AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Conquêtes tome 1 sur 9
EAN : 9782302071308
Soleil (12/09/2018)
3.94/5   79 notes
Résumé :
L’Humanité est désormais composée de 5 colonies disposant d’une armada de vaisseaux qui sillonne l’espace vers 5 exoplanètes. Ces mondes, peuplés par des formes de vies intelligentes, impliquent un seul choix dicté par la survie : conquérir.

L’objectif est atteint : Islandia, planète de glace où une seule race d’autochtones est répertoriée. Sur ordre de l’amiral Ragnvald Hakarsson, l’oberleutnant Kirsten Konig est chargée d’établir le contact avec les... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 79 notes
5
5 avis
4
19 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

C'est le premier tome d'une saga de cinq albums et il déchire déjà par son scénario et ses planches. 78 pages qui vous prennent du début à la fin, sans aucun temps mort avec tous les éléments nécessaires à une aventure spatiale comme on les aime : Réveil dans un vaisseau spatial, découverte d'une nouvelle planète, rencontre du troisième type, rivalité avec la hiérarchie militaire, complot fomenté par des scientifiques, IA et scènes de bataille à la Star Wars.

Le scénario de Jean-Luc Istin est une merveille de précision. Il nous entraîne dans son histoire avec brio. La Terre se meurt et l'humanité est condamnée à la quitter. Cinq flottes sont constituées et envoyées vers cinq exo-planètes. le premier ouvrage nous présente l'arrivée du navire amiral « Fafnir » à proximité de l'exo-planète de glace Islandia en vue de sa colonisation.

« Technologiquement, les photos prises par le drone-sonde nous montrent une absence de technologie moderne et un mode de vie archaïque. Anatomiquement, ce sont des bipèdes tout comme nous et ce sont, pour ce que nous savons, les seuls êtres organisés en société de la planète. La faune, quant à elle, est limitée par le froid mais comme vous pouvez le constater il y a des animaux semblables à des mammifères et à des rongeurs.»

La principale héroïne de l'aventure est l'Oberlieutenant Kirsten Konig. Cette une femme qui ne peut compter que sur elle-même car elle évolue dans un environnement militaire aux consonances proches du IIIe Reich (Uchronie?) Elle va être la première à débarquer avec son commando sur la nouvelle planète. Elle devra se battre contre une hiérarchie macho, tout en essayant de préserver les aliens qui vivent sur Islandia.

« le soir venu, nous avons installé notre camp. L'idée était d'étudier la réaction des autochtones à notre présence sur une petite durée. Les Islandiens nous ont conviés à un banquet en notre honneur. J'ai commencé à baragouiner avec Atzeb. C'est ainsi que se nommait le chef du village. Nos échanges tenaient plus du Tarzan et Jane faisant connaissance sous l'oeil attentif de Cheeta, ou plutôt de son épouse, Aloïe.»

Les dessins de Zivorad Radivojevic et les couleurs d'Eber Evangelista sont dans le summum de la qualité bédéesque que l'on recherche aujourd'hui, avec de véritables doubles pages qui nous permettent de coller à l'histoire. La planète Islandia est admirablement rendue. Les personnages sont superbement dessinés et reconnaissables immédiatement. On a ainsi le plaisir de pouvoir lire tout en regardant les planches, un privilège devenu rare de nos jours dans la bande dessinée. On le doit à ces deux nouveaux arrivés dans le métier. Et il faudra à l'avenir les suivre de près.

Une belle découverte que cette BD qui va satisfaire aussi bien les amateurs que les néophytes. On pourra pourtant mettre un bémol, les raccourcis narratifs qui sont rendu nécessaires par un récit limité à un tome (chaque tome à venir étant indépendant les uns des autres). Mais cela reste malgré tout pour moi un coup de coeur de l'année et je suis déjà prêt pour une nouvelle aventure avec le tome 2.

«Les Islandiens n'étaient pas sujets à nos différends. Chez eux régnait l'harmonie. Une harmonie avec leur terre et ce qu'il y avait en dessous. Comment envisager qu'un peuple puisse devenir aussi pacifique ? Peut-être, tout simplement parce qu'il aimait ses enfants.»

Commenter  J’apprécie          4812

A l'heure où pas mal d'auteurs de BD rament pour faire 48 pages en 2 ans la concurrence est rude face aux auteurs de comics qui vont la même chose en 2 mois et face aux auteurs de mangas qui font la même chose en 2 semaines. Face à ce problème les éditions Soleil continue sur leur lancée avec une nouvelle collection thématique enquillant les stand-alone selon le principe du « temps qu'on gagne, on joue »... La Terre est condamnée et ne peut plus abriter l'humanité parce que les élites de celle-ci ont été suffisamment stupides pour s'en remettre les yeux fermées à la doxa hypercapitaliste de la croissance infinie dans un monde fini, duc coup 5 flottes se dirigent vers 5 exoplanètes qui sont autant de colonies potentielles pour ce qu'il reste de l'humanité (et évidemment faute de remise en cause tout est appeler à recommencer). L'inévitable plotmaster Jean-Luc Istin est une fois de plus aux manettes, et nous savons désormais tous et toutes qu'il est capable du bon comme du moins bon : j'imagine déjà par avance les bonnes voies qu'il ne suivra pas pour développer la série ^^

Dans ce tome 1 intitulé "Islandia", tout est raconté du point de vue de l'Oberlieutenant Kirsten Konig chargée d'établir un premier contact entre l'humanité avec les aliens de l'exoplanète Islandia après 300 de cryosommeil : les hommes de terrain font tout pour les événements se déroulent sans trop d'accrocs, mais l'amiral Ragnvald Hakarson lui fait tout pour brusquer et accélérer le choses au mépris du bon sens le plus élémentaire (c'est l'éternel opposition entre les êtres humains bien conscients de la complexité de la vie, et les managers à la con et autres petits marquis de mes couilles persuadés que la réalité doit plier à leurs volontés... Monde de Merde again !). L'autorité à chier (plénonasme) ordonne la colonisation à marche forcée, mais les destructions se multiplient sur Islandia puis dans la flotte. Évidemment on accuse les aliens pacifistes et low-tech d'actes terroristes de haute volée, mais si le doute est permis sur la destruction des nouvelles colonies plus personne ne croit aux bobards des autorités après la destruction du vaisseau dénommé Smaug... Mais qui croire puisque que l'amirauté cache des choses, que l'équipe scientifique cache des choses, que l'IA de la flotte Freya cache des choses et que les aliens d'Islandia cachent des choses. Sans compter que l'Oberlieutenant Kirsten Konig ne peut même pas se fier à elle-même car elle est victime d'hallucination depuis sa sortie d'hibernation !

Malgré les clins d'oeil à Arthur C. Clarke / Stanley Kubrick et aux frères Arcadi et Boris Strougatski, on est pile-poil entre l'"Avatar" de James Cameron et le "Crawlspace" de Justin Dix... Je suis persuadé que tout le monde connaît le premier, mais je vous complètement le plaisir de la découverte concernant le second ! Pour tout le reste j'ai beaucoup aimé mais ce tome a les défauts de ses qualités : comme dans la série "Androïdes" nous sommes dans un pot-pourri, de qualité certes mais un pot-pourri quand même... le récit fait 78 pages, mais le relation-ship drama aurait pu être plus étoffé : OK pour la maman bimbo et badass (héritage Ellen Ripley ^^), mais quid de Johannes Hartmann son amant (qui a quand même droit à un tragique moment de gloire) et des Dirty Dozen placés sous ses ordres ? Et de la même manière le rôle et le background des aliens avaient matière à être plus étoffés, et c'est d'autant plus dommage, qu'on consacre finalement pas mal de cases à du pure fanservice plus ou moins boobesque. Après je n'ai pas compris le gros délire autour du design pro-reich : la SF japonaise adorent recourir aux Allemands dans l'Espâce pour pointer du doigt l'impérialisme et le militarisme sans remettre en cause leur propre histoire, mais là entre IIe et IIIe Reich ou on est carrément dans le german friendly voire le national-socialisme friendly (peut-être que les tomes suivants apporteront des éléments d'explications, mais je n'y crois guère ^^).

Les graphismes assurés par Zivorad Radivojevic aux dessins et Eber Evangelista aux couleurs sont dans le mainstream de qualité qui caractérisent les éditions Soleil, mais alors là vraiment de qualité grâce aux doubles pages qui dégagent une véritable classe. Sans doute des artistes dont il faudra suivre la carrière...

Commenter  J’apprécie          455

J'ai joué mon blasé sur ce coup-là.

Tout au long du récit, je n'ai pas pu me départir d'un sentiment de convenu, de réchauffé, de récup'.

C'est simple, l'effet du tome 1 de Conquête est très proche de celui que m'a fait Star Wars VII : on reprend ce qui a marché, on mâchonne un peu et ça passe.

Il y a indéniablement du Star Wars dans cet album : dans le design des uniformes, dans certains « tanks sur pattes » entre autres. Il y a aussi de l'Avatar.

En général la variation sur le thème ne me gêne pas trop. Je lis ce genre de récits, souvent avec plaisir. Ici – allez donc savoir pourquoi – ça m'a agacé. Trop d'attentes peut-être.

C'est convenu, mais honnêtement ça n'est pas mauvais pour autant. Les dessins de Radivojevic, très marqués ordinateur, sont plutôt chouettes. L'histoire, manichéenne avec de vrais gentils et de vrais salops, tient bien la route. L'élément "mythologie nordique" m'a plu. Le scénario d'Istin, malheureusement, ne s'éloigne pas de l'attendu en ce qui concerne le traitement de la colonisation (beaucoup d'Avatar, comme je disais). Pas vraiment de surprise, dommage.

Je ne suis pas assez convaincu pour poursuivre l'aventure. Tant pis.

Commenter  J’apprécie          344

Les éditions Soleil se lance dans une nouvelle série : Conquêtes. Cinq tomes de prévu pour cinq histoires se déroulant sur cinq planètes.

Le lien : La Terre a subit une fin du monde tragique et pour sauver l'humanité cinq convois partent à travers l'espace vers une planète colonisable.

Pour ce premier tome : Islandia, une planète de glace où quelques rares autochtones vivent sans technologie apparente. Les terriens, une colonie entre inspiration nordique et IIIe Reich, va débarquer sur la planète avec ses gros sabots et se croire tout permis au nom de la colonisation et de la survie de leur groupe.

Si le scénario n'est pas très original, il reste bien construit et plaisant à lire. Notre héroïne fait partie du groupe d'intervention sensé entrer progressivement en contact avec les autochtones et préparer le terrain pour la colonisation. Hélas ses dirigeants vont vouloir à tout prix aller au plus vite, quitte à "bruler" les étapes et à "cramer" quelques aliens au passage... Derrière cela on découvre quelques manipulations génétiques et expériences douteuses au mépris de toute éthique.

La BD fait 72 pages, ce qui est plus que la "norme", mais elle aurait encore pu être plus épaisse tellement certains éléments aurait pu être plus développé comme le rôle des islandiens qui restent malgré tout assez effacés dans l'histoire.

En prime une fin plutôt porteuse d'espoir pour l'humanité, ça fait du bien!

Niveau dessin on reste dans le classique de soleil mais il faut bien dire que c'est réalisé avec soins et force est de constater qu'il n'y a pas grand chose à en redire.

Commenter  J’apprécie          210

Je ne suis pas grand fan des séries commerciales de chez Soleil dans lesquelles officie Jean-Luc Istin, du coup je ne connais pas le travail de ce scénariste. Pourtant le concept de cette série annoncée en 5 tomes me paraît alléchante: une planète à coloniser par album, un contexte différent, des personnages différents. Avec une très percutante couverture et un petit truc dans le dessin, cela m'a suffit pour entrer dans l'histoire.

La flotte arrive enfin en orbite d'Islandia après des milliards de kilomètres et trente années de cryosommeil. Une flotte de colonisation. Une planète habitée par des indigènes pacifiques. Mais très vite pour l'oberleutnant Konig quelque chose semble clocher dans cette arrivée. Commence une enquête pour découvrir une conspiration qui va remettre en cause ce voyage sans retour...

Islandia, le premier tome d'une nouvelle série de SF militaire est une très agréable surprise dont je n'attendais pas tant, ayant commencé la lecture surtout pour les dessins de Zivorad Radivojevic. Je découvre cet illustrateur qui a, malgré quelques failles techniques de perspectives, une patte très intéressante qu'il faudrait voir en noir et blanc pour apprécier plus précisément son dessin (la couleur n'est pas honteuse mais très informatique, elle donne cet aspect interchangeable qu'ont beaucoup de comics et de BD de chez Soleil).

Le premier aspect novateur est dans le choix d'une culture germanique à cette flotte de colons avec un design très réussi vaguement inspiré de l'armée du troisième Reich. Istin évite la fausse bonne idée de calquer des idéaux nazis sur cette armée, qui a simplement le comportement classique de toute armée de conquête envoyée là après ce qu'on comprend avoir été un Armageddon sur terre... Aucune information directe de contexte, du pourquoi de la présence de cette flotte mais le scénariste distille quelques miettes qui laissent penser que le contexte général prendra forme à mesure de la lecture des cinq one-shot de la série. J'aime bien l'idée d'un univers cohérent dans lequel nous assistons à des histoires séparées (un peu ce que fait Fred Duval sur ses séries SF). Istin a construit cela avec ses séries fantasy depuis pas mal d'années et a donc de la bouteille.

L'histoire de cet album, après le réveil des militaires et le premier contact du lecteur avec l'héroïne, nous plonge rapidement dans une sorte d'enquête policière entre l'Oberleutnant Konig, son compagnon et l'IA de la flotte. Pas mal de concepts intéressants sont proposés (comme cette IA qui est tout sauf la voix de son maître!) et l'ensemble des personnages secondaires sont étonnamment développés quand on aurait pu s'attendre à des archétypes de jeu vidéo. Istin accorde un vrai rôle à chacun (l'héroïne est très réussie en mère acariâtre et Badass) et malgré l'intrigue nécessairement assez simple du fait du format one-shot, on apprécie les dialogues. La relation avec les autochtones ne propose guère plus de choses que depuis Aquablue (à savoir une vision écologiste face à une société technologique d'invasion) mais pas de faute de gout non plus. le fin mot de l'intrigue m'a semblé un peu tiré par les cheveux et surtout en décalage avec une ambiance techno-réaliste sur la plus grande partie de l'album. Rien de risible mais l'effet Slasher vu dans une majorité de films de SF se retrouve malheureusement ici.

On reste avec un album très grand public de très bonne facture et dans la moyenne haute pour un produit aussi formaté. de quoi donner envie de lire les autres volumes de la série, pour peu que le niveau graphique soit aussi bon que sur Islandia.


Lien : https://etagereimaginaire.wo..
Commenter  J’apprécie          131


critiques presse (5)
SciFiUniverse   20 février 2019
Un stressant thriller, qui pourrait aussi être un sombre conte de fée spatial, est royalement servi par ses auteurs tant dans le scénario, que ses dessins ou encore pour sa mise en couleurs.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Bedeo   27 novembre 2018
Cohérent et captivant, Islandia démarre parfaitement une série à nulle autre pareille sur la colonisation des exoplanètes lointaines. La scénario est juste ce qu’il faut d’original, le dessin soigneusement orchestré, pour le plus grand plaisir de ceux qui ont aimé les séries SF, d’Aquablue à The Expanse.
Lire la critique sur le site : Bedeo
ActuaBD   22 octobre 2018
C’est Jean-Luc Istin qui signe le scénario du premier tome de cette nouvelle série-concept, notons qu’il s’agit certainement là d’un de ses meilleurs lancements ! Car vous l’aurez compris, ce premier tome, et le concept même de Conquêtes, nous a tout simplement... conquis !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   28 septembre 2018
Comme à son habitude (voir Alice Matheson, World war wolves, ….), Zivorad Radivojevic, fidèle du scénariste, travaille ses dessins dans un réalisme époustouflant et dans n’importe quelle échelle. Que ce soit l’immensité spatiale ou les paysages polaires d’Islandia ou encore les intérieurs de vaisseaux, l’artiste montre qu’il maîtrise parfaitement sa palette graphique.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   14 septembre 2018
Bien soutenu par la colorisation d’Eber Evangelsita, le dessin réaliste de Zivorad Radivojevic participe solidement et efficacement à l’histoire. Au sein d’une mise en scène un peu sage mais fluide et appliquée, le soin apporté aux protagonistes et aux arrières-plans permet la création d’ambiances réussies.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Après trente ans de cryo-sommeil, on serait tenté de penser que l'on va se réveiller avec une forme de tous les diables, qu'on est prêt à consommer toute cette énergie accumulée, qu'on veut rattraper le temps perdu, coûte que coûte. Sauf que c'est tout le contraire. Au bout de trente ans de caisson cryogénique, la première des envies qui vous vient en tête, c'est de dégueuler. Et une fois que vous aves lâché du lest, vous ne songez qu'à vous rallonger pour attendre que ça passe. Mais il ne faut pas. Freyan, notre I.A. vous annonce la bonne nouvelle :" Vos signes vitaux sont ok !" Pourtant votre tête tourne comme un vieux compteur à gaz. Et vos sens vous disent que vous êtes au bord de l'agonie. Mais ayez confiance, la voix doucereusement métallique de l'ordinateur ne se trompe jamais. Cest donc le moment de remuer toutes ses articulations ankylosées et de débrider la machinerie humaine.
Commenter  J’apprécie          215
L'homme est une race particulière qui a une tendance majeure à l'auto-destruction quand il ne détruit pas l'autre.
Commenter  J’apprécie          331
On trouve toujours de bonnes raisons pour dominer, contraindre. Au nom de la survie, tout est permis à des gens comme vous. Vous êtes tellement auto-satisfaits, tellement certains que votre manière de voir le monde est l'unique voie des possibles, tellement convaincus que la vie d'une personne ne vaut pas toutes les expériences que vous pouvez conduire.
Commenter  J’apprécie          80
- Ils ont l'air heureux.
- Pourquoi ne le seraient-ils pas ?
- Cette planète, c'est pas non plus le paradis terrestre. De la neige et de la glace à perte de vue. Et j'ai pas l'impression qu'ils aient des vidéo games ou des programmes fictionnels pour se distraire.
Commenter  J’apprécie          51
Les hommes, quand ils ne combattent pas un ennemi commun, se détruisent mutuellement. Le frère tue le frère. Caïn et Abel, Thor et Loki... Toujours la même rengaine.
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
Videos de Jean-Luc Istin (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Istin
Elfes 31
autres livres classés : colonisationVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Merlin.M n°3

Quelle est le principales pouvoir du héros ?

Soigner
Devenir invisible
Voler
Parler aux morts

5 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Merlin, tome 2 : L'Eveil du pouvoir de Jean-Luc IstinCréer un quiz sur ce livre