AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782759500901
295 pages
Éditeur : Tonkam (05/11/2008)
3.88/5   17 notes
Résumé :
Mélanger avec goûts divers ingrédients aussi effrayant les uns que les autres, telle est la recette du cordon bleu de l'horreur, Junji Ito. Y goûter, c'est conserver un souvenir indélébile, le goût si particulier du sang qui envahit la bouche !!

Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Osmanthe
  28 juillet 2021
En six excellents récits, Junji Ito nous emmène dans le monde de l'étrange. La recette est souvent la même, un personnage, en général une femme, voit son attitude changer subitement, au point d'en être méconnaissable pour ses proches. Les qualificatifs sont à adapter à chacune des histoires : pantin, zombie, somnambule, telles des marionnettes, elles deviennent une sorte de jouet d'une main invisible…cela créé une atmosphère inquiétante, chargée d'angoisse, d'autant que l'entourage ou les humains alentours ne brillent pas forcément par leur tolérance vis-à-vis de la différence.
Dans le voleur de visages, la nouvelle élève d'un lycée a le don de devenir le sosie des personnes qu'elle côtoie. Pour s'en défendre, les élèves et personnels de l'établissement vont enfiler des masques…Dans Les épouvantails, le père d'une jeune fille suicidée s'empare d'un épouvantail trouvé dans le champ attenant au cimetière pour menacer l'ancien petit ami de sa fille qu'il tient pour responsable de sa mort. Il plante l'épouvantail au pied de la tombe, mais dans les jours qui suivent, ce totem prend peu à peu les traits de sa fille…Bientôt toutes les familles installent des épouvantails…mais les revenants semblent comme décidés à assouvir une vengeance. Dans Chutes, une cohorte de villageois se mettent un soir à se diriger comme des pantins vers une colline. Erika, qui a été sauvée de justesse de la pendaison par son ami et se trouvait dans un lit d'hôpital, en fait partie. Mais alors que tous ont disparu, montés au ciel d'après un sdf qui les a vus, elle est retrouvée inanimée dans un arbre. A son réveil à l'hôpital, elle pressent que des gens vont tomber du ciel. Et en effet, il en tombe, ce qui va lui attirer l'hostilité des familles qui la tienne pour responsable de ces disparitions. Dans Les fils rouges, le jeune Tomoo est plaqué par sa copine Momoko. Quelques jours après, des fils apparaissent à son poignet. Et impossible à couper. On croit d'abord qu'il a tenté de se suicider, mais les fils gagnent d'autres parties de son corps, et son grand-père y voit la main de sa défunte épouse, référence à la légende des 1000 femmes qui seraient venues le coudre pendant la nuit…Crédible ? A moins que…Tomoo se souvient de ce que Momoko lui avait dit, ce lien si fort que les unissaient l'un à l'autre…Serait-ce possible que la métaphore soit bien réelle ?! Et comment s'en sortir lorsqu'on est devenu une véritable bobine de fil ?! Dans Mes ancêtres, la jeune Risa semble être devenue subitement amnésique, elle ne réagit plus à Shuichi qu'elle devait épouser. Elle cauchemarde bientôt sur ce qui semble être une énorme chenille. Shuichi tente de l'amener chez lui, ou son vieux père est malade. Mais le père grabataire a toute l'apparence de cette chenille monstrueuse !!! Quoiqu'à y regarder de plus près, sa tête est prolongée d'un chapelet d'autres têtes, celles de tous ses ancêtres. Et le vieux entend bien avec Shuichi que la lignée familiale se poursuive, autant dire que Risa a tout intérêt à prendre ses jambes à son cou…à moins que sa mémoire, et sa volonté avec, ne flanchent à nouveau ! le récit Les ballons aux pendus clôture le recueil de la meilleure manière. La jeune Kazuko en est le personnage central. le lecteur la trouve terrée chez elle, appelée par sa propre voix venant du dehors. Auparavant, sa camarade de classe et déjà starlette médiatique Terumi a été retrouvée pendue, apparemment suicidée à la façade de son immeuble. le petit ami de la victime, Shin'ya se met à voir sa tête, énorme, dans le ciel ! Il aimerait retrouver sa belle…mais sa tête géante lui tend une corde…où il passera la sienne sans hésiter, affichant lui aussi son visage géant aux cieux ! Et bientôt, Kazuko et ses copines vont être attaquées par leurs propres têtes géantes descendues du ciel telles des ballons avec leur corde pendante, puis rapidement tous les habitants de Tokyo seront visés ! Kazuko voit sa famille et ses amis décimés les uns après les autres. Va-t-elle pouvoir s'en sortir, face à ces entités diaboliques ?!
Le voleur de visages est une nouvelle fois un recueil de qualité. J'ai tourné les pages avec gourmandise, car si l'impression générale est parfois celle de situations quelque peu répétées, l'ambiance est à l'étrangeté, à l'angoisse, au suspense, et les chutes ou fins ouvertes, cela dépend des récits, sont souvent convaincantes et rarement en faveur des héros. L'auteur va sonder l'inconscient, notre inconscient avec ses terreurs d'enfant enfouies, qu'on aurait dit à jamais, et qui finalement affleurent à la surface, prêtes à nous submerger. La mort rôde toujours, en particulier le suicide, à la source de plusieurs des récits de cet opus. Parmi ses qualités, on louera la construction du scénario et sa progression, et un dessin très fin, rendu dans la précision du trait et l'expressivité des visages. Même si le qualificatif horreur me semble toujours surfait (un ado serait peut-être plus sensible), on évite la plupart du temps le grand-guignolesque. Décidément, Junji Ito est une valeur plus que sûre dans l'univers du manga noir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
Verdorie
  19 mai 2015
Dans ce manga (*), Junji Ito, qui se dit influencé par Kazuo Umezo et Lovecraft, présente six histoires fantastiques horrifiques à l'ambiance malsaine.
Ces récits, dessinés au trait sobre et avec un minimum de réalisme, gravitent presque tous autour d'un thème prédominant : le visage !
Si je devais attribuer un terme pour définir l'univers glauque de ce mangaka de l'horreur, qui ne fait jamais dans le "happy end", je crois que "épouvantement surréaliste" conviendra parfaitement.
Ces histoires ne font pas réellement peur mais elles suscitent cette fascination qui vous empêche de décrocher et vous entraîne jusqu'au bout.

(*) ...qui avait reçu en 2009 le prix manga de la Nuit du livre et avait été nominé en sélection officielle du 36e festival de la BD d'Angoulême...
Commenter  J’apprécie          320
Shan_Ze
  31 octobre 2015
Lu il y a cinq ans...
Le voleur de visages est le titre de la première histoire. Plusieurs courtes histoires : un épouvantail prend les traits d'une défunte… Un garçon Tomoo est plaquée par sa copine, voit apparaître des fils rouges sur son corps… Shuichi ramène Risa chez elle, elle a l'air son le choc et ne se souvient de rien…
Une demi-douzaine d'histoires d'horreurs pour ceux qui aiment se faire peur. Ca me rappelle un peu les contes de crypte que je regardais à la télé les vendredis, très tard dans la nuit. Celles-ci sont évidemment à la sauce japonaise, assez surréalistes et glauques, sans doute tiré du folklore local. Ce qui est bien dans ces histoires, c'est qu'on n'a pas toujours une explication. Quoique, c'est parfois aussi un peu frustrant… Apparemment, c'est n°3 de la collection de Junji Ito. Je lirai bien les autres aussi.
A ceux qui aiment frissonner !
Commenter  J’apprécie          70
AV
  28 juillet 2012
Tombée dessus via sa sélection à Angoulême, le Voleur de Visages est le premier manga que j'ai vraiment pris le temps de lire, n'étant pas du tout cliente du genre. Là, je comptais sur son côté fantastique pour m'amadouer : pari réussi ! Je suis assez bien rentrée dedans et son format de six histoires courtes était juste bien pour moi, tant sur le nombre (quoique, à la limite, j'aurais encore pu continuer pour une ou deux histoires de plus) que sur la longueur. le graphisme est vraiment soigné ce qui permet d'apporter quelque chose d'esthétique plus poussé que juste l'illustration d'une histoire fantastique ou d'horreur. D'ailleurs, niveau esthétique, heureusement que je ne me suis pas fiée à la couverture.
Sans me raccommoder avec les mangas pour autant, Junji Ito aura donc eu le mérite de m'en faire lire un avec plaisir.
Commenter  J’apprécie          30
Erik_
  30 novembre 2020
Le voleur de visages est un manga d'un genre horrifique composé de plusieurs nouvelles d'épouvantes. Ces histoires ont souvent pour protagonistes de jeunes adolescents pré-pubères. Est-ce à dire que c'est destiné à ce public là ? Je dois être trop vieux pour lire ce manga surnaturel.
Il est vrai que certaines histoires sont tellement tirées par les cheveux... Il n'y a souvent aucune explication qui est donnée par l'auteur. Certaines intrigues pourtant relèvent l'ensemble comme celles des épouvantails ou des chutes. La thématique employée est celle du visage ce qui justifie le titre de ce recueil. Il y a de très bonnes idées incontestablement.
J'ai bien aimé la couverture argentée très kitch de l'édition d'Octobre 2008. Cela attire incontestablement. On peut s'en servir pour faire des jeux de lumière ou bien cela peut faire usage d'un miroir. Bref, cette lecture dans l'original et l'étrange ne sera jamais à peine perdue.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Erik_Erik_   30 novembre 2020
L'ennui est un des visages de la mort.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Junji Ito (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Junji Ito
Tous les 15 jours, le dimanche, Manga-News vous propose un condensé d'actualité sur l'univers du manga.
Pour ne louper aucune vidéo et nous soutenir, pense à t'abonner à la chaîne Youtube de Manga-News
Megalobox_2 le_manga_shaman_king_de_nouveau_adapte_en_serie_animee tokyo_revengers adapte_en_serie_animee les_carnets_de_l_apothicaire_ Mission_Yozakura_Family_1 Les monstres japonaise d'avril 2021 Saint Seiya en BD Junji Ito
Manga-News : https://www.youtube.com/channel/¤££¤14¤££¤6Youtube5¤££¤ de Manga-News12¤££¤6rmAqHIg/?sub_confirmation=1
#manga #
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Junji ITO - Titres à compléter

Dans la petite ville de Kurouzu, une lycéenne tout à fait normale voit les habitant soudains obsédés par les objets en forme de spirale. Cette oeuvre maîtresse de ITO s'intitule :

Tourbillon
Spirale
Escargot

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Junji ItoCréer un quiz sur ce livre