AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2896576657
Éditeur : Editions Les Malins (01/01/2018)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Le retour de Marianne Roberts au prestigieuxcollège Anna Caritas semble avoir enclenché une série d'événements bizarres dans la petite ville de St-Hector. William Walker n'a jamais cru à ce genre de phénomène. Pourtant, lorsque lui et ses amis décident d'interroger l'au-delà, ils réveillent quelque chose d'étrange dans la maison de Sabrina et bientôt, cette force surnaturelle semble s'attaquer à eux sans répit. Forcé d'admettre son impuissance face à l'ennemi invisi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
coquinnette1974
  15 janvier 2019
J'ai eu le plaisir de lire le sacrilège, tome un de la série Anna Caritas de Patrick Isabelle, grâce aux éditions Kennes et net galley.
Le retour de Marianne Roberts au prestigieux collège Anna Caritas semble avoir déclenché une série d'événements bizarres dans la petite ville de St-Hector. William Walker n'a jamais cru à ce genre de phénomène. Pourtant, lorsque ses amis et lui décident d'interroger l'au-delà, ils réveillent quelque chose d'étrange dans la maison de Sabrina et, bientôt, cette force surnaturelle semble s'attaquer à eux sans répit. Forcé d'admettre son impuissance face à l'ennemi invisible, William, accompagné de ses fidèles complices, Anthony et Gabrielle, n'aura pas d'autre choix que de se tourner vers celle qu'il essayait d'éviter à tout prix : Marianne.
Le sacrilège est le premier tome de cette série. L'auteur nous explique pas mal de choses au début de ce premier tome, notamment le contexte dans lequel ces jeunes gens ont eu l'idée de faire du Ouija. J'ai trouvé ça très intéressant et même si l'auteur pose les bases, il n'y a pas de longueurs à proprement parler.
Patrick Isabelle sait faire monter la pression et arrive à nous faire sursauter à certains moments.
Le narrateur est Will, un jeune garçon à qui j'ai eu du mal à m'attacher. Sa façon de narrer les événements ne m'a pas toujours convaincu, j'ai eu un peu de mal avec son ton. Il m'a paru trop détaché par moment, comme s'il n'était pas réellement impliqué dans ce qui se déroule suite à la séance de Ouija.
Le sacrilège est un roman qui m'a intéressé, j'ai apprécié l'ambiance très particulière de ce pensionnat et de la petite ville de Saint Hector,
Certaines scènes sont réussies et foutent le frousse. C'est vraiment pas mal du tout et je serais curieuse de lire le tome deux.
Même si c'est un bon roman, je n'ai pas eu de coup de coeur à cause de Will et du ton de ce roman même s'il y a de très bonnes choses dedans. Je pense qu'il pourra plaire à de nombreux adolescents et jeunes adultes.
Anna Caritas est une série prometteuse, et je suis vraiment très curieuse de lire le tome deux :)
Ma note : 4 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Pat0212
  20 février 2019
Tout d'abord un grand merci à Netgalley et aux Editions Kennes pour ce partenariat très apprécié. D'habitude, je n'aime pas les histoires de sorcellerie, mais comme ce livre s'adresse à des adolescents, il est nettement plus soft que de tels romans destinés aux adultes, et de ce fait je l'ai beaucoup aimé. Grâce à Netgalley, je redécouvre les charmes des livres jeunesse et c'est vraiment plaisant.
Anna Caritas n'est pas une personne mais un ancien couvent devenu un collège prestigieux à Saint-Hector, une petite ville canadienne. Des familles riches y envoient leurs enfants, comme le rocker John Roberts qui a emménagé dans un manoir de la périphérie quelques années auparavant. Sa fille Marianne y a été scolarisée jusqu'à ce que le chanteur et sa femme meurent dans des circonstances étranges trois ans avant les faits relatés dans le livre. Marianne a quitté la ville durant ce laps de temps, puis y revient, ce qui déclenche la machine à ragots de cette petite communauté où tout le monde se connaît. Elle a la réputation d'être une sorcière et tous les élèves la fuient comme la peste.
Nous suivons un petit groupe d'adolescents, il y a Will le narrateur, Anthony son meilleur ami, Gabrielle sa petite amie et Sabrina, meilleure amie de la précédente. Sabrina est plutôt antipathique et prétentieuse. Un soir que ses parents sont absents, elle invite ses amis, ainsi que Maddox, le champion du collège et deux autres filles. Ils boivent de l'alcool et jouent au Ouija. Au début seule Sabrina prend le jeu au sérieux, les autres n'y croient pas. Des phénomènes étranges se passent dans le salon durant la partie, mais Sabrina insiste pour continuer. Finalement, ils libèrent une entité et le jeu tourne au drame. le salon est dévasté, Laurie s'enfuit et se fait renverser par une voiture.
A partir de ce moment, les évènements malheureux s'enchaînent, Sabrina se met à dépérir, Will se sent épié, des dissensions apparaissent entre les amoureux. Si Anthony fait comme si rien ne s'était passé et veut oublier cette malheureuse soirée, Will et Gabrielle désirent aider Sabrina, même contre sa volonté, pour ce faire ils demandent de l'aide à Marianne qui semble en connaître un rayon sur le sujet.
Quelques passages sont effrayants, mais restent assez soft vu le jeune public à qui est destiné le livre. On ne se complaît pas dans le glauque et le macabre, ça reste léger et très agréable à lire. Il y a une réflexion sur l'amitié et sur les forces du mal, sur le fait de juger selon les apparences. Les personnages sont plutôt sympathiques en dehors de Sabrina. Les plus intéressants sont Will et Marianne. Il reste beaucoup de questions à la fin du roman, aussi suis-je impatiente de découvrir la suite prévue pour cet automne.
Certaines tournures de phrases sont inhabituelles, mais on a rarement l'occasion de lire des auteurs canadiens. J'ai beaucoup aimé ce roman et je le recommande chaleureusement.
#AnnaCaritas #NetGalleyFrance
Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
titiseb77
  17 février 2019
#AnnaCaritas
#NetGalleyFrance
J'ai adoré ce livre, qui destinait aux adolescents, traite des esprits maléfiques et des conséquences auxquelles se frottent les personnes qui décident de jouer avec un ouija.
Anna Caritas est un collège célèbre, qui attire énormément d'élèves, les gens n'hésitant pas à déménager à Saint Hector, pour pouvoir y scolariser leurs enfants. Parmi ses élèves, il y a William Walker, Anthony, Gabrielle, Marianne Roberts, Sabrina...
Marianne Roberts est considéré comme mystique, depuis que son père et sa belle-mère ont été retrouvé morts dans leur manoir, et ce, de façon très étrange. Anthony et Gabrielle forme un couple uni, qui passent leurs temps à se bécoter comme tout bons adolescents amoureux, William Walker est notre héros, tout du moins, celui qui va nous raconter l'histoire qu'il a vécu avec ses amis.
Lors d'une soirée chez Sabrina, ils vont décider de jouer avec une planche de ouija, et depuis plusieurs drames ont eu lieu dans la ville, drames qui ont dans le pire des cas, entraînés la mort.
J'ai vraiment passé un très bon moment de lecture avec ce livre, j'aime les histoires traitant de possession, d'exorcisme, d'esprits maléfiques, et je dois dire qu'avec ce livre, j'ai été gâtée, et comme il s'agit d'un tome 1, je sais déjà que j'aurais la chance de me replonger dans une aventure se déroulant dans ce drôle de collège, surtout qu'il reste pas mal de point à éclairer à la fin de ce premier tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Gr3nouille2010
  19 janvier 2019
Une excellente histoire d'horreur pour ado, où le suspense et la tension sont de plus en plus palpables. D'habitude, j'ai du mal avec ce genre d'histoire, du mal à accrocher mais avec ce roman, j'ai accroché dès le début et je n'ai pas su m'en décrocher ! Je suis totalement convaincue.
William, Sabrina, Gabrielle, Anthony et Maddox décident de se faire des petites frayeurs en utilisant une table de Ouija, pour pimenter un peu leur soirée. Mais ils ne s'attendaient pas à vraiment réveiller quelque chose ce soir-là. Depuis, Sabrina dépérit à vue d'oeil et plein de phénomènes bizarres se produisent chez les participants, puis dans toute la ville. Qu'ont-ils réveiller ? Comment faire pour tout arranger et principalement sauver Sabrina qui a l'air de subir plus que les autres ? Marianne a un passé douloureux dans la ville, une mauvaise réputation, mais William profite de ce retour pour lui demander de l'aide, quitte à se mettre des gens à dos et sombrer dans des croyances qu'il ne pouvait même pas imaginer jusque-là...
Que ce soit en film ou en roman, dès qu'il est question de Ouija, je reste assez sceptique sur l'horreur et sur l'histoire en elle-même. Soit c'est toujours pareil et donc peu intéressant soit l'horreur n'est pas assez présente pour apprécier correctement. Avec ce premier tome, je ne suis pas du tout déçue sur tous les niveaux ! Niveau horreur, ça reste soft parce que c'est de la littérature pour ado, mais quand même. On a droit à pas mal de passages qui donnent des frissons, notamment quand les cinq protagonistes font leur séance. Les conséquences de ce "jeu" sont assez macabres et donc plutôt prenantes à lire puisque ça appuie réellement les risques qu'ils ont pris. C'est soft mais on ressent le malaise : on n'aimerait clairement pas être à leur place !
On suit principalement le point de vue de William mais on assiste quand même aux changements de Sabrina, qui ont une grande importance dans l'intrigue. Chacun, d'ailleurs, a un petit truc intéressant en fond, un don ou bien quelque chose d'inhabituel qui s'opère en eux. Dans ce premier tome, on est concentré sur les changements de Sabrina mais je ne doute pas qu'on en saura plus par la suite pour les autres. En tout cas, je l'espère, car l'auteur nous donne régulièrement de quoi nous mettre en appétit !
Le début est un petit long à se mettre en place mais une fois que la séance de Ouija a lieu, tout s'enchaine et il se passe toujours quelque chose. Et cette fin ! Pourquoi cette fin ? C'est totalement cruel de nous laisser comme ça. Comment ne pas se jeter sur le deuxième tome directement après avoir découvert cet élément à la toute fin ? En tout cas, je sais que je le ferai dès que j'en aurai l'occasion car l'auteur a su rendre son histoire réaliste, vivante et je ne peux pas rester dans l'ignorance !
On suit beaucoup de personnages mais il est très facile de se repérer parmi eux car l'auteur ne s'est pas concentré exclusivement sur tous en même temps. Comme je le disais, on suit principalement William, et comme les autres ont fait partie de la séance, on va les suivre aussi mais avec le regard de William donc ils sont un peu moins développés. Toutefois, ils donnent tous envie qu'on s'attarde un peu plus sur eux parce qu'ils ont soit un potentiel très prometteur pour l'intrigue soit un lien plus ou moins direct avec celle-ci. Bref, on a envie de lever tout ce mystère qui plane au-dessus de certains.
Sabrina est un personnage que j'ai beaucoup aimé suivre après la séance de Ouija. Sa transformation progressive est saisissante et parait tellement réelle ! Elle donne des frissons et j'avais constamment envie de savoir ce qu'elle devenait.
D'ailleurs, Marianne aussi donne pas mal de frissons. Principalement à cause de la réputation qu'elle a dans la ville mais aussi parce que le doute plante au-dessus d'elle. Est-elle réellement ce que l'on raconte d'elle ? On apprend de plus en plus de choses sur elle tout au long de l'histoire mais elle reste mystérieuse par moments, elle met parfois mal à l'aise et ça va totalement avec la forme de l'intrigue !
En conclusion, c'est un premier tome à découvrir absolument si l'on a envie d'une histoire prenante, d'une intrigue bien ficelée avec des personnages réalistes et un tout totalement captivant. On a l'impression d'y être, on frissonne avec les personnages et on a constamment envie de connaître la suite. Je suis plutôt surprenante d'avoir ressenti tant de choses pour un roman horrifique pour adolescents et je n'en suis clairement pas déçue !
Lien : http://uneenviedelivres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lisavecmoi
  12 janvier 2019
J'ai trouvé le thème initial de ce livre très intéressant, bien que très souvent abordé, je me suis dit que bien traité cela pourrait le plaire. Six (ou sept) jeunes ados décident lors d'une soirée légèrement alcoolisée de faire une petite partie de Ouija. Mais très rapidement tout dérape, le cercle se brise et on comprend que quelque chose a été libéré. On part donc d'un problème en apparence sans importance à quelque chose de très gros (un peu trop?)

Tout dérape petit à petit au niveau du personnage principal (qui a l'impression d'être épié) et on découvre que ses amis subissent le même genre de troubles, jusqu'à ce que la ville entière en soit affectée.

Le thème de cette petite ville où tout le monde se connait a été très bien traité et je trouve que c'est l'un des points forts de ce roman: les rumeurs se répandent très vite et cela nous permet de rapidement être au courant de ce qui s'y déroule.

Cependant, j'ai trouvé l'histoire vraiment longue à se mettre en place. J'ai lu ce livre en e-book et je croyais ne jamais en voir la fin. Quand j'ai découvert qu'il ne faisait que 200 pages en papier j'ai été très étonnée: j'avais l'impression d'avoir lu plus de 400 pages (et ce n'est pas un compliment).

Cela vient surement du fait que j'ai trouvé le narrateur complètement inintéressant (pour ne pas dire chiant). En effet, on suit le point de vue de William (et uniquement son point de vue durant tout le roman). D'un côté je en comprends pas le choix de l'auteur car c'est le personnage le moins intéressant de l'histoire, il est ennuyeux et très passif (de mon point de vue) de l'autre côté j'applaudis tout de même l'auteur pour ce risque car quand j'y repense c'est vrai que William est au courant de ce qu'il se passe de tout les côtés donc il était logique que ça soit lui qui nous raconte et bravo à l'auteur d'avoir fait cette narration interne là où beaucoup aurait privilégié un point de vue omniscient.
Même si je ne démord pas qu'une altération des points de vue aurait été beaucoup plus efficace pour ce genre de roman (car les personnages vivent vraiment tous une expérience différente et il aurait été préférable de connaître leurs émotions).

L'histoire commence à s'accélérer lorsque Marianne fait (enfin) son apparition. J'ai certainement préféré cette jeune fille à tous les autres personnages car elle est plus vieille qu'eux (je ne sais pas réellement). Car honnêtement mis à part Marianne j'ai trouvé tous les autres personnages sans importance. Je ne me suis attachée à aucun d'entre eux donc j'en avais un petit peu rien à faire de ce qui pouvait leur arriver. Cependant, ce roman étant destiné aux jeunes à partir de 12 ans, je peux comprendre qu'eux y trouvent leur compte et arrive à s'identifier à au moins un de nos protagonistes.

Je regrette réellement d'avoir suivi uniquement l'histoire du point de vue de William, l'auteur aurait pu nous apporter tellement plus en incrustant par-ci par-là 2/3 pages sur les impressions de Marianne (sans non plu nous dévoiler tout le mystère qui se cache autour de cette fille).

Comme je l'ai dit précédemment l'histoire est très lente et malheureusement,la fin est d'une rapidité folle. En 20 pages j'ai l'impression que tout est arrangé (je me demande sincèrement si un lecteur de 12 ans arriverai à comprendre ce qu'ils ont fait car tout reste très vague alors que bordel ça fait 200 pages qu'ils auraient directement pu faire la même chose...)

Encore une fois, je peux comprendre le choix de l'auteur d'avoir souhaité faire une fin si rapide, afin de préserver du mystère pour le second tome.

J'ai tout de même bien envie de découvrir la suite car j'ai l'impression qu'on va suivre un personnage plus mature (enfin je l'espère). Et peut-être que ce second tome sera plus rapide que ce premier maintenant que l'univers et les personnages sont bien mis en place.

Je termine ma chronique et je viens de me souvenir d'un détails qui m'a fait lever les yeux au ciel (une fois de plus): une personnage se découvre tout d'un coup un don, cela n'apporte rien du tout à l'histoire (peut-être pour le prochain tome). Ce passage m'a réellement énervé car il ne sert vraisemblablement à rien et bref je vous laisse lire tout ça mais franchement je ne comprends pas.

En bref, un thème déjà vu , avec un narrateur totalement passif et de jeunes personnages auxquels je ne me suis pas attachée. Cependant, une ambiance de ville bien pesante qui ajoute un sentiment de malaise plutôt intéressant. Mais de trop nombreuses longueurs inutiles qui aboutissent à une fin trop rapide.


Lien : https://lelapinquilit.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   11 mars 2018
Malgré son jeune âge, elle maquillait le contour de ses yeux au crayon noir, ne faisant qu’accentuer les cernes qui assombrissaient déjà son regard. Ses vêtements avaient l’air délabrés, mais elle les portait fièrement, avec une nonchalance peu commune chez les filles de son âge.
Les commères de la ville racontent que les chats crachaient sur son passage, qu’il valait mieux ne pas la regarder droit dans les yeux ni même l’effleurer. On parlait d’elle comme on aurait parlé d’une bestiole. C’était le mouton noir de Saint-Hector.
Celle dont on ne doit prononcer le nom qu’à voix basse, en serrant les dents.Mes amis et moi, nous ne fréquentions pas encore le collège,dans ce temps-là. Mais nous savions tous qui était Marianne.
Elle représentait une espèce de modèle inatteignable. L’image parfaite de la rébellion. Elle était ce que nous aurions voulu être. Tous diront le contraire, évidemment. Moi, je sais que c’est vrai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   11 mars 2018
À force de voir les gens toujours habillés de la même manière, on finit par croire qu’il n’existe rien d’autre à se mettre sur le dos que l’uniforme officiel du collège. Pourtant c’était bien Marianne qui se tenait devant moi, s’appuyant d’une main sur le cadre de la porte, mâchant sa gomme d’un air désinvolte.
Elle avait coiffé ses cheveux différemment en mettant en évidence la mèche bleue qu’elle avait l’habitude de cacher habilement à l’école. Elle portait une robe noire qui lui arrivait aux genoux, dévoilant la blancheur de ses jambes,par-dessus laquelle elle avait enfilé un manteau en jeans délavé. Ses lunettes de soleil paraissaient deux fois trop grandes pour elle, mais faisaient étrangement ressortir le rouge vif qu’elle avait appliqué sur ses lèvres.J’étais tétanisé. Je suis resté planté là comme un légume en continuant de tenir la poignée de toutes mes forces, sous peine de m’écrouler par terre. Je m’étais attendu à voir apparaître Anthony ou un colporteur quelconque. Jamais Marianne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
LuxiLuxi   19 décembre 2018
J’ai regardé autour de moi, médusé. Les deux lampes du salon avaient été pulvérisées et leurs morceaux s’étaient éparpillés sur le plancher. Idem pour les bibelots de porcelaine. Par terre, à côté de la télévision bousillée, la planchette rouge gisait à l’envers, immobile. Comment était-ce possible? Je n’avais pas pu inventer cela. C’était comme si l’objet avait été propulsé par un retour d’élastique… une force invisible. Ni Sabrina ni Maddox n’auraient pu faire ça. Ça dépassait tout entendement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LuxiLuxi   19 décembre 2018
Il y a eu un autre son de cloche suivi d’une vibration. Gab a activé son écran et je me suis approché d’elle pour voir.
C ENCORE DANS MAISON ! J’AI
Il n’y avait rien d’autre sur l’écran, juste ces mots écrits avec empressement qui finissaient abruptement. Mon cœur s’est emballé. Peu importe ce qu’elle pouvait bien insinuer, plus que jamais, je refusais de retourner là-bas. Mais le regard apeuré de Gabrielle m’a jeté par terre. Elle s’est mise à trembler. Un autre son de cloche.
AIDE-MOI
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LuxiLuxi   19 décembre 2018
— J’ai fait des choses que j’aurais pas dû faire. J’ai joué avec le feu et j’ai tellement aimé ça qu’à un moment donné, je me suis perdue là-dedans… Je pense que c’est ça qui m’a coûté mon père. Je l’ai peut-être pas fait exprès, mais les trucs que j’ai faits, ça a fini par me revenir en pleine face. Ce jour-là, je me suis promis de plus jamais toucher à ça. De plus jamais y penser, même pas un peu. Rien de bon peut en ressortir, crois-moi! Y a des forces qu’il vaut mieux pas réveiller…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Patrick Isabelle (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Isabelle
Catherine Trudeau reçoit Marianne Dubuc, Patrick Isabelle et Simon Boulerice au Salon du livre de Montréal en novembre 2014.
Les libraires en coulisses, une initiative de l?Association des libraires du Québec (ALQ) et de la coopérative des Librairies indépendantes du Québec (LIQ), ont présenté des rencontres passionnantes lors du Salon du livre de Montréal 2014 avec des écrivains, notamment Janette Bertrand, Michel Tremblay, Katherine Pancol, Gabriel Nadeau-Dubois et Emmanuel Carrère.
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
547 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre
.. ..