AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Linda Lê (Éditeur scientifique)
EAN : 9782752901347
800 pages
Éditeur : Phébus (05/01/2006)

Note moyenne : 4.53/5 (sur 20 notes)
Résumé :

Se trouve ici rassemblée pour la première fois (et présentée sans tiédeur), en trois volumes totalisant près de trois mille pages, l' Œuvre quasi complète du vagabond roumain (1884 -1935) qui fut en son temps le seul rival sérieux de Jack London - salué jusqu'à nous par quelques lecteurs illustres: Romain Rolland, Joseph Kessel, Kazantzakis, Claudio Magris aujourd'hui. Soit une quinzaine de titres - r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Tandarica
  09 janvier 2016
Comment vous convaincre tout simplement de la nécessité de lire ces Oeuvres ? Je peux vous rappeler que Linda Lê signe un merveilleux texte de présentation, qui marque par sa justesse, que Romain Rolland lui-même a sauvé ces récits, que je peux vous garantir d'y trouver beaucoup de l'âme « roumaine » que je défends souvent ici. Finalement, les premières lignes de la note de l'éditeur le font mieux que moi : « Combien de lecteurs, même réputés cultivés, au nom de Panaït Istrati froncent un sourcil circonspect : oui, le nom en question leur dit quelque chose ; non, ils n'ont pas lu… Et si l'on se risque à leur assener qu'il s'agit là d'un grand écrivain français du vingtième siècle et même d'un des premiers génies de ce siècle tout court, ils prennent l'air de celui à qui on ne la fait pas et laissent dire… Alors, qu'ils lisent ! ».
Voilà pourquoi cette réédition s'imposait.
Commenter  J’apprécie          241
karkarot
  29 août 2018
Istrati est un écrivain roumain mais qui écrit en français. Langue qu'il a appris seul en lisant. Avant d'écrire, c'est un aventurier, un errant, un voyageur qui a parcouru la Méditerranée en tous sens. S'il écrit, c'est grâce à Romain Rolland qui l'encourage, après qu'Istrati ait tenté de se suicider à Nice, à écrire son oeuvre. Rolland l'aide à publier ses premiers roman. Se trouvent rassemblés dans ce premier tome les récits concernant les haïdoucs et les débuts de la jeunesse d'Adrien Zograffi (Codine, Mikhaïl). Ma préférences va aux premiers, qui sont un hymne à la liberté de ces hommes, contrebandiers sous la domination ottomane, hymne à la nature dans laquelle il vivent, hymne à l'illégalité, à la vie hors de la société pleine de dangers mais aussi pleine de joie réelle et entière. Des récits qui sentent la poudre, la vie, la mort et les grands arbres de forêts ; avec une bonne dose d'amour volé ou conquis !
Istrati illustre avec ces quelques récits sa philosophie de vie, il explique d'où il vient, de quelle tradition il se réclame. Ce sont ses premiers textes publiés et aussi ses premières années de vie qui sont racontés là. C'est l'image la plus souvent utilisée pour le décrire mais elle est tellement juste que je ne peux que la reprendre: Istrati et ses personnages sont des flammes, des flammes qui brûlent d'amitié, d'amour, de vie au risque d'en mourir ou d'en être cruellement blessés...
Une réédition superbe pour ce grand auteur méconnu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
santorinsantorin   23 mars 2018
Le bonheur de Cosma, mon garçon, ne peut laisser les autres que seuls et vides. Il est pareil à l'orage qui déchiquette les arbres chargés de bourgeons arrache les pétales lourds de tendresse, entrave le cours du ruisseau heureux de son lit et de son murmure, tue les bêtes.. Il boit tout...Tout ce qui est vivant. Après il se casse la tête, quelque part, contre une masse de rochers qui le rendent prisonnier, ou se fait engloutir par un ventre de terre rempli d'eau et de ciel sans fin. Mais aussi, il est généreux, car, après son passage, la vie renaît avec plus de force. Je suis comme lui. Peut-être un peu plus ingrat : peut-être un peu moins juste. Sache que seules les choses médiocres peuvent être partagées et vécues en commun. Dès que l'homme est trop heureux il reste seul ; et il reste seul, également, dès qu'il est trop malheureux. C'est comme ça : dans la petite fosse, tout le monde peut sauter avec toi : mais nul ne peut te suivre dans l'abîme. Le bonheur complet, aussi, c'est une espèce de gouffre : n'étais tu pas absorbé, tout à l'heure, par ton rêve, au point d'oublier le danger et de te laisser surprendre par moi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TandaricaTandarica   14 mars 2015
Ces textes ont été écrits comme on met un fer au feu. Istrati brûle, se consume dans son art, et nous brûlons avec lui, à la lumière de ses livres qui ont le pouvoir du rêve. Le vagabond de l’Orient, qui voyageait en clandestin, a laissé une œuvre à multiples facettes, solaire et ténébreuse, un viatique pour tous les amoureux d’une littérature écrite à l’encre des songes et de la fantaisie.
(Préface de LINDA LÊ)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
TandaricaTandarica   14 mars 2015
Partager son bien avec des parents qui ne sont que des parents, ou se dépouiller pour une femme qui n’est qu’une femme, dites-moi : quel est le lien de sang que j’ai, moi, avec ces gens qui se font l’aumône ? Non ! Le seul être qui aurait droit à ma vie, ce serait celui auquel je me livrerais et qui se livrerait à moi, par amitié. Tout le reste est digne d’une brute. (« Mikhaïl », page 710)
Commenter  J’apprécie          100
TandaricaTandarica   14 mars 2015
Adrien Zograffi n’est, pour le moment, qu’un jeune homme qui aime l’Orient. C’est un autodidacte qui trouve la Sorbonne où il peut. Il vit, il rêve, il désire bien des choses. Plus tard, il osera dire que bien des choses sont mal faites par les hommes et par le Créateur.
(Avant-propos de l’auteur)
Commenter  J’apprécie          100
santorinsantorin   14 mars 2018
Voilà où est mon mal. Pour mes amis, je suis, le plus souvent, une bonne poire. Pour ceux de la caserne, une brebis à tondre, Pour le quartier, un "sale albanais". Pour ma pauvre Zincoutza, une "sale nation". Et je voudrais être un frère pour tout le monde, mais personne ne le veut. Personne ne veut aider un homme né bon à rester bon, et moins encore, aider à le devenir, celui qui n'a pas eu a chance de naître bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Panaït Istrati (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Panaït Istrati
Golo publie chez Actes Sud BD "Istrati ! tome 1, le Vagabond". Une biographie vivante de l'écrivain d'origine roumaine Panait Istrati. le livre est dans la sélection officielle du Festival international de la BD d'Angoulême. Il explique ici à Anne Douhaire comment il s'y est pris pour dessiner son personnage. Plus d'informations sur la BD : https://www.franceinter.fr/culture/bd-l-energie-balkanique-d-istrati-de-golo Plus de Leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : littérature roumaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
460 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre