AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François Rosso (Traducteur)
EAN : 9782702132166
384 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (21/08/2001)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 235 notes)
Résumé :
En Angleterre, dans les années trente, Christopher Banks, qui a consacré sa vie à combattre le mal, est devenu un détective prestigieux. Cependant, un crime n'a jamais cessé de le hanter : l'énigmatique disparition de ses parents dans la Concession internationale du vieux Shanghai, lorsqu'il était encore enfant. Au moment où le monde marche vers la Seconde Guerre mondiale, que les diplomates anglais s'étourdissent à Shanghai, Christopher décide de retourner en Chine... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  14 avril 2019
De son enfance à Shanghai, Christopher Banks a gardé le souvenir de son amitié avec son voisin Akira, un japonais vivant comme lui dans la concession internationale. Leurs jeux, leurs rires, leur rivalité, leurs frayeurs enfantines lui reviennent souvent à la mémoire, baignés par la nostalgie d'une époque révolue, insouciante et gaie. Mais c'est aussi un terrible drame qui vient hanter ses souvenirs heureux : la disparition de ses parents, sans doute kidnappés par des trafiquants d'opium dont ils combattaient vigoureusement le commerce. Christopher avait 10 ans. Rapatrié en Angleterre, auprès d'une vieille tante, il a fréquenté les meilleures écoles pour devenir un membre respecté de la bonne société anglaise et un détective réputé. Mais ce n'est qu'en 1937, soit trente ans après les faits, qu'il décide de retourner en Chine pour retrouver ses parents qui, selon lui, sont toujours vivants et retenus quelque part à Shanghai. Alors qu'il vient de recueillir une jeune orpheline, il laisse tout derrière lui, persuadé de pouvoir résoudre enfin ce mystère. Sur place, la situation est instable. La guerre sino-japonaise bat son plein, un conflit mondial se profile mais Christopher ne dévie pas de son projet et affronte tous les dangers pour tirer ses parents des griffes de leurs ravisseurs.
Encore un magnifique roman de Kazuo Ishiguro qui se penche ici sur les blessures de l'enfance. On y suit le cheminement d'un homme qui semble avoir réussi sa vie. Il évolue dans le beau monde, est à l'aise financièrement, profite d'une excellent réputation en tant que détective, et pourtant...Christopher Banks, malgré sa réussite, n'est pas un homme épanoui, la cicatrice laissée par la disparition de ses parents ne s'est jamais refermée, le laissant comme extérieur à sa propre vie. Quand il décide de se confronter à son passé, reviennent les souvenirs, parfois biaisés par le temps, de son petit monde préservé dans la concession internationale de Shanghai. C'est l'occasion pour Ishiguro d'évoquer le mode de vie des étrangers en Chine : sociétés bien implantées, villas luxueuses dans un quartier réservéé, accointances avec les chefs de guerre pour partager les bénéfices du trafic d'opium et asservir la population locale par la dépendance aux drogues. Enfant, Christopher ne savait pas grand chose des activités de ses parents mais il les soupçonnait d'être impliqués dans la lutte contre ce trafic. Adulte, d'autres vérités lui apparaissent, des non-dits, des mensonges, des trahisons. Il va évoluer dans une ville qu'il ne reconnaît plus, au milieu d'expatriés qui continuent de mener la grande vie malgré les canons japonais qui grondent et un pays qui se déchire entre partisans de Tchang Kaï-chek et communistes. Il reste pourtant fidèle à sa quête jusqu'à découvrir l'entière vérité.
Roman mélancolique porté par l'écriture toute en ellipses d'Ishiguro, Quand nous étions orphelins parle à chacun d'entre nous pour ce qu'il dit d'universel sur l'enfance, la perte d'êtres chers, la recherche de soi-même. Une pépite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          564
Sachka
  22 avril 2020
"Quand nous étions orphelins" est le deuxième roman que je lis de l'auteur et comme précédemment avec "Auprès de moi toujours" je suis une fois encore tombée sous le charme de son écriture envoûtante qui sait si bien matérialiser les émotions humaines.
Kazuo Ishiguro nous livre un très beau roman sur le passé volé, le temps qui passe, la mémoire, qui elle reste, restera toujours... Un roman dans lequel la fiction historique se mêle élégamment au genre romanesque, dont le récit chronologique qui se déroule sur plusieurs décennies subit de nombreux bouleversements (l'auteur utilise des procédés tels que le flash-back et l'anticipation pour notre plus grand plaisir).
Le personnage principal, Christopher Banks qui est aussi le narrateur, nous restitue son histoire petit bout par petit bout, un peu à la manière d'un journal ou d'une correspondance, à des périodes charnières de l'Histoire : de l'Angleterre d'avant-guerre des années 30 dont il nous dresse le portrait édifiant de l'élite mondaine de l'époque, au conflit sino-japonais qui opposa l'Armée impériale japonaise à l'Armée révolutionnaire chinoise de juillet 1937 à septembre 1945.
J'ai été emportée par l'histoire de l'homme mais aussi par celle du petit garçon anglais expatrié à Shanghai, la ville des concessions internationales, que sa famille surnomme affectueusement "Puffin" qui, du jour au lendemain se retrouve orphelin et déraciné et qui, de nombreuses années plus tard alors qu'il vit en Angleterre et est devenu un détective reconnu par ses pairs, va se replonger dans l'histoire de sa famille pour tenter de comprendre et d'élucider la mystérieuse disparition de ses parents.
J'ai foulé avec Christopher les décombres de Shangai après le premier bombardement par l'aviation Shőwa en août 1937, en quête de son passé. J'ai rencontré l'oncle Philip, Akira (son ami d'enfance), la mystérieuse Sarah aussi et bien d'autres personnages encore que l'auteur n'hésite pas à faire disparaître pour mieux réapparaître au gré de son récit dont certaines périodes nous sont volontairement passées sous silence, ne faisant qu'accroître notre curiosité au fil des pages.
Avec ce roman Kazuo Ishiguro rend un hommage vibrant à la ville de Shangai, il nous en offre une vision multiple qui souligne incontestablement le début de l'ère Shőwa. Mais ce roman est avant tout l'histoire d'un amour manqué, d'une amitié pure et innocente entre deux petits garçons, qui nous montre combien les souvenirs sont importants car ce sont eux finalement qui construisent nos vies.
Que dire de plus... Que ce roman restera gravé en moi comme le souvenir d'un merveilleux voyage que j'aurais fait durant les quelques jours d'un mois d'avril 2020, au contexte si particulier, et qu'il m'aura permis, le temps d'une lecture, d'avoir la douce illusion d'être libérée de mon confinement.
"Lire, c'est voyager ; voyager, c'est lire."
(Victor Hugo - Choses vues)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5113
Patsales
  13 mars 2019
« Auprès de moi toujours » reprenait les codes de la S.F., « Quand nous étions orphelins » ressemble à un roman policier aimablement anglais et suranné avec son club des hashishins, sa femme fatale, ses disparitions mystérieuses et son enquêteur tiré à quatre épingles quoique toujours flanqué de sa loupe.
« Auprès de moi toujours » raconte la peur de quitter l'adolescence, « Quand nous étions orphelins » narre la perte de l'enfance. Certes le héros surmonte des épreuves, il vieillit, regarde sa fille (adoptive) avec tendresse, mais loin d'être un roman de formation, ce livre, de retours en arrière en flash-back ne cesse d'exalter la douceur des premières années.
L'enquêteur rente de résoudre l'enlèvement de ses parents. Chacun compte sur lui; lui seul peut éviter l'apocalypse. Et pourtant, quel piètre policier : si peu intuitif, si maladroit, totalement hermétique à l'humour, sérieux comme seul peut l'être un petit enfant, il remonte le fil du temps et veut moins retrouver ses parents que l'éblouissement de ses huit ans, quand les mères étaient belles, les pères affectueux et les amis débordant d'imagination.
Des parents qui vous laissent orphelins, c'est là bien sûr une déflagration aussi terrible qu'une guerre mondiale. Mais, à vouloir percer le secret des origines, Christopher n'apprend rien, sinon les vilains secrets des adultes dont il se serait bien passé. Il ne rencontrera ni l'amour ni la jouissance, passera à côté de sa vie, tentera désespérément de reprendre les jeux de son enfance là où il les avait laissés. Mais le monde, lui, a changé et Christopher ne pourra éluder la souffrance.
Comme d'habitude, le style vaporeux de l'auteur joue avec les nerfs de son lecteur sidéré par tant de cruelle beauté. Ishiguro mon amour!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          406
sabine59
  20 août 2018
J'avais déjà lu et apprécié " Lumière pâle sur les collines" et " Les vestiges du jour", je me suis donc lancée avec enthousiasme dans cette lecture.
Le roman tient à la fois de l'enquête policière, du récit d'enfance et de la chronique sociale d'un lieu et d'une époque bien particuliers: la concession internationale à Shanghai, depuis les années vingt jusqu'aux années quarante.
Christopher Banks, le narrateur, vit à Londres et est devenu un détective célèbre. Sûrement, sa vocation vient-elle d'un traumatisme de son enfance: ses parents anglais, avec qui il vivait à Shanghai, ont disparu l'un après l'autre ( au sens concret du terme, ils semblent avoir été kidnappés et l'enquête n'a rien donné ) , le laissant brutalement seul. Il a alors rejoint sa tante en Angleterre.
Le livre démarre en 1930 puis évoque l'année 1937, lorsqu'il décide de retourner a Shanghai dans l'espoir de retrouver ses parents. L'épilogue est daté de l'année 1958.
C'est justement à la fois le charme et le côté un peu confus de ce livre, ce mélange des époques, les flash-black sont nombreux, ils évoquent soit la petite enfance du narrateur,avec notamment les jeux en compagnie de son ami d'origine japonaise, Akira, ou des faits plus récents, au gré de ses pensées.
On sent , à travers les évocations du passé, le désarroi de toute une vie, pour ce petit garçon, qui , à dix ans, perd ses deux parents, de façon inexplicable.
J'ai suivi avec grand intérêt son parcours et ses investigations, ses espoirs et ses déceptions. De plus, ayant visité Shanghai et le Bund, j'essayais de me représenter un peu la ville dans ces années -là. La violence de la seconde guerre sino-japonaise, le mépris des occidentaux installés sur place pour les chinois, le commerce de l'opium, tout est bien retranscrit et le style est fort agréable.
Une quête nostalgique et obsédante que l'on accompagne de toute notre empathie. A lire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          356
majero
  31 janvier 2021
Nous ne saurons rien des indices, de l'enquête menée par le célèbre Christopher Banks, sur la disparition de ses parents dans le Shanghai des années trente, sinon qu'il s'est bien planté!
La force d'Ishiguro ici est de raconter, 'old style' à la Conan Doyle, bien construit, limite décousu.
Concession internationale de Shanghai ou quartiers chinois pendant la guerre sino-japonaise, ça sent terriblement le vécu.
Commenter  J’apprécie          345

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
SachkaSachka   20 avril 2020
Il y eut un autre silence, et je me souvins par-delà les années qu'Akira ne me comprenait pas lorsque j'employais des expressions imagées. Aussi repris-je, très lentement :
Tu seras bientôt en parfaite santé. Tu m'entends,
Akira ? J'y veillerai. En parfaite santé.
- Tu très gentil, dit il. Mais il vaut mieux précautions. Tu dois apprendre à dire. En japonais. Si soldats japonais arrivent. Je t'apprends le mot, et tu t'en souviens.
Il commença de prononcer une phrase dans sa langue, mais c'était beaucoup trop long, et je l'interrompis.
Non, non, je ne m'en souviendrai jamais. Dis-moi quelque chose de beaucoup plus court. Juste assez pour leur faire comprendre que nous ne sommes pas leurs ennemis.
Il réfléchit un instant, puis articula une phrase à peine plus brève que la précédente.
Je fis une tentative pour la répéter, mais presque aussitôt il m'arrêta.
- Non, Christopher. Erreur.
Après quelques autres essais, je lui dis :
Écoute, ça ne sert à rien. Apprends-moi seulement un mot. Le mot japonais pour ami. C'est tout ce dont je suis capable ce soir.
- Tomodachi, dit-il. Tu répètes To-mo-da-chi.
Je répétai le mot à plusieurs reprises, de manière parfaitement exacte, me sembla-t-il, mais je me rendis compte qu'il riait dans le noir. Je me surpris à rire aussi, et l'instant d'après, comme un moment plus tôt, nous fûmes pris tous les deux d'un fou rire incontrôlable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
SachkaSachka   17 avril 2020
- Et toi, Puffin ? Toi qu'en penses-tu ?
Crois-tu que ce serait une bonne chose de devenir plus anglais ?
- Franchement, je n'en sais rien.
- Non, je suppose que non. Ma foi, il est vrai que, dans cette ville, tu grandis au milieu d'un tas de gens différents. Des Chinois, des Français, des Allemands, des Américains et je ne sais qui encore. Alors, rien d'étonnant à ce que tu deviennes un peu comme un chien bâtard !
Il eut un petit rire, puis continua :
- Sais-tu ce que je pense, Puffin ? Je pense que ce ne serait pas un mal si tous les enfants comme toi grandissaient entourés de toutes sortes de nationalités, en empruntant un petit quelque chose à chacune.
Alors, peut-être que les hommes seraient moins méchants les uns avec les autres. Il y aurait moins de guerres, pour commencer. Oh, oui ! Peut-être qu'un jour on en finira avec tous ces conflits, et ce ne sera pas grâce aux grands hommes d'État, ni aux Églises, ni aux organisations comme celle-ci. Ce sera parce que les gens auront changé. Ils seront comme toi, Puffin. Plus mélangés. Alors pourquoi ne pas devenir un beau chien bâtard ? C'est très sain !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2212
sagesse66sagesse66   19 janvier 2018
Je pense que ce ne serait pas mal si tous les enfants comme toi grandissaient entourés de toutes sortes de nationalités, en empruntant un petit quelque chose à chacune.
Alors, peut-être que les hommes seraient moins méchants les uns envers les autres...
Commenter  J’apprécie          330
PatsalesPatsales   11 mars 2019
 À un moment, je tombai sur trois chiens qui déchiraient sauvagement quelque chose avec leurs crocs, et je sortis mon pistolet, tant j'étais sûr qu'ils allaient m'attaquer ; mais même ceux-là me regardèrent passer d'un air soumis, comme s'ils avaient appris à respecter le carnage dont est capable un humain. 
Commenter  J’apprécie          100
chocobogirlchocobogirl   11 juillet 2011
Notre destin, à nous et à nos semblables, est d'affronter le monde comme les orphelins que nous sommes, pourchassant au fil de longues années les ombres de parents évanouis. A cela, il n'est d'autre remède qu'essayer de mener nos missions à leur fin, du mieux que nous le pouvons, car aussi longtemps que nous n'y sommes pas parvenus, la quiétude nous est refusée.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Kazuo Ishiguro (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kazuo Ishiguro
La librairie a présenté son "coup de coeur" dans le cadre de l'émission de RTL "Les Livres ont la Parole" le 12 avril 2015. Gaëtane a évoqué "Le Géant Enfoui" de Kazuo Ishiguro.
autres livres classés : Shanghai (Chine)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
75 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre