AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Fabienne Duvigneau (Traducteur)
EAN : 9782743654627
288 pages
Payot et Rivages (13/10/2021)
3.22/5   16 notes
Résumé :
La jeune Natalie Waite a du mal à trouver sa place dans une famille dysfonctionnelle, entre un père écrivain médiocre mais imbu de lui-même et une mère au foyer névrosée. La noirceur s'immisce dans son esprit et dans sa vie au point que celle-ci va tourner au cauchemar.

Inspiré par la disparition (inexpliquée à ce jour) d'une étudiante non loin de l'endroit où vivait Shirley Jackson, ce roman est une exploration aussi magistrale qu'effrayante de la pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,22

sur 16 notes
5
0 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

lemurmuredesameslivres
  20 janvier 2022
Nous sommes dans l'Amérique des années 50. Natalie, la narratrice, est une jeune fille de dix-sept ans en passe de faire son entrée à l'université. Lors d'un cocktail donné au domicile familial, elle va vivre un évènement traumatisant, dont elle s'évertuera à nier l'existence. Une fois à l'université, elle a bien du mal à trouver sa place et à se lier d'amitié avec d'autres étudiants. Ses questionnements récurrents et sa quête d'identité vont égarer le lecteur dans les méandres de son esprit confus.
.
Le début du récit se concentre sur l'existence de Natalie au sein de sa famille, avant son départ pour l'université. Une famille patriarcale plutôt désunie, même si, d'un point de vue extérieur, rien ne semble transparaître. J'ai ressenti une certaine passivité de Natalie vis-à-vis de son entourage. Sa mère n'a de cesse de se plaindre auprès d'elle de sujets qui la rendent malheureuse, le mariage en général, son mari en particulier. Un mari écrivain, condescendant et narcissique, qui ne fait aucun cas de l'opinion des autres. Alors, comme une échappatoire, Natalie remplit ses cahiers d'histoires, en s'inspirant de son quotidien. Des écrits qui, chaque jour, sont soumis à l'approbation paternelle, seul maître et juge en la matière.
.
Une première partie déjà déstabilisante, où Natalie s'échappe de sa réalité grâce à l'imaginaire. Un imaginaire fantasmé qui peut survenir à des moments inattendus, au détour d'une conversation.
.
La partie consacrée à l'université est celle que j'ai trouvé le plus intéressante. A la figure du père se substitue celle du professeur de littérature, Langdon, tout aussi égocentrique. Et à la figure de la mère, celle de l'épouse de Langdon, tout aussi malheureuse en ménage. J'ai beaucoup aimé la description du milieu universitaire à cette époque. Ici, un milieu plutôt littéraire et féminin, où la compétition sociale est rude. Mal à l'aise, plutôt introvertie, Natalie ne sait quelle attitude adopter ni comment s'intégrer parmi ces jeunes femmes, dont certaines sont particulièrement opportunistes et superficielles.
.
Sous le poids de cette situation oppressante, la tension monte, jusqu'à l'arrivée de Tony, une étudiante hors des clous et affirmée, qui va entraîner Natalie dans son sillage. Une cassure dans le ton, un changement qui s'opère, une ambivalence qui peut s'avérer effrayante pour le lecteur.
.
Hangsaman est un roman obsédant, qu'il est difficile de placer dans un genre en particulier. Si j'ai beaucoup aimé cette histoire, elle m'a plongée toutefois dans une certaine perplexité, car je n'ai pas vraiment ressenti d'émotions lors de ma lecture. Ce voyage dans la tête de Natalie n'est cependant pas dépourvu d'intérêt et l'écriture de Shirley Jackson y est pour beaucoup.

Lien : https://lemurmuredesameslivr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Schryve
  23 janvier 2022
Après avoir découvert Shirley Jackson avec ses deux derniers romans, La maison hantée et Nous avons toujours vécu au château, j'étais très enthousiaste de lire un de ses premiers romans, traduit en français 70 ans après sa parution originale.
Hangsaman est un titre mystérieux et l'ouvrage l'est tout autant. À 17 ans, Natalie vit au sein d'un cocon familial étouffant sous le regard d'un père protecteur et dominant. Pour contrer la morosité ambiante, l'adolescente scénarise des vies parallèles dans sa tête et sur papier. Lorsqu'elle intègre une université pour jeunes filles où elle peine à faire sa place, la frontière entre l'échappatoire imaginaire et le trouble de la personnalité multiple devient de plus en plus poreuse.
Jackson dénonce l'aliénation des femmes, en se moquant des travers de la société patriarcale de son époque. Sa plume peut aujourd'hui paraître surannée, mais elle participe à l'atmosphère rétro. J'ai adoré certains passages, notamment ceux avec la mère de Natalie et ceux avec l'ancienne étudiante et jeune épouse d'un professeur, qui toutes les deux tombées dans le piège du mariage tentent maladroitement de mettre en garde Natalie. Globalement, j'ai aimé la proposition, même si l'évolution de l'intrigue, en particulier dans la dernière partie, m'a semblé moins aboutie que dans les autres romans de l'autrice que j'ai pu lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
manonlitaussi
  22 novembre 2021
Hangsaman de Shirley Jackson
C'est avec ce livre que je découvre Shirley Jackson et je suis impressionnée !
Natalie a dix-sept ans. Elle va intégrer l'université que son père a choisie. Elle se destine aussi à l'écriture et écrit déjà. Elle est déterminée à rencontrer la réussite qu'elle mérite. D'ailleurs son père est également écrivain et il corrige tout ce qu'elle écrit même les lettres qu'elle lui adresse de l'université. Entre son père omniprésent, très critique, orgueilleux et sa mère soumise, malheureuse en mariage, l'université aurait dû représenter une bouffée d'air.
Arrivée à l'université, elle apprécie l'indépendance, la solitude mais quelque chose cloche, elle a du mal à se positionner par rapport aux autres. Et il faut dire que dans les résidences, les filles ne sont pas tendres. Elle se rapprochera de la femme d'un de ses enseignants mais se ne sera que le début d'autres embarras.
J'aime beaucoup les histoires qui se déroulent dans les milieux universitaires américains. Avec une héroïne comme Natalie que j'ai adorée, déterminée malgré tout le poids psychologique que représente ses parents. Ce livre a été un pur bonheur.
C'est un livre immersif car l'auteure nous offre la moindre des pensées ou divagations de Natalie et réussit à nous embarquer savamment dans son univers, qui oscille entre réalité et imagination. Nathalie peut nous faire glisser dans une autre réalité quand celle qu'elle vit n'est pas à la hauteur. J'ai parfois eu du mal à déterminer de quel côté de la frontière j'étais. Ce qui ajoute un côté intrigant très intéressant.
Et le tout a été une excellente surprise!
Je poursuivrai sans faute ma découverte de l'auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Fromtheavenue
  21 décembre 2021
Lire Shirley Shirley Jackson, c'est marcher aux frontières du réel, accepter de ne pas savoir où l'on met les pieds, d'être dans une position inconfortable de lecture. Tout en se disant : mais comment fait-elle pour insuiner de manière si subtile et brillante ce malaise en vous ? Si La maison hantée ou Nous avons toujours vécu au château sont du registre fantastique et dans veine gothique, il n'en est rien dans Hangsaman
Nathalie a 17 ans, c'est la fin de l'été et elle vit ses derniers jours dans sa famille avant d'intégrer une université prestigieuse que son père, qui règne en maître sur les membres de la famille, a choisi pour elle. Avec son frère, ils n'ont pas d'autre choix que de subir les déjeuners amicaux de leurs parents et de jouer les enfants modèles. de nature introvertie, Natalie est donc très polie avec les invités. Elle tente de se montrer à la hauteur du monde des adultes qu'elle dissèque dans son esprit. Mais dès les premières pages, la tension est là, et on ne sait pas si l'événement traumatique qu'elle nous raconte s'est vraiment déroulé. Et ce n'est que le début...
Une fois à l'université, sa liberté et son indépendance nouvelle pourraient lui donner l'occasion de s'ouvrir aux autres. Mais rapidement, elle se sent décalée, différente, préférant observer ses congénères féminines. Et surtout se réfugier dans ses ruminations et son imagination féconde. Bientôt elle glisse dans une autre réalité, floue, trouble et inquiétante.
Quelle lecture à la fois éprouvante et jubilatoire ! Shirley Jackson explore habilement l'entrée d'une jeune adolescente dans le monde des adultes et dans celui de sa féminité, d'une manière très originale et immersive. le lecteur vit ses épreuves, ses cauchemars, ses peurs avec intérêt et surprise. 
C'est vraiment un roman étrange, déconcertant, profond, auquel je repense souvent depuis, ce qui pour moi est très bon signe. Une fois le livre refermé, je ne savais si j'avais aimé ou non. Il m'a fallu des semaines avant de m'apercevoir que ce roman m'avait davantage marqué que je ne l'aurais cru. Je pense qu'il ne manquera pas de laisser des traces et des interprétations multiples et changeantes chez son lecteur. C'est un roman que j'aurais plaisir à relire. Je ne serais pas surpris, alors, de le percevoir différemment et de le trouver encore meilleur qu'à sa première lecture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lalitote
  10 novembre 2021
Dans la famille Waite, je demande le père Arnold Waite, écrivain d'un unique livre, imbu de sa personne, régnant en maître absolu sur son foyer. Il faut voir les lettres qu'il écrit à sa fille à l'université, c'est pompeux et autocentré. Je demande la mère Mrs Waite, créature soumise et geignarde surtout lorsqu'elle a un coup dans le nez. Je demande le frère, Bud sachant passer inaperçu et enfin je demande la fille Nathalie, dix-sept ans en plein questionnement sur ce qu'est la vie. L'entrée à l'université de Nathalie va être le lieu de rencontres, d'expériences qui vont générer une lente montée en tension de la situation de la jeune femme. On sent venir un dénouement qui ne peut être que mélodramatique.
L'auteure explore la difficulté qu'il y a de passer de l'adolescence à l'âge adulte, laisser derrière soi l'enfance pour découvrir les tourments de la féminité rien de moins pour cette jeune fille esseulée. On découvre une histoire étrange où l'on n'a pas l'impression d'avancer tout se délite. le monde est-il si cauchemardesque qu'il semble impossible d'y survivre. Au final ce livre nous laisse avec nos questions sans réponses face aux épreuves qui s'abattent sur Nathalie. On n'en saura pas plus, c'est à nous de décider des réponses qu'on imagine et c'est plus que ce que je peux donner dans ma lecture avant de tomber dans l'agacement.
Il y a trois parties distinctes dans le récit, toutes apportent un éclairage et une émotion particulière, malheureusement on est soumis aux incessantes ruminations de Nathalie qui viennent brouiller intentionnellement le message. Nathalie ne sait absolument pas qui elle est, à ses côtés on est témoin de son esprit profondément dérangé lorsqu'une voix lui parle intérieurement. Seule la troisième partie m'a véritablement touchée mais en dire plus est impossible. Un livre trop dérangeant pour moi, je vous laisse vous faire votre propre opinion. Bonne lecture.

Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
Elle   09 janvier 2022
Drôle, inquiétant, original, Hangsaman dépeint avec une éblouissante modernité le trouble de la fin de l'adolescence.
Lire la critique sur le site : Elle
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
AderuAderu   05 octobre 2021
Mr. Arnold Waite - mari, père, homme de parole - se renversait toujours contre le dossier de sa chaise après sa deuxième tasse de café au petit déjeuner et considérait sa femme et ses deux enfants d'un air incrédule. Sa chaise était placée de telle sorte que, lorsqu'il inclinait la tête en arrière, la lumière du soleil, été comme hiver, éclairait ses cheveux qui ne vieillissaient pas d'une lueur à la fois angélique et indifférente - indifférente car, à l'instar de Mr. Waite, cette lumière n'estimait pas indispensable de nourrir une quelconque croyance pour continuer son existence. Quand Mr. Waite tournait la tête pour regarder sa femme et ses enfants, la lumière se déplaçait avec lui et jetait des motifs fragmentés sur la table et le plancher. (11)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   20 octobre 2021
« Elle a rêvé, elle a rêvé qu’elle était une première année et qu’il y avait quelque chose qui s’appelle une initiation, elle parle en boucle d’une histoire de meurtre, elle demande sans cesse comment elle s’appelle, elle a l’air de ne pas savoir où elle est… ») « Je suis une première année », dit-elle à voix haute et, soudain excitée, elle sauta du lit et enfila un peignoir. « L’université », se dit-elle avec cynisme, en se dépêchant de nouer la ceinture du peignoir, une « initiation », en glissant ses pieds dans ses pantoufles. Elle ouvrit sa porte, prudemment… Toutes les lumières étaient allumées dans le couloir rempli de filles en peignoir, anxieuses et intriguées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LalitoteLalitote   10 novembre 2021
Elle avait envie de chanter et c’est ce qu’elle fit, sans bruit, la bouche collée à la vitre embuée du car, pensant tout en chantant : Et la première fois que j’ai vu Natalie Waite, la créature la plus fabuleuse de notre temps, incroyablement talentueuse, si vive, d’une légèreté presque enfantine… la première fois que je l’ai vue, elle était assise dans un car, exactement comme vous et moi pourrions l’être, et pendant un moment, au début, je n’ai pas remarqué la richesse de sa personnalité… et puis elle s’est tournée et m’a souri. À présent que j’ai découvert qui elle était – l’actrice la plus fabuleuse et la plus talentueuse (meurtrière ? courtisane ? danseuse ?) de notre temps ou peut-être de tous les temps –, je vois plus clairement ses charmantes contradictions –, son humour, ses accès de mauvaise humeur, qui flambent si facilement et qu’elle contrôle par sa volonté de fer ; son cynisme et son pessimisme (après tout, elle a souffert, peut-être plus que tout autre, en subissant l’affront et les flèches d’une fortune outrageante1), son esprit sublime, tellement plein d’informations, de poches profondes inexplorées qui recèlent des pensées plus étincelantes qu’aucun bijou…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sandranaesandranae   04 novembre 2021
Quand de nouveau elle n'obtint aucune réponse, elle éprouva soudain la peur élémentaire que l'on a d'une personne qui ne parle pas lorsqu'on s'adresse à elle, et nie ainsi que l'une et l'autre sont dotées d'une santé mentale identique ; l'autre est alors cette personne qui, attendant et riant, décide en secret et se réjouit de dévorer son semblable.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   17 octobre 2021
Autrefois, je me demandais comme les gens pouvaient être heureux en mariage, toute la journée, chaque jour. Il me semblait que ma mère n’était pas heureuse, mais je n’en savais rien, évidemment. Natalie, veille à être heureuse en mariage. » Elle se tourna et regarda gravement Natalie, le couteau reposant contre sa paume. « Sois heureuse en mariage, mon enfant. Débrouille-toi pour que ton mari ne sache jamais ce que tu penses ou ce que tu fais, là est le secret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Shirley Jackson (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shirley Jackson
The Haunting (1999) Theatrical Trailer
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1235 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..