AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070408752
Éditeur : Gallimard (04/06/1999)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 160 notes)
Résumé :
« Quem vel ximimati in ti teucucuitla michin. »
Oh, poisson, petit poisson d’or, prends bien garde à toi ! Car il y a tant de lassos et de filets tendus pour toi dans ce monde.
Le conte qu’on va lire suit les aventures d’un poisson d’or d’Afrique du Nord, la jeune Laïla, volée, battue et rendue à moitié sourde à l’âge de six ans, et vendue à Lalla Asma qui est pour elle à la fois sa grand-mère et sa maîtresse. A la mort de la vieille dame, huit ans plu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
saphoo
  09 septembre 2018
Laïla, petite fille sans famille, volée et vendue, va nous emmener sur les routes de l'exil. Une quête d'identité, d'amour, d'appartenance à un groupe, une tribu, d'une famille. C'est une bien triste histoire mais à la fois porteuse d'espoir, pousser les portes, s'enfuir pour ne plus subir, voilà ce que je dirais de ce récit. Je n'ai pas vraiment ressenti "le conte" annoncé en 4ème de couverture, mais bien un roman.
Toujours une plume agréable, des personnages attachants et touchants, une histoire qui nous bouscule et nous dévoile l'envers du décor.
Un roman qui se dévore.
Commenter  J’apprécie          310
lecassin
  01 décembre 2016
La quête d'identité… Un thème récurrent chez JMG le Clézio ; voir « Désert », et même « Angoli Mata »…
Le « poisson d'or » dont il est question ici, c'est la jeune Laîla, enlevée alors qu'elle avait six ans pour être vendue à Lalla Asma, qui deviendra sa protectrice en même temps que sa geôlière. Celle-ci décédera huit ans plus tard ; et pour Laïla, les portes de la maison s'ouvrent sur la vie.
« Quem vel ximimati in ti teucucuitla michin.
Oh, poisson, petit poisson d'or, prends bien garde à toi ! Car il y a tant de lassos et de filets tendus pour toi dans ce monde. »
Débute alors pour Laïla, ce qu'il faut bien appeler un parcours initiatique. D'abord à la recherche de son identité : vient-elle vraiment du Soudan ? Ensuite, elle partira à la recherche de qui elle est : ballotée entre maison close, squats, hôpitaux, elle atteindra Paris et sa banlieue… Elle apprendra néanmoins la philosophie et la musique, avant de retourner au Maroc, à la recherche, encore et toujours, de ses origines… Un retour aux sources, en quelque sorte pour celle qui a probablement été volée pour une sombre vengeance liée à l'eau, un comble ! Trouvera-t-elle ? Se trouvera-t-elle ?
Ce « Poisson d'or » n'est pas mon roman préféré de le Clézio : trop de situations me rappellent « Désert », paru plus de quinze ans plus tôt, et tellement apprécié. Reste que la prose simplement « évidente » de le Clézio m'enchante :
« Je n'ai pas besoin d'aller plus loin. Maintenant je sais que je suis arrivée au bout de mon voyage. C'est ici, nulle part ailleurs. La rue blanche comme le sel, les murs immobiles, le cri du corbeau. C'est ici que j'ai été volée il y a quinze ans, il y a une éternité, par quelqu'un du clan Khriouiga, un ennemi de mon clan Hilal, pour une histoire d'eau, une histoire de puits, une vengeance. Quand tu touches la mer, tu touches l'autre rivage. Ici, en posant ma main sur la poussière du désert, je touche la terre où je suis née, je touche la main de ma mère. »
C'est beau !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
thedoc
  13 mai 2015
« Poisson d'or », c'est le l'histoire de Laïla, volée à ses parents vers l'âge de six ans. Elle ne connaît rien de sa famille, rien de ses racines. Elle sait juste qu'elle est une Hilal, une tribu arabe qui a émigré en Afrique du Nord. Sa peau est noire et elle est sourde d'une oreille. Elle vit ses premières années sur une terre qui n'est donc pas la sienne, auprès de celle qui l'a achetée, Lalla Asma. A la mort de cette femme, un long périple commence pour Laïla, fait de rencontres, de nombreux pièges, de la découverte de la misère humaine et de ses violences. Laïla est en exil, elle cherche sa voie et son identité en partant toujours plus loin. En fuyant ? du Maroc aux Etats-Unis en passant par la France, nous suivons donc le voyage initiatique de Laïla : entre des rencontres lumineuses et des désillusions bien amères, entre la découverte de la littérature et de la musique, entre les chutes et les espoirs déçus, la jeune fille continue son périple. Jamais elle ne se pose longtemps en un lieu. Car au final, on ne peut achever son errance quand retrouvant son point de départ.
