AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Tueur - BD tome 1 sur 13
EAN : 9782203389168
64 pages
Casterman (14/04/2000)
4/5   145 notes
Résumé :
Homme solitaire et froid, méthodique et consciencieux, le tueur ne s'embarrasse ni de scrupules ni de regrets. Tapi dans l'ombre, il guette sa prochaine victime. Plus l'attente dure et plus il s'énerve. Si les cartes sont truquées, il n'en sait rien encore. Gare aux éclaboussures...
Que lire après Le Tueur, tome 1 : Long feuVoir plus
Le Tueur, tome 1 : Long feu par Matz

Le Tueur - BD

Matz

4.09★ (2302)

13 tomes

Le Poisson-Clown - Intégrale par Chauvel

Le Poisson-clown

David Chauvel

3.35★ (118)

5 tomes

Cyclopes, Tome 1 : La recrue par Matz

Cyclopes - BD

Matz

3.58★ (94)

4 tomes

Necromancy, tome 1 par Nury

Necromancy

Fabien Nury

3.33★ (52)

2 tomes

Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 145 notes
5
10 avis
4
9 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis
Qui n'a pas un massacre sur la conscience ?....
....Les Allemands avec les Juifs et l'Holocauste ? Les Turcs avec les Arméniens ? Les Espagnols, avec les Aztèques et les Incas ? Les Américains, avec les Peaux-Rouges ? Les Chinois, avec les Tibétains ? Les Australiens, avec les Aborigènes ? La traite des Noirs ? Les Anglais ? Les Français ? Les Japonais ? Les dictatures Sud-Américaines ? L'Histoire de l'Humanité n'est qu'un long chapelet d'atrocités qu'on n'a pas fini d'égrener.
[...]
Le premier qui vient me servir des conneries sur la fraternité, la solidarité et tous les bobards, il mériterait que je lui envoie un pruneau rien que pour lui apprendre....
p32

Je n'obéis à personne, je ne crois en personne, et je ne réponds de mes actes à personne, mon seul mobile pour faire ce que je fais, c'est l'argent...Je n'ai pas d'heure de pointe, je ne vais pas au burlingue tous les jours, je n'ai pas un petit chef qui me brise les couilles et j'ai autant de temps libre que je veux......je suis ?
Cynisme jamais égalé, et album 2, 3,....12 réservés.
Commenter  J’apprécie          552
On m'a prêté les cinq premiers tomes de la série le tueur ; alors voilà, je les ai lus. De moi-même, ça ne me serait jamais venu à l'idée de lire ce genre de bande dessinée.
Mais, bon, voilà, ça ne fait pas de mal de temps en temps de sortir des sentiers battus..
Tout ça pour vous dire que je ne me sens pas très à l'aise pour en faire une critique constructive. Pour autant, on ne ressort pas de ce genre de lecture sans n'avoir rien à dire !

Le tueur, c'est un mec dont le physique ressemble plutôt à un étudiant en droit ( d'ailleurs il l'a été, ça tombe bien !) plutôt qu'à un assassin. Comme quoi, faut pas se fier aux apparences, les héros n'ont pas toujours la gueule de l'emploi, même en BD !
" Homme solitaire et froid, méthodique et consciencieux, le tueur ne s'embarrasse ni de scrupules ni de regrets." ( Je recopie mot pour mot le début du résumé parce que je ne vois pas pas pourquoi je m'embêterai à dire autrement ce qui est parfaitement énoncé juste au-dessus.)
Voilà pour le portrait.
C'est l'histoire d'un mec solitaire qui tue pour se faire un max de pognon. Quand il aura amassé assez d'argent, il prendra sa retraite au soleil, tranquilou, dans un coin paumé au Vénézuela, face à la mer.
Voyez le loustic.. Il vaut mieux prendre cette histoire au second degré, voire au troisième parce que sinon..ouille ouille..votre morale en prend un sacré coup.
Et si jamais vous froncez le moindre petit sourcil de contrariété, il saura vous remettre à votre place par son petit discours cynique : " Quand on y réfléchit bien, nous sommes tous des assassins, d'une manière ou d'une autre...Je vais pas faire le coup des végétariens qui portent des pompes en cuir et des blousons en daim...ni des enfants du tiers-monde qui se tuent à la tâche pour que les nôtres puissent frimer à l'école...ou des armes qu'on distribue aux quatre coins du monde à des dictateurs de pacotille.."

Cynique, noir, très noir, ce polar ne fait pas dans la dentelle, vous m'aurez comprise ! Après un premier tome de présentation où ce cher héros, en planque, se raconte et explique comment il en est venu là, une fin où tout bascule pour lui et qui l'emmène dans un engrenage sans fin, les autres tomes défilent très vite. J'ai été très étonnée de me prendre au jeu. Tout de même, au quatrième tome, j'ai commencé à ressentir une sorte de lassitude. Tueries, vengeances, pièges, tueries...
ça ira pour moi. J'ai eu mon quota de violence !

Avis aux amateurs, donc !
Quant à moi ... je passe mon tour.
Commenter  J’apprécie          241
Quand j'allais au collège, il y avait une section de la bibliothèque qu'on appelait l'enfer. Pour avoir le droit de lire ces livres, il fallait être suffisamment « mature » pour être capable de faire la part des choses.

Tout le long de ce roman, j'avais cette idée en tête : ce livre appartient à l'enfer. Tout ce que raconte ce livre appartient aux « demi-vérités », et, si ce psychopathe pense ce qui est écrit, c'est parce qu'il est un psychopathe et non parce que la planète l'est.

Malgré tout ce que je viens d'écrire, je n'ai pas été intéressé par ce long monologue et, je me suis même demandé si un psychopathe pensait à toutes ces choses.

Je respecte tous ceux qui l'ont aimé et je conçois facilement qu'un tel roman puisse être passionnant mais je ne partage pas l'enthousiasme de ces lecteurs.
Commenter  J’apprécie          162
L'attente.
Un tueur à gages attend la venue de la cible qui n'apparaît toujours pas dans la lunette du fusil. Jimmy Caracas, l'assassin appointé, trouve le temps long et commence à se poser des questions. Son commanditaire le rassure mais l'idée d'un coup fourré fait son chemin.
En 1998, Matz au scénario et Luc Jacamon au dessin s'attellent avec brio à une nouvelle série qui sort des sentiers battus. le premier cycle de cinq albums réuni en intégrale est une réussite même si le tome 1 pêche un peu avec le soliloque du tueur qui brasse des lieux communs avec l'ardeur du gars qui cherche à dédouaner sa mauvaise conscience en la noyant dans le maelström des turpitudes humaines. C'est pourtant dans le doute que Caracas touche vraiment. S'il n'était qu'une machine à tuer, il serait aussi inintéressant que son physique est passepartout. le graphisme de Jacamon est étonnant. le trait nerveux et anguleux frappe d'autant plus fort que les cadrages cinématographiques et la mise en page syncopent le rythme. 25 ans plus tard, Netflix confie la réalisation d'un film inspiré de la bande dessinée à David Fincher qui pourrait peut-être surprendre le spectateur en bien à travers la qualité de son travail quand il met le mal en images. Après visionnage, le film de Fincher s'avère décevant. Il irrite avec notamment le leitmotiv des mantras du tueur déversés d'entrée de jeu et son obsession à être professionnel, à opérer froidement, avec une maîtrise des émotions, une absence d'empathie jusqu'à ce que tout se grippe et rappelle l'assassin professionnel à ses affects quand le commanditaire s'en prend à lui et à ses proches. A déshumaniser son personnage, le cinéaste ne lui donne pas vraiment de consistance, éraflant les surfaces sans jamais pénétrer la psyché. Matérialiste, calculateur, technicien, dilapidateur, pollueur sans vergogne, le tueur est un parfait reflet du capitalisme mondialisé et il ne fait pas envie.
Commenter  J’apprécie          50
Voilà une série qui me tente depuis un petit moment déjà, étant fan des histoires sombre et tourmentés, puis les différents échos que j'ai eu sur ce cycle ont tous été très positifs. Je me suis donc laissé tenter par ce premier tome il y a peu. Je trouve la couverture vraiment sympathique et annonçant d'emblée l'ambiance du livre.

Le tueur a un contrat mais voilà, la cible prend son temps. Alors le tueur attend et pendant ce temps il réfléchit, il se remémore son passé. Un premier tome plein de promesses, vraiment noir et sombre offrant un mélange d'action et de réflexion. le cynisme est bien présent, le héros du livre critiquant pas mal de sujet, ce qui fait réfléchir le lecteur. On ne s'ennuie pas un seul instant avec cette bande dessinée ou le tueur expose ses motivations et d'une certaine façon se remet en question. le rythme est plutôt lent au final et pourtant, haletant et prenant, on tourne les pages avec l'envie d'en savoir plus.

Le personnage principal est un héros fort charismatique. Un personnage froid, mystérieux, sans scrupules, cynique à souhait. Un assassin sans humanité et pourtant sent qu'il y a quelque chose, on cherche, on attend. Il pourrait être n'importe qui et pourtant on accroche rapidement à ce héros qui n'a pas tout a fait tort dans ses réflexions et ses idées. Un tueur loin des idées reçus et qui ne laisse pas indifférent. Alors me faites pas dire ce que je n'ai pas dis, c'est un assassin sans scrupule, une ordure et même si on accroche au personnage ce n'est pas un ange, il est loin d'être totalement sympathique.

Voilà un premier tome d'introduction qui est percutant et efficace à l'intrigue vraiment sombre et prenante. L'ambiance est vraiment pesante et captivante et les dialogues réussis. Les dessins sont vraiment froids, glacials, accompagnant parfaitement l'histoire et l'intrigue. le découpage et fluide et permet une immersion totale dans la vie du personnage. Je reprocherai juste peut être un trait parfois un peu trop simpliste sur les personnages, mais rien de vraiment dérangeant. Vivement la suite.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
ActuaBD
07 février 2013
Peuplé par des gueules cassées et patibulaires en perte de repères, le dessin relève dans son ensemble le pari de marquer le discours, mais les variations graphiques sont trop nombreuses pour ne pas ressentir une certaine gène, comme un flou.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
C'est ça, le fin mot de l'histoire. Ils sont contents comme ça, avec la merde qu'on leur donne. C'est ça qu'ils veulent. Ils en redemandent. Du frelaté, du factice, des jeux débiles, gagner une voiture, se farcir des imposteurs, des Coelho, des Jardin, des Spice Girls et des Pamela Anderson...Alors, on leur en donne toujours plus. C'est normal, non ?

p48
Commenter  J’apprécie          255
Comme l'a montré l'expérience Milgram : Sur 10 personnes prises au hasard, 7 sont prêtes à refroidir leur prochain ou à le torturer, comme ça, pour obéir aux ordres. Prouvé, Certifié.
Commenter  J’apprécie          150
Quand on y réfléchit bien, nous sommes tous des assassins, d'une manière ou d'une autre. Toute vie, quelle qu'elle soit, ne peut se dérouler qu'au prix d'incessantes violences sur le monde, les êtres et les choses qui le peuplent. Il suffit de réfléchir cinq minutes pour s'en rendre compte.
Commenter  J’apprécie          80
J'aide les richards à s'entretuer. Les pauvres, eux, ils n'ont pas les moyens, ils font ça eux-mêmes. Et après, ils finissent leur vie en taule...
Commenter  J’apprécie          120
Tout ce qu'il faut, c'est être méthodique, prudent, et discret et avoir du sang-froid. Il n'y a pas de hasard, ne pas laisser de traces, ne faire confiance à personne.
Au fond, c'est un boulot peinard.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Luc Jacamon (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luc Jacamon
THE KILLER | Bande-annonce officielle VF | Netflix France
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (344) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5209 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..