AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2302071301
Éditeur : Soleil (12/09/2018)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 9 notes)
Résumé :
L’Humanité est désormais composée de 5 colonies disposant d’une armada de vaisseaux qui sillonne l’espace vers 5 exoplanètes. Ces mondes, peuplés par des formes de vies intelligentes, impliquent un seul choix dicté par la survie : conquérir.

L’objectif est atteint : Islandia, planète de glace où une seule race d’autochtones est répertoriée. Sur ordre de l’amiral Ragnvald Hakarsson, l’oberleutnant Kirsten Konig est chargée d’établir le contact avec les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Alfaric
  21 septembre 2018
A l'heure où pas mal d'auteurs de BD rament pour faire 48 pages en 2 ans la concurrence est rude face aux auteurs de comics qui vont la même chose en 2 mois et face aux auteurs de mangas qui font la même chose en 2 semaines. Face à ce problème les éditions Soleil continue sur leur lancée avec une nouvelle collection thématique enquillant les stand-alone selon le principe du « temps qu'on gagne, on joue »... La Terre est condamnée et ne peut plus abriter l'humanité parce que les élites de celle-ci ont été suffisamment stupides pour s'en remettre les yeux fermées à la doxa hypercapitaliste de la croissance infinie dans un monde fini, duc coup 5 flottes se dirigent vers 5 exoplanètes qui sont autant de colonies potentielles pour ce qu'il reste de l'humanité (et évidemment faute de remise en cause tout est appeler à recommencer). L'inévitable plotmaster Jean-Luc Istin est une fois de plus aux manettes, et nous savons désormais tous et toutes qu'il est capable du bon comme du moins bon : j'imagine déjà par avance les bonnes voies qu'il ne suivra pas pour développer la série ^^
Dans ce tome 1 intitulé "Islandia", tout est raconté du point de vue de l'Oberlieutenant Kirsten Konig chargée d'établir un premier contact entre l'humanité avec les aliens de l'exoplanète Islandia après 300 de cryosommeil : les hommes de terrain font tout pour les événements se déroulent sans trop d'accrocs, mais l'amiral Ragnvald Hakarson lui fait tout pour brusquer et accélérer le choses au mépris du bon sens le plus élémentaire (c'est l'éternel opposition entre les êtres humains bien conscients de la complexité de la vie, et les managers à la con et autres petits marquis de mes couilles persuadés que la réalité doit plier à leurs volontés... Monde de Merde again !). L'autorité à chier (plénonasme) ordonne la colonisation à marche forcée, mais les destructions se multiplient sur Islandia puis dans la flotte. Évidemment on accuse les aliens pacifistes et low-tech d'actes terroristes de haute volée, mais si le doute est permis sur la destruction des nouvelles colonies plus personne ne croit aux bobards des autorités après la destruction du vaisseau dénommé Smaug... Mais qui croire puisque que l'amirauté cache des choses, que l'équipe scientifique cache des choses, que l'IA de la flotte Freya cache des choses et que les aliens d'Islandia cachent des choses. Sans compter que l'Oberlieutenant Kirsten Konig ne peut même pas se fier à elle-même car elle est victime d'hallucination depuis sa sortie d'hibernation !
Malgré les clins d'oeil à Arthur C. Clarke / Stanley Kubrick et aux frères Arcadi et Boris Strougatski, on est pile-poil entre l'"Avatar" de James Cameron et le "Crawlspace" de Justin Dix... Je suis persuadé que tout le monde connaît le premier, mais je vous complètement le plaisir de la découverte concernant le second ! Pour tout le reste j'ai beaucoup aimé mais ce tome a les défauts de ses qualités : comme dans la série "Androïdes" nous sommes dans un pot-pourri, de qualité certes mais un pot-pourri quand même... le récit fait 78 pages, mais le relation-ship drama aurait pu être plus étoffé : OK pour la maman bimbo et badass (héritage Ellen Ripley ^^), mais quid de Johannes Hartmann son amant (qui a quand même droit à un tragique moment de gloire) et des Dirty Dozen placés sous ses ordres ? Et de la même manière le rôle et le background des aliens avaient matière à être plus étoffés, et c'est d'autant plus dommage, qu'on consacre finalement pas mal de cases à du pure fanservice plus ou moins boobesque. Après je n'ai pas compris le gros délire autour du design pro-reich : la SF japonaise adorent recourir aux Allemands dans l'Espâce pour pointer du doigt l'impérialisme et le militarisme sans remettre en cause leur propre histoire, mais là entre IIe et IIIe Reich ou on est carrément dans le german friendly voire le national-socialisme friendly (peut-être que les tomes suivants apporteront des éléments d'explications, mais je n'y crois guère ^^).