Une nouvelle fois, Le Clézio revient sur ses thèmes de prédilection, le voyage et l'exil. Une nouvelle fois, c'est une jeune fille qui est au coeur de son récit, Laïla. Laïla, privée de son histoire originelle, tente de se trouver quelque part. Partir, pour mieux se retrouver. A travers elle, il donne la parole aux exclus, aux immigrés, à ceux qui quittent tout et qui se retrouvent vulnérables face au monde moderne sans pitié. Le Clézio n'hésite pas à montrer les violences subies par ces êtres fragiles. Les lieux et les personnes représentent de nombreux pièges à celui qui est étranger. Derrière un semblant de compréhension ou de gentillesse, c'est le vice et la fourberie qui se cachent. le réconfort, Laïla le retrouve auprès des siens, les exilés. Peu d'espoir dans ce récit alors me direz-vous ? Rappelons qu' à travers son style très poétique, Le Clézio nous donne surtout à voir la réalité, celle que l'on aimerait cacher. Il dénonce ce qu'il ne supporte pas sans tomber dans le pathos ou la mièvrerie. Certes, l'histoire de cette jeune fille est invraisemblable. Mais c'est là tout l'art du romancier qui sait nous envoûter tout en nous faisant passer un message concret. L'histoire de Laïla est avant tout un conte du réel et comme dans tous les contes, on en retire une morale. Et la morale, chez Le Clézio, est toujours très belle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Rhodopsine
  11 septembre 2013
Challenge Nobel 2013/2014
Présenté comme un conte: bien sûr, inutile de chercher un documentaire. Mais tout de même... Pourtant, le début est prometteur: Laïla, enlevée dans sa petite enfance, a été achetée par une vieille femme qui en a fait sa domestique, tout en lui apportant une certaine éducation.Et très vite, le conte se gâte, trop d'invraisemblances pour suivre le récit. le fuite de la fillette, recueillie dans un fondouk, où les "princesses" la choient, nouvelle fuite vers la France: que penser de la rapidité avec laquelle une jeune femme réunit plusieurs milliers de dollars, par de menus travaux de couture? le voyage vers la France... un car affrété pour des clandestins? un voyage en train, sans papiers et sans argent, mais un passeur qui fournit le billet de train? une arrivée à Paris dans une chambre meublée, sans le transit par les foyers? un travail trouvé dans un hôpital, sans papiers, sans qualification? une ado qui n'a jamais fréquenté l'école, qui se plonge dans les classiques de la littérature? la même, sourde d'une oreille, qui se révèle virtuose de jazz?
Tout le conte se poursuit ainsi, misère idéalisée, fin heureuse obligée.
Il y a sûrement une allégorie, une métaphore que je ne vois pas: l'art sauve de la misère? chacun a un don caché? seul le retour à ses origines apporte la paix?
Déception en tout cas, j'avais tant aimé Mondo et Désert...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
foxofthelibrary
  09 août 2010
Laïla est une jeune africaine, vendue à Lalla Asma alors qu'elle n'était qu'un bébé. Toute son enfance elle a vécu enfermée chez cette vieille dame qui lui a tout apprit. Alors que Lalla Asma meurt, Laïla va ensuite être confrontée sans cesse à toutes les épreuves les plus difficiles de la vie. Ses aventures sont racontées par J.G. le Clézio avec une très grande authenticité ; Laïla va d'abord tomber dans un fondouk ou elle apprendra le vol, la liberté d'action, elle sera choyée par ses "princesses". Puis elle connaîtra la vie dans les bidonvilles, elle fuira par la suite en Europe, ou elle sera une sans papiers, elle fera la rencontre de Nono, d'El Adj, et de la Musique. Elle partira en amérique, chez Simone la chanteuse ; elle fera la rencontre de Jean Vilan, l'amour de sa vie. Alors qu'elle revient en Europe, dans le Sud, elle se fait agresser et devient sourde ; mais elle continuera la musique, Nina Simone, Billie Holiday...
Finalement elle retournera en Afrique, et ressentira son village natal.
Au travers de tout ce tableau assez noir de la vie, le vagabondage, la solitude, la souffrance, Le Clézio nous montre symboliquement une recherche de soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
luis1952luis1952   09 février 2016
J'étais devenue la mascotte du foudouk. A force d'entendre ses femmes s'extasier sur moi à longueur de journée: "Ah! qu'elle est jolie!" , et me déguiser selon leur fantaisie, je finissais par les croire. Elles m'attifaient de robes longues, elles peignaient mes ongles d'orteils en vermillon, mes lèvres en carmin, elles me maquillaient mes yeux au khôl.
Quand elles entendaient le bruit des petits tambour, les autres femmes arrivaient, et je dansais pour elles, pieds nus sur le carrelage, en tournant sur moi-même jusqu'au vertige.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
lecassinlecassin   02 février 2014
Avant de partir, j'ai touché la main de la vieille femme, lisse et dure comme une pierre du fond de la mer, une seule fois, légèrement, pour ne pas l'oublier.
Commenter  J’apprécie          260
NevadaNevada   08 février 2016


Tout est certain dans la vie, le bien le al, Dieu, la mort, le temps, et tout le reste, sauf LA VERITE.
Mais qu'est-e que la Vérité ? la chose au monde dont onne doiute pas, dont on ne douterait pas un instant si on la savait. Hum... Ce serait donc une chose qui s'accomplit en nous et nous accomplit en même temps ? Elle serait alors plus forte que Dieu, la ort, le bien, le mal, le temps, et le reste ? ... Mais devavnant CERTITUDE,
est-elle tjrs la verite ?
N'est-elle pas alors qu'un mythe, un message indéchiffé indéchiffrable, le souvenir de quelque monde, d'une vie ntérieure, une voix de l'au-delà ?
C'est de cela que nous allons parler, c'est notre histoiee, nous la savons sans le savoir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
luis1952luis1952   05 février 2016
Quand je me suis réveillée il faisait grand jour. Je me suis glissée hors de la cuisine, j'ai traversé la cour à quatre pattes, le long du mur. J'étais orteils nus, je n'avais que la robe froissée dans laquelle j'avais dormi, les cheveux ébouriffés. Je n'avais rien, pas un sou.
Commenter  J’apprécie          80
tojaditojadi   18 mars 2011
Je n'ai pas besoin d'aller plus loin . Maintenant je sais que je suis enfin arrivée au bout de mon voyage. c'est ici, et nulle part ailleurs .
Commenter  J’apprécie          150
Videos de J. M. G. Le Clezio (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  J. M. G. Le Clezio
Tatiana de Rosnay avec Augustin Trapenard dans 21 CM Après l?océan Indien avec JMG le Clézio, Augustin Trapenard traverse la Manche pour aller rejoindre Tatiana de Rosnay sur les terres de sa mère. L?auteure du best-seller Elle s?appelait Sarah (près de 12 millions d?exemplaires vendus) a choisi de recevoir l?équipe de 21CM à Monk?s House, dans le Sussex au sud de l?Angleterre. https://www.actualitte.com/article/monde-edition/tatiana-de-rosnay-avec-augustin-trapenard-dans-21-cm/89079
Première diffusion ce 13 juin à 22 h 35 sur Canal +.
autres livres classés : immigrationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage au pays des arbres

Quel est le personnage principal ?

Jules
Pierre
Mathis

3 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Voyage au pays des arbres de J. M. G. Le ClezioCréer un quiz sur ce livre
.. ..