AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290215708
352 pages
J'ai lu (11/03/2020)
3.74/5   99 notes
Résumé :
Dans un monde où acquérir un androïde fonctionnel est devenu tout à fait possible, Ben est peut-être en train de laisser passer le train de sa vie. Vivant sur l'héritage de ses parents, il regarde, impuissant, sa femme avocate s'éloigner de lui. Loser ?
Mais, un matin, Ben trouve un robot dans son jardin. Un adorable petit machin de ferraille qui, assis dans l'herbe, contemplant des chevaux, éprouve toutes les peines du monde à expliquer ce qu'il fabrique ici... >Voir plus
Que lire après Il y a un robot dans le jardinVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (66) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 99 notes
Je ne sais pas si vous connaissez Wall-E, mais si vous le connaissez, vous n'avez pas envie qu'il ne souffre ni qu'il meurt. de même pour Johnny 5 d'Electronic Junior (film de 1987), ni Ron de Ron débloque (film de 2021), ni Jeff, ni Goodyear dans Finch (film de 2021), ni Chappie (film de 2015), ni Monomo des romans Rempart de Mike Carey, ni Rex de Chiens de Guerre de Tchaïkovsky, ni Klara de Klara et le soleil de Ishiguro, ni Webmind de la trilogie Singularités de Robert J.Sawyer, ni Andrew de l'Homme Bicentenaire, ni Marvin, ni Baymax, ni RD2D2, ni BB-8, ni le géant de fer, ni Bumblebee, etc… Mais pouuurrquoiiii ? Ils ne sont pas humains ? Ce sont des machines ? Alors pourquoi ?

Tang est un robot un peu cassé et comme Ben, nous voulons qu'il soit réparé. Il pourrait être remplacé par un androïde plus moderne avec des capacités plus larges, une intelligence et une mémoire plus étendue. Mais on préfère le robot maladroit naïf, un peu rebelle qui n'écoute pas, celui qui apprend avec émerveillement et qui fait des bêtises sans le vouloir… C'est ce robot qu'on veut. Il ressemble à un humain. Il n'est pas parfait.

Ben aussi est un peu cassé, mais à l'intérieur. Ensemble, ils vont faire un voyage de trois mois pour se réparer. En quête du créateur de Tang, cet étrange duo va parcourir La Californie, le Texas, puis Tokyo (le passage à Tokyo sera mon préféré) jusqu'en Micronésie, avant de revenir en Angleterre.

Je lis très rarement de Feel Good mais je dois admettre que cela fait parfois du bien, surtout quand on passe un bon moment avec un robot bizarre, sympathique et gentil. Des moments très drôles et touchants. C'était mignon comme un doudou.

Note pour ceux que cela intéresse: si vous aimez les robots mignons, je vous invite à regarder les oeuvres de l'artiste Matt Dixon (y'en a même qui chevauche des licornes roses, si ça c'est pas chou !!!) 🤗🤗🤗
Commenter  J’apprécie          8512
Il y a un robot dans le jardin, titre et première phrase du livre, est aussi le propos adressé par Amy à Ben son mari encore au lit alors qu'elle se prépare à aller travailler, Amy est avocate. Depuis qu'il a hérité de ses parents morts dans l'accident de leur petit avion personnel et qu'il a raté son examen de vétérinaire, Ben n'a plus d'occupation. Amy est lasse de son mari sans ambition, un mari qui se laisse tout simplement vivre. Ce dont Amy rêvait c'était un androïde qui ferait le ménage et pas de ce robot sale et couvert de bosses. Elle veut que Ben aille s'en débarrasser à la déchetterie mais Ben s'attache au robot qui a dit Tang, Ben pensant qu'il s'agit de son nom l'appelle ainsi, il le nettoie et pour le réparer, décide de partir à la recherche de son fabricant. Il n'en faut pas plus pour qu'Amy fasse ses valises et veuille divorcer. Ben quitte son Angleterre natale avec Tang, ils embarquent à bord d'un avion, en première classe car Tang refuse d'aller dans la soute, et atterrissent à San Francisco, première étape d'un long voyage épique. Ben mûrit, il se sent responsable de Tang, il agit comme le ferait un père. de retour chez lui, sa soeur Bryony et Amy constatent qu'enfin Ben, à près de quarante ans, est devenu un homme responsable.
Il y a un robot dans le jardin est un roman plus profond qu'il ne paraît et d'une lecture agréable.
Je remercie Super 8 Éditions et Babelio pour cette Masse critique privilégiée.
Commenter  J’apprécie          440
Quand Babelio m'a proposée de recevoir ce livre dans le cadre d'une MC privilégiée, je savais que j'accepterais un "feel-good-book" (d'habitude pas ma lecture de prédilection) avec l'espoir que j'allais (surtout) apprécier l'aspect anticipatif du récit.
Or, il n'est guère question d'anticipation ici... Dans un monde et sociétés proches des nôtres, les androïdes partagent la vie des hommes pour les aider dans leurs tâches du quotidien et l'amitié d'un homme avec un petit robot n'a alors rien de surprenant.

Ben, un "bon-à-pas-grand-chose" adulte (qui m'a passablement énervée pendant le premier tiers du livre) trouve un matin dans son jardin, un petit robot a l'apparence désuète et vaguement déglingué dont il décide de s'occuper contre l'avis de sa femme Amy.
C'est la fameuse goutte qui dans "le vasard clos" de leur couple battant de l'aile va faire déborder la patience d'Amy qui quitte alors la maison dont Ben a hérité de ses parents.
Comme Amy lui a souvent reproché son indolence, et parce que Tang, le petit robot, a besoin d'être retapé, Ben décide de partir avec Tang à la recherche du créateur de ce dernier.
S'ensuit un "Sky-and-road-trip" (certes pas ennuyeux, mais sans trépidation aucune), pendant lequel Ben et Tang vont apprendre à bien se connaître. Si au départ on pense être témoin d'une jolie histoire sur l'amitié, le lecteur se rend vite compte -et sans surprise- que c'est en réalité une belle fable sur la paternité. Mais c'est aussi en voulant faire réparer le petit robot, que Ben va "se sauver" lui-même en trouvant enfin un sens à sa vie.

Avec une écriture naturelle et fluide sur un ton décalé, alternant touches d'humour concernant Tang avec les réflexions sur sa vie passée de Ben, ce livre peut assurément être défini comme une bonne lecture de détente... pour d'autres lecteurs que moi... qui reste -hélas- insensible aux mignons récits de bons sentiments avec des "Happy ends" prévisibles bien avant le mot "fin".
Commenter  J’apprécie          350
A l'ère de la modernité, où ne pas posséder un robot dernier cri, capable de repasser votre linge, de faire la cuisine ou encore de vous conduire à votre séance de yoga vous ferait presque passer pour un marginal, Ben revendique, au grand dam de sa femme Amy, son indépendance totale face aux nouvelles technologies. Jusqu'au jour où un petit robot en mauvais état, plus proche de la boîte de conserve cabossée que de l'androïde rutilant, fait son apparition dans le jardin du couple…

Face à la fascination de Ben pour cette petite machine obsolète Amy craque, lassée d'un mari raté qui la délaisse, passe ses journées dans l'oisiveté et ne va jamais au bout de ce qu'il entreprend… Elle demande le divorce laissant Ben seul avec cet étrange robot qui semble doter d'une intelligence artificielle allant au-delà de toute programmation connue et se montre capable d'évoluer et de s'adapter en fonction de son environnement et des situations auxquelles il doit faire face. Pour la première fois, Ben, accompagné de son nouveau compagnon baptisé Tang, décide de se lancer à corps perdu dans une aventure qui lui permettra de retrouver le constructeur du robot, le seul capable de réparer la fuite de son cylindre. Une quête riche en péripéties qui le mènera d'Angleterre aux Etats-Unis, puis au Japon jusqu'aux Palaos et sera l'occasion pour Ben de faire de nombreuses découvertes, tant sur le monde qui l'entoure que sur lui-même…

Si, en postulant pour recevoir « Il y a un robot dans le jardin », je m'attendais à lire un roman de science-fiction, ancré dans un futur visionnaire et inaccessible, sachez qu'il n'en est rien, bien au contraire ! L'intrigue se déroule certes dans quelques décennies, mais ne montre pas d'avancées technologiques surréalistes puisque seuls les robots « domestiques » se sont vulgarisés pour remplacer l'homme dans certaines besognes du quotidien. du coup, loin de me sentir décalée par rapport à cet univers futuriste, je me suis plutôt sentie proche et en empathie avec l'histoire et avec ses personnages (qu'ils soient humains ou non d'ailleurs !) tant les situations qu'ils vont vivre, les liens qu'ils vont développer et les émotions éprouvées sont proches de notre réalité…

Entre cet anti-héros plutôt mou du genou, qui a tout de l'ado attardé, égoïste et pas très dégourdi et ce petit robot ingénu et vulnérable, qui grandit et apprend à toute allure, au gré des changements de son environnement, va naître une relation plus proche d'un père/fils que d'un humain/machine. Ben et Tang, en s'apprivoisant, vont finalement évoluer et se révéler au contact de l'autre, provoquant des moments plein de tendresse et d'émotions. Cet attachement réel entre un homme et un robot pourrait sembler improbable et peu crédible, mais le talent de Deborah Install réside justement dans cette finesse à décrire l'évolution des relations entre ses personnages et à rendre possible la sincérité de leurs sentiments.

On pourrait reprocher à l'intrigue son aspect trop prévisible, malgré une idée de départ plutôt originale, néanmoins, l'écriture fluide et légère n'enlève rien au côté plaisant de la lecture. L'aspect « feel good book » est parfaitement assumé par l'auteur dans ce roman initiatique qui nous offre une jolie fable sur la paternité. Un bon moment de lecture donc pour tous ceux qui ont envie d'un peu de douceur et de tendresse ainsi que pour les amateurs de l'univers de Wall-E !

Un grand merci à Babelio et aux éditions Super 8 pour cette découverte !
Commenter  J’apprécie          280
Encore un coup de coeur !
Nous nous retrouvons dans ce récit entre A.I. (Intelligence artificielle) et Wall.E (je ne serais pas contre une adaptation de il y a un robot dans le jardin par Spielberg d'ailleurs, ce serait tout à fait son style)

Entre le personnage principal et le petit robot le courant passe bien, une montagne d'émotions différentes nous tombe dessus tout au long de l'histoire, du rire à la joie en passant par la pitié, l'amour, la tristesse mais surtout beaucoup de tendresse, avec une bonne chose, même si tous ces sentiments sont présents, on ne tombe jamais dans la niaiserie, on est en présence d'une histoire originale, un road-trip aux allures d'anticipation et ce n'est pas pour me déplaire.

Lors de cette aventure à travers le monde, Tang (le robot) va apprendre, évoluer, devenir de plus en plus "humain" jusqu'à se confondre avec un enfant au niveau du comportement et du caractère, malgré son apparence de boite de conserve ambulante.

En conclusion je vous dirai que c'est un roman à mettre entre toutes les mains, un récit basé sur de la SF, sans une once de violence mais non dénué d'intelligence, souvent drôle, "Il y a un robot dans le jardin" est surtout un roman sur la vie.

Voir la chronique sur mon blog :
Lien : http://unbouquinsinonrien.bl..
Commenter  J’apprécie          312

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Aujourd'hui, j'étais au volant d'une grosse cylindrée, en plein coeur de la Californie, sans femme, sans travail, et ignorant complètement où j'allais. J'avais aussi pour seule compagnie un robot vintage qui, de toutes les stations de radio, avait choisi celle qui diffusait Born to be wild.
Commenter  J’apprécie          350
J'avais eu l'occasion de remarquer que les concepts du "pourquoi" et de la "motivation" ne lui étaient pas vraiment familiers. Le voilà maintenant qui ignorait le principe du "pardon". Mais de toutes les émotions humaines, aussi complexes soient-elles, il avait parfaitement saisi ce qu'était l'amour.
Commenter  J’apprécie          310
Le robot était assis sous le saule, les jambes étendues devant lui et le dos tourné à notre fenêtre. Des gouttelettes causées par la rosée d'automne parsemaient son corps métallique, ce qui donnait un curieux mélange, entre estampe japonaise et tas de feraille.
Commenter  J’apprécie          230
Quand il a débarqué dans mon jardin, j'ai eu pitié de lui: je ne pouvais pas m'empêcher de me demander d'où il venait. Ensuite, plus le temps a passé et plus je me suis rendu compte qu'il était loin de ressembler aux autres androïdes. Il est capable d'apprendre des choses. J'en suis persuadé. Il ne se contente pas d'obéir à des ordres. En fait, il n'obéit presque jamais. Il est têtu et questionne toujours tout ce que je fais. Mais il est ... attentionné. Spécial, comme tu le dis.
Commenter  J’apprécie          60
"Tang aller bien. Tang pas avoir chaud. Tang très beaucoup heureux." J'ignorais si cela venait des heures passées devant la télévision pendant sa convalescence ou des magazines que je lui avait achetés, toujours est-il qu'il avait appris l'existence des superlatifs et qu'il essayait souvent de les placer dans ses phrases, avec plus ou moins de succès.
Commenter  J’apprécie          80

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus

Lecteurs (176) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4862 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..