Les graphismes assurés par Zivorad Radivojevic aux dessins et Eber Evangelista aux couleurs sont dans le mainstream de qualité qui caractérisent les éditions Soleil, mais alors là vraiment de qualité grâce aux doubles pages qui dégagent une véritable classe. Sans doute des artistes dont il faudra suivre la carrière...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          375
tchouk-tchouk-nougat
  05 novembre 2018
Les éditions Soleil se lance dans une nouvelle série : Conquêtes. Cinq tomes de prévu pour cinq histoires se déroulant sur cinq planètes.
Le lien : La Terre a subit une fin du monde tragique et pour sauver l'humanité cinq convois partent à travers l'espace vers une planète colonisable.
Pour ce premier tome : Islandia, une planète de glace où quelques rares autochtones vivent sans technologie apparente. Les terriens, une colonie entre inspiration nordique et IIIe Reich, va débarquer sur la planète avec ses gros sabots et se croire tout permis au nom de la colonisation et de la survie de leur groupe.
Si le scénario n'est pas très original, il reste bien construit et plaisant à lire. Notre héroïne fait partie du groupe d'intervention sensé entrer progressivement en contact avec les autochtones et préparer le terrain pour la colonisation. Hélas ses dirigeants vont vouloir à tout prix aller au plus vite, quitte à "bruler" les étapes et à "cramer" quelques aliens au passage... Derrière cela on découvre quelques manipulations génétiques et expériences douteuses au mépris de toute éthique.
La BD fait 72 pages, ce qui est plus que la "norme", mais elle aurait encore pu être plus épaisse tellement certains éléments aurait pu être plus développé comme le rôle des islandiens qui restent malgré tout assez effacés dans l'histoire.
En prime une fin plutôt porteuse d'espoir pour l'humanité, ça fait du bien!
Niveau dessin on reste dans le classique de soleil mais il faut bien dire que c'est réalisé avec soins et force est de constater qu'il n'y a pas grand chose à en redire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Catilina38
  19 septembre 2018
Je ne suis pas grand fan des séries commerciales de chez Soleil dans lesquelles officie Jean-Luc Istin, du coup je ne connais pas le travail de ce scénariste. Pourtant le concept de cette série annoncée en 5 tomes me paraît alléchante: une planète à coloniser par album, un contexte différent, des personnages différents. Avec une très percutante couverture et un petit truc dans le dessin, cela m'a suffit pour entrer dans l'histoire.
La flotte arrive enfin en orbite d'Islandia après des milliards de kilomètres et trente années de cryosommeil. Une flotte de colonisation. Une planète habitée par des indigènes pacifiques. Mais très vite pour l'oberleutnant Konig quelque chose semble clocher dans cette arrivée. Commence une enquête pour découvrir une conspiration qui va remettre en cause ce voyage sans retour...
Islandia, le premier tome d'une nouvelle série de SF militaire est une très agréable surprise dont je n'attendais pas tant, ayant commencé la lecture surtout pour les dessins de Zivorad Radivojevic. Je découvre cet illustrateur qui a, malgré quelques failles techniques de perspectives, une patte très intéressante qu'il faudrait voir en noir et blanc pour apprécier plus précisément son dessin (la couleur n'est pas honteuse mais très informatique, elle donne cet aspect interchangeable qu'ont beaucoup de comics et de BD de chez Soleil).
Le premier aspect novateur est dans le choix d'une culture germanique à cette flotte de colons avec un design très réussi vaguement inspiré de l'armée du troisième Reich. Istin évite la fausse bonne idée de calquer des idéaux nazis sur cette armée, qui a simplement le comportement classique de toute armée de conquête envoyée là après ce qu'on comprend avoir été un Armageddon sur terre... Aucune information directe de contexte, du pourquoi de la présence de cette flotte mais le scénariste distille quelques miettes qui laissent penser que le contexte général prendra forme à mesure de la lecture des cinq one-shot de la série. J'aime bien l'idée d'un univers cohérent dans lequel nous assistons à des histoires séparées (un peu ce que fait Fred Duval sur ses séries SF). Istin a construit cela avec ses séries fantasy depuis pas mal d'années et a donc de la bouteille.
L'histoire de cet album, après le réveil des militaires et le premier contact du lecteur avec l'héroïne, nous plonge rapidement dans une sorte d'enquête policière entre l'Oberleutnant Konig, son compagnon et l'IA de la flotte. Pas mal de concepts intéressants sont proposés (comme cette IA qui est tout sauf la voix de son maître!) et l'ensemble des personnages secondaires sont étonnamment développés quand on aurait pu s'attendre à des archétypes de jeu vidéo. Istin accorde un vrai rôle à chacun (l'héroïne est très réussie en mère acariâtre et Badass) et malgré l'intrigue nécessairement assez simple du fait du format one-shot, on apprécie les dialogues. La relation avec les autochtones ne propose guère plus de choses que depuis Aquablue (à savoir une vision écologiste face à une société technologique d'invasion) mais pas de faute de gout non plus. le fin mot de l'intrigue m'a semblé un peu tiré par les cheveux et surtout en décalage avec une ambiance techno-réaliste sur la plus grande partie de l'album. Rien de risible mais l'effet Slasher vu dans une majorité de films de SF se retrouve malheureusement ici.
On reste avec un album très grand public de très bonne facture et dans la moyenne haute pour un produit aussi formaté. de quoi donner envie de lire les autres volumes de la série, pour peu que le niveau graphique soit aussi bon que sur Islandia.
Lien : https://etagereimaginaire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Northman
  20 septembre 2018
Istin aux commandes d'un récit d'anticipation ça donne un généreux petit thriller SF de 78 pages compilant des références à Tolkien, à la mythologie scandinave, au design armée allemande 2nde GM ainsi qu'au cinéma SF et ce dès la 3e page :)
Des Germains futuristes surarmés et bas du front débarquent donc sur Islandia, nouvel Eden de l'humanité peuplé d'indigènes au premier abord primitifs, mais évidemment rien ne se passe comme prévu.
Le scénario est assez basique, vu et revu mais tout de même bien construit et accrocheur. Istin n'invente rien mais recycle efficacement en utilisant suffisamment de matière pour que le tout tienne la route.
Les dessins sans être extraordinaires sont assez classes, Radivojevic se débrouille plutôt bien dans l'espace.
Seuls regrets :
- Les autochtones ne bénéficient pas d'un super développement puisque nous ne savons au final pratiquement rien d'eux.
- La fin trop vite expédiée.
Présentée à la manière de Elfes et autres spin off, à la fois au niveau de la construction de l'univers et de la couverture, la série aux plumes et crayons multiples, comptera 5 albums (pour l'instant...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
richfred015
  16 octobre 2018
Superbe! Génial ! L'histoire en elle même est relativement classique mais la façon dont c'est raconté, le rythme, on se concentre que sur l'essentiel, le dessin est excellent, l'ambiance, tout et tout, fait que le tout justement donne une BD au top!
C'est ultra efficace !
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (4)
Bedeo   27 novembre 2018
Cohérent et captivant, Islandia démarre parfaitement une série à nulle autre pareille sur la colonisation des exoplanètes lointaines. La scénario est juste ce qu’il faut d’original, le dessin soigneusement orchestré, pour le plus grand plaisir de ceux qui ont aimé les séries SF, d’Aquablue à The Expanse.
Lire la critique sur le site : Bedeo
ActuaBD   22 octobre 2018
C’est Jean-Luc Istin qui signe le scénario du premier tome de cette nouvelle série-concept, notons qu’il s’agit certainement là d’un de ses meilleurs lancements ! Car vous l’aurez compris, ce premier tome, et le concept même de Conquêtes, nous a tout simplement... conquis !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   28 septembre 2018
Comme à son habitude (voir Alice Matheson, World war wolves, ….), Zivorad Radivojevic, fidèle du scénariste, travaille ses dessins dans un réalisme époustouflant et dans n’importe quelle échelle. Que ce soit l’immensité spatiale ou les paysages polaires d’Islandia ou encore les intérieurs de vaisseaux, l’artiste montre qu’il maîtrise parfaitement sa palette graphique.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   14 septembre 2018
Bien soutenu par la colorisation d’Eber Evangelsita, le dessin réaliste de Zivorad Radivojevic participe solidement et efficacement à l’histoire. Au sein d’une mise en scène un peu sage mais fluide et appliquée, le soin apporté aux protagonistes et aux arrières-plans permet la création d’ambiances réussies.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   12 septembre 2018
L'homme est une race particulière qui a une tendance majeure à l'auto-destruction quand il ne détruit pas l'autre.
Commenter  J’apprécie          281
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   05 novembre 2018
On trouve toujours de bonnes raisons pour dominer, contraindre. Au nom de la survie, tout est permis à des gens comme vous. Vous êtes tellement auto-satisfaits, tellement certains que votre manière de voir le monde est l'unique voie des possibles, tellement convaincus que la vie d'une personne ne vaut pas toutes les expériences que vous pouvez conduire.
Commenter  J’apprécie          70
NorthmanNorthman   19 septembre 2018
- Islandia...et l'espoir renaît.
Cette planète... c'est un recommencement.
- Oui, nous recommencerons à tout detruire, comme d'habitude.
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Jean-Luc Istin (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Istin
A quelques jours du festival Quai des bulles de St Malo, je vous propose d'écouter le témoignage de Sébastien Grenier qui est l'illustrateur de la BD "La cathédrale des abymes" aux éditions Soleil, scénarisé par Jean-Luc Istin.
autres livres classés : colonisationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2552 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre