AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Josée Kamoun (Traducteur)Michel Gresset (Préfacier, etc.)
ISBN : 2020246279
Éditeur : Seuil (01/01/1998)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 217 notes)
Résumé :
Les histoires les plus surprenantes se cachent parfois derrière l'apparente tranquillité de petites villes américaines : ainsi, un homme quitté par sa femme hérite soudain des rêves des autres. Parfois aussi, ce sont les histoires les plus cocasses : à la fin d'un repas arrosé, un convive s'insurge contre les discriminations liées à l'acné ... Sept nouvelles empreintes de cette humanité qui fait toute la saveur des romans de John Irving.


«Il f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
PiertyM
  14 mai 2016
Sept nouvelles de vie simplement, aux multiples voix, un Fred qui s'approprie les rêves des autres après le divorce, un Dr Roles urologue essaie de baisser la tension dans cette farouche lutte sur la compagne d'ignominie dans laquelle se sont engagés un jeune atteint de la chaude-pisse et une de ses conquêtes difficiles tout en soulignant sachant le docteur a lui même des démêlés avec son nouveau voisin sur noyer, Une Minna change sa façon de voir la vie une fois que Céleste franchit le seuil de sa porte, un homme parle à sa Volvo qui devenait une partie de son corps ou de son âme pour palier au déclin de la vie de couple...c'est un énergumène passe à table qui m'a le plus plu, une courte nouvelle dans laquelle il ne passe pas grand chose, c'est juste un débat au cours d'un diner, un Ernest Brannbar dine avec des hommes dits intelligents accompagné de sa femme d'ailleurs c'est elle la narratrice, puis éclate un débat sur le discrimination des minorités, et Brannbar s'attelle sur un terrain qui surprend, il faut parler aussi de la discrimination des personnes ayant de problème de peau tel que avec l'acné, pourquoi pas aussi des hommes intelligents qui peuvent être discriminer dans un milieu des médiocres, et là, on sent bien le cri de coeur de l'écrivain, l'homme qui ne s'intègre pas facilement en société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Felina
  21 décembre 2015
Fan inconditionnelle de John Irving, j'ai lu presque tous ces romans, à part le dernier en date, car les critiques que des proches m'en ont fait n'étaient pas fameuses, et ayant moult autres romans à lire, je me suis dit qu'il attendrait. "Les rêves des autres" est un recueil de nouvelles, au nombre de sept: celle qui a donné son nom au livre, puis "Un énergumène passe à table", "L’espace intérieur", "Dans un état proche de l’Iowa", "Un royaume de lassitude", "Faut-il sauver Peggy Sneed ?", "Mon dîner à la Maison Blanche".
"Les rêves des autres" propose un concept captivant et original, Fred, qui vient d'être quitté par sa femme commence à faire des rêves - chose étrange sachant qu'il n'a pas le souvenir d'avoir jamais rêver - mais encore plus étrange, il fait les rêves de la personne qui a dormi à l'endroit où il dort. Il expérimente ainsi le lit conjugal, le lit de son enfant, le canapé...
"Un énergumène passe à table" est le récit d'un dîner entre gens polis et plus intelligents que la moyenne selon leurs propres dires, mais finalement c'est celui qui y paraît le moins, qui les mouche tous. Trop bon! ^^A les repas délirants, dès cette évocation, je ne peux m'empêcher de penser "Au dîner de cons". Culte.
"L’espace intérieur" est une prise de tête sans nom digne de John Irving, sur des aspects mineurs de la vie qui deviennent plus qu'envahissants. Ici, tout tourne autour d'un magnifique noyer américain ainsi que de quelques problèmes urologiques (ça se dit?!). Une belle tranche d'humour et une esquisse de ce qui fait le style de l'auteur.
"Dans un état proche de l’Iowa" est un road trip en volvo rouge. Un homme ordinaire s'assoit dans la voiture et roule droit devant. Le véhicule est considéré par son conducteur comme un individu à part entière. Il souhaite emmener sa voiture au bout, mais au bout de quoi... Une nouvelle a l'humour grinçant, mais tellement ordinaire.
"Un royaume de lassitude" est la nouvelle qui m'est le plus rester en mémoire, sachant que cela fait un mois facile que j'ai lu ce roman, cette remarque compte dans mon appréciation. L'histoire se déroule dans un foyer pour jeune fille, où Minna travaille. Son avenir est tout tracé, dans quelques temps elle aura finit de travailler et se retirera chez sa sœur, pour devenir la tata gâteau. En attendant, elle aurait besoin d'un peu d'aider pour le travail au foyer. La nouvelle venue va bouleverser ça façon de voir la vie.
"Faut-il sauver Peggy Sneed ?" est une anecdote autobiographique de l'auteur, avec pour thème majeur la cruauté des enfants envers un éboueur un peu simple d'esprit. John Irving se sert de ce récit pour aborder son travail d'écrivain, et dévoile ainsi au lecteur assidu un aperçu de sa façon de voir le monde à travers sa plume.
"Mon dîner à la Maison Blanche" est également un récit autobiographique dans lequel il est question de politique, au moment des élection de 1992 entre Bush et Clinton. (...)
Lien : http://lillyterrature.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SebastienFritsch
  25 avril 2012
Ouvrir un livre de John Irving c'est entrer dans une plaisante contradiction. On retrouve une voix connue (je n'ose dire une voix amie, mais c'est presque ça) et, dans le même temps, il faut se préparer à être surpris.
La voix (que l'on pourra appeler le style ou encore le talent ou encore le génie) de John Irving est bien là. Pourtant, toutes les nouvelles qui composent ce recueil ne sont pas toutes de la même trempe. Certaines sentent même un peu le fond de tiroir (d'ailleurs n'est-ce pas le propos de ce recueil que d'aller déterrer sept textes, écrits entre 1968 et 1993, et publiés uniquement, à leurs époques respectives, dans des revues ?). Mais quand même : il y a le ton Irving, l'imagination Irving, les thèmes Irving. Et il y a aussi les personnages Irving, bien sûr, dont les portraits sont précis, mais sans lourdeur. John Irving sait nous les présenter dans le fil du texte, sans s'arrêter, sans casser le rythme pour dépeindre la physionomie de l'un ou l'autre. Et il n'organise jamais ses portrait selon un schéma stéréotypé ni n'use de qualificatifs convenus et usés, comme on peut le voir chez d'autres romanciers. Dit comme ça, ça parait évident, mais le fait que d'autres ne parviennent pas à écrire de la sorte prouve que ce n'est pas toujours aussi évident. Une leçon d'écriture chez le professeur Irving est alors indispensable.
Passons donc à la leçon numéro deux : dans le style Irving, il y a aussi l'humour Irving ; et l'humour Irving, c'est de la finesse. C'est parfois une remarque, glissée l'air de rien, à propos de l'un ou l'autre de ses personnages ; c'est encore un trait caricatural (mais sans excès) qui apparaît pour faire sourire le lecteur et dénoncer (ou simplement railler) l'un ou l'autre travers de ses semblables (une habitude, une obsession, une conviction politique, un tic, un vice ou que sais-je encore) et nous donner ainsi à appréhender divers modèles d'habitants de la planète Terre (car, si certains personnages sont typiquement américains, d'autres sont beaucoup plus universels). Chacun des sept textes de ce livre est empreint de cette touche amusée que l'auteur aime distiller entre ses lignes.
Leçon numéro trois : le rythme. Pas plus que les descriptions des personnages, celles des décors ne viennent briser le déroulement de l'intrigue. Et, de fait, plutôt que "déroulement", le mot qui me venait à l'esprit était "écoulement". le texte d'Irving coule tout seul. Et le lecteur n'a plus qu'à embarquer et se laisser mener au gré des remous, des vagues, des creux que l'auteur lui propose de vivre pour le surprendre, l'éloigner de sa propre vie le temps de sa lecture. Mais ce qui rend les livres d'Irving si fluides (que ce soit un court recueil de nouvelles ou un pavé de 600 pages), c'est aussi sa façon d'agencer les tableaux qui composent ses histoires. Et c'est encore une leçon à retenir de ce maître de la plume, car, même si cela paraît évident qu'il faut soigner les transitions d'une scène à l'autre (et les soigner si bien que le lecteur ne les voit pas), tous les écrivains n'y parviennent pas de la même façon. Soigner les transitions, ça veut dire passer d'une scène à l'autre aussi facilement que l'on passe d'une pièce à l'autre, mais ça veut aussi dire savoir revenir à la scène précédente en douceur, dans le cas (fréquent chez Irving) où la visite de la seconde pièce n'était qu'un intermède.
Evidemment, cette dernière qualité caractéristique du style Irving, peut mieux se ressentir dans les nouvelles les plus longues, intitulées "Un Royaume de lassitude" et "Espace intérieur", qui sont les deux textes que j'ai préférés. Mais les autres, même s'ils m'ont moins emballé (peut-être étaient-ils trop courts et m'ont laissé sur ma faim), portent quand même, indéniablement, la patte Irving et valent le coup d'être lus.
Lien : http://sebastienfritsch.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Lune
  03 juin 2008
Je l'avoue, je n'ai jamais lu John Irving dont j'entendais beaucoup parler et à propos duquel je lisais maints commentaires enthousiastes. J'ai commencé par un livre un peu à part puisqu'il s'agit de nouvelles, sept en tout. Toutes ne m'ont pas charmée mais toutes m'ont intéressée. La première qui donne son titre au recueil est étrange, désarçonnante avec ses quelques phrases qui soudain suspendent la lecture. La suivante "Un énergumène passe à table", par le biais d'une parabole, répercute la douleur de la différence. La troisième "L'espace intérieur" m'a beaucoup plu, les lieux, les personnages se mettaient à vivre et contentaient les "lecteurs-voyeurs" que nous sommes. A regret, l'histoire s'arrêta, limitée par le genre (même sensation pour "Un royaume de lassitude", la cinquième). Elles renferment une telle force de vie, une telle présence qu'on en sort frustré et plein de questions. La quatrième "Dans un Etat proche de l'Iowa, ou l'itinéraire qui mène à l'état de grâce" nous conte une fugue partagée entre un homme et sa voiture : miracle de l'écriture, même en passant par des phases d'étonnement, on y croit et on se prend à être désolé de ce qui lui arrive. On se promène d'états américains en états américains, on attrappe des noms qui sont au fond de nous, on voyage de motel en motel, des images de films montent à nos yeux, les grands espaces éblouissent. Les deux dernières sont autobiographiques. L'avant-dernière nous montre la naissance de l'écrivain, les fondements de la fiction/réalité. La dernière "Mon dîner à la Maison-Blanche" nous fait faire connaissance avec un John Irving démocrate, un Clinton porteur d'espoirs, un Bush!!! (le père)"dégueulis" (anecdote amusante et répugnante, mais chut! à vous de lire!), un Reagan dont on se souvient que l'Europe, moqueuse, regardait ce cow-boy sorti tout droit d'un western de série B, en se demandant dans quel mauvais feuilleton donnait l'Amérique; bref, rien que ce dernier écrit vaut le détour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
HORUSFONCK
  05 octobre 2017
Certainement, John Irving est-il plus à l'aise dans des récits au long cours, pour nous emmener dans ses contrées de prédilection.
Cependant, j'ai lu ces nouvelles avec plaisir et curiosité et elles ne m'ont ni déçu ni déplu.
Un autre aspect, donc, de l'oeuvre d'un grand de la littérature américaine.
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
PiertyMPiertyM   14 mai 2016
L’intelligence est singulière, si rare, que ceux qui ont une cervelle sont toujours en butte à la discrimination des masses imbéciles qui les entourent.
Commenter  J’apprécie          201
PiertyMPiertyM   14 mai 2016
La discrimination exercée contre ces gens est si totale qu'ils l'exercent aussi entre eux; ils ont honte d'être ce qu'ils sont ; honte quand ils sont tout seuls de leur espèce et honte quand ils sont vus ensemble.
Commenter  J’apprécie          140
myriampelemyriampele   17 juillet 2012
Dans un instant d'égarement, il envisagea d'emporter tous les vêtements de sa femme. Mais il était minuit, l'heure où les carrosses se changent en citrouilles, si bien qu'il alla chercher la Volvo.
Commenter  J’apprécie          30
SirennaSirenna   22 mars 2017
Il est ainsi des talents cruels que la vie nous distribue sans discernement ni intention de nuire.
Commenter  J’apprécie          40
ZalvecZalvec   11 juillet 2015
Aventuriers de surface, nous nous formons une opinion sur les icebergs d'après ce que nous voyons.
Commenter  J’apprécie          43
Videos de John Irving (61) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Irving
L?écrivain américain revient avec un 14ème roman, « Avenue des mystères ». L?occasion pour Entrée Libre de rencontrer John Irving pour parler de son style d?écriture et des thèmes qui lui sont chers, et de comprendre la recette de ses best-sellers du « Monde selon Garp » à « L?Hôtel New Hampshire ».
Du lundi au vendredi, Claire Chazal explore les multiples formes de la culture. Au menu, l'actualité culturelle des dernières 24 heures, des reportages sur des sujets éclectiques, ainsi que des rencontres avec des personnalités du monde des arts plastiques, du spectacle vivant, du cinéma et de la musique. Une fois par mois, un invité prend les commandes de l'émission et propose ses choix culturels.
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Complétez ces titres de John Irving

"Liberté pour ...

faire les courses'
les nounours'
les ours'
Florence Cassez'

12 questions
356 lecteurs ont répondu
Thème : John IrvingCréer un quiz sur ce livre
.. ..