AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791092444292
Éditeur : l'Atelier contemporain (16/11/2015)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
(BEAU LIVRE)

« Il suffit d'être possédé par le songe dans ses profondeurs et de savoir trouver l'accord de ces quatre mots. » (Philippe Jaccottet) Je souhaite que chaque photographie soit une expérience poétique, où l'immédiat, le lieu, et mon désir d'image entrent en dialogue. Aller à l'essentiel à travers l'expérience du paysage, marcher en s'oubliant, percevoir l'immanence du réel, contempler toujours, oser la poésie, être. Le ton, les doutes, la q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Patmarob
  02 janvier 2018

L'ouvrage édité par « L'Atelier contemporain » rassemble les photographies de Nathalie Savey prises entre 1995 et 2012. Classées en huit séries, elles sont présentées en vis-à-vis avec des textes poétiques de Philippe Jaccottet. Exposées à droite de la double page, elles forment miroir à la poésie et la prose de Philippe Jaccottet. Les photographies ne sont pas des illustrations des textes, elles constituent des éléments de recherche qui ouvrent d'autres chemins de réflexion entre l'oeil et les mots, entre la limite du verbe et l'arrêt du temps opéré par l'appareil photo. L'oeil saisit le monde dans le temps et les distances, la photographie tente de le figer. La perspective est cassée, les angles de prise de vue taillent les paysages et les distances rapprochées matérialisent les éléments. Cette présentation interroge, la nature apparaît mystérieusement composite. Elle permet au photographe de sonder la roche, le sol, le montagne, l'eau, les oiseaux. La première page donne le ton de cette recherche. Philippe Jaccottet suggère que « de toutes les couleurs, il se pourrait que le vert fût la plus mystérieuse en même temps que la plus apaisante », Nathalie Savey y présente une photographie en noir et blanc où les grisés dominent. le lecteur est convié à réfléchir sur la relation entre l'oeil et la réalité physique, l'impression vécue et l'intemporalité des éléments de la nature. La lumière fige le mouvement dans la série « Les Envolées ». Des oiseaux sont saisis dans leur vol, offrant ainsi une danse esthétique brusquement arrêtée. La photographe permet de suggérer le temps et de vivre le moment présent. La relation avec la philosophie orientale est engagée : épure de l'instant exposé dans la calligraphie, et la poésie des haïkus. La série « Les Horizons » illustre la limite entre matière et vacuité du ciel, elle est tranchée, nette entre la roche et le ciel. « Les Montagnes rêvées » animent la relation entre le minéral et l'atmosphère. Tandis que « Les Eclaircies » font danser les nuages qui entrent en conversation avec les cimes. La cascade Cheonjiyeon a inspiré une série remarquable. Son nom signifie en coréen « l'étang du Dieu ». Une légende raconte que sept fées sont descendues sur la terre pour se baigner dans l'eau claire de l'étang. La roche reste fixe les photographies de la série alors que dans un noir profond la partie supérieure révèle des effets de lumière aux signes cabalistiques. L'ouvrage est mis en valeur par les textes qui accompagnent les photographies. Nathalie Savey a choisi les mots et phrases de Philippe Jaccottet en contrepoint de chaque photographie. Considéré comme un des plus grands poètes suisses, et français, du XX e siècle, Philippe Jaccottet vient en appui aux interrogations provoquées par Nathalie Savey. En postface, trois spécialistes apportent leurs réflexions sur le sujet d'étude de Nathalie Savey. Héloïse Conesa est Conservatrice en charge de la photographie contemporaine à la Bibliothèque Nationale de France. Michel Collot a rédigé des essais sur « La poésie moderne et la structure d'horizon », « La Matière-émotion », « Paysage et poésie ». Yves Millet est un spécialiste dans le domaine de la philosophie de l'art et de l'esthétique de l'environnement. Leurs commentaires apportent des éclairages fort intéressants. L'éditeur « L'Atelier contemporain » présente un ouvrage de belle qualité. L'impression donne toute sa valeur aux photographies. La qualité du papier est des plus agréables. Un bel ouvrage au final.
Merci à Babelio pour son opération « Masse Critique » et aux éditions « L'Atelier contemporain ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
meyeleb
  18 janvier 2018
Les reconnaissances artistiques nous réjouissent. Elles rayonnent d'un supplément d'âme, enfanté par la rencontre. Un peu comme deux inconnus qui, d'un seul regard, auraient cette impression inexplicable d'avoir toujours arpenté les mêmes sentiers. Nathalie Savey aime la poésie de Philippe Jaccottet. Ce qu'elle recherche par la photographie se trouvait pour ainsi dire traduit dans les déambulations verbales du poète. Cheminements abrupts, regard oublieux confronté à la minéralité du réel, à l'envol inespéré d'un oiseau, chacun a su saisir son propre paysage, extérieur ou intérieur.
L'un comme l'autre ne s'offre pas au premier venu. Il faut au lecteur une humilité de promeneur assidu pour gagner en sensations et apprécier la prose de Jaccottet. Il faut, semble-t-il (c'est du moins ce à quoi nous avons été confrontés), cette même vacuité, cette même aptitude à être dans l'instant, pour observer les oeuvres de Nathalie Savey, dénudées de toute velléité d'ornement. Une telle nudité rassure, après avoir interpelé, voire rebuté.
Les montagnes, ses sujets de prédilection, renaissent dans la répétition du même sans être identiques. Elles s'enveloppent d'une "météorologie de l'âme" (Char) qui n'est pas sans rappeler certains fragments d'André du Bouchet. Qu'on se le dise, il n'y a jamais de hasard dans de telles rencontres. Nathalie Savey le sait, une certaine poésie nourrit son art de toute évidence.
Merci à Babelio et à l'opération Masse Critique pour cette découverte inattendue et appréciée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
vegalia
  27 décembre 2017
De superbes textes accompagnent d'intrigantes photos de rochers, de ciels, d'oiseaux. C'est poétique et nous invite à nous laisser aller à l'impossible, à l'instantané, à la vie.
Commenter  J’apprécie          12
Videos de Philippe Jaccottet (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Jaccottet
Jean-Paul Civeyrac "Rose pourquoi" éditions P.O.L: où Jean-Paul Civeyrac tente de dire pourquoi ce livre "Rose Pourquoi" et où il est notamment question de LIliom de Frank Borzage, de Rose Hobart et de Charles Farrell, de Henri Maldiney et de Vladimir Jankélévitch, de Philippe Jaccottet et de Pierre Tal Coat, d'apparition et de coup de foudre, lors de la parution de "Rose pourquoi", dans la collection TRAFIC des éditions P.O.L, à Paris le 24 octobre. "Une nuit, par hasard, je vis à la télévision quelques minutes d?un film inconnu qui firent sur moi une impression très forte et durable. Identifiant ce film une dizaine d?années plus tard, et retrouvant à sa vision quelque chose de l?émotion qui s?était emparée de moi la première fois, j?eus peu à peu la conviction qu?en essayant de comprendre quelle pouvait bien être sa nature exacte, peut-être allait-il éclaircir ce qui faisait à mes yeux toute l?importance et la spécificité du cinéma. C?est ainsi qu?est né ce livre : récit détaillé d?une expérience concrète, il tente d?expliciter pourquoi une apparition - celle de Rose Hobart dans une scène de Liliom de Frank Borzage - fut à ce point à la fois bouleversante et éclairante."
+ Lire la suite
autres livres classés : espaceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

L'oeil dans les expressions courantes

Oeil pour oeil

coup pour coup
pied pour pied
joue pour joue
dent pour dent

10 questions
88 lecteurs ont répondu
Thèmes : humour belge , méduse , mésolithique , littérature , humourCréer un quiz sur ce livre