le monde ouvrier, à la fin du XIXe dans le Nord de la France, un monde dur, inégal et ou l'opposition entre bourgeoisie et ouvriers est forte. Les ouvriers de Fourmies souhaitent profiter du 1er mai 1891 pour faire avancer leurs droits, le patronat ne voit pas les choses de la même façon et fait interdire les rassemblements, garder les usines par la gendarmerie et venir des régiments en renfort.
Tout est réuni pour que le drame ait lieu et il aura bien lieu et marquera la région, les familles et tout le peuple ouvrier pour longtemps. L'auteur est marqué par cette histoire, dont il se sent l'héritier de par ses origines sociales et géographiques.
C'est un très bel ouvrage, pas facile. Graphiquement le choix du bicolore, pas noir et blanc mais noir et rouge, fonctionne à merveille. le Nord c'est le pays des briques et le rouge leur couleur, c'est aussi le rouge de l'engagement populaire, le roux de Maria et la couleur du sang ouvrier qui coulera.
Il n'y a pas de textes superflus, juste ce qu'il faut, quelques traces du patois local et la beauté des couleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
anniefrance
  25 juin 2021
Je connaissais l'histoire de ce premier mai tragique( qui devait être le grand jour de fête des prolétaires.
Les dessins sont blanc, noir et rouge, très suggestifs: on y est; du côté des ouvriers évidemment!
Ils avaient confiance dans leurs piou pious, jamais ils n'auraient pensé qu'un chef crierait Feu contre eux qui au départ ne voulaient que des conditions de travail plus humaines; en grève, ils voulaient que les autres ouvriers prennent conscience que l'usine est un bagne et les rejoignent; ensuite ils veulent qu'on libère ceux qui ont été arrêtés...la colère monte, les soldats chargent (contre leur gré) Neuf morts! devenus une légende et on parlera de Fourmies LA ROUGE.
Très bel ouvrage.
Commenter  J’apprécie          70
marietjf
  02 janvier 2022
4h00, Maria se lève comme tous les matins pour aller à l'usine…. Mais ce 1er mai 1891, elle l'annonce à sa mère « Je n'retoucherai nin une machine avant qu'ils nous donnent nos huit heures ! ».

Alex W. Inker nous livre une chronique sincère et humaine d'un drame qui a eu lieu il y a 130 ans… Des lieux qu'il connait comme sa poche, un drame qui a fait des 9 décédés les symboles d'une lutte naissante.

Il nous place au coeur des évènements, sans manichéisme, en nous permettant de suivre Maria donc mais aussi Kléber, Louise, le gamin Emile, et 2 soldats de la République et leur nouveau fusil Lebel, renforts d'infanterie envoyés défendre les filatures face aux ouvriers chantant la Révolution. On ne repose le livre qu'une fois la dernière page tournée, anéanti par sa brutalité, sa violence et son injustice.

Ce récit puissant est servi par le trait rapide de Alex W. Inker, un trait vif et enlevé, un noir charbon teinté de rouge sang. Tu penseras à Tardi en tournant les pages et tu auras raison…

Au final, un album poignant, un récit fort et universel qui permet de se replonger dans les luttes ouvrières passées et qui n'aura de cesse de résonner avec le présent…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (5)
CNLJ   20 septembre 2021
Le dessin virtuose, au trait fluide rehaussé d'un ton rouge, donne de la grâce à ce combat finalement encore très proche de nous. Un talent déjà remarqué dans Un travail comme un autre où Alex Inker s'intéressait déjà à la cause des plus humbles, aux États-Unis durant la Grande Dépression.
Lire la critique sur le site : CNLJ
BoDoi   14 juin 2021
On ressort de Fourmies la rouge (et de sa fin abrupte) édifié et bouleversé, mais sans avoir le sentiment d’avoir été manipulé : si Alex W. Inker tire sur la corde sensible, ce n’est pas celle des larmes faciles, mais celle de l’humanité de tout un chacun.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Auracan   19 mai 2021
D’Apache à Fourmies la Rouge en passant par Servir le Peuple, le dessinateur Alex W. Inker, fer de lance des éditions Sarbacane, n’a de cesse de renouveler et d’adapter son graphisme à son récit et ce, pour le plus grand bonheur du lecteur.
Lire la critique sur le site : Auracan
LigneClaire   18 mai 2021
Avec Fourmies la Rouge il borde ses cases de noir, utilise deux couleurs, assombrit le ciel qui va recouvrir de ses nuages un drame social sanglant et ses héros anonymes, d’un petit Gavroche à une jeune fille souriante, Maria qui vont tomber sous les balles.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
BDGest   22 avril 2021
En virtuose, Alex W. Inker, entraîne le lecteur au plus près des personnages, le plongeant en apnée au coeur des événements.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
anniefranceanniefrance   25 juin 2021
au nom de l'intérêt de tous, ils (les industriels) font un appel sincère à la probité et au bon sens des ouvriers honnêtes qui sont encore en grande majorité dans la région, pour les mettre en garde contre les théories révolutionnaires des quelques meneurs, à qui seuls peuvent profiter le trouble et le désordre.
Commenter  J’apprécie          20
AS76AS76   19 mai 2021
Je viens de Fourmies.

Deux fois par jour, quand, j'allais à l'école, puis au collège, puis au lycée, je traversais la place où la fusillade a eu lieu.

Jusqu'à la fermeture des usines, la quasi totalité de ma famille était composée d'ouvriers d'usine et d'ouvriers en filature.

J'ai été élevé entouré de grands-mères, grands-oncles, grands-tantes qui avaient passé leur vie derrière les machines.

C'est de là que je viens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NofSetNofSet   16 mai 2021
"C'est qu'on est bientôt une armée pour ce battre contre quoi ?
Un bataillon de soigneuses, de tisseuses, et de bobineurs en filatures ?"
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Alex W. Inker (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alex W. Inker
Lightfall : La Dernière Flamme (T1) de Tim Probert et Fanny Soubiran aux éditions Gallimard BD https://www.lagriffenoire.com/lightfall-vol01-la-derniere-flamme.html • Lightfall : L'Ombre de l'Oiseau (2) de Tim Probert et Fanny Soubiran aux éditions Gallimard BD https://www.lagriffenoire.com/lightfall-vol02-l-ombre-de-l-oiseau.html • Un travail comme un autre de Alex W. Inker et Virginia Reeves aux éditions Sarbacane https://www.lagriffenoire.com/un-travail-comme-un-autre-1.html • Colorado train de Alex W. Inker aux éditions Sarbacane https://www.lagriffenoire.com/colorado-train-bande-dessinee.html • Ténébreuse - Tome 1 de Hubert et Mallié Vincent aux éditions Dupuis https://www.lagriffenoire.com/tenebreuse-tome-1.html • Ténébreuse - Tome 2 de Hubert et Mallié Vincent aux éditions Dupuis https://www.lagriffenoire.com/tenebreuse-tome-2.html • A short story (noir et blanc) : La véritable histoire du Dahlia Noir de Run et Florent Maudoux aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/a-short-story-noir-et-blanc-la-veritable-histoire-du-dahlia-noir.html • Les coeurs de ferraille - Tome 1 - Debry, Cyrano et moi de BeKa et Munuera Jose Luis aux éditions Dupuis https://www.lagriffenoire.com/les-coeurs-de-ferraille-les-c-urs-de-ferraille-tome-1-debry-cyrano-et-moi.html • Contes ordinaires d'une société résignée de Ersin Karabulut aux éditions Fluide Glacial https://www.lagriffenoire.com/contes-ordinaires-d-une-societe-resignee.html • Jusqu'ici tout allait bien... de Ersin Karabulut aux éditions Fluide Glacial https://www.lagriffenoire.com/les-contes-ordinaires-d-ersin-karabulut-jusqu-ici-tout-allait-bien.html • Journal inquiet d'Istanbul - Tome 1 de Karabulut Ersin aux éditions Dargaud https://www.lagriffenoire.com/journal-inquiet-d-istanbul-tome-1.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionsgallimardbd #editionssarbacane #editionsdupuis #editionsruedesevres #editionsfluideglacial #editionsdargaud
+ Lire la suite
autres livres classés : Fête du travail (1er mai)Voir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2677 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre