AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Bayard-Sakai (Traducteur)
ISBN : 2809701148
Éditeur : Editions Philippe Picquier (21/05/2009)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 68 notes)
Résumé :
Quand je suis sur la même longueur d'ondes que les bruits de la rue, je deviens une partie de la ville, comme un caillou ou une feuille morte. C'est pas si mal de vivre tapi dans les tréfonds d'Ikebukuro, même sans argent, sans rêve, et sans fille. Qui attendrait d'un caillou qu'il se repente, et qui voudrait le transformer en diamant ? Makoto a vingt ans et quand l ne tient pas un petit étal de fruits avec sa mère, il démêle les embrouilles de son quartier de Tôkyô... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  14 janvier 2015
Revoilà Makoto, toujours vendeur de fruits et légumes, parfois chroniqueur dans une revue de mode, et par-dessus tout, ''solutionneur d'embrouilles'' à Ikebukuro, le quartier de Tokyo qui est le sien et dont il veut autant que possible préserver la paix. Il y a d'ailleurs acquis une petite notoriété qui fait que les individus les plus divers lui demande de l'aide en cas de problème. Et des problèmes, il y en a dans une société qui fait de plus en plus d'exclus, vivant en marge de la réussite professionnelle et du bonheur domestique.

Après un brillant premier tome, l'attrait de la nouveauté n'est évidemment plus au rendez-vous de ce deuxième opus des aventures de Makoto à Ikebukuro. Cependant, c'est toujours un plaisir de suivre les pas du jeune homme dans son univers cosmopolite où se côtoient violence et bons sentiments. Dans ces quatre nouvelles, il va s'occuper d'un enlèvement d'enfant, d'une prostituée menacée par un clan de yakouzas, d'une bande de faux monnayeurs et d'une affaire de SDF violemment agressés. Chacune met la lumière sur les failles du système japonais : jeunesse à la dérive, prostitution, mainmise des yakouzas sur les commerces, exclusion des SDF. Makoto s'y révèle profondément humain sous ses airs de jeune frimeur très cool, particulièrement sensible au sort des enfants, et lucide face aux SDF dont il sent qu'il pourrait rejoindre les rangs tant sa situation est précaire. Un héros malin, même si Ira ISHIDA lui facilite la tache par des intrigues faciles, mais aussi plus mature et sensible. Un bon moment passé à Ikebukuro, lieu de tous les dangers mais où survit un fond d'humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
kuroineko
  02 février 2013
Dans IWGP 2, on prend les mêmes et on recommence. ishida renoue avec le même concept que le premier opus: un chapitre-une intrigue. On retrouve les mêmes personnages agrémentés de quelques nouvelles têtes, on visite d'autres pans des problèmes sociétaux contemporains au Japon.
Makoto, pour sa part, vivote entre son square et la boutique de fruits que tient sa mère. le parfait freeter, en somme.
Ce deuxième volume a un petit goût de réchauffé. Il se laisse néanmoins lire sans pour autant marquer les esprits. Une exception: le chapitre avec le groupe visual-kei et les sans abri victimes de sévices corporels. Cette histoire reste la plus prenante de toutes et posent en filigrane des questions sur la perception des SDF exclus de la société.
Commenter  J’apprécie          90
Sharon
  11 février 2015
Comme dans le premier volume, nous retrouvons Makoto au coeur de quatre récit. Si je devais trouver un point commun entre eux, ce serait l'impression de solitude qui s'en dégage – j'excepte peut-être « Un dieu vert pomme », récit qui m'a le moins touché en dépit de ses projets altruistes. Seul, le môme-compteur, différent des autres, incapable de rentrer dans le moule scolaire, avec un père yakusa, une mère présentatrice vedette, et un grand frère plus que velléitaire. Mis à part sa mère, puis Makoto, qui s'intéresse suffisamment à lui sans le faire souffrir ? Même solitude pour Kao, onze ans, maigre à faire peur, qui adore les livres mais est livrée à elle-même pendant que sa mère, si immature que je me suis demandée si elle n'était pas handicapée mentale, gagne leur vie en tant qu'objet de consommation comme un autre dans un bar. « Prostitution », oui, disons le mot, dans un quartier où la concurrence des étrangères et surtout de leur protecteur est rude. Quant à la nouvelle « Casseur d'os », tout est dans le titre. Je pourrai, en rédigeant cet avis, jouer sur la corde sensible en montrant à quel point les victimes – des sans domiciles fixes – sont vulnérables. Dans un pays où une centaine d'entre eux meurent tous les hivers (le chiffre m'a abasourdi), ils font tous preuve d'une rare dignité. Même quand certains jeunes, désoeuvrés, alcoolisés, les tabassent pour s'amuser le soir. Il serait faux de dire que la police est indifférente, c'est simplement qu'elle ne parvient pas à résoudre certains passages à tabac inexpliqués. C'est là que Makoto intervient.
Il intervient parce que, à moins qu'on ne lui ait demandé expressément (c'est bien d'être ami avec le chef des G-Boys), il est touché par le destin de chacun, et veut qu'il puisse le poursuivre sereinement, pas qu'il soit interrompu parce qu'un lâche ou un illuminé en a décidé autrement. Il n'est pas le seul à être capable d'altruisme, je vous rassure tout de suite, et il peut compter sur une alliée de choix, capable de faire plier par sa logique, son assurance et son sens de l'organisation les plus aguerris des gardes du corps. Je veux bien sûr parler de sa mère. Les chiens ne font pas des chats.
Ce second recueil se termine sur la quête de plaisir et de musique qui réunit les jeunes. Il annonce le tome 3 : Rave d'une nuit d'été.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lokipg
  22 janvier 2018
Ikebukuro West Gate Park a été pour moi la découverte coup de coeur de 2017. Autant dire que mes attentes étaient élevées pour la lecture de sa suite. le tome 2 reprend la même formule que le premier. Il est divisé en quatre parties qui sont autant d'affaires que Makoto devra résoudre. Kidnapping d'enfant, violences sur prostituée, trafic de fausse monnaie et agressions de SDF sont au menu.
J'ai eu grand plaisir à retrouver Makoto, détective privé de quartier – "solutionneur d'embrouille", comme il dit lui-même – et Ikebukuro, ce petit bout de Tokyo avec sa faune bigarrée, ses couleurs et ses sons ; ce quartier que la plume d'Ira Ishida rend si vivant. Petits commerçants et salarymen y côtoient gangs de rues, yakuzas et prostituées, et Makoto mène tant bien que mal sa barque entre deux eaux.
Quelques personnages récurrents du tome 1 seront de la partie, tels que le Singe ou Takashi, le chef des G-boys. À ce propos, je conseille vivement à ceux qui seraient tenté par cette série de ne pas laisser trop de temps s'écouler entre la lecture des tomes car l'auteur ne s'embarrasse pas de refaire les présentations.
Comme le tome précédent, j'ai adoré ce roman que j'ai dévoré en moins de 24 heures. Je me met sur le champ en chasse du tome 3.
Lien : http://lenainloki2.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MarieC
  07 juin 2014
Le quartier d'Ikebukuro, à Tokyo, est le véritable héros de ce roman policier, ou plutôt de ces trois longues nouvelles, mettant en scène Makoto, marchand de légume doté d'un certain talent pour résoudre les énigmes, qui vole à l'aide des personnages curieux qu'il rencontre, avec la plus parfaite honnêteté, mais sans craindre de faire appel à ses amis yakuza. Au delà de ces intrigues, on rencontre une galerie de personnages hétéroclites et attachants:le jeune ambitieux, qui met en place une nouvelle monnaie pour le quartier, l'ancienne actrice qui s'est rangée en épousant un gangster, la fillette délaissée d'une prostituée, un groupe de personnes âgées décidés à bouter hors du quartier ceux qui exploitent (de trop) les femmes... Une vision attachante du Japon d'aujourd'hui, entre valeurs traditionnelles et société moderne.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
letitbeletitbe   16 septembre 2009
"Quand j'étais gosse, j'étais persuadé que quand je serai grand, je ne me sentirai plus jamais seul ou abandonné. les grandes personnes peuvent boire, et aller au cinéma ou à la banque toutes seules.Tu parles. On est tous des acteurs limités.Les rôles qu'on a joués une fois, on ne peut les oublier. Les peines, les peurs qu'on a éprouvées, demeurent à jamais dans un petit coeur à part qu'on garde dans la poitrine.
Devenir adulte dans ce monde, c'est sans doute devenir le dernier client de l'humanité. Acheter sans cesse des choses, pour les balancer dans un coeur vide."

"Etre pauvre dans une ville crade : pourquoi pas? Un petit problème, et hop on nouait des liens, on recevait et on donnait des étincelles qu'on n'oublierait pas."

"Je ne sais pas pourquoi on vient toujours me déranger au meilleur moment quand j'écoute de la musique. Pareilquand je regarde une vidéo. Notre époque ne laisse pas aux gens le loisir d'apprécier sereinement les arts."

" Ne pas considérer les êtres humains en bloc, ne pas les réduire à des statistiques. Les règles de base étaient les mêmes, qu'il s"agisse de pondre une chronique, d'écouter les gens raconter leur histoire, ou même de traquer un criminel complètement taré.
On était tous différents. Il n'y avait aucune raison pour que nos douleurs ou nos pauvretés soient les mêmes."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
EmniaEmnia   19 juillet 2015
Un mec qui n'a qu'un job d'intérimaire dans une branche de service instable, et qui peut se retrouver licencié du jour au lendemain, et alors ? Il mène la vie qu'il veut, comme il l'entend, dans Ikebukuro. Ceux qui veulent se moquer de lui en le traitant de loser, c'est leur problème.
Commenter  J’apprécie          100
SharonSharon   11 février 2015
Ne pas considérer les êtres humains en bloc, ne pas les réduire à des statistiques. Les règles de base étaient les mêmes, qu'il s'agisse de pondre une chronique, d'écouter des gens raconter leur histoire, ou même de traquer un criminel complètement taré.
On était tous différents. Il n'y avait aucune raison pour que nos douleurs ou nos pauvretés soient les mêmes.
Commenter  J’apprécie          50
ChtiSuisseChtiSuisse   26 mars 2013
Quand sont apparus les livres imprimés à une époque où on avait encore recours à la copie, on a dit qu’on n’y trouvait ni âme ni savoir. Et regarde maintenant ! Ils sont là à dire que les caractères imprimés ont une âme, et que le Net n’en a pas.
Commenter  J’apprécie          40
EmniaEmnia   19 juillet 2015
A n'importe quelle époque, les mômes vendraient leur âme pour ressembler aux autres.
Commenter  J’apprécie          70
Video de Ira Ishida (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ira Ishida
Carole S. vous livre ses impressions sur le livre de Ira Ishida "Ikebukuro west gate park". Et elle ne tarit pas d'éloge concernant sur ce roman qui balaye les clichés sur le Japon...
autres livres classés : polars japonaisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
387 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre
.. ..