AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sophie Mayoux (Traducteur)
EAN : 9782702126622
510 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (30/06/2007)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 71 notes)
Résumé :
Pianiste de renommée internationale, Ryder a accepté de donner un récital dans une petite ville d'Europe centrale où il est attendu comme le messie. Â peine débarque-t-il, épuisé, de son long voyage, qu'il devient la proie d'une cohorte d'admirateurs aussi obséquieux qu'envahissants. Sans cesse distrait d'un programme officiel dont i1 ne se souvient pas, manquant systématiquement ses rendez-vous, il plonge peu à peu dans un univers étrange et imprévisible. Les gens,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
YvesParis
  08 octobre 2016
J'ai mis deux semaines à venir à bout des 900 pages du roman de Kazuo Ishiguro. Pourquoi un tel masochisme ?
Parce que j'avais aimé la quasi-totalité des livres de cet écrivain à l'élégante écriture, auteur notamment de "Auprès de moi toujours" et "Les vestiges du jour", souvent adapté au cinéma (Carrey Mullingan jouait dans le premier, Anthony Hopkins dans le second) et que j'étais curieux de découvrir celui-ci que je n'avais pas lu.
Parce que la majorité des lecteurs qui se sont attaqués à "l'inconsolé" l'ont abandonné en cours de route et ont humblement confessé n'avoir rien compris à l'errance kafkaienne de ce pianiste dans une ville d'Europe centrale pendant les deux jours qui précédent le concert qu'il est censé y donner.
Parce que je suis allé orgueilleusement jusqu'au bout de ce livre obèse, tout à la fois impressionné par la maîtrise avec laquelle Ishuguro parvient à narrer un rêve, ses incohérences, ses lenteurs bourbeuses, ses ellipses absurdes et schizophréniquement embêté d'y avoir consacré un temps si long que j'aurais pu utilisé autrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          444
Nuageuse
  28 décembre 2019
Pour entrer dans L'Inconsolé, il faut accepter d'être dans un rêve ou un cauchemar par moments. Le contenu n'est pas toujours cohérent et peut en rebuter plus d'un.
Kazuro Ishiguro, d'origine japonaise, vit en Grande Bretagne depuis ses 5 ans et a donc un style très "occidental" , voire kafkaïen.
Nous suivons un pianiste qui débarque dans une ville d'Europe germanophone. Il côtoie une multitude de personnages plus énigmatiques les uns que les autres. Il est mis dans des situations "cocasses" (je pense au dîner chez un autre pianiste par exemple).
Je suis passée par toutes les émotions en lisant cet énorme pavé : du rire aux larmes.
Le bémol : ce roman est trop long, des pages en moins auraient suffi pour nous faire entrer dans ce monde mystérieux. Peut-être moins de personnages auraient suffi?
Commenter  J’apprécie          232
Olloix
  01 mars 2016
C'est la deuxième fois que je lis ce roman. Pendant les 5 ans écoulés depuis ma première lecture j'avais oublié les lignes directrices de la narration, mais j'avais très bien fixé au fond de moi un grand nombre d'images. Ce roman volumineux (900 pages) nous enveloppe dans son atmosphère onirique, dans ses dialogues d'une politesse et d'une douceur excessives, dans sa trame dont on ne voit pas où elle mène, comme dans une flânerie sans but. En même temps, nous sommes trainés, à l'image du personnage principal, dans les méandres des rebondissements et contretemps, dans les méandres des lieux qui communiquent parfois entre eux de façon tout à fait invraisemblable, dans les méandres de la mémoire des personnages qui semblent parfois avoir oublié des choses essentielles de leur existence (le personnage principal est-il marié à Sophie ? Est-il le père de Boris ?), et il se produit parfois des courts-circuits dans la narration, nous ramenant brusquement dans le passé des personnages. Nous voyons surnager des personnages en attente de reconnaissance, de la part de leurs parents notamment, dans des lieux fantasmatiques : complexes de logements austères à la géométrie bizarre, salles de concerts et hôtels comprenant de nombreuses portes et méandres, dans lesquels le personnage principal se perd, de la même façon qu'il perd de vue les choses essentielles de sa vie pour se laisser détourner par de multiples sollicitations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
EveGenia
  29 avril 2020
Comme il était intéressant pour Ishiguro de composer ce roman ! On a des fantasmes absurdes, où il est si facile de ressentir la logique du rêve. Et pourtant ce roman n'est pas tout à fait un rêve, il est plus cohérent (à sa manière bien sûr). A l'instar d'oeuvres de Kafka, en se plongeant dans сe roman nous nous noyons dans une nuée de détails étranges et insignifiants, mais, contrairement à Kafka, il n'y a pas assez de profondeur métaphysique dans cette histoire.
Un pianiste au nom symbolique Ryder arrive dans l'une des villes d'Europe centrale pour y donner l'un des concerts. Il est logé dans un hôtel, il rencontre aussitôt de nombreux personnages - un portier, gérant de l'hôtel et sa famille, une femme et un garçon qui soit son fils ou non, le brillant chef d'orchestre Brodsky, qui se trouve en phase de dipsomanie à cause de problèmes dans sa vie personnelle...
Ryder semble être au centre de la ville, mais s'il tourne au coin de la rue il se retrouve face aux champs ou aux forêts ; tandis que le héros monte dans l'ascenseur, il parvient à écouter le monologue du portier durant quinze minutes, tandis que dans la finale du livre, sur le point de donner le concert, Ryder découvre qu'il est déjà le matin et que le soleil dore la cime des arbres ...
Dans tout ce qui contient le trouble, l'ambiguïté, l'abandon peu importe s'il avait lieu ou non, Ishiguro est très fort. Quand il insère une certaine tension, un mystère, des non-dits dans le tissu du récit, cela sort de lui de manière experte.
Ici le récit trompeur est entièrement « à double fond ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
folivier
  06 août 2018
Après avoir découvert Ishiguro avec "Les vestiges du jour", voici un roman très différent, déroutant et perturbant. Un long, parfois en cours de lecture j'ai de temps en temps pensé "interminable", rêve ou un cauchemar bizarre, difficile à comprendre. L'absurdité des situations, le décalage total entre les faits et les dialogues, le style donnent néanmoins une ambiance envoutante qui m'a tenue jusqu'au bout. Les situations parfois grotesques ou inattendues qui surprennent le narrateur donnent à sourire. J'ai eu l'impression d'être dans un univers un peu kafkaïen, ubuesque. Au fil des pages il y a néanmoins une petite musique qui s'installe, le thème récurent de la paternité, la présence des parents, ou plutôt de l'absence des parents qui laisse l'enfant inconsolé. Et puis il y a le thème de la musique, qui sous tend également tout le roman. le concert, la représentation, l'interprétation avec le jugement des auditeurs, notamment les parents sont des allégories que j'ai eu du mal à interpréter au sein du roman. Une lecture pas évidente et un texte certainement à relire pour y trouver la clé pour mieux le comprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
dbouillotdbouillot   23 janvier 2018
"D'autres villes ! Et je ne parle pas simplement de Paris ! Ou de Stuttgart ! Je veux dire des petites villes comme la nôtre, d'autres villes. Rassemblez l'élite de leurs habitants, mettez-les face à une crise similaire, comment vont-ils réagir ? Ils seront calmes, assurés. Ces gens sauraient que faire, ils sauraient se tenir. Voilà ce que j'ai à dire : nous tous ici, nous sommes les meilleurs de la ville. Ce n'est pas au-delà de nos moyens. Ensemble, nous pouvons nous sortir de cette crise."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dbouillotdbouillot   23 janvier 2018
Le chauffeur de taxi paru contrarié de constater que personne - pas même un employé de réception - n'était là pour m'accueillir. Il erra dans le hall désert, espérant peut-être découvrir un membre du personnel caché derrière une plante verte ou un fauteuil. Finalement, il déposa mes valises près de la porte de l'ascenseur et, marmottant de vagues excuses, prit congé de moi.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Kazuo Ishiguro (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kazuo Ishiguro
La librairie a présenté son "coup de coeur" dans le cadre de l'émission de RTL "Les Livres ont la Parole" le 12 avril 2015. Gaëtane a évoqué "Le Géant Enfoui" de Kazuo Ishiguro.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
754 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

.. ..